Liens du mois (août 2017)

Artistes de rue et de music-hall à l’ombre du Shadow Hero

Gene Luen Yang est un auteur de bandes dessinées américain d’origine chinoise dont le travail m’intéresse beaucoup, car il explore avec talent et humour des thèmes liés à l’identité et l’histoire des immigrés chinois aux États-Unis et de leurs descendants.

Avec Sonny Liew au dessin, dans la série The Shadow Hero, il a redonné vie à The Green Turtle un super-héros imaginé en 1944, qui aide les Chinois à combattre contre l’envahisseur japonais. Ce super-héros a été créé par un des premiers artistes sino-américains de comics, Hing Chu. Comme ses aventures se sont vite arrêtées, leur auteur n’a pas eu le temps de vraiment développer le caractère du personnage. Cela permet à Yang et Liew de placer sa naissance et la fabrique de son identité dans le milieu des immigrants chinois de la Chinatown de San Francisco pendant l’entre-deux-guerres.

J’ai donc eu le plaisir de découvrir qu’ apparaissent dans cette histoire des personnages familiers aux lectrices de ce carnet:

  1. le méchant de l’histoire, nommé Ten Grand, arrive en Amérique avec sa famille, attirée par la promesse de faire fortune rapidement. Son père est assassiné par un Américain caucasien peu de temps après leur arrivée, et lui-même ne survit qu’en dormant dans les rues et volant sa nourriture. Il se joint à une bande d’orphelins chinois: le jour, ils gagnent leur vie par des spectacles d’acrobatie et de jonglerie en rue (p. 124, case 2); la nuit, ils volent les « gwailo » (« les Blancs »).
  2. Le quartier général de Ten Grand se trouve dans un casino clandestin caché à l’intérieur d’un rocher dans la baie de San Incendio (=San Francisco): le « Palace of forbidden fortunes », de style pseudo-chinois.

Casino clandestin dans The Shadow Hero, fond d’écran disponible sur le site internet de l’éditeur français du livre, Urban China.

The Green Turtle y découvre le maire et le commissaire en chef de la ville attablés dans la salle principale. Ils sont accueillis par « l’empereur »:

p. 102 (on peut en voir un aperçu ici: https://itunes.apple.com/us/book/the-shadow-hero-5)

Case 1: All hail Emperor Ten Grand (Gong)

Case  2: What is this ?! What are you foreign devils doing in the Palace of fobidden Fortunes ?! How dare you defile my sacred home ?!

Case 3: Maire de la ville: « Foreign devils! » Ha ha ! I love that !

Case 4: For this violation of my imperial edicts, I sentence you to … a night enjoying my many games of chance !!! Should you lose, you shall bring shame upon your ancestors ! But should you win —

Case 5 — you shall leave here with my treasure filling your pockets !

Case 6: And rest assured the depth of my treasure are inscrutable !!! May the gods of luck smile upon you tonight !

Case 7: The Green Turtle: You’ve got to be kidding me

Par sa position sur une scène, ses vêtements, son langage ampoulé, ses acolytes et le décor de gong et de colonnes décorées de dragons, l’ « empereur » ressemble à un artiste de music-hall. Cette impression se confirmera quelques pages plus tard quand The Green Turtle qui l’a enlevé l’apporte au bureau du policier intègre de la ville (« Detective Lawful ») (p. 117). Celui-ci lui arrache sa moustache et l’identifie comme « Moe Bender », « voleur par nécessité, acteur par vocation ».

p. 117

case 4- Lawful : (…) Whatcha doin’, Moe ? The Chinese can’t find a Chinese to play Fu Manchu ?

Bender: Fu Man — ? I beg your pardon !

case 5: I am the personal stand-in of the notorious Ten Grand, mastermind of the San Incendio underworld ! The audience has doubled — nay, tripled ! — since I accepted the role ! Such is the enormity of my talent — I’ve out-chinked the Chinks !

Moe Bender se vante d’être plus chinois que les Chinois, et s’il n’est pas magicien, cela rappelle la rivalité entre Chung Ling Soo (nom de scène de William Ellsworth Robinson) et Ching Ling Foo (nom de scène de Zhu Liankui). L’ironie ici repose dans le fait que le personnage chinois, The Green Turtle, n’identifie pas l’imposture alors que le détective caucasien reconnaît immédiatement qu’il n’a pas affaire à un Chinois; inversement, Chung Ling Soo se faisait passer avec succès pour un authentique Chinois auprès du public des music-halls d’Europe et d’Amérique.

Pour conclure rapidement, les acrobates et l’artiste de music-hall pseudo-chinois sont des personnages tout à fait secondaires de la bande dessinée The Shadow Hero, mais ils servent utilement, efficacement et avec humour, d’accessoires de contexte historique.

Liens et bibliographie

  • une très bonne critique de JP Nguyen, Déchine-moi une tortue (The Shadow Hero ), Bruce Lit (15 juin 2017)
  • Pour le travail de collecte de documents et d’images par le dessinateur Sonny Liew, voir son blog: Shadow Hero: The Backgrounds Strike Back, The Secreter Robot Spy Factory (19 février 2014)
  • Contributeurs à Wikipedia, ‘The Green Turtle’, Wikipédia, l’encyclopédie libre, 3 août 2017, 06:50 UTC, <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=The_Green_Turtle&oldid=139459141> [Page consultée le 3 août 2017] (J’ai créé l’article en traduisant en français l’article anglais et j’y ai ajouté quelques informations)
  • Alex Jay, About the Artist: Chu F. Hing, Chinese American Eyes (17 janvier 2014)
  • Chris Goto-Jones, Conjuring Asia. Magic, Orientalism, and the Making of the Modern World (Cambridge, 2016), p. 222-250 (J’ai écrit un compte-rendu de ce livre; j’attends une réponse du comité de lecture de la revue à laquelle je l’ai soumis)

Liens du mois (juillet 2017)

Une plaque de Delft, beaucoup de confusion (et retour à Rousseau ?)

Alors que je feuilletais le beau catalogue de l’exposition Asia in Amsterdam : the culture of luxury in the Golden Age, éd. par Karina Corrigan, Jan van Campen, Femke Diercks (Amsterdam, 2015), mon attention a été attirée par l’objet suivant, parce qu’il me rappelle la gravure dont j’avais brièvement discuté lorsque j’avais présenté l’expression « charlatans du Japon » de Rousseau:

Plaque murale de Delft, décor oriental, vers 1680; h 63.5 cm × l 92.0 cm × p 1.5 cm; Public domain [Libre de droits], copiée depuis https://www.rijksmuseum.nl/

La notice du catalogue précise que le peintre de cette plaque s’est inspiré pour sa composition de plusieurs gravures hollandaises, dont, pour l’homme en équilibre sur une perche de bambou, les rats et le panier percé à coups d’épée, de la gravure suivante:

Celle-ci provient de l’ouvrage de Johannes Nieuhof, Het Gezandtschap der Neêrlandtsche Oost-Indische Compagnie, aan den grooten Tartarischen Cham, den tegenwoordigen Keizer van China: (etc) , paru en 1665 et rapidement traduit en français, anglais, allemand et latin (Je reproduis ici des pages de l’édition en français parue en 1665 à Leyde):

Il se fait que la Bibliothèque nationale de France possède un manuscrit illustré lié à cet ouvrage (les exégètes débattent du rapport exact entre le manuscrit et le récit de voyage publié). On y trouve le dessin suivant:

 » [Johan Nieuhof]. « Journaal van zommige voorvallen, inde voyagie vande E. Heeren Pieter de Goyer en Jacob Keyser, ambassadeurs, aande grootmachtige keizer van Chyna en Tartaryen, inde jaaren 1655, 56 & 1657″, 1659 (229 p. et 81 dessins à la plume rehaussés de couleurs). »

On y reconnait un des personnages torse nu qui brandit des deux mains une pierre au-dessus de sa tête. Celui-ci a aussi été reproduit sur la plaque de Delft, par l’intermédiaire de la version imprimée du voyage de Nieuhof:

.Pour illustrer le fait que les dessins manuscrits de Nieuhof ont été retravaillés, recomposés, modifiés et complétés de différentes façons lors de l’impression de son récit de voyage, j’ajoute une deuxième gravure issue du dessin ci-dessus (ou d’un autre dessin similaire):

On voit que ces deux illustrations servent à illustrer des considérations sur les mendiants en Chine, séparées du récit concernant les bateleurs. La différence de contexte a été effacée par le peintre de la plaque de Delft, qui a réuni tous ces personnages en une seule scène et y a ajouté d’autres comparses, dont deux personnes à la coiffure et au vêtement japonais.

L’exemplaire manuscrit de Paris, sauf erreur de ma part, ne contient pas de dessin avec une scène de bateleurs, mais, à cause de la complexité des relations entre le manuscrit et les éditions imprimées, on ne peut en déduire que Nieuhof n’a pas vu de ses propres yeux ces spectacles, contrairement à celui des mendiants.

A cet exemple de confusion orientaliste entre Chine et Japon, entre mendiants et bateleurs, je voudrais ajouter un autre document visible sur le beau site du Rijksmuseum:

Wachthuis in Japan; Goochelaars en acrobaten [Poste de garde au Japon, Jongleurs et acrobates], Romeyn de Hooghe, 1682 – 1733; copié depuis https://www.rijksmuseum.nl; Public domain [libre de droits]

D’après le site internet du musée, il s’agit ici d’une gravure reproduisant deux images publiées pour la première fois séparément dans le livre de Simon de Vries, Curieuse aenmerckingen der bysonderste Oost en West-Indische verwonderens-waerdige dingen, deel 4, p. 1052 et p. 894 (Utrecht: J. Ribbius, 1682).

La réunion des deux illustrations en une seule planche fait partie de l’album Les Indes Orientales et Occidentales, et autres lieux réalisé par le graveur Romeyn de Hooghe, publié par Pieter van der Aa au début du XVIIIe s. C’est à ce moment qu’ont été ajoutés au texte en néerlandais les textes français, que je retranscris:

Bateleurs et bouffons

  1. Bateleur qui fait passer une corde par l’œil et le nez

  2. Qui se laisse passer par une corbeille

  3. Chaines à travers du corps

  4. Qui se hurtent la tête

  5. Cheval dressé

  6. Danse de rats

  7. Qui se brule la cervelle

  8. Autres bateleurs

  9. Arabe sur une colonne

  10. Course de deux chevaux

  11. Toutes sortes de Danseurs de corde

On notera qu’aucune nationalité ou ethnicité n’est donnée pour l’ensemble de l’image1, mais plusieurs de ces personnages sont directement recopiés depuis les illustrations chinoises montrées ci-dessus (je ne m’explique pas d’où vient l' »Arabe sur une colonne »). Toutefois, je pense que l’absence de textes explicatifs précis et la juxtaposition avec l’illustration de gauche, intitulée en français « Corps-de-garde des Japonnois » entraine la confusion et pousse à localiser tous ces acrobates ou artistes de rue au Japon, ce qui nous rapproche de l’expression de Rousseau « Charlatans du Japon ». Les gravures hollandaises qui illustraient les récits de voyages en Extrême-Orient ont ainsi servi, par leur utilisation, réutilisation, transformations, à créer un imaginaire occidental des saltimbanques orientaux, qui mêlait et entremêlait joyeusement toutes les nations d’Asie.

 


1 Ce n’était pas nécessaire dans la publication originale de Simon de Vries puisqu’il précisait bien qu’il parlait des Chinois et citait explicitement Johannes Nieuhof.

Une parution récente sur les catcheuses japonaises

Pour mémoire, je signale la parution du livre de Keiko Aiba, Transformed Bodies and Gender: Experiences of Women Pro Wrestlers in Japan (Osaka, 2017) (ISBN 978-4946428814).

A bon droit, me semble-t-il, Aiba définit le catch comme « un type de spectacle de scène basé sur des expressions empruntées au sport et à l’acrobatie avec des expressions empruntées  à la danse et au théâtre, qui adopte les valeurs du divertissement commercial » [[1]].

J’ai été un peu déçu que dans son chapitre « Histoire du catch féminin au Japon: d’un spectacle sexuel  à de « vrais combats » [[2]] (p. 42-52), Aiba ne fasse aucune mention des spectacles de sumo féminin, une partie des «misemono».

女相撲の力士 (1930) (Catalogue de l’exposition d’Osaka p. 40)

 

Poster pour le « Cirque de Sumo féminin » (女大相撲サーカス) (Date : ? Période Showa ?)

[[1]]  (p. 19) I define pro wrestling as a type of stage performance that is centered on expressions derives from sporting games and acrobatics in addition to expression derived from dancing and theatrical play, while having values of entertainment and commerciality.

[[2]] History of women’s pro wrestling in Japan from a sexual spectacle to a « real fight »

Liens du mois (juin 2017)

Les lecteurs de Rousseau vont-ils au cirque ?

A la suite d’une recherche sur le site Gallica, avec les termes suivants « Jongleurs du Japon », j’ai découvert ce texte un peu curieux:

ROUSSEAU:

(…)

Le pouvoir se délègue et jamais se partage ;
Direct ou réfléchi, ce rayon même encor
Reproduit sur notre œil son réfrangible essor.
Devons-nous en conclure et prôner la chimère
De voir en lui l’effet d’une triple lumière .
Eh! que dis-je, en dépit de ses pouvoirs rivaux,
Partout du peuple anglais le sang coule à grands flots;
Leur liberté cent ans en fut toute fumante ,
Cent ans sur l’échafaud je la vois expirante ;

Je la vois tour à tour au hasard déployant
De Lancastre ou d’York l’étendard effrayant,
Limiter, en dépit de sa triste balance ,
A changer de tyran sa fière indépendance.
Plus tard du peuple anglais l’impur réformateur
Sur elle épuisera son infâme fureur,
Et sur elle au défaut des bûchers de Marie,
Fondra d’Elisabeth l’atroce hypocrisie.
Enfin, objet d’horreur , de mépris et d’effroi,
Le front marqué du sceau du meurtre de son roi,
Elle accourt, avilie, éplorée et sanglante
Tendre aux fers de Cromwell une main suppliante.
Tout pouvoir est restreint, nul n’est illimité,
Mais il s’anéantit s’il rompt son unité.
Des jongleurs du Japon rivalisant la gloire,

N’allez plus …..

MONTESQUIEU.
Je connais le reste de l’histoire ;
Je sais qu’escaladant leurs classiques tréteaux,
Et d’un enfant en l’air jetant les trois lambeaux,
Je fais tomber aux yeux de la foule ébahie
Ces lambeaux rajustés et l’enfant plein de vie.
C’est ainsi que j’importe , apprenti charlatan ,
Mes tours de gobelet des bouts de l’Orient (1 ) ;
Espérons , croyez-moi, grâce à vos soins prospères ,
Qu’on n’en cherchera plus aux terres étrangères.

(1) Contrat social, liv. ii, chap. ii

Ce dialogue en vers entre Rousseau et Montesquieu fait partie d’un recueil de poésies dont Gallica nous offre ainsi les références (le dialogue occupe les p. 15-47) [1]:

Titre :  Rousseau de Genève et Montesquieu / par Claude-Simplicien Constituantiski
Auteur :  Constituantisky, Claude-Simplicien. Auteur du texte
Éditeur :  impr. de J. Renous et Cie (Montauban)
Date d’édition :  1844
Type :  monographie imprimée
Langue :  français
Langue :  français
Format :  1 vol. (74 p.) ; in-8

É. Forestié, La Société littéraire et l’ancienne Académie de Montauban : histoire de ces sociétés et biographie de tous les académiciens, 1730-1791 (2e édition) (1888), p. 280, nous apprend qui se cache derrière le pseudonyme de l’auteur:

Jacques-Antoine de Molières avait eu deux fils, qui furent militaires comme lui et cultivèrent la poésie avec succès.
L’aîné, Jacques, ancien mousquetaire rouge, né le 4 août 1774, et décédé le 5 mars 1862 à son château d’Espanel fit imprimer à Montauban plusieurs brochures sous le nom de Claude-Simplicien Tyrannicidisky, Constitutioneliski, Constituantiski, et exigea que le tirage ne dépassât pas une dizaine d’exemplaires.
Voici le titre de ces rarissimes brochures:
– Considérations plus ou moins poétiques sur la cause et l’effet de nos plaisirs. — 1828. in-8° de 35 pages.
– Chateaubriand et Béranger. — 1831, in-8° de 39 pages.
– Rousseau de Genève et Montesquieu. — 1844, in-8°, de 74 pages.
– Klerdelune et Klassilanlain, 110 et 2e parties. — 1850-53, in-8° de 133 et 36 pages.
– Domitien, Tacite et Mirabeau, 1″ et 2e parties. — 1851-52, in-8° de 57 et 38 pages.

On peut consulter l’arbre généalogique de Jacques de Molières ici (dressé par Georges PETIT-JEAN). Un autre blog généalogique nous apprend, citant une autre étude de Mr Forestié (1918):

En 1784, Jacques-Antoine de Molières fut capitaine au 20° léger et fit, en cette qualité, la campagne de 1813; à la fin de sa vie il occupa les fonctions de bibliothécaire de la ville de Montauban et mourut célibataire et très âgé; le château et la terre d’Espanel échut à son frère unique qui y passa toute son existence et y mourut aussi célibataire vers 1872.

Heureusement pour nous, Jacques de Molières a orné sa poésie didactique de notes de bas de page, qui permettent de retrouver les passages de Rousseau et de Montesquieu qu’il adapte pour son dialogue. Dans l’extrait qui nous intéresse, il s’agit du 2e chapitre du Livre II du Contrat social, qui est intitulé: « Que la souveraineté est indivisible »:

(…) Mais nos Politiques ne pouvant diviser la souveraineté dans son principe, la divisent dans son objet ; ils la divisent en force & en volonté, en puissance législative & en puissance exécutive, en droits d’impôts, de justice, & de guerre, en administration intérieure & en pouvoir de traiter avec l’étranger : tantôt ils confondent toutes ces parties & tantôt ils les séparent ; ils font du Souverain un être fantastique & formé de pieces rapportées ; c’est comme s’ils composoient l’homme de plusieurs corps dont l’un auroit des yeux, l’autre des bras, l’autre des pieds, & rien de plus. Les charlatans du Japon dépecent, diton, un enfant aux yeux des spectateurs, puis jettant en l’air tous ses membres l’un après l’autre, ils font retomber l’enfant vivant & tout rassemblé. Tels sont à peu près les tours de gobelets de nos politiques ; après avoir démembré le corps social par un prestige digne de la foire, ils rassemblent les pieces on ne sait comment. Cette erreur vient de ne s’être pas fait des notions exactes de l’autorité souveraine, & d’avoir pris pour des parties de cette autorité ce qui n’en étoit que des émanations. (…) [2]

D’après une recherche sur Gallica, Rousseau est le premier à utiliser l’expression « charlatans du Japon » (en 1762). L’image est efficace; Rousseau s’attaque à une cible de choix: Montesquieu et son principe de séparation des pouvoirs; sa raillerie aura du succès (« un fragment de polémique fort spirituel« ). Elle est reprise dès 1766 dans la Lettre d’un anonime à M. J.-J. Rousseau ; en 1792, la comparaison est appliquée à Condorcet, semble-t-il, dans Ma Soirée d’hier, ou Réflexions sur l’opinion de Condorcet . Je ne reprends pas ici toutes les discussions ou analyses de Rousseau qui la reprennent; évidemment, elle réapparait à chaque nouvelle impression du Contrat social.

Parfois, elle sort des discussions académiques ou philosophiques, par exemple en 1824 (discussion d’actualité politique) ou en 1924, avec une citation dans une tribune en premier page du Rappel.

Le 25 mars 1867, un correspondant de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux : Notes and queries français ; questions et réponses, communications diverses à l’usage de tous, littérateurs et gens du monde, artistes, bibliophiles, archéologues, généalogistes, etc. (c. 164-165) , d’Erlar de Groningue, demande quelle est la source de Rousseau pour « ce tour merveilleux de charlatanerie orientale ». Malheureusement, la réponse qu’il reçoit a dû, tout comme nous, le laisser sur sa fin puisqu’on y cite la Devineresse de Corneille et de Visé. Dans cette pièce, il est effectivement fait mention d’un tour de magie, « Le corps en morceaux », mais celui-ci n’a aucun lien avec le Japon.

La date de cette question est intéressante puisque les premiers acrobates et jongleurs japonais se sont produits aux États-Unis en 1866 (ils arriveront en France plus tard en 1867). Il semble donc qu’un lecteur de Rousseau ait été surpris par le fait que ce tour de « dépècement d’enfant » n’était pas au programme des troupes japonaises tel qu’il pouvait le lire dans les gazettes, et il a posé une question de critique historique, de recherche de sources pour Rousseau. On a donc ici une question originale sur la réception des artistes de cirque japonais en France: dans quelle mesure certains spectateurs ont-ils été influencés par leurs lectures et l’image littéraire du Japon avant de voir de leurs yeux les tours des artistes de cirque japonais ?

A ma connaissance, la  quête[3] de la source de Rousseau pour ce passage n’a pour l’instant mené nulle part[4]. La raison en est peut-être tout simplement que Rousseau attribue une provenance japonaise à un tour de magie que la tradition fait plutôt venir d’inde ou de Chine, le tour dit de la corde indienne[5]. Un magicien fait se dresser une corde en l’air; il y grimpe ou y fait grimper un jeune garçon. Pour une raison ou l’autre, il découpe ce garçon en morceaux, qui tombent au sol. Le magicien place ces morceaux de corps humain dans un panier, le ferme et l’enfant en ressort vivant et entier. Différentes versions existent de cette histoire, la plus proche de celle de Rousseau semble être celle de l’auteur chinois Pu Songling (dans un conte du recueil Chroniques de l’étrange paru en 1740), mais je ne pense pas qu’il en existait une traduction en langue occidentale disponible pour Rousseau.

En revanche, en 1681, Edward Melton avait publié à Amsterdam, avec une illustration, le compte-rendu d’un spectacle de jongleurs chinois qu’il avait vu à Jakarta et qui comporte une série d’éléments communs au récit de Rousseau.

Meltons, Eduward, Zeldzaame en Gedenkwaardige Zee- en Land- Reizen, Jan ten Hoorn, Amsterdam, 1681, entre les p. 468 et 469; https://digitalcollections.nypl.org/items/151f8db0-07c7-0133-e5cb-58d385a7b928, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=57318852

Il est possible que Rousseau se soit, consciemment ou non, souvenu du passage de l’Esprit des lois de Montesquieu sur l’atrocité et « l’impuissance des lois japonaises » et qu’il ait mêlé cette lecture à la réputation d’autres magiciens orientaux pour façonner l’expression « charlatans du Japon » [6].

[1] A toutes fins utiles, voici la table des matières du volume: p. 1: La poésie; p. 7: La vertu; p. 15: Rousseau et Montesquieu; p. 49: Le peuple souverain; p. 55: La vertu; p. 63: La fille du Marborée.

[2] Merci Wikisource (je conserve l’orthographe originale).

[3] Restauration de la science politique, ou Théorie de l’état social naturel opposée à la fiction d’un état civil factice. 1re partie. Des Principautés ou monarchies. Livre I. Des Seigneurs territoriaux indépendans ou princes patrimoniaux / par Charles-Louis de Haller (= Haller, Karl Ludwig von) (1825), p. 211: « au dire des voyageurs »

[4] Michel Delon, Despotisme, luxure et cruauté, Die französische Literatur des 19. Jahrhunderts und der Orientalismus, éd. par Michael Bernsen et Martin H. Neumann (2006), p. 7-17, p. 16

[5] Wikipedia contributors. Indian rope trick. Wikipedia, The Free Encyclopedia. June 24, 2017, 08:21 UTC. Available at: https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Indian_rope_trick&oldid=787244238.

[6] Pour comprendre le contexte culturel général de ce passage de Rousseau, je recommande vivement l’article de Michel Delon cité ci-dessus.


Pour une petite suite à la discussion, voir une autre entrée de ce carnet: Une plaque de Delft, beaucoup de confusion (et retour à Rousseau ?)

Rencontres des chercheurs francophones du Kansai 2017

Poster des Rencontres des chercheurs francophones du Kansai, 10 juin 2017, Université des Études Étrangères de Kyoto

Site officiel de l’événement: https://sites.google.com/site/rcfk2017/home

Voici les diapos Power Point de la petite présentation (« Les acrobates japonais en France et leurs imitateurs », 20 minutes) que j’ai eu le plaisir de faire aux RCFK 2017, une journée de conférences très plaisante et instructive puisqu’elle mêlait sciences dures et humanités ou sciences humaines et sociales. Ce n’était pas toujours facile à suivre, mais cela fait du bien de sortir de sa spécialité.

Un tout grand merci aux organisateurs et aux autres participants pour leurs questions et nos débats.

Je me permets de signaler pour les lecteurs de ce carnet la présentation d’Orsola Battaggia (Université de St Agnes), Une introduction aux « kosode moyo hinagatabon » : les magazines de mode des époques Edo et Meiji. C’est un détail parmi tout ce qu’elle a dit, mais elle a montré que ces magazines de mode de l’époque Meiji étaient imprimés en partie pour répondre à la demande des voyageurs (touristes ?) étrangers, ce qui, comme je le proposais sur une des diapos de ma présentation, semble prouver que le japonisme est à comprendre comme un échange réciproque entre le Japon et les autres pays, pas comme une influence à sens unique du Japon vers les autres cultures.

Sans rapport avec ce carnet, j’ai aussi, personnellement, été particulièrement intéressé par les présentations de

  • Oussouby Sacko (Kyoto Seika University), Les récits du projet de rénovation “Escola” et l’impact des transformations communautaires sur le tissu urbain  – Le cas des machiya et nagaya de Kyoto – (sur le nombre incroyable de maisons abandonnées à Kyoto, les efforts pour les faire revivre et éviter leur destruction, et sur les relations de voisinage dans la ville)
  • Marie-Nöelle Beauvieux (Université Ritsumeikan), De la rhétorique classique dans le fragment moderne : Akutagawa Ryunosuke et la Rochefoucauld (une belle présentation de littérature comparée et d’étude des relations culturelles entre France et Japon)
  • Tristan Hascoet (Université de Kobe), Applications du deep learning à la croisée du langage et de la vision (pour son usage de Wikipedia comme source de données et outil de travail)
  • Emilie Even (Université Municipale d’Osaka), Origine et Transport de l’arsenic dans les rivières de la région d’Hokusetsu au Nord de la Préfecture d’Osaka (pour la clarté de ses explications, pour avoir parlé d’une partie d’Osaka qui m’est chère et m’avoir rassuré)
  • Eric Faure (INALCO), De l’origine de quelques légendes à propos de Sugawara no Michizane (parce que je me suis demandé si les exemples qu’il a donnés de critique historique, de rationalisme voire de positivisme par des Japonais vis-a-vis de mythes de fondations japonais ne pourraient pas être ajoutés au livre de Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016).

Pardon à ceux que je n’ai pas mentionnés ici; allez voir le livret de la journée pour les découvrir.

Liens du mois (mai 2017)

  • Je recopie une annonce de la Maison franco-japonaise sur Facebook:

    http://www.persee.fr/collection/dhjap Le Dictionnaire historique du Japon est en ligne! Le Bureau français de la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 – MAEDI-CNRS) est heureux d’annoncer que l’intégralité de la collection du Dictionnaire historique du Japon est désormais numérisée et entièrement en libre accès sur la plateforme Persée.http://www.persee.fr/collection/dhjapVeuillez noter que la recherche par mots-clés fonctionne uniquement avec des caractères alphabétiques (pas de recherche possible à partir des kanji).

  • J. Robertson, Australian convict pirates in Japan: evidence of 1830 voyage unearthed, The Guardian (28 mai 2017) (un bel exemple de découverte par un historien amateur, rendue possible par la publication sur internet d’archives ou autres données savantes)

De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin

Grâce au bel article de Julien Béal, Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924), annoncé sur le carnet Gradiva (12 mai 2017), je me suis rappelé d’un document qui m’avait intrigué lors de mes dépouillements:

L’Exposition en famille. Revue illustrée de l’Exposition universelle de 1900 (Paris, 5 juin 1900), p. 13

C’est au pied de la Tour Eiffel que s’élève le palais du
Tour du Monde, monument imposant d’aspect indo-chi-

nois, construit par M. Alexandre Marcel, architecte mé-
daillé du Gouvernement, — et dont les tours colossales de
styles différents attirent de loin le regard par l’étrangeté de
leurs formes et la splendeur de leur ornementation.

Si nous pénétrons dans l’intérieur du monument nous
nous trouvons sous une coupole couvrant une superficie
de 2.400 mètres et abritant plus de 2.000 mètres de toile
peinte, œuvre de l’artiste Louis Dumoulin, peintre du
ministère de la Marine.

Dans sa composition générale : le tour du monde, l’ar-
tiste fait défiler devant nos regards émerveillés, les pays
les plus curieux desservis par les paquebots des Messa-
geries Maritimes : la Grèce, la Turquie, l’Egypte, les Indes,
la Chine, le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud, le Por-
tugal et l’Espagne.

Les vues reliées entre elles forment un colossal Pano-
rama dont les premiers plans seront occupés par des indi-

gènes des différents pays : (…)

Le panorama était remarquable notamment parce que des acteurs, musiciens ou artistes de rue venus de différents pays se produisaient devant la toile:

(p. 14) Des acrobates chinois, des escamoteurs indiens, des
charmeurs de serpents, des lutteurs japonais ne cesseront
d’animer les premiers plans sans cependant quitter le
rayon attribué à leurs pays.

Comme il n’est pas fait mention dans ces lignes de jongleurs ou d’acrobates japonais actifs devant le panorama et comme l’illustration des « Acrobates japonais »  ci-dessus est une copie d’une célèbre photographie de von Stillfried, je m’étais demandé pourquoi cette image apparaissait dans cette brochure ici.

Baron Raimund von Stillfried, Jeunes acrobates, Japon, 1870 (ca)

La réponse à cette question a été apportée par Julien Béal: lors de son voyage au Japon en 1888, Dumoulin a acheté plusieurs centaines de photographies à différents studios de Yokohama, photographies qu’il a ensuite exploitées et intégrées dans ses tableaux et, apparemment, dans le panorama de l’exposition universelle de 1900 (Dumoulin est retourné au Japon en 1897; d’après Béal, il a pris lui-même la plupart des photographies qu’il a rapportées de ce second voyage, même s’il en a alors aussi acheté d’autres).

Ainsi, comme le dit Béal, on retrouve un autre enfant acrobate dans le coin inférieur droit de ce tableau du Musée Guimet:

Louis Dumoulin (1860 – 1924), Le quartier des théâtres à Yokohama (vers 1888); (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservés

(Lisez ci-dessous l’utile commentaire de Julien Béal, que je remercie vivement, pour mieux apprécier l’œuvre de Dumoulin et comprendre la fonction graphique de ces enfants acrobates dans ses tableaux)

Liens du mois (avril 2017)

« ce peuple unique pour les jongleries »: sur un passage de Pierre Loti

J’ai repris mes cours et n’ai pas beaucoup de temps en ce moment pour écrire sur ce carnet, mais mes navettes me donnent l’occasion de lire l’excellent livre de Pierre-François Souiyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016). Dans son chapitre « La tentation de l’occident », il aborde les débats sur la profondeur ou la superficialité de l’occidentalisation du Japon et traite du Rokumeikan, un lieu de socialisation construit à Tokyo en 1883, dans lequel se déroulaient entre autres des bals. Le bâtiment et ses fêtes devaient servir à montrer aux étrangers que le Japon avait acquis des manières occidentales.

https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Rokumeikan#/media/File:Rokumeikan.jpg

Rokumeikan (scanné depuis Dallas Finn: Meiji Revisited. The Sites of Victorian Japan – National Diet Library, Japon, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=55774846)

Ce lieu était critiqué par certains Japonais. Kikue Yamakawa place ainsi ces mots dans la bouche de sa mère:

« Les négociations pour la révision des traités piétinaient et pour cette raison, on faisait la promotion officielle d’une occidentalisation frelatée à la mode du Rokumeikan et de manière irréfléchie, on encourageait les vêtements à l’occidentale, la nourriture à l’occidentale, les danses et les langues étrangères … » (Traduction Souiry p. 92)

Le lieu et ses danses étaient aussi moqués par certains étrangers. Ils ont fait l’objet de pages brillantes mais cruelles, voire racistes, de Pierre Loti, dans le chapitre « Un bal à Yeddo » du livre Japonaiseries d’automne (aux p. 77-106), paru en 1889, trois ans après sa visite.

Pierre Loti, Japoneries d’automne (1889)

Le chapitre s’ouvre sur la reproduction d’un carton d’invitation officiel:

 

Le ministre des affaires étrangères et
la comtesse Sodeska ont l’honneur de
vous prier de venir passer la soirée au
Rokou-Meikan, à l’occasion de la nais-
sance de S.M. l’Empereur.
On dansera.

Suit la description du voyage de Loti de Yokohama au Rokumeikan, qui lui permet de jouer sur les contrastes entre le Japon traditionnel des ruelles sombres, des lanternes et des pousse-pousses et le Japon moderne des gares et de l’éclairage au gaz.

Enfin, enfin, nous arrivons. A la file, nos chars passent sous un portique ancien dont la toiture se retrousse par les pointes, à la chinoise ; nous voici en pleine lumière, au milieu d’une sorte de fête vénitienne, au milieu d’un jardin prétentieux où d’innombrables bougies brûlent dans des ballons de papier sur des girandoles et, devant nous, se dresse le Rokou-Meïkan, très illuminé, ayant des cordons de gaz à chaque corniche, jetant des feux par chacune de ses fenêtres, éclairant comme une maison transparente.

Eh bien, il n’est pas beau, le Rokou-Meïkan. Bâti à l’européenne, tout frais, tout blanc, tout neuf, il ressemble, mon Dieu, au casino[1] d’une de nos villes de bains quelconque, et vraiment on pourrait se croire n’importe où, à Yeddo excepté…

Loti est séduit par les femmes, épouses de dignitaires, qui l’accueillent, élégantes, bien coiffées et bien habillées à l’occidentale, mais il ne peut s’empêcher de finir sa description sur ces mots:

Oh ! très bien, mesdames ; mes compliments sincères à toutes les trois ! très amusantes les attitudes, et très réussis les déguisements.

Il n’aime vraiment pas la décoration du lieu:

ces tentures contrastent avec la banalité des lanternes vénitiennes, de toutes les fanfreluches pendues au plafond, donnent le sentiment d’une Chine ou d’un Japon qui seraient en goguette, en fête de barrière.

Il n’a pas de mots trop durs pour les femmes habillées à l’occidentale; il reconnait leurs efforts méritoires, mais simplement parce qu’elles sont asiatiques, ces vêtements ne leur vont pas . Au contraire, Loti vante les mérites des ambassadeurs chinois:

Et puis ils font preuve de bon goût, ceux-ci, et de dignité, en conservant leur costume national, leur longue robe magnifiquement brochée et brodée, leur rude moustache retombante et leur queue.[2]

Loti critique aussi la manière de danser, trop automatique et pensée, des Japonaises.

Il conclut pourtant, de façon assez hypocrite et en prétendant, non sans culot, vouloir se rendre utile et plaisant aux Japonais:

En somme, une fête très gaie et très jolie, que ces Japonais nous ont offerte là avec beaucoup de bonne grâce. Si j’y ai souri de temps en temps, c’était sans malice. Quand je songe même que ces costumes, ces manières, ce cérémonial, ces danses, étaient des choses apprises, apprises très vite, apprises par ordre impérial et peut-être à contre-coeur, je me dis que ces gens sont de bien merveilleux imitateurs et une telle soirée me semble un des plus intéressants tours de force de ce peuple, unique pour les jongleries.

Cela m’a amusé de noter, sans intention bien méchante, tous ces détails, que je garantis du reste fidèles comme ceux d’une photographie avant les retouches. Dans ce pays qui se transforme si prodigieusement vite, cela amusera peut-être aussi des Japonais eux-mêmes, quand quelques années auront passé, de retrouver écrite ici cette étape de leur évolution ; de lire ce que fut un bal décoré de chrysanthèmes et donné au Rokou-Meïkan pour l’anniversaire de la naissance de S.M. l’empereur Muts-Hito, en l’an de grâce 1886.

C’est évidemment le mot « jongleries » qui a attiré mon attention. Bien sûr, mes recherches orientent la façon dont je lis ce texte, mais je ne peux m’empêcher de noter comme Loti place sa description du bâtiment et de la fête de Tokyo dans un cadre de sociabilité et de fêtes françaises: casino, fêtes vénitiennes, goguette, fête de barrière, déguisements, casino de province et, finalement, jongleries. C’est a dire qu’il cite toute une série de lieux et de circonstances où les acrobates jongleurs japonais et leurs imitateurs occidentaux se produisaient en France. La prégnance du premier contact de Loti avec la culture japonaise, ces spectacles de music hall et de cirque que donnaient des saltimbanques japonais, me semble très forte. Elle en modifie sa perception du Japon réel lorsqu’il visite le pays et la présentation qu’il en fait à ses lecteurs.

