Liens du mois (avril 2017)

« ce peuple unique pour les jongleries »: sur un passage de Pierre Loti

J’ai repris mes cours et n’ai pas beaucoup de temps en ce moment pour écrire sur ce carnet, mais mes navettes me donnent l’occasion de lire l’excellent livre de Pierre-François Souiyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016). Dans son chapitre « La tentation de l’occident », il aborde les débats sur la profondeur ou la superficialité de l’occidentalisation du Japon et traite du Rokumeikan, un lieu de socialisation construit à Tokyo en 1883, dans lequel se déroulaient entre autres des bals. Le bâtiment et ses fêtes devaient servir à montrer aux étrangers que le Japon avait acquis des manières occidentales.

https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Rokumeikan#/media/File:Rokumeikan.jpg

Rokumeikan (scanné depuis Dallas Finn: Meiji Revisited. The Sites of Victorian Japan – National Diet Library, Japon, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=55774846)

Ce lieu était critiqué par certains Japonais. Kikue Yamakawa place ainsi ces mots dans la bouche de sa mère:

« Les négociations pour la révision des traités piétinaient et pour cette raison, on faisait la promotion officielle d’une occidentalisation frelatée à la mode du Rokumeikan et de manière irréfléchie, on encourageait les vêtements à l’occidentale, la nourriture à l’occidentale, les danses et les langues étrangères … » (Traduction Souiry p. 92)

Le lieu et ses danses étaient aussi moqués par certains étrangers. Ils ont fait l’objet de pages brillantes mais cruelles, voire racistes, de Pierre Loti, dans le chapitre « Un bal à Yeddo » du livre Japonaiseries d’automne (aux p. 77-106), paru en 1889, trois ans après sa visite.

Pierre Loti, Japoneries d’automne (1889)

Le chapitre s’ouvre sur la reproduction d’un carton d’invitation officiel:

 

Le ministre des affaires étrangères et
la comtesse Sodeska ont l’honneur de
vous prier de venir passer la soirée au
Rokou-Meikan, à l’occasion de la nais-
sance de S.M. l’Empereur.
On dansera.

Suit la description du voyage de Loti de Yokohama au Rokumeikan, qui lui permet de jouer sur les contrastes entre le Japon traditionnel des ruelles sombres, des lanternes et des pousse-pousses et le Japon moderne des gares et de l’éclairage au gaz.

Enfin, enfin, nous arrivons. A la file, nos chars passent sous un portique ancien dont la toiture se retrousse par les pointes, à la chinoise ; nous voici en pleine lumière, au milieu d’une sorte de fête vénitienne, au milieu d’un jardin prétentieux où d’innombrables bougies brûlent dans des ballons de papier sur des girandoles et, devant nous, se dresse le Rokou-Meïkan, très illuminé, ayant des cordons de gaz à chaque corniche, jetant des feux par chacune de ses fenêtres, éclairant comme une maison transparente.

Eh bien, il n’est pas beau, le Rokou-Meïkan. Bâti à l’européenne, tout frais, tout blanc, tout neuf, il ressemble, mon Dieu, au casino[1] d’une de nos villes de bains quelconque, et vraiment on pourrait se croire n’importe où, à Yeddo excepté…

Loti est séduit par les femmes, épouses de dignitaires, qui l’accueillent, élégantes, bien coiffées et bien habillées à l’occidentale, mais il ne peut s’empêcher de finir sa description sur ces mots:

Oh ! très bien, mesdames ; mes compliments sincères à toutes les trois ! très amusantes les attitudes, et très réussis les déguisements.

Il n’aime vraiment pas la décoration du lieu:

ces tentures contrastent avec la banalité des lanternes vénitiennes, de toutes les fanfreluches pendues au plafond, donnent le sentiment d’une Chine ou d’un Japon qui seraient en goguette, en fête de barrière.

Il n’a pas de mots trop durs pour les femmes habillées à l’occidentale; il reconnait leurs efforts méritoires, mais simplement parce qu’elles sont asiatiques, ces vêtements ne leur vont pas . Au contraire, Loti vante les mérites des ambassadeurs chinois:

Et puis ils font preuve de bon goût, ceux-ci, et de dignité, en conservant leur costume national, leur longue robe magnifiquement brochée et brodée, leur rude moustache retombante et leur queue.[2]

Loti critique aussi la manière de danser, trop automatique et pensée, des Japonaises.

Il conclut pourtant, de façon assez hypocrite et en prétendant, non sans culot, vouloir se rendre utile et plaisant aux Japonais:

En somme, une fête très gaie et très jolie, que ces Japonais nous ont offerte là avec beaucoup de bonne grâce. Si j’y ai souri de temps en temps, c’était sans malice. Quand je songe même que ces costumes, ces manières, ce cérémonial, ces danses, étaient des choses apprises, apprises très vite, apprises par ordre impérial et peut-être à contre-coeur, je me dis que ces gens sont de bien merveilleux imitateurs et une telle soirée me semble un des plus intéressants tours de force de ce peuple, unique pour les jongleries.

Cela m’a amusé de noter, sans intention bien méchante, tous ces détails, que je garantis du reste fidèles comme ceux d’une photographie avant les retouches. Dans ce pays qui se transforme si prodigieusement vite, cela amusera peut-être aussi des Japonais eux-mêmes, quand quelques années auront passé, de retrouver écrite ici cette étape de leur évolution ; de lire ce que fut un bal décoré de chrysanthèmes et donné au Rokou-Meïkan pour l’anniversaire de la naissance de S.M. l’empereur Muts-Hito, en l’an de grâce 1886.

C’est évidemment le mot « jongleries » qui a attiré mon attention. Bien sûr, mes recherches orientent la façon dont je lis ce texte, mais je ne peux m’empêcher de noter comme Loti place sa description du bâtiment et de la fête de Tokyo dans un cadre de sociabilité et de fêtes françaises: casino, fêtes vénitiennes, goguette, fête de barrière, déguisements, casino de province et, finalement, jongleries. C’est a dire qu’il cite toute une série de lieux et de circonstances où les acrobates jongleurs japonais et leurs imitateurs occidentaux se produisaient en France. La prégnance du premier contact de Loti avec la culture japonaise, ces spectacles de music hall et de cirque que donnaient des saltimbanques japonais, me semble très forte. Elle en modifie sa perception du Japon réel lorsqu’il visite le pays et la présentation qu’il en fait à ses lecteurs.

[1] Plus loin, p. 87, Loti reprendra cette comparaison:  « une décoration de casino de second ordre »

[2] Loti mentionne aussi un groupe de Japonaises habillées très traditionnellement et qui ne dansent pas, un « groupe un peu hiératique », les « princesses du sang et [l]es dames de la cour ». Loti est fasciné et décrit longuement leurs costumes et coiffures; il ne peut s’empêcher d’aller inviter l’une d’entre elles à danser, mais il se fait gentiment éconduire.

Liens du mois (mars 2017)

The Densho Digital Repository, a multi-partner initiative of Densho: The Japanese American Legacy Project, contains oral history interviews, photographs, documents, and other materials relating to the Japanese American experience. Additional information on the project is available at www.densho.org

Une troupe d’acrobates (« An acrobat troupe » (ddr-njpa-4-1828 (J1606.001)). Densho, Nippu Jiji Photograph Archive, « Japanese » Collection) (En partant de la gauche, M. et Mme Ozaki, Ruth, Hana)

Liens du mois (février 2017)

New Super-Man 8 (2017)

Akita Kanto Matsuri: jonglerie, tradition, invention de la tradition et misogynie

Le festival (matsuri) du Japon le plus important où la jonglerie joue un rôle  est le « Akita Kanto Matsuri » (je ne m’explique pas bien pourquoi le catalogue de l’exposition d’Osaka ne semble pas le mentionner).

秋田竿燈まつり: Akita Kanto Matsuri, début du mois d’août

1.300.000 personnes visiteraient la ville au moment du festival.

Un kanto est une perche de bambou qui soutient des lanternes; il peut y en avoir 46, pour un poids de 50 kilos et une hauteur de 12 mètres. Des perches plus petites existent aussi en différents formats. Les lanternes de papier ont la forme de ballots de riz. Chaque kanto est surmonté de bandelettes de papier sacrées pour le shinto (Gohei). 200 kantos sont portés au même moment lors du dernier jour du festival. 3.000 personnes, jongleurs, musiciens (flûtes de bambou) et assistants, participent à la parade.

Schéma explicatif d’un kanto et de son porteur (All Rights Reserved,Copyright 2001-2008 Akita Kanto Executive Committee)

Le festival remonterait au 18e siècle; il servait initialement de prière pour de bonnes récoltes de céréales et pour écarter les maladies. Le festival avait presque disparu au début du 20e siècle, mais l’intérêt que les empereurs Meiji et Taisho, ainsi que l’apparition de publicités sur les lanternes en 1908 l’ont relancé. Une société fut créée en 1931 pour organiser le festival et une compétition fut inventée la même année dans le but d’améliorer la qualité du spectacle du festival, mais l’esprit de compétition a causé des tensions avec le concept de patrimoine traditionnel, et les règles de la compétition ont été progressivement améliorées, par tâtonnements, pour essayer de concilier les deux approches. En 1980, le festival a été inscrit à la liste du patrimoine culturel immatériel du Japon, dans la catégorie folklore. Il a été réorganisé en 1992 par le rassemblement des événements Neburi-nagashi (festival de lanternes; initialement, une lanterne était utilisée lors de O-bon pour accueillir les esprits des ancêtres), Tanabata (une fête traditionnelle des étoiles), Honen-sai (un festival de moisson) et  O-bon (un festival de commémoration des défunts). Lors de la compétition le dernier jour, des jongleurs utilisent des perches de 18 m. de haut.

Akita Kanto Matsuri (Photo Ocavis Leechroot [CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons)

Initialement, le festival était un événement nocturne (avec lanternes allumées), mais sa popularité et les foules de spectateurs ont mené à la création de spectacles de jour. Les dates du festival ont changé au moment de l’adoption par le Japon du calendrier solaire en remplacement du calendrier lunaire, mais aussi plusieurs fois après la seconde guerre mondiale. Un dernier changement a eu lieu en 2001 pour lequel on a pris en compte les desiderata d’agences de voyage qui voulaient créer un circuit de festivals entre Akita, Sendai (festival de Tanabata: 仙台七夕) et Aomori (Nebuta Matsuri; 青森ねぶた祭り).

Les femmes ont pu participer au festival pour la première fois en 1967 comme musiciennes accompagnatrices, mais elles ne sont pas autorisées à porter un kanto car celui-ci est un objet shinto sacré, de la même façon que les femmes ne peuvent pénétrer le cercle où se déroulent les combats de sumo traditionnel (les femmes sont considérées impures à cause de leurs menstruations ou des saignements qui accompagnent l’accouchement). Dans le journal local, on a parfois publié dans les années 1980 des opinions selon lesquelles la participation de femmes au festival est la cause des averses qui l’ont frappé certaines années.

Les participants opposent le maniement du kanto à la jonglerie en s’appuyant aussi du fait que le kanto est sacré et qu’il est primordial de ne pas le faire tomber ou pire de le casser; lors de la compétition, il est important de pouvoir s’arrêter avant la « profanation » du kanto, même si le porteur du kanto voudrait aller plus loin dans ses efforts pour gagner.

Les bandelettes de papier shinto (gohei) proviennent du sanctuaire Akita Hachiman 秋田八幡神社. Après le festival, on les jette dans la rivière Kyuuomonogawa (旧雄物川) du haut du pont Shinkawahashi (新川橋).

Bibliographie

Sitographie

Ressource du jour: The Metropolitan Museum

La base de données est très pratique et facile à naviguer et exploiter. Voici quelques exemples d’objets en rapport avec ce carnet:

Carte publiée par Messer’s Gum (USA) (7 × 3.8 cm) (ca. 1910) (Merci http://www.metmuseum.org/art/collection/search/430543)

Utagawa Kuniteru, 浅草観音境内ニ於イテ興行仕候 佛蘭西曲馬: cirque équestre français au temple Asakusa Kannon (1871) (Merci http://www.metmuseum.org/art/collection/search/55455)

Voir aussi:

Jonglerie et patrimoine culturel immatériel du Japon (12): hayashi-kyokumochi

囃子曲持 (神奈川県川崎市) (Hayashi Kyokumochi, Kawasaki, Préfecture de Kanagawa)

Festival en octobre au sanctuaire 新城神社

Différentes épreuves de force et de jonglerie avec des ballots de riz et d’autres instruments de fabrication et de commerce du sake.

Inscrit au patrimoine culturel de la ville en 1978

Sitographie:

Liens du mois (janvier 2017)

Liens du mois (23/12/2016)

Liens du mois (27 novembre 2016)

 

Jonglerie aux Jeux Olympiques de 1896 ?

Lors de la préparation de mon cours Area Studies: Europe. Sports in Europe à l’université Kansai Gaidai, j’ai découvert sur YouTube la vidéo suivante:

Les premières secondes semblent montrer l’épreuve de lever à un bras, une categorie d’haltérophilie qui n’existe plus actuellement. Dans la deuxième partie de cette courte vidéo, on peut voir un athlète couché sur le dos faire tourner brièvement un haltère avec ses pieds, un acte typique des jongleurs icaristes. Il finit son acte par un petit saut élégant, presque un salut, qui donne l’impression qu’il est observé par des juges.

Dans le rapport officiel du CIO sur les jeux (p. 65-66; 93-94 du fichier PDF), il n’est fait aucune allusion  à la jonglerie ou l’utilisation des jambes pour soulever des poids ou jouer avec des haltères.

Il est toutefois fait mention du fait suivant, survenu hors compétition:

Pendant ce concours, se produit un incident assez curieux, qui peut faire juger de la force herculéenne du Prince Georges. Tandis qu’un serviteur traînait avec beaucoup de peine un haltère, le Prince le soulevant, le jette à distance avec la plus grande facilité. Les spectateurs applaudissent et acclament le Prince.

Évidemment, il est loin d’être assuré que ces images aient bien été filmées en 1896  à Athènes (voir ici, pour un exemple de confusion avec les jeux « intermédiaires » de 1906).

Comme on peut voir en arrière-fond ce qui ressemble à une compétition de lutte, la jonglerie n’a sans doute pas eu lieu pendant une cérémonie d’ouverture ou de clôture.

Un athlète qui s’échauffe ou s’amuse pendant son échauffement ? un contexte tout autre que celui annoncé sur YouTube ?

Si vous avez des suggestions ou la réponse  à ma question, n’hésitez pas  à laisser un commentaire.

Liens du mois et une chanson sans Japonais

Par une ressource pédagogique de TV5 Monde, je découvre la chanson « Le rêve interdit » de la la Circomédie musicale Timéo. On y mentionne deux pays en rapport avec le cirque, tous deux asiatiques, mais pas le Japon, montrant que ce pays n’est plus associé dans l’opinion populaire à cet art, contrairement à la période que j’étudie. Je me demande quand exactement ce changement d’image s’est produit :

(…)

J’voudrais faire voltiger mon âme
Devenir le roi du trampoline
Traverser des cerceaux en flammes
Sur des chevaux venus de Chine

J’voudrais faire des bonds, des rebonds
À la bascule coréenne
On m’dit que c’est d’la science-fiction
Et qu’il est temps que je comprenne

(…)

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (7)

小松豊年獅子踊 (山形県川西町): komatsu hounen shishi odori (Bourg de Kawanishi, Préfecture de Yamagata)

Je ne mentionne cet événement que parce qu’il est cité dans le catalogue de l’exposition d’Osaka, mais, selon moi, il ne s’agit pas d’acrobatie. Au cours de sa danse, un shishimai saute une fois au travers d’un cercle enflammé.

Brève présentation officielle (en japonais): http://www.town.kawanishi.yamagata.jp/kyouikubunka/osisi.html