Forains morts pour la patrie

Le hasard des conversations sur la liste électronique des carnetiers Hypothèses m’a fait découvrir une merveilleuse base de données des monuments aux morts en France et en Belgique: http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/. J’y ai trouvé deux monuments aux morts liés aux spectacles de rue et au cirque.

Le premier se trouve à Bruxelles, plus exactement à Anderlecht. Il s’agit d’un monument « Aux forains morts glorieusement pour la patrie ». Son iconographie est assez unique : un pierrot y tient de la main droite un masque, de la gauche un glaive. Le monument est bien mis en valeur au centre de la place dite Square de l’aviation (voir les belles photos en cliquant sur le premier lien ci-dessous). Il est l’œuvre du sculpteur Victor Voets, qui semble s’être spécialisé en monuments aux morts. Il est notamment l’auteur d’un autre monument honorifique exceptionnel de Bruxelles, le monument au Pigeon soldat. Si le monument aux forains est remarquable par son iconographie, il faut noter que celle-ci fait plus penser au théâtre qu’au monde des forains et du cirque ; elle est peut-être paradoxale en ce qu’elle élève ceux qu’elle veut honorer par une représentation qui ne leur est pas pertinente.

« malgré la souffrance et la mort, les forains firent leur possible pour entretenir le moral des autres soldats, pour les faire rire. Mourir de rire… Expression qui appelle à l’oreille ce qui là-bas souvent se confondait avec la réalité. La mort et le rire. Éternel conflit du burlesque et du tragique. Il atteignait là-bas son intensité sublime. Et quand la mort frappait, quand le sacrifice attendu se consommait, le visage du forain belge gardait une sérénité souriante, bel et encourageant exemple, présage et semence de victoire. Et c’est grâce à cela Pierrot sans masque, Pierrot ardent et calme, Pierrot charmant et grave, Pierrot armé, c’est grâce à cela que ton glaive est couronné de lauriers ».

(Fragment des discours entendus lors de l’inauguration du monument en 1924, recopié depuis http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/monument/4261/anderlecht-place/)

Une analyse rapide de l’onomastique des défunts honorés ne permet pas d’y retrouver des forains étrangers ou descendants d’étrangers.

Couverture du Patriote illustré, 3 février 1924
(Trouvée sur le site internet du Cercle d’Archéologie, Folklore et Histoire d’Anderlecht asbl)

Le deuxième monument se trouve en France, à Rouen. Il est aussi spectaculaire. Au centre d’une petite volée d’escaliers, une paire de lions tirent un char sur lequel est assise une femme ailée (la Gloire) ; elle tend le bras droit vers le haut et brandit une couronne de laurier; de la main gauche, elle soutient un poilu inanimé étendu sur ses genoux. Une petite colonnade semi-circulaire entoure la statue principale; elle est surmontée d’une inscription et de deux bas-reliefs. Celui de gauche montre le départ déchirant du soldat et ses adieux à sa famille devant une roulotte où l’on distingue un singe. Celui de droite donne à voir le retour glorieux du soldat et l’accueil triomphal qu’on lui fait  (une roulotte y figure aussi). Ce monument est l’œuvre d’un sculpteur lui aussi spécialisé en monuments patriotiques, mais également politiquement engagé, puisque Maxime Real del Sarte est fameux pour ses sculptures, beaucoup réalisées après avoir perdu une main au combat, mais aussi pour son rôle dans les Camelots du roi, une association proche de l’Action française. Pour ce monument-ci, les forains sont représentés plus directement que dans le monument bruxellois, mais pas dans l’exercice de leur art. C’est leur cadre de vie, les roulottes, qui les identifie.

Il est aussi possible que les lions allégoriques du char de la Gloire soient une allusion aux animaux de cirque, aux ménageries foraines.

Maquette du monument des forains [morts pour la patrie] par M. Real del Sarte : [photographie de presse] / [Agence Rol]; Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13 (1026); http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531100625; domaine public

On soulignera finalement que les deux monuments sont encore vivants, en ce sens qu’ils sont associés au moins une fois par an à une grande foire de la ville où ils se dressent, la Foire du Midi de Bruxelles et la Foire Saint Romain de Rouen. Des cérémonies les associent ainsi étroitement à la profession et l’actualité de ceux qu’ils honorent.

Dans un prochain billet, je présenterai brièvement d’autres monuments publics en l’honneur de forains ou de gens du cirque. Si vous en connaissez ou avez des suggestions, je serai très heureux de lire vos commentaires.

Liens utiles pour mieux voir le monument de Rouen, que je ne peux mieux illustrer ici par respect du droit d’auteurs
Article Wikipédia créé en même temps que cette entrée de carnet
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Forains morts pour la patrie ». Publié sur Acrobates japonais en France le 21/09/2017. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/1119.

Artistes de rue et de music-hall à l’ombre du Shadow Hero

Gene Luen Yang est un auteur de bandes dessinées américain d’origine chinoise dont le travail m’intéresse beaucoup, car il explore avec talent et humour des thèmes liés à l’identité et l’histoire des immigrés chinois aux États-Unis et de leurs descendants.

Avec Sonny Liew au dessin, dans la série The Shadow Hero, il a redonné vie à The Green Turtle un super-héros imaginé en 1944, qui aide les Chinois à combattre contre l’envahisseur japonais. Ce super-héros a été créé par un des premiers artistes sino-américains de comics, Hing Chu. Comme ses aventures se sont vite arrêtées, leur auteur n’a pas eu le temps de vraiment développer le caractère du personnage. Cela permet à Yang et Liew de placer sa naissance et la fabrique de son identité dans le milieu des immigrants chinois de la Chinatown de San Francisco pendant l’entre-deux-guerres.

J’ai donc eu le plaisir de découvrir qu’ apparaissent dans cette histoire des personnages familiers aux lectrices de ce carnet:

  1. le méchant de l’histoire, nommé Ten Grand, arrive en Amérique avec sa famille, attirée par la promesse de faire fortune rapidement. Son père est assassiné par un Américain caucasien peu de temps après leur arrivée, et lui-même ne survit qu’en dormant dans les rues et volant sa nourriture. Il se joint à une bande d’orphelins chinois: le jour, ils gagnent leur vie par des spectacles d’acrobatie et de jonglerie en rue (p. 124, case 2); la nuit, ils volent les « gwailo » (« les Blancs »).
  2. Le quartier général de Ten Grand se trouve dans un casino clandestin caché à l’intérieur d’un rocher dans la baie de San Incendio (=San Francisco): le « Palace of forbidden fortunes », de style pseudo-chinois.

Casino clandestin dans The Shadow Hero, fond d’écran disponible sur le site internet de l’éditeur français du livre, Urban China.

The Green Turtle y découvre le maire et le commissaire en chef de la ville attablés dans la salle principale. Ils sont accueillis par « l’empereur »:

p. 102 (on peut en voir un aperçu ici: https://itunes.apple.com/us/book/the-shadow-hero-5)

Case 1: All hail Emperor Ten Grand (Gong)

Case  2: What is this ?! What are you foreign devils doing in the Palace of forbidden Fortunes ?! How dare you defile my sacred home ?!

Case 3: Maire de la ville: « Foreign devils! » Ha ha ! I love that !

Case 4: For this violation of my imperial edicts, I sentence you to … a night enjoying my many games of chance !!! Should you lose, you shall bring shame upon your ancestors ! But should you win —

Case 5 — you shall leave here with my treasure filling your pockets !

Case 6: And rest assured the depth of my treasure are inscrutable !!! May the gods of luck smile upon you tonight !

Case 7: The Green Turtle: You’ve got to be kidding me

Par sa position sur une scène, ses vêtements, son langage ampoulé, ses acolytes et le décor de gong et de colonnes décorées de dragons, l’ « empereur » ressemble à un artiste de music-hall. Cette impression se confirmera quelques pages plus tard quand The Green Turtle qui l’a enlevé l’apporte au bureau du policier intègre de la ville (« Detective Lawful ») (p. 117). Celui-ci lui arrache sa moustache et l’identifie comme « Moe Bender », « voleur par nécessité, acteur par vocation ».

p. 117

case 4- Lawful : (…) Whatcha doin’, Moe ? The Chinese can’t find a Chinese to play Fu Manchu ?

Bender: Fu Man — ? I beg your pardon !

case 5: I am the personal stand-in of the notorious Ten Grand, mastermind of the San Incendio underworld ! The audience has doubled — nay, tripled ! — since I accepted the role ! Such is the enormity of my talent — I’ve out-chinked the Chinks !

Moe Bender se vante d’être plus chinois que les Chinois, et s’il n’est pas magicien, cela rappelle la rivalité entre Chung Ling Soo (nom de scène de William Ellsworth Robinson) et Ching Ling Foo (nom de scène de Zhu Liankui). L’ironie ici repose dans le fait que le personnage chinois, The Green Turtle, n’identifie pas l’imposture alors que le détective caucasien reconnaît immédiatement qu’il n’a pas affaire à un Chinois; inversement, Chung Ling Soo se faisait passer avec succès pour un authentique Chinois auprès du public des music-halls d’Europe et d’Amérique.

Pour conclure rapidement, les acrobates et l’artiste de music-hall pseudo-chinois sont des personnages tout à fait secondaires de la bande dessinée The Shadow Hero, mais ils servent utilement, efficacement et avec humour, d’accessoires de contexte historique.

Liens et bibliographie

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Artistes de rue et de music-hall à l’ombre du Shadow Hero ». Publié sur Acrobates japonais en France le 03/08/2017. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/1067.

Les voies de l’orientalisme sont parfois savonneuses et sinueuses

On peut lire en ligne depuis peu un intéressant compte-rendu par Béatrice Gaillard du livre suivant:

Maury, Gilles: Le château Vaissier. Palais orientaliste d’un savonnier de Roubaix (1892-1929). 17 x 24 cm, 264 pages, 151 illustrations en noir, 23 en couleurs, ISBN : 978-2-7084-0947-7, 39 €
(Editions Picard, Paris 2013)

Publié en ligne le 2015-04-10
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2085

Palais Vaissier (Source de l’image: Charles-Olivier Bourgeot, Roubaix : « L’aventure des Savons du Congo » à La Piscine ou la fortune d’un industriel roubaisien, La Voix du Nord 28 avril 2015)

Le château Vaissier, ou Palais du Congo, a éte construit, entre Roubaix et Tourcoing, en 1892, pour l’industriel Victor Vaissier (1851-1923) par l’architecte roubaisien Édouard Dupire Rozan (1842-1901). Vaissier fit fortune avec le « savon du roi du Congo »; il voulait donc au début faire construire un edifice en rapport avec l’Afrique, mais il ne fut pas satisfait par les reconstitutions de village africain vues lors de sa visite à l’exposition universelle de 1889, et, à cause du thème de l’éléphant, animal commun à l’Afrique et l’Asie, il choisit donc de se faire construire un bâtiment « indien ». Il semble que son architecte travailla avec sérieux, chercha à bien se documenter et fournit un ouvrage remarquable.

Cet exemple montre bien que les voies de l’orientalisme sont parfois surprenantes et complexes.

Je suis aussi frappé par le fait que ce château fut si rapidement détruit, six ans seulement après la mort de son initiateur, sans que sa veuve ne semble avoir fait beaucoup d’efforts pour le préserver. Je me demande si des questions de goût et de mode ont joué en plus des raisons financières: serait-ce un acte anti-orientaliste ?

On voudrait aussi savoir si, malgré tout, ce bâtiment a eu une influence sur d’autres édifices dans la région.

Pour finir, je ne résiste pas au plaisir de citer le dernier « dessin du lundi » de la Revue XXI (27 avril 2015), Sacré(e) tour:

La tour japonaise de Bruxelles est un bel exemple du surréalisme à la belge. Commandée par le roi Léopold II à Alexandre Marcel, un architecte français, elle fut construite au début du XXème siècle avec l’argent du Congo.(…)

Ici aussi, l’orientalisme passerait par le Congo.

 

Quelques liens: