Jonglerie et patrimoine culturel immatériel du Japon (12): hayashi-kyokumochi

囃子曲持 (神奈川県川崎市) (Hayashi Kyokumochi, Kawasaki, Préfecture de Kanagawa)

Festival en octobre au sanctuaire 新城神社

Différentes épreuves de force et de jonglerie avec des ballots de riz et d’autres instruments de fabrication et de commerce du sake.

Inscrit au patrimoine culturel de la ville en 1978

Sitographie:

Liens du mois (janvier 2017)

Liens du mois (23/12/2016)

Liens du mois (27 novembre 2016)

 

Jonglerie aux Jeux Olympiques de 1896 ?

Lors de la préparation de mon cours Area Studies: Europe. Sports in Europe à l’université Kansai Gaidai, j’ai découvert sur YouTube la vidéo suivante:

Les premières secondes semblent montrer l’épreuve de lever à un bras, une categorie d’haltérophilie qui n’existe plus actuellement. Dans la deuxième partie de cette courte vidéo, on peut voir un athlète couché sur le dos faire tourner brièvement un haltère avec ses pieds, un acte typique des jongleurs icaristes. Il finit son acte par un petit saut élégant, presque un salut, qui donne l’impression qu’il est observé par des juges.

Dans le rapport officiel du CIO sur les jeux (p. 65-66; 93-94 du fichier PDF), il n’est fait aucune allusion  à la jonglerie ou l’utilisation des jambes pour soulever des poids ou jouer avec des haltères.

Il est toutefois fait mention du fait suivant, survenu hors compétition:

Pendant ce concours, se produit un incident assez curieux, qui peut faire juger de la force herculéenne du Prince Georges. Tandis qu’un serviteur traînait avec beaucoup de peine un haltère, le Prince le soulevant, le jette à distance avec la plus grande facilité. Les spectateurs applaudissent et acclament le Prince.

Évidemment, il est loin d’être assuré que ces images aient bien été filmées en 1896  à Athènes (voir ici, pour un exemple de confusion avec les jeux « intermédiaires » de 1906).

Comme on peut voir en arrière-fond ce qui ressemble à une compétition de lutte, la jonglerie n’a sans doute pas eu lieu pendant une cérémonie d’ouverture ou de clôture.

Un athlète qui s’échauffe ou s’amuse pendant son échauffement ? un contexte tout autre que celui annoncé sur YouTube ?

Si vous avez des suggestions ou la réponse  à ma question, n’hésitez pas  à laisser un commentaire.

Liens du mois et une chanson sans Japonais

Par une ressource pédagogique de TV5 Monde, je découvre la chanson « Le rêve interdit » de la la Circomédie musicale Timéo. On y mentionne deux pays en rapport avec le cirque, tous deux asiatiques, mais pas le Japon, montrant que ce pays n’est plus associé dans l’opinion populaire à cet art, contrairement à la période que j’étudie. Je me demande quand exactement ce changement d’image s’est produit :

(…)

J’voudrais faire voltiger mon âme
Devenir le roi du trampoline
Traverser des cerceaux en flammes
Sur des chevaux venus de Chine

J’voudrais faire des bonds, des rebonds
À la bascule coréenne
On m’dit que c’est d’la science-fiction
Et qu’il est temps que je comprenne

(…)

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (7)

小松豊年獅子踊 (山形県川西町): komatsu hounen shishi odori (Bourg de Kawanishi, Préfecture de Yamagata)

Je ne mentionne cet événement que parce qu’il est cité dans le catalogue de l’exposition d’Osaka, mais, selon moi, il ne s’agit pas d’acrobatie. Au cours de sa danse, un shishimai saute une fois au travers d’un cercle enflammé.

Brève présentation officielle (en japonais): http://www.town.kawanishi.yamagata.jp/kyouikubunka/osisi.html

Dai-kagura d’Ise (ou De l’humour des jongleurs japonais)

Hier, j’ai eu la chance de pouvoir assister au spectacle de Dai-kagura d’Ise qui s’est tenu au Musée d’ethnologie d’Osaka, dans le cadre de l’exposition sur les misemono.

Le spectacle mêlait danses du lion et différents types de jonglerie. L’humour accompagnait toutes les parties de jonglerie, parfois un humour verbal, de jeux de mots, d’allusions politiques ou sociales, de dialogues de non-sens, comme on peut en entendre dans le manzai, parfois un humour non-verbal avec une sorte de bouffon imitant et caricaturant les attitudes et gestes du jongleur alors que celui-ci officiait ou commentant ses réalisations par des grimaces. Parfois improvisé, cet humour permet de donner du rythme et apporte un sentiment de variété au spectacle, il dédramatise les moments où le jongleur rate son tour ou doit se concentrer pour reprendre ses jeux, et il établit une connexion avec le public.

En blanc, l'assistant passe les bols; en beige orange, le "bouffon" exprime son admiration; en rouge, le jongleur empile des bols en équilibre sur son menton (Cliché ADH; Minpaku; 22 octobre 2016)

En blanc, l’assistant passe les bols; en beige orange, le « bouffon » exprime son admiration; en rouge, le jongleur empile des bols en équilibre sur son menton (Cliché ADH; Minpaku; 22 octobre 2016)

Surtout, cet humour a une fonction religieuse dans le cadre de ce qui était,  à l’origine semble-t-il, un rituel apotropaïque, destiné à éloigner le malheur, la maladie ou les accidents: un dieu qui avait assisté au spectacle, qui s’était détendu et qui avait ri était un dieu apaisé, qui laisserait les humains tranquilles.

A la fin du spectacle, le public vient mettre sa tête dans la gueule du shishimai. Cela porte chance. (Cliché ADH; Minpaku, 22 octobre 2016)

A la fin du spectacle, le public vient mettre sa tête dans la gueule du shishimai. Cela porte chance. (Cliché ADH; Minpaku, 22 octobre 2016)

Je me pose alors une question: pourquoi cet humour est-il totalement absent des sources occidentales qui décrivent les premières troupes d’acrobates et jongleurs japonais aux USA ou en Europe dans les années 1860-1870 ? On imagine mal que les journalistes n’aient pas remarqué d’actions comiques dans ces spectacles si elles étaient présentes ou que les troupes « profanes » expatriées n’aient pas repris à leurs consœurs plus religieuses un élément important de leur succès.

Certes, les journalistes, au début, se plaignaient des longs discours et des « bavardages » des acrobates japonais, et on comprend bien que l’humour verbal ne pouvait fonctionner, mais, comme je l’ai dit plus haut, le comique non-verbal, le comique de situation était important lors du spectacle que j’ai vu.

Faut-il alors imaginer que les managers occidentaux des troupes ou les régisseurs des salles de spectacles qui les accueillaient aient demandé aux Japonais de retirer l’humour de leurs spectacles ? Ou alors n’étaient-ils pas sensibles à cet humour ? Cette dernière hypothèse parait peu probable puisque les clowns, je pense, pratiquaient le même type d’humour de parodie avec les cavaliers et les écuyères (je dois vérifier dans les histoires de cirque si cela tient du point de vue chronologique).

Je me demande enfin, et ce n’est qu’un début d’hypothèse de travail, si on n’aurait pas ici une conséquence de pensée racialiste: avoir de l’humour serait considéré comme une prérogative de l’Occident, une preuve de sa supériorité, et le milieu européen du cirque n’aurait même pas conçu l’idée que des acrobates japonais aient pu volontairement faire rire une audience occidentale, maîtriser le sens de l’humour et contrôler leur public. Est-il possible, cela a-t-il du sens de dresser une histoire de la reconnaissance du sens de l’humour dans les autres cultures ?

Site officiel de la troupe

http://www.kandayuyamamoto.jp/: uniquement en japonais; très belles photographies

Vidéos

Le 東北文化財映像研究所ライブラリー映像館 a découpé en 9 vidéos, disponibles sur YouTube, un spectacle complet de dai-kagura (malheureusement, leur caméra semble fixe et ne capture pas bien certaines jongleries comme celle qui consiste à faire tourner une grande assiette sur un panneau de bois posé au niveau du sol). Voici la première d’entre elles:

Bibliographie

Bibliographie non vue:
  • Gerald Groemer, Street Performers and Society in Urban Japan, 1600-1900: The Beggar’s Gift (Londres, 2016) (Plus de 20.000 yens pour ce livre ! Ils sont fous chez Routledge ?)
  • Kárpáti, János. « Music of the Lion Dance in Japanese Tradition. » Studia Musicologica Academiae Scientiarum Hungaricae 41, no. 1-3 (2000): 107-117 (JSTOR)
  • 北川央. « 伊勢大神楽の展開–檀那場の形成をめぐって. » (The development of Ise Dai Kagura: around the formation of Dannaba  [in Japanese]), 宗教民俗研究 9 (1999): 96-116.
  • Lancashire, Terence, «  » Kagura »-A » Shinto » Dance? Or Perhaps Not. » Asian music 33, 1 (2001), p. 25-59 (JSTOR)
  • 森田玲. « 伊勢大神楽の神楽囃子研究–音曲構成の特徴と他分野諸芸能との関連性. » (Basic research on the musical structure of Ise Dai-Kagura and its relationship with other types of traditional performances  [in Japanese]), 民俗音楽研究 36 (2011): 37-46.
  • David Petersen, An Invitation to Kagura: Hidden Gem of the Traditional Japanese Performing Arts (2007)

Félicitations du jour (International Ranald MacDonald Prize)

Félicitations à Frederik Schodt pour son Prix international Ranald MacDonald:

The Cultural Public Benefit Organization awarding the prize, Friends of MacDonald • The Dutch Connection, abbreviated as FOM NL, would not have existed if Frederik L. Schodt had not written a biography of Ranald MacDonald (1824-1894). In his Native American in the Land of the Shogun: Ranald MacDonald and the Opening of Japan (Stone Bridge Press, Albany CA, 2003) he brings to life a ‘true cultural and racial hybrid—in the best sense of the word— (who) assumes heroic proportions because of his success in carving his own path in life, in an often unfriendly world’, in short, an example to follow. But, besides this book, Schodt – he calls himself a niche writer – has written many other works on related subjects, essays, historiography and translations. Therefore FOM NL granted him a special prize of 2500 euro for his oeuvre.

C’est l’occasion de rappeler ma propre dette envers Frederik Schodt (que, malheureusement, je n’ai jamais rencontré). Son livre sur le Professeur Risley est fondamental pour mes recherches, et je recommande aussi chaudement son livre

The Four Immigrants Manga: A Japanese Experience in San Francisco, 1904-1924, by Henry Kiyama

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (3)

数河獅子 (岐阜県飛騨市) : Suugoshishi (Hida, Préfecture de Gifu)

9月5日:白山神社例祭, le 5 septembre, au sanctuaire de Hakusan (hakusan-jinja)

Bibliographie non vue:

李 応寿 (LEE Eung Soo), 「数河獅子」のきた道  (The Historical Roots of Sugo-jishi)  [en japonais], 演劇学論集 : 日本演劇学会紀要 56 (2013), p. 95-115

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (1) et (2)

L’exposition du Minpaku sur les misemono m’a beaucoup intéressé parce qu’elle donne des informations sur le contexte japonais des acrobates et jongleurs venus en France, notamment sur des actes acrobatiques réalisés lors de matsuri. Le catalogue de l’exposition offre une liste de 13 circonstances. Je vais essayer dans mes prochains postes de donner une ou deux vidéos pour chacune d’elle, comme je l’avais fait pour le Takengei de Nagasaki il y a presque deux ans.

継ぎ獅子 (愛媛県今治市波方町樋口の潮早神社): Tsugishishi (Imabari, Préfecture d’Ehime)

Formation de pyramides humaines (jusqu’à cinq niveaux)

梯子獅子 (兵庫県淡路市): Hashigoshishi (littéralement : « Lion de l’échelle »)(Awaji, Préfecture de Hyogo)

Un « lion dansant » (shishi-mai) monte une grande échelle et rampe sur une corde tendue à une dizaine de mètres au-dessus du sol.

 

Liens de la semaine (16/9/2016)

Désolé, le semestre d’automne a commencé et je n’ai que le temps de vous proposer des liens.

Débats
Poissons

H. Hosokawa, Centuries-old Japanese fish specimens found in Berlin archive, Asahi Shimbun 13/9/2016 (original japonais: 江戸時代の日本魚、独で確認 日本を冠した学名に 17/8/2016)

Pour la comparaison
  • Adèle Moméjà, c.r. de « Todeschini Giacomo, Au pays des sans-noms. Gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires du Moyen Âge à l’époque moderne (1ère édition 2007), Lagrasse, Verdier, traduit de l’italien par Nathalie Gailius, 2015, 400p.  », Terrains/Théories [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 16 août 2016, consulté le 16 septembre 2016. URL : http://teth.revues.org/737
  • Edward A. McCord. Review of Weirather, Larry, Fred Barton and the Warlords’ Horses of China: How an American Cowboy Brought the Old West to the Far East. H-War, H-Net Reviews. September, 2016.
    URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=46659

Liens de la semaine (6/9/2016)

Article que je voudrais lire
  • TRANSCULTURAL POLITICS OF DEPARTMENT STORES: COLONIALISM AND MASS CULTURE IN EAST ASIA, 1900–1945

Jeesoon Hong (2016).
International Journal of Asian Studies, Volume 13, Issue02, July 2016, pp 123-150
http://journals.cambridge.org/action/displayAbstract?aid=10399599

Abstract

This study presents a transcultural mapping of department stores in modern East Asia from a socio-political perspective centered on colonialism and nationalism. Department stores in the region exhibited a coeval culture, as suggested by the common use of the term “hyakka/baihuo/baekhwa.” While focusing on the common impact of Japanese colonialism, this study examines mainly Mitsukoshi in Tokyo; Wing On and Sincere in Shanghai; and Mitsukoshi, Minakai, and Hwashin in Seoul. It consists of four parts. The first part traces the translingual-scape of “hyakka” and shows how the modern universalism celebrated in the term, in reality, contributed to shaping an exclusive social group. The second part expands the etymological survey of “hyakka” into the physical dimension and analyzes items for sale at department stores, select lifestyles, and social group formations. The third part illuminates the patriarchal, militaristic managerial styles that developed under the influence of Japanese imperialism. The last part delves into Japanese department stores’ colonial expansion within East Asia. This study employs a transcultural methodology to highlight multidimensional connections and coeval localities as well as differences, though it is often differences that are highlighted by research that involves straightforward country comparisons.