Félicitations à Frederik L. Schodt: The Japan Foundation Awards (2017)

Je recopie l’information suivante depuis le site internet de la Japan Foundation (en grasses, la raison pour laquelle je mentionne cet honneur ici):

Frederik L. Schodt is a writer and translator and best known as a pioneer of manga and translation for four decades.As a college student in Japan in 1970, he started to develop an enthusiasm for Japanese graphic narratives, or “story-manga,” and in 1977~8 with some friends he translated part of Tezuka Osamu’s Phoenix. While this effort did not lead to an actual publication, it was the beginning of a 12-year relationship with the inexhaustible manga author. Eventually, in 1983, Tezuka contributed a foreword to Schodt’s first monograph Manga! Manga! The World of Japanese Comics.

At that time “story-manga” was already flourishing in Japan, but readers abroad could not yet access these graphic narratives without being in command of the Japanese language. Against this backdrop, Schodt provided not only a rich seam of information in Manga! Manga! The World of Japanese Comics, but also almost one hundred pages of translated manga. This attitude—to not just teach people about an unknown culture, but share the experience of this culture with them—has been characteristic of Schodt’s whole career well into the 21st century and its internet-based participatory culture. Within this new environment, Schodt continues to build bridges between those who do and do not read manga, and further between those who do and do not appreciate classic manga narratives like Tezuka’s.

While highly acknowledged worldwide for his promotion of manga, Schodt has also drawn attention with his books to other forms of marginalized art. These include a book on a Japanese acrobatic troupe formed by an American acrobat in 1867 (Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe, published in 2012). He also translated a manga work created in San Francisco in 1931 (by Henry Yoshitaka Kiyama, published in English in 1998 as The Four Immigrants Manga), that depicts the lives of four young Japanese men in the United States between 1904 and 1924. It recently attracted attention again and has been made into a popular musical.

It is precisely Schodt’s commitment to intercultural as multilateral exchange that deserves an accolade. We accordingly present him with the Japan Foundation Award and look forward to his future successes.

(Je rappelle le compte-rendu que j’ai écrit : Alexis D’Hautcourt, Le Professeur Risley et les premiers acrobates japonais en France : Compte-rendu de Frederik L. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. How and American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (Berkeley, 2012). Journal of Inquiry and Research, Kansai Gaidai University, 2013, 98, pp.89-95. <hal-01276896>)

Addition du 7 septembre 2017:

Happiness and the Good Life in Japan

Comme j’apprécie et voudrais encourager ce genre d’initiatives, je me permets de recopier le message suivant, paru sur la liste électronique SSJ:

We want to inform readers of this mailing list about this highly welcomed opportunity to discover the content of our work on  Happiness and the Good Life in Japan (Routledge 2017).
https://www.routledge.com/Happiness-and-the-Good-Life-in-Japan/Manzenreiter-Holthus/p/book/9781138956612

Our publisher is committed to increasing the discoverability of our work and provides unrestrained online access to the full text of the book via the following link: http://rdcu.be/tPj9,

Please note that this link will expire at the end of August.

In case you are interested in learning more about our current research activities, please consult our project websites at japan.univie.ac.at or
academia, or get straight into contact with us!

Wolfram Manzenreiter and Barbara Holthus

University of Vienna

Dept. of East Asian Studies

************************************************
SSJ-FORUM website
Institute of Social Science, University of Tokyo
http://forum.iss.u-tokyo.ac.jp/
SSJ Forum Archive (all past postings are available)
http://ssj.iss.u-tokyo.ac.jp/

Aucun article de ce livre, en accès libre pendant plusieurs semaines, ne concerne directement le sujet de ce carnet de recherches, mais je me permets de signaler les deux articles suivants:

  • C. Bondy, « A Really Warm Place »: Weel-being, place and the experiences of buraku youth, p. 181-194
  • C. Sapunaru Tamas, A.O. Tamas, The Midnight Community, or Under-the-counter Happiness, p. 211-224

Une parution récente sur les catcheuses japonaises

Pour mémoire, je signale la parution du livre de Keiko Aiba, Transformed Bodies and Gender: Experiences of Women Pro Wrestlers in Japan (Osaka, 2017) (ISBN 978-4946428814).

A bon droit, me semble-t-il, Aiba définit le catch comme « un type de spectacle de scène basé sur des expressions empruntées au sport et à l’acrobatie avec des expressions empruntées  à la danse et au théâtre, qui adopte les valeurs du divertissement commercial » [[1]].

J’ai été un peu déçu que dans son chapitre « Histoire du catch féminin au Japon: d’un spectacle sexuel  à de « vrais combats » [[2]] (p. 42-52), Aiba ne fasse aucune mention des spectacles de sumo féminin, une partie des «misemono».

女相撲の力士 (1930) (Catalogue de l’exposition d’Osaka p. 40)

 

Poster pour le « Cirque de Sumo féminin » (女大相撲サーカス) (Date : ? Période Showa ?)

[[1]]  (p. 19) I define pro wrestling as a type of stage performance that is centered on expressions derives from sporting games and acrobatics in addition to expression derived from dancing and theatrical play, while having values of entertainment and commerciality.

[[2]] History of women’s pro wrestling in Japan from a sexual spectacle to a « real fight »

De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin

Grâce au bel article de Julien Béal, Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924), annoncé sur le carnet Gradiva (12 mai 2017), je me suis rappelé d’un document qui m’avait intrigué lors de mes dépouillements:

L’Exposition en famille. Revue illustrée de l’Exposition universelle de 1900 (Paris, 5 juin 1900), p. 13

C’est au pied de la Tour Eiffel que s’élève le palais du
Tour du Monde, monument imposant d’aspect indo-chi-

nois, construit par M. Alexandre Marcel, architecte mé-
daillé du Gouvernement, — et dont les tours colossales de
styles différents attirent de loin le regard par l’étrangeté de
leurs formes et la splendeur de leur ornementation.

Si nous pénétrons dans l’intérieur du monument nous
nous trouvons sous une coupole couvrant une superficie
de 2.400 mètres et abritant plus de 2.000 mètres de toile
peinte, œuvre de l’artiste Louis Dumoulin, peintre du
ministère de la Marine.

Dans sa composition générale : le tour du monde, l’ar-
tiste fait défiler devant nos regards émerveillés, les pays
les plus curieux desservis par les paquebots des Messa-
geries Maritimes : la Grèce, la Turquie, l’Egypte, les Indes,
la Chine, le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud, le Por-
tugal et l’Espagne.

Les vues reliées entre elles forment un colossal Pano-
rama dont les premiers plans seront occupés par des indi-

gènes des différents pays : (…)

Le panorama était remarquable notamment parce que des acteurs, musiciens ou artistes de rue venus de différents pays se produisaient devant la toile:

(p. 14) Des acrobates chinois, des escamoteurs indiens, des
charmeurs de serpents, des lutteurs japonais ne cesseront
d’animer les premiers plans sans cependant quitter le
rayon attribué à leurs pays.

Comme il n’est pas fait mention dans ces lignes de jongleurs ou d’acrobates japonais actifs devant le panorama et comme l’illustration des « Acrobates japonais »  ci-dessus est une copie d’une célèbre photographie de von Stillfried, je m’étais demandé pourquoi cette image apparaissait dans cette brochure ici.

Baron Raimund von Stillfried, Jeunes acrobates, Japon, 1870 (ca)

La réponse à cette question a été apportée par Julien Béal: lors de son voyage au Japon en 1888, Dumoulin a acheté plusieurs centaines de photographies à différents studios de Yokohama, photographies qu’il a ensuite exploitées et intégrées dans ses tableaux et, apparemment, dans le panorama de l’exposition universelle de 1900 (Dumoulin est retourné au Japon en 1897; d’après Béal, il a pris lui-même la plupart des photographies qu’il a rapportées de ce second voyage, même s’il en a alors aussi acheté d’autres).

Ainsi, comme le dit Béal, on retrouve un autre enfant acrobate dans le coin inférieur droit de ce tableau du Musée Guimet:

Louis Dumoulin (1860 – 1924), Le quartier des théâtres à Yokohama (vers 1888); (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservés

(Lisez ci-dessous l’utile commentaire de Julien Béal, que je remercie vivement, pour mieux apprécier l’œuvre de Dumoulin et comprendre la fonction graphique de ces enfants acrobates dans ses tableaux)

Parution récente: Une histoire du cirque

Pour information, je recopie ceci depuis le site internet de la BNF:

Une histoire du cirque | Éditions de la Bibliothèque nationale de France

Sous la direction de Pascal Jacob

Conçu par le grand spécialiste du cirque Pascal Jacob, cet ouvrage très richement illustré propose une histoire du cirque, depuis ses origines jusqu’à ses formes les plus contemporaines.

C’est à partir de 1770 que le cirque se développe en Europe, en Angleterre d’abord, axé essentiellement sur le cheval. À la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 1930, c’est l’âge d’or du dressage aux États-Unis, dans un cirque en pleine expansion, notamment grâce au développement du chemin de fer. Puis viennent la révolution du cirque soviétique, les acrobaties chinoises et le renouveau du cirque avec les écoles françaises, belges ou canadiennes. Au fil des pages, affiches, dessins et estampes racontent chaque discipline du cirque et nous entraînent à travers le monde dans un voyage haut en couleur.

Informations pratiques

Description
Relié, 240 pages, 180 illustrations, 21 x 29,5 cm
Date de parution

6 octobre 2016
ISBN/EAN

978-2-7177-2722-7 /
9782021303612,
978-2-02-130361-2

Editeurs

  • BnF Éditions
  • Seuil

Article du jour: les archives de Paul Adrian

Joëlle Garcia et Philippe Henwood, « Le cirque commence à cheval : les archives de Paul Adrian au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France », In Situ [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://insitu.revues.org/11906 ; DOI : 10.4000/insitu.11906

Bibliothèque Nationale de France. Archives et manuscrits. Fonds Adrian, Paul (cirque)

Dans cet article, les auteurs présentent brièvement le fonds d’archives Paul Adrian et l’histoire de sa constitution. Ils le replacent dans son contexte historiographique et son réseau d’amateurs de cirque et de collectionneurs (et de leurs épouses).

L’article est intéressant parce qu’il mentionne donc également les archives de:

(Appel à contributions) Amerasia Journal Special Issue: Exhibiting Race and Culture

Je recopie une annonce parue sur la liste électronique H-Japan:

EXHIBITING RACE AND CULTURE

Guest Editors:

Professor Constance Chen (Loyola Marymount University)

Professor Melody Rod-ari (Loyola Marymount University)

Publication Date: Issue planned for Summer/Fall 2017 publication

Due Date: Paper submission (5,000-6,000 words excluding endnotes) due November 15, 2016

In 1886, Queen Victoria opened the Colonial and Indian Exhibition in London seated on the golden throne of the deposed Maharaja Ranjit Singh as a potent symbol of the “bonds of union” within the British Empire.  While Indian colonial subjects were made visible through the creation and dissemination of certain visual imageries, they were rendered powerless and voiceless in the process.  In recent decades, scholars from a multitude of disciplines have problematized Western perceptions of “the East” by interrogating and dismantling existing paradigms and frameworks.  Moreover, the display and repatriation of Asian and Pacific Islander cultural artifacts as well as the (in)visibility of Asian Pacific Americans in popular media have led to discussions regarding how various peoples have sought to conceptualize themselves locally and internationally, thereby further complicating racial discourses and transnational exchanges.

In this special issue of Amerasia Journal, we seek to examine the ways in which visual representations have shaped political, socioeconomic, cultural, and ideological milieus on both sides of the Pacific across historical time and geographical space.  How have Asians, Asian Americans, and Pacific Islanders been portrayed and—in turn—portrayed themselves in museums, world’s fairs, international biennales, visual and performing arts, the media, literature, film and television, politics, and beyond?  How do imperialist sentiments still manifest themselves through the visual?  How are race and culture imagined and redefined from differing localities and time periods?  How can marginalized groups utilize the depiction of the non-West to refashion individual and national identities?  We invite submissions that delve into topics such as, but not limited to, the display of indigenous cultures in museums, the role of heritage sites and tourism in the fabrication of nationalism, the construction of race in electoral politics, the intersection of racial and gender discourses in film and television, the engendering of Otherness by peoples of color, the impact of political cartoons on nineteenth-century immigration legislations as well as comparative analyses across racial-ethnic groups.  We are particularly interested in essays that use interdisciplinary approaches and cross-cultural perspectives.

Submission Guidelines and Review Process:

The guest editors, in consultation with the Amerasia Journal editors and peer reviewers, make the decisions on which submissions will be included in the special issue.  The process is as follows:

  • Initial review of submitted papers by guest editors and Amerasia Journal editorial staff
  • Papers approved by editors will undergo blind peer review
  • Revision of accepted peer-reviewed papers and final submission

All correspondences should refer to “Amerasia Journal Exhibiting Race and Culture Issue” in the subject line.  Please send inquiries and manuscripts to Professor Constance Chen (cchen@lmu.edu), Professor Melody Rod-ari (mrodari@lmu.edu), and Dr. Arnold Pan, Associate Editor (arnoldpan@ucla.edu).

Liens de la semaine (12 juillet 2016)

Débats
Bibliographie

« Torsten Weber’s subsequent chapter shifts the geographical focus farther east to look at relations between the Chinese and Japanese Empires in the decades following the Sino-Japanese War of 1894-95. Weber focuses on how mostly unofficial discourses of pan-Asian commonality emerged in both empires and, perhaps more interestingly, on how the Euro-American concepts of the Monroe Doctrine and “yellow peril” were emulated by Japan (the latter through a discourse of “white peril” with Europeans and Americans as a common enemy for all Asians) to assert its leadership over East Asia. »

Divers

Liens de la semaine (3 juin 2016)

Réflexions méthodologiques
Parutions récentes
Divers

Liens de la semaine

Artistes de cirque, de music-hall, etc.
Ressources en ligne
Annonces de parution

Carnet du jour: La Tribune et la Scène. Les débats parlementaires sur le théâtre en France au XIXe siècle (1789-1914)

Si vous ne l’avez pas encore lu, je recommande le résumé de la thèse de Sylvain Nicolle, La Tribune et la Scène. Les débats parlementaires sur le théâtre en France au XIXe siècle (1789-1914), Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Jean-Claude Yon, 2 vol, Université de Paris-Saclay, 2015, sur le Carnet « CL 19 » .

Note de lecture : deux comptes-rendus intéressants dans la Trans-Asia Photography Review 6.2 (2016)

(Je ne mentionne ici que les parties de ces c.-r. en rapport avec le sujet de mon carnet)

 

  1. Eleanor M. Hight, c.r. de Luke Gartlan, A Career of Japan: Baron Raimund von Stillfried and Early Yokohama Photography (Leyde et al., 2016) (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.210)

Luke Gartlan, A Career of Japan: Baron Raimund von Stillfried and Early Yokohama Photography (Leiden and Boston: Brill, 2016)

On apprend ici que le gouvernement japonais a financé des voyages de photographes à travers le pays afin de le présenter à l’Exposition internationale de Vienne en 1873. Stillfried fut envoyé à Hokkaido et y prit de nombreuses photographies des Aïnous en mêlant la volonté officielle de présenter les efforts de modernisation du gouvernement et la vision occidentale qui voyait dans les Aïnous des représentants des bons sauvages de Rousseau. La négociation entre les souhaits de son premier commanditaire officiel japonais et le recyclage commercial à des fins d’enrichissement privé aurait durablement marqué l’image et les études ethnologiques des Aïnous.

Outre par l’exposition de ses photographies, à la fois dans les pavillons japonais et autrichien, Stillfried participa à l’Exposition internationale en y montant une « Maison du thé », qui présentait des Japonais en action. Cette « Maison du thé », par décision des organisateurs autrichiens, faisait partie de la section Divertissements de l’exposition, pas de la section officielle. On s’y livrait peut-être à la prostitution féminine, et Stillfried a très probablement maltraité et sous-payé les employés qu’il avait faits venir du Japon.

La présentation en marge de l’Exposition et les mauvais traitements se rapprochent très fort de l’expérience des acrobates japonais venus avec Risley en Europe et aux Etats-Unis, mais je suis de nouveau surpris comme, pour l’instant, dans mes recherches, je n’ai trouvé nulle mention de prostitution ou, plus généralement de sexe, en ce qui concerne les accompagnatrices, musiciennes et compagnes, des acrobates et jongleurs, de la troupe de 1867 et de ses suivantes immédiates (jusqu’à présent, je n’ai pas non plus découvert de mention de prostitution masculine). Schodt, dans sa monographie, a pourtant montré que le manager de la troupe était un client assidu des bordels des villes européennes et américaines traversées, et que la carrière de Risley a sévèrement souffert d’une accusation de détournement de mineure en Angleterre. Notre bibliographie n’est donc pas pudibonde.

  1. A. Hockley, c.r. de David Odo, The Journey of “A Good Type”: From Artistry to Ethnography in Early Japanese Photographs (Cambridge, MA: Peabody Museum Press, 2015, dist. Harvard University Press) (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.209)

David Odo, The Journey of “A Good Type”: From Artistry to Ethnography in Early Japanese Photographs (Cambridge, MA: Peabody Museum Press, 2015, dist. Harvard University Press)

En Europe et aux États-Unis, les études anthropologiques du Japon se sont pendant longtemps appuyées sur des photos commerciales réalisées pour être vendues aux touristes étrangers. Odo étudie le processus de la transformation d’un document touristique en document scientifique, notamment par l’acquisition et l’archivage de ces photographies par des musées.

Il montre que ces photos étaient construites notamment pour « sauver visuellement » le Japon traditionnel, que les touristes considéraient comme menacé de destruction par la modernisation du pays. A la lecture du compte-rendu, l’étude d’Odo semble importante pour la critique historique des photographies du Japon de l’époque Meiji arrivées dans les collections des musées occidentaux.

 

Voila donc deux compte-rendus intéressants et clairs, sans être complaisants. Aux lecteurs et lectrices de découvrir maintenant ces deux publications par elles-mêmes.

PS : il n’y aucun rapport avec nos recherches, mais je recommande, dans ce même numéro de la revue, l’article de P.D. Barclay, Corporal Punishment in Early-Twentieth-Century Japanese Visual Culture (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0006.204), pour ses analyses nuancées, mêlant histoire, ethnologie et politique.

PS2: (ajout du 14 septembre 2016) un autre compte-rendu enthousiaste du livre de Gartlan, par J. Butler, in Asian Review of Books 7/8/2016.

PS3: (ajout du 14 janvier 2017) Luke Gartlan a recu le « 2nd Professor Josef Kreiner Hosei University Award for International Japanese Studies » pour son livre.

Petite annonce, appel à contributions: Journal of Transnational Asian Studies

Je recopie une annonce parue sur le site et la liste électronique H-Japan:

CFP, Journal of Transnational Asian Studies (JTAS)

Dear friends and colleagues,

The Journal of Transnational Asian Studies (JTAS) editorial committee calls for submissions for its inaugural issue to be published in Fall 2016.

The Journal of Transnational Asian Studies (JTAS) envisions Asia in transnational time and space. Interdisciplinary, transhistorical, and transnational in approach, the JTAS publishes scholarship that challenges traditional understandings of Asia, moving beyond the confines of area studies and national-state focus, and capturing the emergent forms of Asia-related, Asia-inspired, and Asia-driven themes and sites of inquiry in the world today.

The Asian and the global are increasingly overlapping, to the extent that it renders the boundaries between Asian Studies and Asian American Studies artificial. Intensifying flows of people, goods, ideas, and culture within Asia and between Asia and the rest of the world attest to that. We do not hold a utopic view about national-state boundaries: they do exist, and disputes over and about them involve concerns over sovereignty and nationalism, often resulting in immense human and environmental disasters. At the same time, we now live in an age where human movements across national borders are happening in an unprecedented scale, delivering new conflict, new tragedy, and new anxieties, but also new knowledge, new forms of life, and new communities. The journal aims to address this complexity, working around and against and, yet at the same time, critically dealing with national boundaries, in order to capture transnational Asia and beyond precisely.

The JTAS stands on a multidisciplinary premise, encouraging scholars in broad humanistic and social scientific disciplines to submit their work of about 5,000 to 8,000 words. All main articles will be peer-reviewed. The inclusion of visual and audio-visual materials is particularly welcome.

Submission deadline: June 1, 2016

Inquiries and contact: jtas@rice.edu

Regards,

Amber Szymczyk
Web Publication Coordinator
Chao Center for Asian Studies
Rice University
amber.s@rice.educhaocenter.rice.edu

A la mémoire de Yoshio Yasumaru, 1934-2016

L’avis nécrologique qui suit est paru, en anglais, sur le site H-Japan et dans la liste électronique qui lui est liée. Comme je le trouvais très intéressant, j’ai demandé à ses auteurs la permission de le traduire en français. Ils me l’ont très rapidement et gentiment accordée (Merci à Sonja Dale et Nakano Satoshi). J’y ai ajouté quelques liens vers des publications françaises, qui, j’espère, apporteront des informations supplémentaires aux lecteurs intéressés. L’historiographie japonaise mérite d’être mieux connue en France. Comme je ne suis pas un spécialiste d’histoire japonaise, n’hésitez pas à apporter d’autres informations et signaler d’autres références.

In Memoriam Yoshio Yasumaru, 1934-2016

Yoshio Yasumaru, professeur émérite en histoire sociale à l’Université Hitotsubashi, est décédé à Tokyo le 4 avril 2016. Il avait 81 ans. Il était reconnu comme l’un des historiens japonais les plus importants et les plus originaux de l’après-guerre.

Tout au long de sa carrière, le Professeur Yasumaru a été à l’avant-garde des études historiques au Japon, depuis son Nihon no kindaika to minshu shiso (La modernisation du Japon et les idées populaires), un livre considéré dès sa publication en 1974 comme une étude pionnière de l’histoire intellectuelle du peuple au Japon, apprécié pour son interprétation profonde et nuancée des expressions religieuses populaires.

Né dans la Préfecture de Toyama en 1934, Yoshio Yasumaru entra au Département d’Histoire de l’Université de Kyoto en 1953. Après y avoir fini ses études, il travailla à l’Université Meiji de 1962 à 1970. Il fut alors nommé Professeur d’histoire sociale du Japon à la Faculté des Sciences Sociales de l’Université Hitotsubashi où il enseigna jusqu’à sa retraite en 1998. En 1999, il reçut le statut de Professeur émérite. Il fut aussi professeur extraordinaire à l’Université Waseda de 1997 à 2005.

Chacun des neuf livres écrits par le Professeur Yasumaru a laissé sa marque tant auprès du grand public que de la communauté des savants, au Japon et dans le monde, et ils sont tous considérés comme des classiques. Par exemple, son Bunmeika no keiken: kindai tenkanki no Nihon (L’expérience de la civilisation : la transition du Japon vers la modernité), finalement publié en 2007, a pour sujet l’histoire intellectuelle des petites gens pendant les 100 ans de transformation radicale qui ont marqué la société japonaise du bakufu et de la restauration Meiji, une époque caractérisée par le processus de “bunmeika” (civilisation). Ce livre a eu un grand impact dans le monde académique, en particulier auprès des historiens et des spécialistes des religions. Bunmeika no keiken allait être discuté lors de nombreuses réunions scientifiques, souvent honorées de la présence du Professeur Yasumaru.

Comme en témoignent les six volumes de ses œuvres complètes, le Professeur Yasumaru était un savant prolifique, qui s’est occupé de nombreux sujets, de l’histoire des mentalités populaires, des mouvements populaires et de le religion du peuple pendant la transition vers le Japon moderne jusqu’à l’histoire intellectuelle de l’État et de la religion, en particulier le système impérial japonais et les idées d’aujourd’hui.

Un des ses plus grandes réalisations historiographiques fut d’avoir fait de l’histoire des idées populaires un nouveau champ d’études. Dans son livre, mondialement apprécié, une véritable rupture historiographique, son « Modernisation du Japon et pensée populaire », le Professeur Yasumaru a étudié l’ethos populaire qui servit de fondation à la modernisation du Japon, sous l’étiquette de « moralité populaire » (tsuzoku dotoku). Cet outil d’analyse lui permit d’étudier à la fois le potentiel et les limites des idées populaires au Japon pendant la transition du pays vers la modernité (ou, si l’on préfère, la civilisation). Un autre de ses travaux, Deguchi Nao, est reconnu comme un chef d’œuvre de biographie. Il y montre patiemment et minutieusement le processus par lequel la veuve d’un charpentier s’est faite, par ses idées, la porte-parole de la moralité populaire lors de sa fondation de la secte Omotokyo, une des nouvelles religions propres au Japon moderne.

Alors qu’il explorait les cheminements des idées et des idéaux populaires, le Professeur Yasumaru n’a pas délaissé la maniere dont les gens du peuple ont essayé d’influer sur la politique et le fonctionnement de l’État. On peut citer Nihon nationalism no zenya (A l’aube du nationalisme japonais), Kamigami no meiji ishin (La restauration Meiji des dieux) ou encore Kindai Tenno-zo no keisei  (L’image moderne du Tenno). Tous ces ouvrages décrivent la réalité des idées du peuple, des mouvements populaires et de la religion populaire, qui seront finalement absorbés par un puissant État-nation et le système autoritaire du Tenno, qui lui est corollaire. Cette approche s’est imposée dans l’étude de l’histoire japonaise.

Le Professeur Yasumaru a également utilisé les idées populaires pour construire une méthodologie utile à l’histoire intellectuelle. Son ouvrage Hoho to shite no shiso-shi (Histoire intellectuelle et méthode) est devenu un manuel standard en histoire des idées.

Outre ses propres livres, le Professeur Yasumaru a participé à la collecte et à l’édition de sources servant de base à la recherche historique. Il a été responsable de volumes comme Minshu-undo no shiso (Les idées au sein des mouvements populaires) et  comme Minshu-shukyo no shiso (Les idées dans la religion populaire), ainsi que des séries Nihon shiso taikei (Anthologie de la pensée japonaise),  Shukyo to kokka (La religion et l’Etat), Minshu-undo (Mouvements populaires) dans la collection Nihon kindai shiso taikei (Anthologie de la pensée japonaise moderne). Chacun de ces projets s’est trouvé enrichi par l’ample commentaire du Professeur Yasumaru, qui a permis de faire progresser plusieurs champs d’études et durablement marqué plusieurs générations de savants. Ses contributions aux collections Iwanami kozaNihon tsushi (Les conférences Iwabani sur l’histoire du Japon) et Tenno to oken wo kangaeru (Relations entre Tenno et royauté) ont aussi apporté la preuve de l’ampleur de sa vision et de sa capacité à diriger des comites éditoriaux où travaillaient les meilleurs représentants de l’histoire japonaise et de l’histoire mondiale.

Le caractère novateur de son approche de l’histoire était aussi apprécié lors de rencontres stimulantes avec les savants du monde entier, en particulier avec les historiens de la religion coréenne, qui ont été profondément marqués par ses recherches. En octobre 2013, Carol Gluck a invité le Professeur Yasumaru à l’Université Columbia pour une conférence bilan sur sa vie de recherches et de publications. Les historiens D. Harootunian et Takashi Fujitani en furent les animateurs. Ryuichi Narita se rappelle que la salle était pleine à craquer de savants confirmés et de jeunes chercheurs, tous attentifs au moindre mot du Professeur Yasumaru, même s’il était parfois difficile à suivre à cause d’une opération chirurgicale récente contre un cancer du poumon.

Enfin, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, après trois décennies d’enseignement à l’Université Hitotsubashi, nous ne pouvons trouver assez de mots pour exprimer notre reconnaissance pour l’inspiration et l’exemple qu’il nous a donnés en vue de futures solides recherches, au-delà de sa contribution au progrès scientifique et au développement de la Faculté de Sciences sociales. Nous, ses collègues et amis, sommes privilégiés de l’avoir eu pour mentor ; il nous a toujours traits avec son mélange caractéristique de tendresse et de sincérité, sur le campus ou chez lui à Kunitachi. Nous nous souviendra de lui comme d’un professeur brillant, d’un ami proche et d’une source constante d’inspiration pour tous.

Le soir du 29 février, alors qu’il marchait vers une boite aux lettres pour poster des réponses à des articles qui lui avaient été soumis, réponses pleines d’observations précises et de mots d’encouragement. Yoshio Yasumaru, âgé de 81 ans, fut renversé par une automobile et emmené en urgence à un hôpital du voisinage. Il reprit conscience et pouvait discuter avec ses visiteurs dans sa chambre, mais il contracta une pneumonie, qui se révéla fatale après ses années de lutte contre le cancer. Il mourut le matin du 4 avril 2016, sa tendre épouse Yayoi à ses côtés.

Nous, membres de l’Université Hitotsubashi, nous joignons à tous ceux qui pleurent la mort prématurée de Yoshio Yasumaru, au Japon et à l’étranger. Il va nous manquer, à nous et à tous ses étudiants, collègues et amis.

Une séance académique en sa mémoire se tiendra le 22 mai 2016 dans la salle Kanematsu de l’Université Hitotsubashi à 14 h 00.

Si vous souhaitez envoyer vos condoléances à la famille Yasumaru, envoyez vos messages à l’adresse memorial.yasumaru.yoshio@gmail.com.

21 Avril 2016

Hitotsubashi University Graduate School of Social Sciences

http://www.soc.hit-u.ac.jp/en/info/index.cgi?id=421

Pour en savoir plus en français:

  • Yoshimi Shun’ya, Lozerand Emmanuel. Les rituels politiques du Japon moderne. Tournées impériales et stratégies du regard dans le Japon de Meiji. In: Histoire, Sciences Sociales. 50ᵉ année, N. 2, 1995. pp. 341-371. DOI : 10.3406/ahess.1995.279369 ; www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1995_num_50_2_279369
  • Guillaume Carré, « Katsumata Shizuo, Ikki, coalitions, ligues et révoltes dans le Japon d’autrefois», Cipango [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 26 avril 2016. URL : http://cipango.revues.org/1723 (montre les relations entre Katsumata et ses prédécesseurs, dont Yasumaru)
  • Tristan Brunet, « Le débat sur l’Histoire de Shōwa et le Japon de 1955 », Cipango [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 05 septembre 2012, consulté le 25 avril 2016. URL : http://cipango.revues.org/1081 ; DOI : 10.4000/cipango.1081
  • n. 106 : « Ce fut notamment le cas de la mouvance historique dite Minshū shisōshi 民 衆思想史, ou « histoire de la pensée populaire », dont les principaux représentants furent Irokawa Daikichi 色川大吉 (1925-), Yasumaru Yoshio 安丸良夫 (1934-), Kano Masanao 鹿野正直 (1931-) et Hirota Masaki ひろたまさき (1934-). Comme le souligne Nagahara Keiji dans son ouvrage de 2003, ces auteurs ont cherché à repenser l’histoire du Japon en s’affranchissant des a priori de l’appareil méthodologique de l’histoire scientifique héritée des États-nations occidentaux avec leur historicité propre, afin de recoller, au plus près, et avec la plus grande fidélité possible, à l’expérience historique des Japonais aux différentes époques considérées. Nagahara Keiji, Nijūseiki nihon no rekishigaku, cit., p. 209-214.”

Sur la lutte contre le révisionnisme historique de Yasumaru, voir par exemple, Nanta Arnaud. L’actualité du révisionnisme historique au Japon (avril-août 2001). In: Ebisu, n°27, 2001. pp. 129-138. DOI : 10.3406/ebisu.2001.1129; www.persee.fr/doc/ebisu_1340-3656_2001_num_27_1_1129

Petite annonce: appel à contributions au sujet de la diaspora japonaise

Je recopie l’information suivante depuis le site internet H-Japan, en me demandant combien d’enfants d’acrobates ou d’autres artistes de cirque japonais entreraient dans la catégorie des « Nikkei ».

CfP: Special issue on Japanese diaspora

« Contemporary Japan is currently preparing a special issue (29/2) on the topic of “Cultural representations of identity in and of the Japanese diaspora”.

Guest editor: Wolfram Manzenreiter, University of Vienna

Living in one space and dreaming of another is at the heart of the diaspora, its essence and fragility alike. Contrary to the nation-state, in the diaspora identity predates space, while the re-creation of space is essential for the production and reproduction of diasporic identity. A rich amount of scholarship has demonstrated how diasporic communities do not attach their sense of belonging to a territory and realm of state power, but rather to the shared myths and imaginations of places of origin, wandering and other reference points from the past. How diasporic identities emerge and how they are maintained across national boundaries and against pressures of assimilation has been thoroughly discussed by social scientists overthe past twenty years. As more and more disciplines acknowledged the heuristic value of the diaspora concept as a key metaphor for late-modern identity politics in a complex and complicated world void of certainties, but rich of possibilities, diaspora became ‘a global word that fits a global world’ (Dufoix 2008).

This special issue on cultural representations of identity in and of the Japanese diaspora looks at the various ways in which ideas,objects and habituations are mobilized to negotiate the identity of overseas communities of Japanese ancestry that are frequently labelled as Nikkei. The journal editor invites empirical and theoretical papers that explore strategies and techniques of cultural representation applied by Nikkei communities to present and represent coherent ideas of who they are and how they want to be seen by others. What are the messages that cultural representations convey to members of overseas settlements, among Nikkei communities, and towards host societies and the homeland, imagined or real? How do Nikkei communities draft and mobilize ethnicity and citizenship claims as strategic resources to secure their members` individual and collective life chances and political rights? How do they write their own history? How are traditions crafted and recreated away and apart from their original functions and meaning? And more specific in the context of today’s Japanese diasporas, how are their representational strategies impacted by patterns of return migration, circular migration and transmigration?

We invite papers focusing on but not limited to the following topics:

•       language and education
•       cultural heritage
•       chronicles, historical accounts and museum displays
•       monuments, paintings and visual arts
•       dance, theatre and performative arts
•       sports and physical culture
•       festivities and ritual practice
•       food culture

Contributions should not exceed 8000 words, including references and appendices. For details see submission guidelines at www.contemporary-japan.org. For inquiries and submission please contact Wolfram Manzenreiter (wolfram.manzenreiter@univie.ac.at).

Submission deadline: 31 October 2016; Publication: Spring 2017″