A propos Alexis D'Hautcourt

Master of Studies (Greek and Roman History) (Oxford University, 1995) Docteur en Histoire (Antiquité) (Université Libre de Bruxelles, 1999) Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Etrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Rencontres des chercheurs francophones du Kansai 2017

Poster des Rencontres des chercheurs francophones du Kansai, 10 juin 2017, Université des Études Étrangères de Kyoto

Site officiel de l’événement: https://sites.google.com/site/rcfk2017/home

Voici les diapos Power Point de la petite présentation (« Les acrobates japonais en France et leurs imitateurs », 20 minutes) que j’ai eu le plaisir de faire aux RCFK 2017, une journée de conférences très plaisante et instructive puisqu’elle mêlait sciences dures et humanités ou sciences humaines et sociales. Ce n’était pas toujours facile à suivre, mais cela fait du bien de sortir de sa spécialité.

Un tout grand merci aux organisateurs et aux autres participants pour leurs questions et nos débats.

Je me permets de signaler pour les lecteurs de ce carnet la présentation d’Orsola Battaggia (Université de St Agnes), Une introduction aux « kosode moyo hinagatabon » : les magazines de mode des époques Edo et Meiji. C’est un détail parmi tout ce qu’elle a dit, mais elle a montré que ces magazines de mode de l’époque Meiji étaient imprimés en partie pour répondre à la demande des voyageurs (touristes ?) étrangers, ce qui, comme je le proposais sur une des diapos de ma présentation, semble prouver que le japonisme est à comprendre comme un échange réciproque entre le Japon et les autres pays, pas comme une influence à sens unique du Japon vers les autres cultures.

Sans rapport avec ce carnet, j’ai aussi, personnellement, été particulièrement intéressé par les présentations de

  • Oussouby Sacko (Kyoto Seika University), Les récits du projet de rénovation “Escola” et l’impact des transformations communautaires sur le tissu urbain  – Le cas des machiya et nagaya de Kyoto – (sur le nombre incroyable de maisons abandonnées à Kyoto, les efforts pour les faire revivre et éviter leur destruction, et sur les relations de voisinage dans la ville)
  • Marie-Nöelle Beauvieux (Université Ritsumeikan), De la rhétorique classique dans le fragment moderne : Akutagawa Ryunosuke et la Rochefoucauld (une belle présentation de littérature comparée et d’étude des relations culturelles entre France et Japon)
  • Tristan Hascoet (Université de Kobe), Applications du deep learning à la croisée du langage et de la vision (pour son usage de Wikipedia comme source de données et outil de travail)
  • Emilie Even (Université Municipale d’Osaka), Origine et Transport de l’arsenic dans les rivières de la région d’Hokusetsu au Nord de la Préfecture d’Osaka (pour la clarté de ses explications, pour avoir parlé d’une partie d’Osaka qui m’est chère et m’avoir rassuré)
  • Eric Faure (INALCO), De l’origine de quelques légendes à propos de Sugawara no Michizane (parce que je me suis demandé si les exemples qu’il a donnés de critique historique, de rationalisme voire de positivisme par des Japonais vis-a-vis de mythes de fondations japonais ne pourraient pas être ajoutés au livre de Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016).

Pardon à ceux que je n’ai pas mentionnés ici; allez voir le livret de la journée pour les découvrir.

Liens du mois (mai 2017)

  • Je recopie une annonce de la Maison franco-japonaise sur Facebook:

    http://www.persee.fr/collection/dhjap Le Dictionnaire historique du Japon est en ligne! Le Bureau français de la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 – MAEDI-CNRS) est heureux d’annoncer que l’intégralité de la collection du Dictionnaire historique du Japon est désormais numérisée et entièrement en libre accès sur la plateforme Persée.http://www.persee.fr/collection/dhjapVeuillez noter que la recherche par mots-clés fonctionne uniquement avec des caractères alphabétiques (pas de recherche possible à partir des kanji).

  • J. Robertson, Australian convict pirates in Japan: evidence of 1830 voyage unearthed, The Guardian (28 mai 2017) (un bel exemple de découverte par un historien amateur, rendue possible par la publication sur internet d’archives ou autres données savantes)

De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin

Grâce au bel article de Julien Béal, Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924), annoncé sur le carnet Gradiva (12 mai 2017), je me suis rappelé d’un document qui m’avait intrigué lors de mes dépouillements:

L’Exposition en famille. Revue illustrée de l’Exposition universelle de 1900 (Paris, 5 juin 1900), p. 13

C’est au pied de la Tour Eiffel que s’élève le palais du
Tour du Monde, monument imposant d’aspect indo-chi-

nois, construit par M. Alexandre Marcel, architecte mé-
daillé du Gouvernement, — et dont les tours colossales de
styles différents attirent de loin le regard par l’étrangeté de
leurs formes et la splendeur de leur ornementation.

Si nous pénétrons dans l’intérieur du monument nous
nous trouvons sous une coupole couvrant une superficie
de 2.400 mètres et abritant plus de 2.000 mètres de toile
peinte, œuvre de l’artiste Louis Dumoulin, peintre du
ministère de la Marine.

Dans sa composition générale : le tour du monde, l’ar-
tiste fait défiler devant nos regards émerveillés, les pays
les plus curieux desservis par les paquebots des Messa-
geries Maritimes : la Grèce, la Turquie, l’Egypte, les Indes,
la Chine, le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud, le Por-
tugal et l’Espagne.

Les vues reliées entre elles forment un colossal Pano-
rama dont les premiers plans seront occupés par des indi-

gènes des différents pays : (…)

Le panorama était remarquable notamment parce que des acteurs, musiciens ou artistes de rue venus de différents pays se produisaient devant la toile:

(p. 14) Des acrobates chinois, des escamoteurs indiens, des
charmeurs de serpents, des lutteurs japonais ne cesseront
d’animer les premiers plans sans cependant quitter le
rayon attribué à leurs pays.

Comme il n’est pas fait mention dans ces lignes de jongleurs ou d’acrobates japonais actifs devant le panorama et comme l’illustration des « Acrobates japonais »  ci-dessus est une copie d’une célèbre photographie de von Stillfried, je m’étais demandé pourquoi cette image apparaissait dans cette brochure ici.

Baron Raimund von Stillfried, Jeunes acrobates, Japon, 1870 (ca)

La réponse à cette question a été apportée par Julien Béal: lors de son voyage au Japon en 1888, Dumoulin a acheté plusieurs centaines de photographies à différents studios de Yokohama, photographies qu’il a ensuite exploitées et intégrées dans ses tableaux et, apparemment, dans le panorama de l’exposition universelle de 1900 (Dumoulin est retourné au Japon en 1897; d’après Béal, il a pris lui-même la plupart des photographies qu’il a rapportées de ce second voyage, même s’il en a alors aussi acheté d’autres).

Ainsi, comme le dit Béal, on retrouve un autre enfant acrobate dans le coin inférieur droit de ce tableau du Musée Guimet:

Louis Dumoulin (1860 – 1924), Le quartier des théâtres à Yokohama (vers 1888); (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservés

(Lisez ci-dessous l’utile commentaire de Julien Béal, que je remercie vivement, pour mieux apprécier l’œuvre de Dumoulin et comprendre la fonction graphique de ces enfants acrobates dans ses tableaux)

Liens du mois (avril 2017)

« ce peuple unique pour les jongleries »: sur un passage de Pierre Loti

J’ai repris mes cours et n’ai pas beaucoup de temps en ce moment pour écrire sur ce carnet, mais mes navettes me donnent l’occasion de lire l’excellent livre de Pierre-François Souiyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016). Dans son chapitre « La tentation de l’occident », il aborde les débats sur la profondeur ou la superficialité de l’occidentalisation du Japon et traite du Rokumeikan, un lieu de socialisation construit à Tokyo en 1883, dans lequel se déroulaient entre autres des bals. Le bâtiment et ses fêtes devaient servir à montrer aux étrangers que le Japon avait acquis des manières occidentales.

https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Rokumeikan#/media/File:Rokumeikan.jpg

Rokumeikan (scanné depuis Dallas Finn: Meiji Revisited. The Sites of Victorian Japan – National Diet Library, Japon, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=55774846)

Ce lieu était critiqué par certains Japonais. Kikue Yamakawa place ainsi ces mots dans la bouche de sa mère:

« Les négociations pour la révision des traités piétinaient et pour cette raison, on faisait la promotion officielle d’une occidentalisation frelatée à la mode du Rokumeikan et de manière irréfléchie, on encourageait les vêtements à l’occidentale, la nourriture à l’occidentale, les danses et les langues étrangères … » (Traduction Souiry p. 92)

Le lieu et ses danses étaient aussi moqués par certains étrangers. Ils ont fait l’objet de pages brillantes mais cruelles, voire racistes, de Pierre Loti, dans le chapitre « Un bal à Yeddo » du livre Japonaiseries d’automne (aux p. 77-106), paru en 1889, trois ans après sa visite.

Pierre Loti, Japoneries d’automne (1889)

Le chapitre s’ouvre sur la reproduction d’un carton d’invitation officiel:

 

Le ministre des affaires étrangères et
la comtesse Sodeska ont l’honneur de
vous prier de venir passer la soirée au
Rokou-Meikan, à l’occasion de la nais-
sance de S.M. l’Empereur.
On dansera.

Suit la description du voyage de Loti de Yokohama au Rokumeikan, qui lui permet de jouer sur les contrastes entre le Japon traditionnel des ruelles sombres, des lanternes et des pousse-pousses et le Japon moderne des gares et de l’éclairage au gaz.

Enfin, enfin, nous arrivons. A la file, nos chars passent sous un portique ancien dont la toiture se retrousse par les pointes, à la chinoise ; nous voici en pleine lumière, au milieu d’une sorte de fête vénitienne, au milieu d’un jardin prétentieux où d’innombrables bougies brûlent dans des ballons de papier sur des girandoles et, devant nous, se dresse le Rokou-Meïkan, très illuminé, ayant des cordons de gaz à chaque corniche, jetant des feux par chacune de ses fenêtres, éclairant comme une maison transparente.

Eh bien, il n’est pas beau, le Rokou-Meïkan. Bâti à l’européenne, tout frais, tout blanc, tout neuf, il ressemble, mon Dieu, au casino[1] d’une de nos villes de bains quelconque, et vraiment on pourrait se croire n’importe où, à Yeddo excepté…

Loti est séduit par les femmes, épouses de dignitaires, qui l’accueillent, élégantes, bien coiffées et bien habillées à l’occidentale, mais il ne peut s’empêcher de finir sa description sur ces mots:

Oh ! très bien, mesdames ; mes compliments sincères à toutes les trois ! très amusantes les attitudes, et très réussis les déguisements.

Il n’aime vraiment pas la décoration du lieu:

ces tentures contrastent avec la banalité des lanternes vénitiennes, de toutes les fanfreluches pendues au plafond, donnent le sentiment d’une Chine ou d’un Japon qui seraient en goguette, en fête de barrière.

Il n’a pas de mots trop durs pour les femmes habillées à l’occidentale; il reconnait leurs efforts méritoires, mais simplement parce qu’elles sont asiatiques, ces vêtements ne leur vont pas . Au contraire, Loti vante les mérites des ambassadeurs chinois:

Et puis ils font preuve de bon goût, ceux-ci, et de dignité, en conservant leur costume national, leur longue robe magnifiquement brochée et brodée, leur rude moustache retombante et leur queue.[2]

Loti critique aussi la manière de danser, trop automatique et pensée, des Japonaises.

Il conclut pourtant, de façon assez hypocrite et en prétendant, non sans culot, vouloir se rendre utile et plaisant aux Japonais:

En somme, une fête très gaie et très jolie, que ces Japonais nous ont offerte là avec beaucoup de bonne grâce. Si j’y ai souri de temps en temps, c’était sans malice. Quand je songe même que ces costumes, ces manières, ce cérémonial, ces danses, étaient des choses apprises, apprises très vite, apprises par ordre impérial et peut-être à contre-coeur, je me dis que ces gens sont de bien merveilleux imitateurs et une telle soirée me semble un des plus intéressants tours de force de ce peuple, unique pour les jongleries.

Cela m’a amusé de noter, sans intention bien méchante, tous ces détails, que je garantis du reste fidèles comme ceux d’une photographie avant les retouches. Dans ce pays qui se transforme si prodigieusement vite, cela amusera peut-être aussi des Japonais eux-mêmes, quand quelques années auront passé, de retrouver écrite ici cette étape de leur évolution ; de lire ce que fut un bal décoré de chrysanthèmes et donné au Rokou-Meïkan pour l’anniversaire de la naissance de S.M. l’empereur Muts-Hito, en l’an de grâce 1886.

C’est évidemment le mot « jongleries » qui a attiré mon attention. Bien sûr, mes recherches orientent la façon dont je lis ce texte, mais je ne peux m’empêcher de noter comme Loti place sa description du bâtiment et de la fête de Tokyo dans un cadre de sociabilité et de fêtes françaises: casino, fêtes vénitiennes, goguette, fête de barrière, déguisements, casino de province et, finalement, jongleries. C’est a dire qu’il cite toute une série de lieux et de circonstances où les acrobates jongleurs japonais et leurs imitateurs occidentaux se produisaient en France. La prégnance du premier contact de Loti avec la culture japonaise, ces spectacles de music hall et de cirque que donnaient des saltimbanques japonais, me semble très forte. Elle en modifie sa perception du Japon réel lorsqu’il visite le pays et la présentation qu’il en fait à ses lecteurs.

[1] Plus loin, p. 87, Loti reprendra cette comparaison:  « une décoration de casino de second ordre »

[2] Loti mentionne aussi un groupe de Japonaises habillées très traditionnellement et qui ne dansent pas, un « groupe un peu hiératique », les « princesses du sang et [l]es dames de la cour ». Loti est fasciné et décrit longuement leurs costumes et coiffures; il ne peut s’empêcher d’aller inviter l’une d’entre elles à danser, mais il se fait gentiment éconduire.

Liens du mois (mars 2017)

The Densho Digital Repository, a multi-partner initiative of Densho: The Japanese American Legacy Project, contains oral history interviews, photographs, documents, and other materials relating to the Japanese American experience. Additional information on the project is available at www.densho.org

Une troupe d’acrobates (« An acrobat troupe » (ddr-njpa-4-1828 (J1606.001)). Densho, Nippu Jiji Photograph Archive, « Japanese » Collection) (En partant de la gauche, M. et Mme Ozaki, Ruth, Hana)

Image du jour: le manuscrit du « Tour du monde en 80 jours »

'Around the World in Eighty Days' by Neuville and Benett 37
Par Alphonse de Neuville (1835-1885) et/ou Léon Benett (1838-1917) [Domaine public], via Wikimedia Commons

Passepartout, n’étant point homme à laisser languir une idée, se dirigea vers le port de Yokohama. Mais à mesure qu’il s’approchait des docks, son projet, qui lui avait paru si simple au moment où il en avait eu l’idée, lui semblait de plus en plus inexécutable. Pourquoi aurait-on besoin d’un cuisinier ou d’un domestique à bord d’un paquebot américain, et quelle confiance inspirerait-il, affublé de la sorte ? Quelles recommandations faire valoir ? Quelles références indiquer ?

Comme il réfléchissait ainsi, ses regards tombèrent sur une immense affiche qu’une sorte de clown promenait dans les rues de Yokohama. Cette affiche était ainsi libellée en anglais :

TROUPE JAPONAISE ACROBATIQUE

DE

L’HONORABLE WILLIAM BATULCAR


DERNIÈRES REPRÉSENTATIONS

Avant leur départ pour les États-Unis d’Amérique

DES

LONGS-NEZ-LONGS-NEZ

Sous l’invocation directe du dieu Tingou

GRANDE ATTRACTION !

« Les États-Unis d’Amérique ! s’écria Passepartout, voilà justement mon affaire !… »

Il suivit l’homme-affiche, et, à sa suite, il rentra bientôt dans la ville japonaise. Un quart d’heure plus tard, il s’arrêtait devant une vaste case, que couronnaient plusieurs faisceaux de banderoles, et dont les parois extérieures représentaient, sans perspective, mais en couleurs violentes, toute une bande de jongleurs.

C’était l’établissement de l’honorable Batulcar, sorte de Barnum américain, directeur d’une troupe de saltimbanques, jongleurs, clowns, acrobates, équilibristes, gymnastes, qui, suivant l’affiche, donnait ses dernières représentations avant de quitter l’empire du Soleil pour les États de l’Union.

Passepartout entra sous un péristyle qui précédait la case, et demanda Mr. Batulcar. Mr. Batulcar apparut en personne.

« Que voulez-vous ? dit-il à Passepartout, qu’il prit d’abord pour un indigène.

— Avez-vous besoin d’un domestique ? demanda Passepartout.

— Un domestique, s’écria le Barnum en caressant l’épaisse barbiche grise qui foisonnait sous son menton, j’en ai deux, obéissants, fidèles, qui ne m’ont jamais quitté, et qui me servent pour rien, à condition que je les nourrisse… Et les voilà, ajouta-t-il en montrant ses deux bras robustes, sillonnés de veines grosses comme des cordes de contrebasse.

— Ainsi, je ne puis vous être bon à rien ?

— À rien.

— Diable ! ça m’aurait pourtant fort convenu de partir avec vous.

— Ah çà, dit l’honorable Batulcar, vous êtes Japonais comme je suis un singe ! Pourquoi donc êtes-vous habillé de la sorte ?

— On s’habille comme on peut !

— Vrai, cela. Vous êtes un Français, vous ?

— Oui, un Parisien de Paris.

— Alors, vous devez savoir faire des grimaces ?

— Ma foi, répondit Passepartout, vexé de voir sa nationalité provoquer cette demande, nous autres Français, nous savons faire des grimaces, c’est vrai, mais pas mieux que les Américains !

— Juste. Eh bien, si je ne vous prends pas comme domestique, je peux vous prendre comme clown. Vous comprenez, mon brave. En France, on exhibe des farceurs étrangers, et à l’étranger, des farceurs français !

— Ah !

— Vous êtes vigoureux, d’ailleurs ?

— Surtout quand je sors de table.

— Et vous savez chanter ?

— Oui, répondit Passepartout, qui avait autrefois fait sa partie dans quelques concerts de rue.

— Mais savez-vous chanter la tête en bas, avec une toupie tournante sur la plante du pied gauche, et un sabre en équilibre sur la plante du pied droit ?

— Parbleu ! répondit Passepartout, qui se rappelait les premiers exercices de son jeune âge.

— C’est que, voyez-vous, tout est là ! » répondit l’honorable Batulcar.

L’engagement fut conclu hic et nunc.

Enfin, Passepartout avait trouvé une position. Il était engagé pour tout faire dans la célèbre troupe japonaise. C’était peu flatteur, mais avant huit jours il serait en route pour San-Francisco.

La représentation, annoncée à grand fracas par l’honorable Batulcar, devait commencer à trois heures, et bientôt les formidables instruments d’un orchestre japonais, tambours et tam-tams, tonnaient à la porte. On comprend bien que Passepartout n’avait pu étudier un rôle, mais il devait prêter l’appui de ses solides épaules dans le grand exercice de la « grappe humaine » exécuté par les Longs-Nez du dieu Tingou. Ce « great attraction » de la représentation devait clore la série des exercices.

Avant trois heures, les spectateurs avaient envahi la vaste case. Européens et indigènes, Chinois et Japonais, hommes, femmes et enfants, se précipitaient sur les étroites banquettes et dans les loges qui faisaient face à la scène. Les musiciens étaient rentrés à l’intérieur, et l’orchestre au complet, gongs, tam-tams, cliquettes, flûtes, tambourins et grosses caisses, opéraient avec fureur.

Cette représentation fut ce que sont toutes ces exhibitions d’acrobates. Mais il faut bien avouer que les Japonais sont les premiers équilibristes du monde. L’un, armé de son éventail et de petits morceaux de papier, exécutait l’exercice si gracieux des papillons et des fleurs. Un autre, avec la fumée odorante de sa pipe, traçait rapidement dans l’air une série de mots bleuâtres, qui formaient un compliment à l’adresse de l’assemblée. Celui-ci jonglait avec des bougies allumées, qu’il éteignit successivement quand elles passèrent devant ses lèvres, et qu’il ralluma l’une à l’autre sans interrompre un seul instant sa prestigieuse jonglerie. Celui-là reproduisit, au moyen de toupies tournantes, les plus invraisemblables combinaisons ; sous sa main, ces ronflantes machines semblaient s’animer d’une vie propre dans leur interminable giration ; elles couraient sur des tuyaux de pipe, sur des tranchants de sabre, sur des fils de fer, véritables cheveux tendus d’un côté de la scène à l’autre ; elles faisaient le tour de grands vases de cristal, elles gravissaient des échelles de bambou, elles se dispersaient dans tous les coins, produisant des effets harmoniques d’un étrange caractère en combinant leurs tonalités diverses. Les jongleurs jonglaient avec elles, et elles tournaient dans l’air ; ils les lançaient comme des volants, avec des raquettes de bois, et elles tournaient toujours ; ils les fourraient dans leur poche, et quand ils les retiraient, elles tournaient encore, — jusqu’au moment où un ressort détendu les faisait s’épanouir en gerbes d’artifice !

Inutile de décrire ici les prodigieux exercices des acrobates et gymnastes de la troupe. Les tours de l’échelle, de la perche, de la boule, des tonneaux, etc., furent exécutés avec une précision remarquable. Mais le principal attrait de la représentation était l’exhibition de ces « Longs-Nez », étonnants équilibristes que l’Europe ne connaît pas encore.

Ces Longs-Nez forment une corporation particulière placée sous l’invocation directe du dieu Tingou. Vêtus comme des hérauts du Moyen Age, ils portaient une splendide paire d’ailes à leurs épaules. Mais ce qui les distinguait plus spécialement, c’était ce long nez dont leur face était agrémentée, et surtout l’usage qu’ils en faisaient. Ces nez n’étaient rien moins que des bambous, longs de cinq, de six, de dix pieds, les uns droits, les autres courbés, ceux-ci lisses, ceux-là verruqueux. Or, c’était sur ces appendices, fixés d’une façon solide, que s’opéraient tous leurs exercices d’équilibre. Une douzaine de ces sectateurs du dieu Tingou se couchèrent sur le dos, et leurs camarades vinrent s’ébattre sur leurs nez, dressés comme des paratonnerres, sautant, voltigeant de celui-ci à celui-là, et exécutant les tours les plus invraisemblables.

Pour terminer, on avait spécialement annoncé au public la pyramide humaine, dans laquelle une cinquantaine de Longs-Nez devaient figurer le « Char de Jaggernaut ». Mais au lieu de former cette pyramide en prenant leurs épaules pour point d’appui, les artistes de l’honorable Batulcar ne devaient s’emmancher que par leur nez. Or, l’un de ceux qui formaient la base du char avait quitté la troupe, et comme il suffisait d’être vigoureux et adroit, Passepartout avait été choisi pour le remplacer.

Certes, le digne garçon se sentit tout piteux, quand — triste souvenir de sa jeunesse — il eut endossé son costume du moyen âge, orné d’ailes multicolores, et qu’un nez de six pieds lui eut été appliqué sur la face ! Mais enfin, ce nez, c’était son gagne-pain, et il en prit son parti.

Passepartout entra en scène, et vint se ranger avec ceux de ses collègues qui devaient figurer la base du Char de Jaggernaut. Tous s’étendirent à terre, le nez dressé vers le ciel. Une seconde section d’équilibristes vint se poser sur ces longs appendices, une troisième s’étagea au-dessus, puis une quatrième, et sur ces nez qui ne se touchaient que par leur pointe, un monument humain s’éleva bientôt jusqu’aux frises du théâtre.

Le monument s’écroula comme un château de cartes.

Or, les applaudissements redoublaient, et les instruments de l’orchestre éclataient comme autant de tonnerres, quand la pyramide s’ébranla, l’équilibre se rompit, un des nez de la base vint à manquer, et le monument s’écroula comme un château de cartes…

C’était la faute à Passepartout qui, abandonnant son poste, franchissant la rampe sans le secours de ses ailes, et grimpant à la galerie de droite, tombait aux pieds d’un spectateur en s’écriant :

« Ah ! mon maître ! mon maître !

— Vous ?

— Moi !

— Eh bien ! en ce cas, au paquebot, mon garçon !… »

(Merci Le Tour du monde en quatre-vingts jours/Chapitre 23, //fr.wikisource.org/w/index.php?title=Le_Tour_du_monde_en_quatre-vingts_jours/Chapitre_23&oldid=3375403)

Liens du mois (février 2017)

New Super-Man 8 (2017)

Akita Kanto Matsuri: jonglerie, tradition, invention de la tradition et misogynie

Le festival (matsuri) du Japon le plus important où la jonglerie joue un rôle  est le « Akita Kanto Matsuri » (je ne m’explique pas bien pourquoi le catalogue de l’exposition d’Osaka ne semble pas le mentionner).

秋田竿燈まつり: Akita Kanto Matsuri, début du mois d’août

1.300.000 personnes visiteraient la ville au moment du festival.

Un kanto est une perche de bambou qui soutient des lanternes; il peut y en avoir 46, pour un poids de 50 kilos et une hauteur de 12 mètres. Des perches plus petites existent aussi en différents formats. Les lanternes de papier ont la forme de ballots de riz. Chaque kanto est surmonté de bandelettes de papier sacrées pour le shinto (Gohei). 200 kantos sont portés au même moment lors du dernier jour du festival. 3.000 personnes, jongleurs, musiciens (flûtes de bambou) et assistants, participent à la parade.

Schéma explicatif d’un kanto et de son porteur (All Rights Reserved,Copyright 2001-2008 Akita Kanto Executive Committee)

Le festival remonterait au 18e siècle; il servait initialement de prière pour de bonnes récoltes de céréales et pour écarter les maladies. Le festival avait presque disparu au début du 20e siècle, mais l’intérêt que les empereurs Meiji et Taisho, ainsi que l’apparition de publicités sur les lanternes en 1908 l’ont relancé. Une société fut créée en 1931 pour organiser le festival et une compétition fut inventée la même année dans le but d’améliorer la qualité du spectacle du festival, mais l’esprit de compétition a causé des tensions avec le concept de patrimoine traditionnel, et les règles de la compétition ont été progressivement améliorées, par tâtonnements, pour essayer de concilier les deux approches. En 1980, le festival a été inscrit à la liste du patrimoine culturel immatériel du Japon, dans la catégorie folklore. Il a été réorganisé en 1992 par le rassemblement des événements Neburi-nagashi (festival de lanternes; initialement, une lanterne était utilisée lors de O-bon pour accueillir les esprits des ancêtres), Tanabata (une fête traditionnelle des étoiles), Honen-sai (un festival de moisson) et  O-bon (un festival de commémoration des défunts). Lors de la compétition le dernier jour, des jongleurs utilisent des perches de 18 m. de haut.

Akita Kanto Matsuri (Photo Ocavis Leechroot [CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons)

Initialement, le festival était un événement nocturne (avec lanternes allumées), mais sa popularité et les foules de spectateurs ont mené à la création de spectacles de jour. Les dates du festival ont changé au moment de l’adoption par le Japon du calendrier solaire en remplacement du calendrier lunaire, mais aussi plusieurs fois après la seconde guerre mondiale. Un dernier changement a eu lieu en 2001 pour lequel on a pris en compte les desiderata d’agences de voyage qui voulaient créer un circuit de festivals entre Akita, Sendai (festival de Tanabata: 仙台七夕) et Aomori (Nebuta Matsuri; 青森ねぶた祭り).

Les femmes ont pu participer au festival pour la première fois en 1967 comme musiciennes accompagnatrices, mais elles ne sont pas autorisées à porter un kanto car celui-ci est un objet shinto sacré, de la même façon que les femmes ne peuvent pénétrer le cercle où se déroulent les combats de sumo traditionnel (les femmes sont considérées impures à cause de leurs menstruations ou des saignements qui accompagnent l’accouchement). Dans le journal local, on a parfois publié dans les années 1980 des opinions selon lesquelles la participation de femmes au festival est la cause des averses qui l’ont frappé certaines années.

Les participants opposent le maniement du kanto à la jonglerie en s’appuyant aussi du fait que le kanto est sacré et qu’il est primordial de ne pas le faire tomber ou pire de le casser; lors de la compétition, il est important de pouvoir s’arrêter avant la « profanation » du kanto, même si le porteur du kanto voudrait aller plus loin dans ses efforts pour gagner.

Les bandelettes de papier shinto (gohei) proviennent du sanctuaire Akita Hachiman 秋田八幡神社. Après le festival, on les jette dans la rivière Kyuuomonogawa (旧雄物川) du haut du pont Shinkawahashi (新川橋).

Bibliographie

Sitographie

Ressource du jour: The Metropolitan Museum

La base de données est très pratique et facile à naviguer et exploiter. Voici quelques exemples d’objets en rapport avec ce carnet:

Carte publiée par Messer’s Gum (USA) (7 × 3.8 cm) (ca. 1910) (Merci http://www.metmuseum.org/art/collection/search/430543)

Utagawa Kuniteru, 浅草観音境内ニ於イテ興行仕候 佛蘭西曲馬: cirque équestre français au temple Asakusa Kannon (1871) (Merci http://www.metmuseum.org/art/collection/search/55455)

Voir aussi:

Jonglerie et patrimoine culturel immatériel du Japon (12): hayashi-kyokumochi

囃子曲持 (神奈川県川崎市) (Hayashi Kyokumochi, Kawasaki, Préfecture de Kanagawa)

Festival en octobre au sanctuaire 新城神社

Différentes épreuves de force et de jonglerie avec des ballots de riz et d’autres instruments de fabrication et de commerce du sake.

Inscrit au patrimoine culturel de la ville en 1978

Sitographie:

Liens du mois (janvier 2017)

Disparition du cirque Barnum: petite revue de presse

1898 ? Existe aussi en versions allemande et française; voir https://www.ringling.org/circus-collections

1898 ? Existe aussi en versions allemande et française; voir https://www.ringling.org/circus-collections

 

Voici une série de liens en rapport avec l’annonce que le Cirque Barnum va cesser ses activités:

Articles en français:

(…) Le cirque, officiellement nommé Ringling Bros. and Barnum and Bailey Circus après plusieurs fusions, a expliqué dans un communiqué qu’il ne survivait plus financièrement, en raison de l’augmentation des coûts et du déclin des ventes de billets, surtout depuis qu’il a été forcé par les défenseurs des animaux de retirer les éléphants qui étaient le clou de son spectacle.

(…) F. Bouglione, « Le cirque Ringling est plus victime de la finance que de la désertion du public (…) Il faudra m’expliquer comment un spectacle qui a a eu dix millions de spectateurs dans l’année n’arrive pas à être rentable. Je suis très étonné »

(…) [En réponse à l’affirmation selon laquelle le Cirque doit fermer parce qu’il ne peut plus montrer d’éléphants]: « Retirer les animaux, cela a dû faire un coup. Ça m’étonne quand même un peu, depuis le temps que ce cirque existe. Est-ce que c’est vraiment la cause exacte de la disparition de ce cirque? », a commenté John Beautour, porte-parole de l’Association des cirques de familles de France.

« Mais, pour moi, ce n’est pas en raison de la pression des anti-animaux américains qu’ils ferment. Le cirque Barnum est plus victime de la finance. C’était le plus grand cirque du monde, un très grand spectacle. Mais la famille Feld, propriétaire de ce cirque, produit 30 ou 35 spectacles. Et malheureusement, le drame même, est que Kenneth Feld a, il y a quelques années, tout cédé à ses trois filles. Lui adorait le cirque, ses trois filles un peu moins. Alors quand vous avez 35 spectacles qui tournent et que l’un d’entre eux est moins rentable de 3%, vous le fermez. Merci, au revoir. »

(interview d’Alexandre Bouglione):  » … en ce moment, il y a comme une chasse aux sorcières envers les gens du voyage, les cirques et les forains. On met un peu tout le monde dans le même sac. Il y a des gens qui font très bien ce métier, d’autres qui le font très mal. Actuellement, on ne peut plus travailler avec des animaux sauvages, mais ça se pratique dans les zoos. Notamment en Belgique. Regardez Pairi Daiza… Même si je n’ai rien contre eux. Il y aurait donc maltraitance quand on dresse des animaux mais seulement dans les cirques ? Dans beaucoup de zoos, il y a des tigres, des éléphants, des perroquets, des otaries, des orques, des dauphins. Chez nous, c’étaient soi-disant des prisons, mais dans les zoos, les prisons sont juste un peu plus grandes, c’est tout.  »

(interview de David Williams-Mitchell):

« Cirques, zoos: est-ce du pareil au même pour les animaux ?

Non. Les animaux sauvages hébergés dans les meilleurs zoos (dont nos membres) ont beaucoup moins de contact avec les humains, dans des enclos qui imitent autant que possible les conditions de leur habitat naturel. La participation des animaux à des spectacles est autorisée seulement à des conditions strictes (dont l’obligation que le spectacle vise à éduquer le public et que la dignité de l’animal soit respectée et préservée). »

Articles en anglais:

  • D. Takahashi, Technology fails to save Ringling Bros. circus, Venture Beat (14 janvier 2017)
  • C. Mele, Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus to End Its 146-Year Run, The New York Times (14 janvier 2017)
    « (…) Mr. Feld told The A.P. that transporting the show by rail and other circus quirks — such as providing a traveling school for performers’ children — are throwbacks to another era. “It’s a different model that we can’t see how it works in today’s world to justify and maintain an affordable ticket price.(…) [PETA statement] « All other animal circuses, roadside zoos, and wild animal exhibitors, including marine amusement parks like SeaWorld and the Miami Seaquarium, must take note: society has changed, eyes have been opened, people know now who these animals are, and we know it is wrong to capture and exploit them. » Humane Society CEO Wayne Pacelle said in a statement, « It’s just not acceptable any longer to cart wild animals from city to city and have them perform silly yet coercive stunts. I know this is bittersweet for the Feld family, but I applaud their decision to move away from an institution grounded on inherently inhumane wild animal acts. » »
  • C. Goudie, Ringling Bros. circus to close after 146 years; Failure started with focus on elephant abuse, ABC 7 (15 janvier 2017)
  • K. Varn et al.,Nostalgia takes an emotional hit with closing of Ringling Bros. circus, Tampa Bay Times (15 janvier 2017): »That sentiment was shared Sunday at the International Independent Showmen’s Museum in Riverview, which preserves the Tampa Bay area’s history as a one-time home base for circus and carnival performers.Museum executive director David « Doc » Rivera said he had heard speculation for months that the circus would be shut down or sold to Disney.The reason for declining interest in the circus, he said, can be attributed to the Internet, video games, television and other forms of modern home entertainment. »It used to be that you had to get off your butts and leave the house to be entertained, » he said. « Not anymore. »There was a time when if you wanted to see a 500-pound lady or a giant you had to go the carnival or circus, » he said. « Then one day you could turn on your TV and see them. » »
  • J. Rogers, Hundreds to lose jobs after Ringling Bros Circus shuts down, News Channel 8 (16 janvier 2017): « The company leaders said one factor in the success of their other properties such as ‘Marvel Universe LIVE!’ and ‘Disney on Ice’ is that kids are very familiar with them after seeing them on TV.  Kids today don’t have the same association with the circus as other children did in previous generations.“Kids drive what parents do with them. In the sense of entertainment where you take your kids is where your kids demand. And if it’s not part of their life every day, they have no point of reference to demand that,” said Kenneth Feld. »
  • C. Hlavaty, Ringling Bros. folding is the end of an era in family entertainment, Houston Chronicle (16 janvier 2017): « According to reports the show was felled by a variety of factors. For one, the show was still being transported by rail, a quaint touch in an era when most similar traveling shows are a fleet of semis and buses. »
  • L. Pisoni, The end of Ringling Bros.: What the Greatest Show on Earth meant to a man raised in the circus, Los Angeles Times (16 janvier 2017)
    « (…) What does this mean if an institution like Ringling Bros. can no longer remain in business? I don’t know why the show is closing, but I do know we now live in an era where the priority is not live performance. Instead, we want our personal entertainment when we want it, on demand, with headphones. I’m as guilty of this as anyone. As a former circus performer, and a new father, that saddens me. Perhaps I long for the time when kids didn’t socialize with virtual friends but rather physically came together for a shared experience, for entertainment that built connections and made memories. Because that’s what happens at the circus, in the stands for the audience and in the ring for the performers. (…) »
  • J. Rogers, What will happen to the costumes and props from the Ringling Bros. Circus?, News Channel 8 (17 janvier 2017)
  • A. Woodruff, The Pull Of The Armchair Conservationist And The Far-Reaching Implications Of The Ringling Bros. Closure, UPROXX (17 janvier 2017) (une discussion intéressante)
  • H. Weiss-Tisman, Despite Ringling Bros. Shutdown, The Circus Arts Remain Alive And Well In Vermont, NHPR (18 janvier 2017)
  • R. Beadle, Why America’s most famous circus was destined to fail, The Conversation (18 janvier 2017)
  • H. Covington, For Minnesota performers, circus shutdown prompts shock, grief and nostalgia, Star Tribune (20 janvier 2017)
  • J. Wallace, S. Kennedy Wynne, Despite layoffs, Ringling company vies for millions in job creation, Bradenton Herald (24 janvier 2017): (…) « Those who work with Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus crisscross the country on a mile-long train that carries not just the performers but also the animals, their feed and a 24-hour dining operation called the Pie Car. Children go to school on the train and there is a day care operation. They are housed in cars set up like efficiency apartments. Electricians, mechanics and animal tenders are on board to keep things running.The circus’ first female ringmaster, 35-year-old Florida native Kristen Wilson, said living on the train has been an eye-opening experience. She called it a “city without a ZIP code” and compared it to an apartment building that’s horizontal. » (…)
  • D. Elias, Despite closing, Ringling Bros. to receive $3M tax incentive, count on nbc2 first (25 janvier 2017): (…) « The company will still receive its incentive because they classified the 400 lost jobs as « on the road jobs, » meaning they aren’t Florida-based and don’t count as part of the incentive calculation. »You travel by train.  No other company is doing that, » Razhba said.Besides Ringing Bros. and Barnum & Bailey, Palmetto-based Feld Entertainment also owns Disney on Ice, Monster Jam, and Marvel Universe. » (…)

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (11)

川名津柱松神事 (愛媛県八幡浜市): Kawanazuhashiramatsu-shinji (Yawatahama, Préfecture d’Ehime)

Je n’ai trouvé sur Youtube qu’une seule vidéo pour cet événement, et je ne le mentionne ici que parce qu’il fait partie de la liste donnée dans le catalogue de l’exposition d’Osaka. Le seul fait relevant de l’acrobatie que l’on y voit est un démon (鬼, oni) grimpant, une torche à la main, au sommet d’un mat de 22 m de haut dressé pour le festival (柱, hashira, le pilier) (vers 4’39 de la vidéo). On ne le voit pas sur la vidéo, mais il descendrait à l’aide d’une corde de façon spectaculaire. Le mat est un pin coupé dans la foret et purifié dans la mer. Les hommes de 42 ans participent à ce festival, qui aurait plus de 200 ans.

Date: 3e samedi d’avril

Sitographie