Rencontres des chercheurs francophones du Kansai 2017

Poster des Rencontres des chercheurs francophones du Kansai, 10 juin 2017, Université des Études Étrangères de Kyoto

Site officiel de l’événement: https://sites.google.com/site/rcfk2017/home

Voici les diapos Power Point de la petite présentation (« Les acrobates japonais en France et leurs imitateurs », 20 minutes) que j’ai eu le plaisir de faire aux RCFK 2017, une journée de conférences très plaisante et instructive puisqu’elle mêlait sciences dures et humanités ou sciences humaines et sociales. Ce n’était pas toujours facile à suivre, mais cela fait du bien de sortir de sa spécialité.

Un tout grand merci aux organisateurs et aux autres participants pour leurs questions et nos débats.

Je me permets de signaler pour les lecteurs de ce carnet la présentation d’Orsola Battaggia (Université de St Agnes), Une introduction aux « kosode moyo hinagatabon » : les magazines de mode des époques Edo et Meiji. C’est un détail parmi tout ce qu’elle a dit, mais elle a montré que ces magazines de mode de l’époque Meiji étaient imprimés en partie pour répondre à la demande des voyageurs (touristes ?) étrangers, ce qui, comme je le proposais sur une des diapos de ma présentation, semble prouver que le japonisme est à comprendre comme un échange réciproque entre le Japon et les autres pays, pas comme une influence à sens unique du Japon vers les autres cultures.

Sans rapport avec ce carnet, j’ai aussi, personnellement, été particulièrement intéressé par les présentations de

  • Oussouby Sacko (Kyoto Seika University), Les récits du projet de rénovation “Escola” et l’impact des transformations communautaires sur le tissu urbain  – Le cas des machiya et nagaya de Kyoto – (sur le nombre incroyable de maisons abandonnées à Kyoto, les efforts pour les faire revivre et éviter leur destruction, et sur les relations de voisinage dans la ville)
  • Marie-Nöelle Beauvieux (Université Ritsumeikan), De la rhétorique classique dans le fragment moderne : Akutagawa Ryunosuke et la Rochefoucauld (une belle présentation de littérature comparée et d’étude des relations culturelles entre France et Japon)
  • Tristan Hascoet (Université de Kobe), Applications du deep learning à la croisée du langage et de la vision (pour son usage de Wikipedia comme source de données et outil de travail)
  • Emilie Even (Université Municipale d’Osaka), Origine et Transport de l’arsenic dans les rivières de la région d’Hokusetsu au Nord de la Préfecture d’Osaka (pour la clarté de ses explications, pour avoir parlé d’une partie d’Osaka qui m’est chère et m’avoir rassuré)
  • Eric Faure (INALCO), De l’origine de quelques légendes à propos de Sugawara no Michizane (parce que je me suis demandé si les exemples qu’il a donnés de critique historique, de rationalisme voire de positivisme par des Japonais vis-a-vis de mythes de fondations japonais ne pourraient pas être ajoutés au livre de Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016).

Pardon à ceux que je n’ai pas mentionnés ici; allez voir le livret de la journée pour les découvrir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *