Grande Collecte 2016 – D’une rive à l’autre de la Méditerranée : l’Afrique et la France aux XIXe et XXe siècles

Par le blog Africa4, j’apprends l’heureuse initiative des Archives de France: la Grande Collecte:

Un grand appel est donc lancé au public afin de collecter et de numériser des documents traitant des relations entre l’Afrique et la France du XIXe au XXe siècle. La Grande Collecte 2016 embrassera tous les aspects de cette communauté de destin : échanges commerciaux, scientifiques ou culturels, collaboration économique, immigration, mais aussi événements politiques, militaires et diplomatiques. Les personnes ou les familles conservant des documents datant de cette époque, tels que des journaux intimes, des carnets, des correspondances, des photographies, des tracts ou des affiches, sont invitées à les faire connaître auprès des services partenaires afin de les sauver de l’oubli. L’opération permettra ainsi d’enrichir deux siècles d’histoire franco-africaine, en mettant en lumière l’action des populations civiles et la réalité des parcours individuels.

C’est l’occasion pour moi d’attirer l’attention sur les voyages des acrobates et jongleurs japonais ou de leurs imitateurs occidentaux en Afrique du Nord, dans le cadre de réseaux d’artistes de cirque et de cabaret. Par exemple, on peut lire ceci dans le guide d’Édouard Dallès, Alger, Bou-Farik’, Blidah et leurs environs : guide géographique, historique et pittoresque (2e édition) (Alger, 1888), p. 112:

Donc, n’hésitez pas à apporter vos documents, quels qu’ils soient, aux Archives.

Article du jour: les archives de Paul Adrian

Joëlle Garcia et Philippe Henwood, « Le cirque commence à cheval : les archives de Paul Adrian au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France », In Situ [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://insitu.revues.org/11906 ; DOI : 10.4000/insitu.11906

Bibliothèque Nationale de France. Archives et manuscrits. Fonds Adrian, Paul (cirque)

Dans cet article, les auteurs présentent brièvement le fonds d’archives Paul Adrian et l’histoire de sa constitution. Ils le replacent dans son contexte historiographique et son réseau d’amateurs de cirque et de collectionneurs (et de leurs épouses).

L’article est intéressant parce qu’il mentionne donc également les archives de:

Ressource du jour: Paris Musées

Les Musées de la Ville de Paris viennent d’ouvrir un site internet très riche. D’après la page d’introduction, 185.425 œuvres ont été mises en ligne.

En ce qui concerne les droits d’auteur, voici ce qu’on peut lire sur leur site internet:

Crédits

L’ensemble des matériels édités sur le site parismuseescollections.paris.fr, incluant notamment les textes, les photographies, les infographies, les icônes sont la propriété exclusive de l’établissement public Paris Musées, de la Ville de Paris ou des parties dont il a été obtenu le droit d’utilisation. En conséquence, toute représentation ou reproduction, pour un usage autre que personnel, qui pourrait en être faite sans le consentement de leurs auteurs ou de leurs ayants-droit, est illicite.

Je n’ai pas la formation juridique nécessaire pour discuter de ces affirmations, mais elles m’étonnent, surtout quand je pense aux pratiques d’autres sites comme Gallica. En outre, le site des Musées de Paris offre un onglet « Partager ce contenu » qui permet d’utiliser les services de Facebook, Twitter, Tumblr ou « par email », et je me demande comment les restrictions mentionnées ci-dessus sont compatibles avec la politique d’accaparement de Facebook, par exemple. (6/5/2016: voir ci-dessous pour d’autres réactions)

L’indexation, et donc la recherche, est très variable pour ce que j’ai pu en voir. Une recherche « acrobate », « jongleur » ou « cirque japonais » ne mènera pas à des documents importants comme celui-ci:

Folies-Bergère, Troupe Japonaise de Yedo

Par contre, une recherche « Japonaise » permet d’y accéder, tout comme à ce document-ci, grâce à l’extraordinaire travail d’indexation effectué par des générations d’archivistes ou conservateurs avant la numérisation des œuvres:

Journée cinématographique des poilus (21/12/1915)

Voici la « description iconographique » qu’on peut lire sur la page internet de la reproduction de cette photographie : (en grasses, l’information qui m’intéresse)

Affiche de la journée cinématographique du Poilu, Paris, 21 décembre 1915. Première Guerre mondiale, 1914-1918, Grande Guerre. L’affiche indique : « JOURNEE / CINEMATOGRAPHIQUE / DU / POILU / GRANDE / MATINEE DE GALA / ORGANISEE PAR LA CHAMBRE / SYNDICALE DE LA CINEMATOGRAPHIE / ET LE SYNDICAT DES DIRECTEURS DE CINEMAS / AU BENEFICE DE LA / JOURNEE / DU POILU / Le Mardi 21 Décembre 1915 / A 2heures / AU GAUMONT-PALACE / (HIPPODROME PLACE CLICHY) / OUVERTURE DES PORTES A 1H1/2 / PROGRAMME CINEMATOGRAPHIQUE SPECIAL / ENTIEREMENT INEDIT / ORCHESTRE DU GAUMONT-PALACE / MUSIQUE DE LA GARDE REPUBLICAINE ». D’autres affiches sont collées : « Marcelle RAYNE / […] EZAIS M. STACQUET / […]EUX / […]HANN / […] / JACQUES FAURE / […] / […]CENTY René ROCHEMAY / […] / […] chantée par Melle Marcelle RENAY / Les Couleurs revenues / […] le soir du 11…. / […] / Décembre, Matinée à 2h » et  » SAMEDI 4, DIMANCHE 5 (Matinée et Soirée), LUNDI 6 Décembre / 4 REPRESENTATIONS DE GRAND GALA / […] / LE CHANTEUR POPULAIRE / Le Roi de la Chanson Française / […] FABRISS / L’ETOILE DU CONCERT-MATOL / MABOUL Ier / ATTRACTION / LEGAEL PAUL DUC / […]es ANDO GINGIRO / TROUPE JAPONAISE / […] REYLA M A DARLEY […] LEREY / MOLER et THEODORE / ATTRACTION COMIQUE / […] / LUNDI SOIREE à Prix Réduits ».

Quelle précision ! On ne peut qu’admirer le caractère exhaustif de cette fiche. Elle montre bien que les mérites de la numérisation ne s’arrêtent pas à l’œuvre elle-même, mais qu’il est important, pour la recherche, de mettre en ligne le travail de description, l’appareil critique qui l’accompagne.

Le site des Musées de Paris va donc, à mon avis, se montrer un instrument de travail très important, tant pour la quantité de ses documents que pour la précision de certaines de ses fiches, témoins du travail archivistique mené pendant de nombreuses années, un trésor pour les historiens et autres chercheurs, construit, patiemment, avant la naissance d’internet.

Mise à jour du 6 mai

Pour en savoir plus:

A propos des mentions légales, la réaction de Calimaq:

Mise à jour du 9 mai

Je conseille la lecture de l’article de D. Rykner, Les médiocres bases de données des musées de la Ville de Paris, La tribune de l’art 8 mai 2016.

Mise à jour du 14 mai

On peut lire une présentation plus optimiste et positive par F. Navamuel, Paris Musées. Toutes les œuvres et collections des musées de la ville de Paris, Les outils TICE 12 mai 2016

Japonais morts pour la France

On a vu lors d’un précédent billet que 126 Japonais avaient été internés en Allemagne durant la Première Guerre Mondiale, un cinquième d’entre eux étant artistes de cirque ou de spectacle. A l’occasion de la commémoration de la Bataille de Verdun, je voudrais présenter d’autres Japonais touchés par ce conflit. Mémoire des hommes est la « Base de données des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale », disponible sur le site internet du Ministère de la défense. « Plus de 1,3 million de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu la mention « Mort pour la France » [y] figurent. ».

Une recherche « Pays de naissance: Japon » donne 10 résultats, dont 2 personnes avec des noms japonais (je me demande s’il y des fiches pour des Japonais nés hors du Japon):

  • Masatoshi Takeichi Takechi (le nom barré me semble préférable), caporal pilote au régiment de marche de la Légion étrangère, 3/3/1888 – 17/4/1917, mort des suites de blessures de guerre.
Takeichi Masatoshi: mort pour la France

Takeichi Masatoshi: mort pour la France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Tadao Yamanaka, caporal au régiment de marche de la Légion étrangère, 22/6/1886 – 4/12/1917, mort des suites de blessures de guerre.
Tadao Yamanaka, mort pour la France

Tadao Yamanaka, mort pour la France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous deux avaient été recrutés à Paris et sont morts dans un hôpital.

Liste des archives du monde du cirque et du music hall entre les années 1880 et la Première Guerre mondiale

Pour accompagner la parution de son livre « Chocolat. La véritable histoire d’un homme sans nom« , Gerard Noiriel a publié sur le blog « Chocolat » ses « Remerciements, archives et bibliographie« . On peut lui en être vraiment reconnaissant, surtout pour la liste des archives, qui sera extrêmement précieuse. Merci beaucoup.