Note de lecture : deux comptes-rendus intéressants dans la Trans-Asia Photography Review 6.2 (2016)

(Je ne mentionne ici que les parties de ces c.-r. en rapport avec le sujet de mon carnet)

 

  1. Eleanor M. Hight, c.r. de Luke Gartlan, A Career of Japan: Baron Raimund von Stillfried and Early Yokohama Photography (Leyde et al., 2016) (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.210)

Luke Gartlan, A Career of Japan: Baron Raimund von Stillfried and Early Yokohama Photography (Leiden and Boston: Brill, 2016)

On apprend ici que le gouvernement japonais a financé des voyages de photographes à travers le pays afin de le présenter à l’Exposition internationale de Vienne en 1873. Stillfried fut envoyé à Hokkaido et y prit de nombreuses photographies des Aïnous en mêlant la volonté officielle de présenter les efforts de modernisation du gouvernement et la vision occidentale qui voyait dans les Aïnous des représentants des bons sauvages de Rousseau. La négociation entre les souhaits de son premier commanditaire officiel japonais et le recyclage commercial à des fins d’enrichissement privé aurait durablement marqué l’image et les études ethnologiques des Aïnous.

Outre par l’exposition de ses photographies, à la fois dans les pavillons japonais et autrichien, Stillfried participa à l’Exposition internationale en y montant une « Maison du thé », qui présentait des Japonais en action. Cette « Maison du thé », par décision des organisateurs autrichiens, faisait partie de la section Divertissements de l’exposition, pas de la section officielle. On s’y livrait peut-être à la prostitution féminine, et Stillfried a très probablement maltraité et sous-payé les employés qu’il avait faits venir du Japon.

La présentation en marge de l’Exposition et les mauvais traitements se rapprochent très fort de l’expérience des acrobates japonais venus avec Risley en Europe et aux Etats-Unis, mais je suis de nouveau surpris comme, pour l’instant, dans mes recherches, je n’ai trouvé nulle mention de prostitution ou, plus généralement de sexe, en ce qui concerne les accompagnatrices, musiciennes et compagnes, des acrobates et jongleurs, de la troupe de 1867 et de ses suivantes immédiates (jusqu’à présent, je n’ai pas non plus découvert de mention de prostitution masculine). Schodt, dans sa monographie, a pourtant montré que le manager de la troupe était un client assidu des bordels des villes européennes et américaines traversées, et que la carrière de Risley a sévèrement souffert d’une accusation de détournement de mineure en Angleterre. Notre bibliographie n’est donc pas pudibonde.

  1. A. Hockley, c.r. de David Odo, The Journey of “A Good Type”: From Artistry to Ethnography in Early Japanese Photographs (Cambridge, MA: Peabody Museum Press, 2015, dist. Harvard University Press) (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.209)

David Odo, The Journey of “A Good Type”: From Artistry to Ethnography in Early Japanese Photographs (Cambridge, MA: Peabody Museum Press, 2015, dist. Harvard University Press)

En Europe et aux États-Unis, les études anthropologiques du Japon se sont pendant longtemps appuyées sur des photos commerciales réalisées pour être vendues aux touristes étrangers. Odo étudie le processus de la transformation d’un document touristique en document scientifique, notamment par l’acquisition et l’archivage de ces photographies par des musées.

Il montre que ces photos étaient construites notamment pour « sauver visuellement » le Japon traditionnel, que les touristes considéraient comme menacé de destruction par la modernisation du pays. A la lecture du compte-rendu, l’étude d’Odo semble importante pour la critique historique des photographies du Japon de l’époque Meiji arrivées dans les collections des musées occidentaux.

 

Voila donc deux compte-rendus intéressants et clairs, sans être complaisants. Aux lecteurs et lectrices de découvrir maintenant ces deux publications par elles-mêmes.

PS : il n’y aucun rapport avec nos recherches, mais je recommande, dans ce même numéro de la revue, l’article de P.D. Barclay, Corporal Punishment in Early-Twentieth-Century Japanese Visual Culture (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.204), pour ses analyses nuancées, mêlant histoire, ethnologie et politique.

PS2: (ajout du 14 septembre 2016) un autre compte-rendu enthousiaste du livre de Gartlan, par J. Butler, in Asian Review of Books 7/8/2016.

PS3: (ajout du 14 janvier 2017) Luke Gartlan a recu le « 2nd Professor Josef Kreiner Hosei University Award for International Japanese Studies » pour son livre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *