Forains morts pour la patrie

Le hasard des conversations sur la liste électronique des carnetiers Hypothèses m’a fait découvrir une merveilleuse base de données des monuments aux morts en France et en Belgique: http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/. J’y ai trouvé deux monuments aux morts liés aux spectacles de rue et au cirque.

Le premier se trouve à Bruxelles, plus exactement à Anderlecht. Il s’agit d’un monument « Aux forains morts glorieusement pour la patrie ». Son iconographie est assez unique : un pierrot y tient de la main droite un masque, de la gauche un glaive. Le monument est bien mis en valeur au centre de la place dite Square de l’aviation (voir les belles photos en cliquant sur le premier lien ci-dessous). Il est l’œuvre du sculpteur Victor Voets, qui semble s’être spécialisé en monuments aux morts. Il est notamment l’auteur d’un autre monument honorifique exceptionnel de Bruxelles, le monument au Pigeon soldat. Si le monument aux forains est remarquable par son iconographie, il faut noter que celle-ci fait plus penser au théâtre qu’au monde des forains et du cirque ; elle est peut-être paradoxale en ce qu’elle élève ceux qu’elle veut honorer par une représentation qui ne leur est pas pertinente.

« malgré la souffrance et la mort, les forains firent leur possible pour entretenir le moral des autres soldats, pour les faire rire. Mourir de rire… Expression qui appelle à l’oreille ce qui là-bas souvent se confondait avec la réalité. La mort et le rire. Éternel conflit du burlesque et du tragique. Il atteignait là-bas son intensité sublime. Et quand la mort frappait, quand le sacrifice attendu se consommait, le visage du forain belge gardait une sérénité souriante, bel et encourageant exemple, présage et semence de victoire. Et c’est grâce à cela Pierrot sans masque, Pierrot ardent et calme, Pierrot charmant et grave, Pierrot armé, c’est grâce à cela que ton glaive est couronné de lauriers ».

(Fragment des discours entendus lors de l’inauguration du monument en 1924, recopié depuis http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/monument/4261/anderlecht-place/)

Une analyse rapide de l’onomastique des défunts honorés ne permet pas d’y retrouver des forains étrangers ou descendants d’étrangers.

Couverture du Patriote illustré, 3 février 1924
(Trouvée sur le site internet du Cercle d’Archéologie, Folklore et Histoire d’Anderlecht asbl)

Le deuxième monument se trouve en France, à Rouen. Il est aussi spectaculaire. Au centre d’une petite volée d’escaliers, une paire de lions tirent un char sur lequel est assise une femme ailée (la Gloire) ; elle tend le bras droit vers le haut et brandit une couronne de laurier; de la main gauche, elle soutient un poilu inanimé étendu sur ses genoux. Une petite colonnade semi-circulaire entoure la statue principale; elle est surmontée d’une inscription et de deux bas-reliefs. Celui de gauche montre le départ déchirant du soldat et ses adieux à sa famille devant une roulotte où l’on distingue un singe. Celui de droite donne à voir le retour glorieux du soldat et l’accueil triomphal qu’on lui fait  (une roulotte y figure aussi). Ce monument est l’œuvre d’un sculpteur lui aussi spécialisé en monuments patriotiques, mais également politiquement engagé, puisque Maxime Real del Sarte est fameux pour ses sculptures, beaucoup réalisées après avoir perdu une main au combat, mais aussi pour son rôle dans les Camelots du roi, une association proche de l’Action française. Pour ce monument-ci, les forains sont représentés plus directement que dans le monument bruxellois, mais pas dans l’exercice de leur art. C’est leur cadre de vie, les roulottes, qui les identifie.

Il est aussi possible que les lions allégoriques du char de la Gloire soient une allusion aux animaux de cirque, aux ménageries foraines.

Maquette du monument des forains [morts pour la patrie] par M. Real del Sarte : [photographie de presse] / [Agence Rol]; Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13 (1026); http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531100625; domaine public

On soulignera finalement que les deux monuments sont encore vivants, en ce sens qu’ils sont associés au moins une fois par an à une grande foire de la ville où ils se dressent, la Foire du Midi de Bruxelles et la Foire Saint Romain de Rouen. Des cérémonies les associent ainsi étroitement à la profession et l’actualité de ceux qu’ils honorent.

Dans un prochain billet, je présenterai brièvement d’autres monuments publics en l’honneur de forains ou de gens du cirque. Si vous en connaissez ou avez des suggestions, je serai très heureux de lire vos commentaires.

Liens utiles pour mieux voir le monument de Rouen, que je ne peux mieux illustrer ici par respect du droit d’auteurs
Article Wikipédia créé en même temps que cette entrée de carnet
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Forains morts pour la patrie ». Publié sur Acrobates japonais en France le 21/09/2017. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/1119.

2 réflexions au sujet de « Forains morts pour la patrie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *