Liens de la semaine (11 août 2016)

Globalisation
Ressources
  • Archives du Tohoku Culture Research Center: 30,000 cartes postales et 2,000 photographies (en 2011; je ne sais pas ce qu’il en est actuellement, mais les liens vers le Center lui-même sont morts); recherche uniquement par mots japonais alors que les descriptifs des documents sont en grande partie bilingue; malheureusement, une conception du copyright d’apparence très restrictive; les documents semblent rarement datés.

Cirque Shibata (Copyright © Tohoku Culture Research Center)

  • Japan Magic Museum: un blog dynamique, uniquement en japonais, présentant des documents uniques sur les magiciens et l’art de la prestidigitation au Japon, interdit la reproduction des images qu’il présente, mais je ne vois pas très bien selon quelle loi.
Exposition virtuelle
Articulets Wikipédia créés par l’auteur de ce carnet

Des acrobates qui entendirent tonner « les canons d’août »

« Naraoka Shōchi 奈良岡聰智 « Hachigatsu no hōsei » o kiita Nihonjin. Daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo « Doitsu yūheiki » 「八月の砲声」を聞いた日本人 ― 第一次世界大戦と植村尚清 「ドイツ幽閉記」(Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo) »

Par hasard, j’ai lu l’intéressant compte-rendu par Miho Matsunuma du livre de Shōchi Naraoka consacré aux Japonais internés en Allemagne en 1914. J’y apprends une information très utile pour ma recherche: la majorité des ressortissants japonais avaient eu le temps de quitter l’Allemagne et seules 126 personnes ont été internées. Plus d’un cinquième d’entre eux sont classés comme « artiste de spectacle », « artiste de cirque » ou « acrobate ».

Je ne pense pas que cette proportion puisse être appliquée aux Japonais en Allemagne avant le début du conflit; j’imagine qu’elle est plutôt symptomatique de la pauvreté ou de la mauvaise capacité de s’informer de ces artistes.

L’un d’entre eux est présenté avec quelques détails:

« il s’agit d’un individu né au Japon et mis en nourrice, mais en réalité vendu, à l’âge de cinq ans, à un chef de troupe de cirque, qui a pris par la suite le Transsibérien pour faire des tournées en Europe. Au cours de ses années d’apprentissage, le garçon fut maltraité et blessé à de nombreuses reprises. En 1914 il croit avoir vingt et un ans. Il ne parle pas bien le japonais et est illettré. »

Voilà qui montre aussi, si vraiment il fallait le démontrer, l’intérêt des sources japonaises pour les artistes de cirque nippons en France en particulier, en Europe en général.

Référence:

Miho Matsunuma, « Naraoka Shōchi 奈良岡聰智 « Hachigatsu no hōsei » o kiita Nihonjin. Daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo « Doitsu yūheiki » 「八月の砲声」を聞いた日本人 第一次世界大戦と植村尚清 「ドイツ幽閉記」(Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo) », Ebisu [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 09 octobre 2015. URL : http://ebisu.revues.org/1528

Ressource du jour : « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges »

On peut depuis quelques mois découvrir un site internet publié par la Bibliothèque nationale de la Diète du Japon : « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». Ce site est trilingue japonais, français, anglais. Il ne concerne pas directement le sujet de ce blog, mais je pense qu’il va devenir essentiel pour ma recherche.
Voici un extrait du « message du directeur (Noritada OTAKI) » (décembre 2014), qui présente le but de ces pages web:

« En mars 2013, la Bibliothèque nationale de la Diète a conclu un accord de partenariat avec la Bibliothèque nationale de France en vue d’établir un cadre de coopération globale s’étendant à divers domaines d’activités en bibliothèque. Dans le cadre de cet accord, une exposition virtuelle commune est proposée ; de précieux documents appartenant aux collections respectives des deux établissements sont rassemblés, illustrant la longue histoire depuis le milieu du 19e siècle des relations entre la France et le Japon.

La moitié de l’exposition organisée par la Bibliothèque nationale de la Diète est intitulée « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». Elle présente la relation franco-japonaise, depuis 1858 avec le Traité d’amitié et de commerce entre la France et le Japon, à travers divers domaines tels que la politique, l’économie, les lettres, les beaux-arts, les styles de vie et les sous-cultures. »

Voici la table des matières du site, qui est de consultation aisée :

Plan du site

Message du directeur

Prélude: Le début des échanges entre la France et le Japon

  1. La rencontre du shogunat Tokugawa et de la France
  2. Les conseillers militaires français et l’armée moderne
  3. Les relations du gouvernement de Meiji avec la France

Partie 1: La modernisation du Japon et la France

Partie 2: Les échanges culturels avec la France

Supplément

Référence

Chronologie

Index des personnes

Conditions d’utilisation

Plan du site

Comme on le voit, c’est une bel ensemble documentaire et une source d’informations très utile que la bibliothèque de la Diète offre aux chercheurs du monde entier. Je voudrais offrir ici quelques commentaires, en soulignant que mes critiques sont vraiment minimes par rapport aux énormes qualités de ce site (sauf la partie Chronologie):

  • ce site est très pratique parce qu’il offre de nombreux liens vers les collections et archives numérisées de la bibliothèque, qui ont été mises en ligne. Naturellement, l’interface de ces archives n’est plus que bilingue japonais-anglais, et il est plus difficile d’y circuler que dans le site « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». En outre, sauf erreur de ma part, ces documents n’ont été numérisés qu’au format Image, et donc leur texte n’est pas directement accessible par cette voie.
  • on ne trouve pas mention dans ce site d’Okinawa et de l’activité politique française autour de ces territoires (on peut aussi sans doute parler d’aventurisme dans ce cas)
  • en ce qui concerne l’histoire des femmes au Japon, le site n’est pas très riche si l’on fait exception de la partie sur la mode, mais on y trouve des informations sur Wada Ei (ou Eiko) et ses souvenirs de la filature de soie de Tomioka, deux ouvrages intitulés Tomioka Nikki (« Journal de Tomioka ») et Tomioka Kōki (« Journal d’après Tomioka »).
    Par contre le site offre beaucoup de documents pour ce qui concerne les voyages de Japonaises en France. On peut ainsi découvrir le récit de voyage de YOSANO Hiroshi et YOSANO Akiko, Pari Yori (Kaneobun’endō, 1914) (avec des dessins de TOKUNAGA Ryushu).

On notera aussi les aventures de Fumiko Takebayashi, qui accompagna son mari TAKEBAYASHI Musōan, auteur de Kikatsushin (Shinjidaisha, 1930) : « Ils retournèrent en France l’année suivante [1923 ?] mais se trouvèrent rapidement en difficulté financière, ce qui força Fumiko à travailler, comme gestionnaire d’un restaurant ou danseuse, pour soutenir la famille. D’un naturel peu enclin à se conformer aux normes, cette dernière continua d’ailleurs à soutenir son époux même après qu’elle emménageât avec un homme d’affaires japonais. ».
On peut aussi lire les livres d’Okamoto Kanoko, Sekai ni tsumu Hana (Jitsugyōnonihonsha, 1936), HAYASHI Fumiko, Watakushi no Kiko (Shinchōsha, 1939) et OKADA Yachiyo, Byakuran (Daigensha, 1943).
Dans un autre esprit, on peut lire KOIZUMI Sakutarō, Saionji kō: Hajō Ryugakuji no Kiko Jiken (1937) : « Le présent document est une enquête de KOIZUMI Sakutaro sur l’incident au cours duquel, selon une légende populaire, SAIONJI Kinmochi et KOMYOJI Saburô auraient commis des violences dans un café parisien au « pavillon au drapeau étoilé ». (…) La vérité semble être que, souhaitant protéger une prostituée qui avait brisé un miroir de l’établissement, KOMYOJI aurait, par esprit chevaleresque, frappé le miroir devant un employé afin de faire retomber sur lui le coût des réparations. » (Ce n’est pas clair, mais cet incident semble dater des années 1870).
Enfin, on peut aussi lire Judith Gautier (traduits du Japonais d’après la version littérale de M. Saionzi ; illustrés par Yamamoto), Poèmes de la libellule (Gillot, [1885]) (Judith était la fille de Théophile)
Je ne résiste pas au plaisir de citer en entier la rubrique suivante :

SAIONJI Kinmochi shokan [Papiers de INOUE Kaoru, #482-3]

Le présent document est une lettre personnelle datée du 21 février 1889 (an 22 de l’ère Meji), adressée au ministre de l’Agriculture et du Commerce INOUE Kaoru (1835-1915) par SAIONJI Kinmochi, alors ministre du Japon en Allemagne. Il y félicite INOUE pour la décision de son fils adoptif Katsunosuke (« Katsu-kun » dans la lettre, 1861-1929) de quitter son poste à la légation en Allemagne afin de partir étudier en Angleterre et fait également référence aux compétences en français de l’épouse de ce dernier, Sueko (« Osue-sama », 1864-1934). Sueko était connue pour ses talents linguistiques en allemand, anglais et français, et admirée pour sa beauté qui en faisait la fleur de la haute société. Dans son courrier, SAIONJI exprime sa crainte que la démission de Katsunosuke de son poste actuel signifie le retour au pays de son épouse et, étant donné qu’« il est indispensable de savoir parler français pour fréquenter la haute société européenne », il conseille à INOUE de lui faire « étudier un français de haut niveau à Paris ». Finalement, la démission de Katsunosuke fut refusée par le ministre des Affaires étrangères OKUMA Shigenobu (1838-1922) et son voyage annulé, mais Sueko se rendit à Paris pour y étudier la langue. Quant à SAIONJI, même en poste en Allemagne, il retourna souvent dans la capitale française pendant ses congés.

  • contrairement au cinéma, il n’est pas fait mention de l’art et l’industrie de la photographie
  • la partie Référence n’est constituée que d’une liste d’ouvrages et articles japonais, dont les titres sont translittérés en alphabet.
  • la partie Chronologie est triste à voir, avec son français de traducteur automatique. On espère qu’elle sera rapidement corrigée.
  • L’index des personnes est bien fait, semble exhaustif et offre l’heureuse surprise de présenter un portait photographique ou gravé pour presque toutes les personnes qu’il comprend, ce qui permet, par exemple, de voir le visage de Sueko Inoue, mentionnée ci-dessus.
  • on peut regretter l’absence d’un index géographique, même si Google ou tout autre moteur de recherches permet de pallier ce défaut.
  • je ne m’explique pas pourquoi une recherche sur Google avec la restriction site:http://www.ndl.go.jp/france ne donne que les résultats en anglais ; si l’on veut explorer cette page par cette méthode, il faut donc penser à ses termes de recherche en anglais, non en français.
  • Je n’ai rien trouvé sur ce site qui concerne les acrobates ou autres artistes de cirque japonais, ou leurs imitateurs. Cela montre bien la nécessité de ma recherche, la nécessité d’étudier les marges des relations entre le Japon et la France afin de mieux connaitre, par exemple, les aspects populaires du japonisme et de dépasser les préjugés culturels ou académiques qui concernent le cirque.