[1] Plus loin, p. 87, Loti reprendra cette comparaison:  « une décoration de casino de second ordre »

[2] Loti mentionne aussi un groupe de Japonaises habillées très traditionnellement et qui ne dansent pas, un « groupe un peu hiératique », les « princesses du sang et [l]es dames de la cour ». Loti est fasciné et décrit longuement leurs costumes et coiffures; il ne peut s’empêcher d’aller inviter l’une d’entre elles à danser, mais il se fait gentiment éconduire.

Liens du mois (mars 2017)

The Densho Digital Repository, a multi-partner initiative of Densho: The Japanese American Legacy Project, contains oral history interviews, photographs, documents, and other materials relating to the Japanese American experience. Additional information on the project is available at www.densho.org

Une troupe d’acrobates (« An acrobat troupe » (ddr-njpa-4-1828 (J1606.001)). Densho, Nippu Jiji Photograph Archive, « Japanese » Collection) (En partant de la gauche, M. et Mme Ozaki, Ruth, Hana)

Liens du mois (février 2017)

New Super-Man 8 (2017)

Akita Kanto Matsuri: jonglerie, tradition, invention de la tradition et misogynie

Le festival (matsuri) du Japon le plus important où la jonglerie joue un rôle  est le « Akita Kanto Matsuri » (je ne m’explique pas bien pourquoi le catalogue de l’exposition d’Osaka ne semble pas le mentionner).

秋田竿燈まつり: Akita Kanto Matsuri, début du mois d’août

1.300.000 personnes visiteraient la ville au moment du festival.

Un kanto est une perche de bambou qui soutient des lanternes; il peut y en avoir 46, pour un poids de 50 kilos et une hauteur de 12 mètres. Des perches plus petites existent aussi en différents formats. Les lanternes de papier ont la forme de ballots de riz. Chaque kanto est surmonté de bandelettes de papier sacrées pour le shinto (Gohei). 200 kantos sont portés au même moment lors du dernier jour du festival. 3.000 personnes, jongleurs, musiciens (flûtes de bambou) et assistants, participent à la parade.

Schéma explicatif d’un kanto et de son porteur (All Rights Reserved,Copyright 2001-2008 Akita Kanto Executive Committee)

Le festival remonterait au 18e siècle; il servait initialement de prière pour de bonnes récoltes de céréales et pour écarter les maladies. Le festival avait presque disparu au début du 20e siècle, mais l’intérêt que les empereurs Meiji et Taisho, ainsi que l’apparition de publicités sur les lanternes en 1908 l’ont relancé. Une société fut créée en 1931 pour organiser le festival et une compétition fut inventée la même année dans le but d’améliorer la qualité du spectacle du festival, mais l’esprit de compétition a causé des tensions avec le concept de patrimoine traditionnel, et les règles de la compétition ont été progressivement améliorées, par tâtonnements, pour essayer de concilier les deux approches. En 1980, le festival a été inscrit à la liste du patrimoine culturel immatériel du Japon, dans la catégorie folklore. Il a été réorganisé en 1992 par le rassemblement des événements Neburi-nagashi (festival de lanternes; initialement, une lanterne était utilisée lors de O-bon pour accueillir les esprits des ancêtres), Tanabata (une fête traditionnelle des étoiles), Honen-sai (un festival de moisson) et  O-bon (un festival de commémoration des défunts). Lors de la compétition le dernier jour, des jongleurs utilisent des perches de 18 m. de haut.

Akita Kanto Matsuri (Photo Ocavis Leechroot [CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons)

Initialement, le festival était un événement nocturne (avec lanternes allumées), mais sa popularité et les foules de spectateurs ont mené à la création de spectacles de jour. Les dates du festival ont changé au moment de l’adoption par le Japon du calendrier solaire en remplacement du calendrier lunaire, mais aussi plusieurs fois après la seconde guerre mondiale. Un dernier changement a eu lieu en 2001 pour lequel on a pris en compte les desiderata d’agences de voyage qui voulaient créer un circuit de festivals entre Akita, Sendai (festival de Tanabata: 仙台七夕) et Aomori (Nebuta Matsuri; 青森ねぶた祭り).

Les femmes ont pu participer au festival pour la première fois en 1967 comme musiciennes accompagnatrices, mais elles ne sont pas autorisées à porter un kanto car celui-ci est un objet shinto sacré, de la même façon que les femmes ne peuvent pénétrer le cercle où se déroulent les combats de sumo traditionnel (les femmes sont considérées impures à cause de leurs menstruations ou des saignements qui accompagnent l’accouchement). Dans le journal local, on a parfois publié dans les années 1980 des opinions selon lesquelles la participation de femmes au festival est la cause des averses qui l’ont frappé certaines années.

Les participants opposent le maniement du kanto à la jonglerie en s’appuyant aussi du fait que le kanto est sacré et qu’il est primordial de ne pas le faire tomber ou pire de le casser; lors de la compétition, il est important de pouvoir s’arrêter avant la « profanation » du kanto, même si le porteur du kanto voudrait aller plus loin dans ses efforts pour gagner.

Les bandelettes de papier shinto (gohei) proviennent du sanctuaire Akita Hachiman 秋田八幡神社. Après le festival, on les jette dans la rivière Kyuuomonogawa (旧雄物川) du haut du pont Shinkawahashi (新川橋).

Bibliographie

Sitographie