Les voies de l’orientalisme sont parfois savonneuses et sinueuses

On peut lire en ligne depuis peu un intéressant compte-rendu par Béatrice Gaillard du livre suivant:

Maury, Gilles: Le château Vaissier. Palais orientaliste d’un savonnier de Roubaix (1892-1929). 17 x 24 cm, 264 pages, 151 illustrations en noir, 23 en couleurs, ISBN : 978-2-7084-0947-7, 39 €
(Editions Picard, Paris 2013)

Publié en ligne le 2015-04-10
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2085

Palais Vaissier (Source de l’image: Charles-Olivier Bourgeot, Roubaix : « L’aventure des Savons du Congo » à La Piscine ou la fortune d’un industriel roubaisien, La Voix du Nord 28 avril 2015)

Le château Vaissier, ou Palais du Congo, a éte construit, entre Roubaix et Tourcoing, en 1892, pour l’industriel Victor Vaissier (1851-1923) par l’architecte roubaisien Édouard Dupire Rozan (1842-1901). Vaissier fit fortune avec le « savon du roi du Congo »; il voulait donc au début faire construire un edifice en rapport avec l’Afrique, mais il ne fut pas satisfait par les reconstitutions de village africain vues lors de sa visite à l’exposition universelle de 1889, et, à cause du thème de l’éléphant, animal commun à l’Afrique et l’Asie, il choisit donc de se faire construire un bâtiment « indien ». Il semble que son architecte travailla avec sérieux, chercha à bien se documenter et fournit un ouvrage remarquable.

Cet exemple montre bien que les voies de l’orientalisme sont parfois surprenantes et complexes.

Je suis aussi frappé par le fait que ce château fut si rapidement détruit, six ans seulement après la mort de son initiateur, sans que sa veuve ne semble avoir fait beaucoup d’efforts pour le préserver. Je me demande si des questions de goût et de mode ont joué en plus des raisons financières: serait-ce un acte anti-orientaliste ?

On voudrait aussi savoir si, malgré tout, ce bâtiment a eu une influence sur d’autres édifices dans la région.

Pour finir, je ne résiste pas au plaisir de citer le dernier « dessin du lundi » de la Revue XXI (27 avril 2015), Sacré(e) tour:

La tour japonaise de Bruxelles est un bel exemple du surréalisme à la belge. Commandée par le roi Léopold II à Alexandre Marcel, un architecte français, elle fut construite au début du XXème siècle avec l’argent du Congo.(…)

Ici aussi, l’orientalisme passerait par le Congo.

 

Quelques liens: