(Appel à contributions) Amerasia Journal Special Issue: Exhibiting Race and Culture

Je recopie une annonce parue sur la liste électronique H-Japan:

EXHIBITING RACE AND CULTURE

Guest Editors:

Professor Constance Chen (Loyola Marymount University)

Professor Melody Rod-ari (Loyola Marymount University)

Publication Date: Issue planned for Summer/Fall 2017 publication

Due Date: Paper submission (5,000-6,000 words excluding endnotes) due November 15, 2016

In 1886, Queen Victoria opened the Colonial and Indian Exhibition in London seated on the golden throne of the deposed Maharaja Ranjit Singh as a potent symbol of the “bonds of union” within the British Empire.  While Indian colonial subjects were made visible through the creation and dissemination of certain visual imageries, they were rendered powerless and voiceless in the process.  In recent decades, scholars from a multitude of disciplines have problematized Western perceptions of “the East” by interrogating and dismantling existing paradigms and frameworks.  Moreover, the display and repatriation of Asian and Pacific Islander cultural artifacts as well as the (in)visibility of Asian Pacific Americans in popular media have led to discussions regarding how various peoples have sought to conceptualize themselves locally and internationally, thereby further complicating racial discourses and transnational exchanges.

In this special issue of Amerasia Journal, we seek to examine the ways in which visual representations have shaped political, socioeconomic, cultural, and ideological milieus on both sides of the Pacific across historical time and geographical space.  How have Asians, Asian Americans, and Pacific Islanders been portrayed and—in turn—portrayed themselves in museums, world’s fairs, international biennales, visual and performing arts, the media, literature, film and television, politics, and beyond?  How do imperialist sentiments still manifest themselves through the visual?  How are race and culture imagined and redefined from differing localities and time periods?  How can marginalized groups utilize the depiction of the non-West to refashion individual and national identities?  We invite submissions that delve into topics such as, but not limited to, the display of indigenous cultures in museums, the role of heritage sites and tourism in the fabrication of nationalism, the construction of race in electoral politics, the intersection of racial and gender discourses in film and television, the engendering of Otherness by peoples of color, the impact of political cartoons on nineteenth-century immigration legislations as well as comparative analyses across racial-ethnic groups.  We are particularly interested in essays that use interdisciplinary approaches and cross-cultural perspectives.

Submission Guidelines and Review Process:

The guest editors, in consultation with the Amerasia Journal editors and peer reviewers, make the decisions on which submissions will be included in the special issue.  The process is as follows:

  • Initial review of submitted papers by guest editors and Amerasia Journal editorial staff
  • Papers approved by editors will undergo blind peer review
  • Revision of accepted peer-reviewed papers and final submission

All correspondences should refer to “Amerasia Journal Exhibiting Race and Culture Issue” in the subject line.  Please send inquiries and manuscripts to Professor Constance Chen (cchen@lmu.edu), Professor Melody Rod-ari (mrodari@lmu.edu), and Dr. Arnold Pan, Associate Editor (arnoldpan@ucla.edu).

Actualité du « Péril jaune »: une Celte remplace un Tibétain et les Américains voient des espions chinois partout

Le thème du « péril jaune » n’est que tangentiel dans mes recherches sur les acrobates japonais en France, mais les hasards de mes lectures de navetteur ont voulu que deux articles de mon journal d’hier le concernent:

Le titre de l’article est un raccourci un peu choquant: en fait, Tilda Swinton jouera le rôle d’une Celte dans le film « Doctor Strange », adaptation d’une bande dessinée du même nom. Dans cette série de comics, il n’intervenait pas de Celte; les scénaristes de Marvel Studios ont changé la nationalité du personnage Ancient One, initialement tibétain. La principale raison de ce changement est commerciale, mais ses auteurs étaient également bien conscients des connotations racistes que la nationalité du personnage de BD portait:

Case extraite de Strange Tales #148 (Sept. 1966). Scenario de Denny O’Neil, dessin de Bill Everett. Fair use, https://en.wikipedia.org/w/index.php?curid=50345759

“The Ancient One was a racist stereotype who comes from a region of the world that is in a very weird political place. He originates from Tibet, so if you acknowledge that Tibet is a place and that he’s Tibetan, you risk alienating one billion people.”

 

« The Ancient One était un stéréotype raciste, qui vient d’une région vraiment bizarre politiquement [maintenant]. Il vient du Tibet; donc si vous reconnaissez publiquement que le Tibet existe et qu’il est tibétain, vous prenez le risque de vous mettre à dos un milliard de personnes »

La décision de remplacer un personnage masculin par une femme est assez curieusement expliquée:

“there’s no real way to win this, so let’s use this as an opportunity to cast an amazing actress in a male role.”

« Quoi qu’on fasse, on sera critiqué: profitons en pour donner le rôle d’un homme à une actrice géniale »

  • M. Apuzzo, After Missteps, U.S. Tightens Rules for Espionage Cases, The New York Times 26 avril 2016, nous sort des curiosités du marketing hollywoodien et montre la face noire du « Yellow Peril », des hommes et femmes injustement accusés d’espionnage à cause de leurs origines chinoises. Leurs vies en ressortent brisées.

Chocolat – le film (et un kimono)

Sortie en France: le 3 février (mais il y a eu des projections en avant-première)

Comme les recherches du présent carnet, le film puise son inspiration dans l’excellent livre de Gérard Noiriel; je suis donc très curieux de le voir et j’espère qu’il aura du succès et arrivera jusqu’au Japon.

L’Association DAJA et l’Association Les Petits Ruisseaux ont ouvert un site internet, http://clown-chocolat.com/, qui offrira à partir du 15 janvier un forum pour discuter du film, du livre de Noiriel et du personnage historique Chocolat.

On notera que, dans la bande annonce, Foottit porte un kimono est est déguisé en Japonais ou Japonaise, ce qui nous ramène au thème du travestissement/ transvestisme déjà abordé dans ce carnet.

ChocolatFilm1

Captures d’écran de la bande-annonce du film Chocolat (réalisées avec le site internet http://www.yooouuutuuube.com/)

 

 

 

Ressource du jour : « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges »

On peut depuis quelques mois découvrir un site internet publié par la Bibliothèque nationale de la Diète du Japon : « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». Ce site est trilingue japonais, français, anglais. Il ne concerne pas directement le sujet de ce blog, mais je pense qu’il va devenir essentiel pour ma recherche.
Voici un extrait du « message du directeur (Noritada OTAKI) » (décembre 2014), qui présente le but de ces pages web:

« En mars 2013, la Bibliothèque nationale de la Diète a conclu un accord de partenariat avec la Bibliothèque nationale de France en vue d’établir un cadre de coopération globale s’étendant à divers domaines d’activités en bibliothèque. Dans le cadre de cet accord, une exposition virtuelle commune est proposée ; de précieux documents appartenant aux collections respectives des deux établissements sont rassemblés, illustrant la longue histoire depuis le milieu du 19e siècle des relations entre la France et le Japon.

La moitié de l’exposition organisée par la Bibliothèque nationale de la Diète est intitulée « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». Elle présente la relation franco-japonaise, depuis 1858 avec le Traité d’amitié et de commerce entre la France et le Japon, à travers divers domaines tels que la politique, l’économie, les lettres, les beaux-arts, les styles de vie et les sous-cultures. »

Voici la table des matières du site, qui est de consultation aisée :

Plan du site

Message du directeur

Prélude: Le début des échanges entre la France et le Japon

  1. La rencontre du shogunat Tokugawa et de la France
  2. Les conseillers militaires français et l’armée moderne
  3. Les relations du gouvernement de Meiji avec la France

Partie 1: La modernisation du Japon et la France

Partie 2: Les échanges culturels avec la France

Supplément

Référence

Chronologie

Index des personnes

Conditions d’utilisation

Plan du site

Comme on le voit, c’est une bel ensemble documentaire et une source d’informations très utile que la bibliothèque de la Diète offre aux chercheurs du monde entier. Je voudrais offrir ici quelques commentaires, en soulignant que mes critiques sont vraiment minimes par rapport aux énormes qualités de ce site (sauf la partie Chronologie):

  • ce site est très pratique parce qu’il offre de nombreux liens vers les collections et archives numérisées de la bibliothèque, qui ont été mises en ligne. Naturellement, l’interface de ces archives n’est plus que bilingue japonais-anglais, et il est plus difficile d’y circuler que dans le site « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». En outre, sauf erreur de ma part, ces documents n’ont été numérisés qu’au format Image, et donc leur texte n’est pas directement accessible par cette voie.
  • on ne trouve pas mention dans ce site d’Okinawa et de l’activité politique française autour de ces territoires (on peut aussi sans doute parler d’aventurisme dans ce cas)
  • en ce qui concerne l’histoire des femmes au Japon, le site n’est pas très riche si l’on fait exception de la partie sur la mode, mais on y trouve des informations sur Wada Ei (ou Eiko) et ses souvenirs de la filature de soie de Tomioka, deux ouvrages intitulés Tomioka Nikki (« Journal de Tomioka ») et Tomioka Kōki (« Journal d’après Tomioka »).
    Par contre le site offre beaucoup de documents pour ce qui concerne les voyages de Japonaises en France. On peut ainsi découvrir le récit de voyage de YOSANO Hiroshi et YOSANO Akiko, Pari Yori (Kaneobun’endō, 1914) (avec des dessins de TOKUNAGA Ryushu).

On notera aussi les aventures de Fumiko Takebayashi, qui accompagna son mari TAKEBAYASHI Musōan, auteur de Kikatsushin (Shinjidaisha, 1930) : « Ils retournèrent en France l’année suivante [1923 ?] mais se trouvèrent rapidement en difficulté financière, ce qui força Fumiko à travailler, comme gestionnaire d’un restaurant ou danseuse, pour soutenir la famille. D’un naturel peu enclin à se conformer aux normes, cette dernière continua d’ailleurs à soutenir son époux même après qu’elle emménageât avec un homme d’affaires japonais. ».
On peut aussi lire les livres d’Okamoto Kanoko, Sekai ni tsumu Hana (Jitsugyōnonihonsha, 1936), HAYASHI Fumiko, Watakushi no Kiko (Shinchōsha, 1939) et OKADA Yachiyo, Byakuran (Daigensha, 1943).
Dans un autre esprit, on peut lire KOIZUMI Sakutarō, Saionji kō: Hajō Ryugakuji no Kiko Jiken (1937) : « Le présent document est une enquête de KOIZUMI Sakutaro sur l’incident au cours duquel, selon une légende populaire, SAIONJI Kinmochi et KOMYOJI Saburô auraient commis des violences dans un café parisien au « pavillon au drapeau étoilé ». (…) La vérité semble être que, souhaitant protéger une prostituée qui avait brisé un miroir de l’établissement, KOMYOJI aurait, par esprit chevaleresque, frappé le miroir devant un employé afin de faire retomber sur lui le coût des réparations. » (Ce n’est pas clair, mais cet incident semble dater des années 1870).
Enfin, on peut aussi lire Judith Gautier (traduits du Japonais d’après la version littérale de M. Saionzi ; illustrés par Yamamoto), Poèmes de la libellule (Gillot, [1885]) (Judith était la fille de Théophile)
Je ne résiste pas au plaisir de citer en entier la rubrique suivante :

SAIONJI Kinmochi shokan [Papiers de INOUE Kaoru, #482-3]

Le présent document est une lettre personnelle datée du 21 février 1889 (an 22 de l’ère Meji), adressée au ministre de l’Agriculture et du Commerce INOUE Kaoru (1835-1915) par SAIONJI Kinmochi, alors ministre du Japon en Allemagne. Il y félicite INOUE pour la décision de son fils adoptif Katsunosuke (« Katsu-kun » dans la lettre, 1861-1929) de quitter son poste à la légation en Allemagne afin de partir étudier en Angleterre et fait également référence aux compétences en français de l’épouse de ce dernier, Sueko (« Osue-sama », 1864-1934). Sueko était connue pour ses talents linguistiques en allemand, anglais et français, et admirée pour sa beauté qui en faisait la fleur de la haute société. Dans son courrier, SAIONJI exprime sa crainte que la démission de Katsunosuke de son poste actuel signifie le retour au pays de son épouse et, étant donné qu’« il est indispensable de savoir parler français pour fréquenter la haute société européenne », il conseille à INOUE de lui faire « étudier un français de haut niveau à Paris ». Finalement, la démission de Katsunosuke fut refusée par le ministre des Affaires étrangères OKUMA Shigenobu (1838-1922) et son voyage annulé, mais Sueko se rendit à Paris pour y étudier la langue. Quant à SAIONJI, même en poste en Allemagne, il retourna souvent dans la capitale française pendant ses congés.

  • contrairement au cinéma, il n’est pas fait mention de l’art et l’industrie de la photographie
  • la partie Référence n’est constituée que d’une liste d’ouvrages et articles japonais, dont les titres sont translittérés en alphabet.
  • la partie Chronologie est triste à voir, avec son français de traducteur automatique. On espère qu’elle sera rapidement corrigée.
  • L’index des personnes est bien fait, semble exhaustif et offre l’heureuse surprise de présenter un portait photographique ou gravé pour presque toutes les personnes qu’il comprend, ce qui permet, par exemple, de voir le visage de Sueko Inoue, mentionnée ci-dessus.
  • on peut regretter l’absence d’un index géographique, même si Google ou tout autre moteur de recherches permet de pallier ce défaut.
  • je ne m’explique pas pourquoi une recherche sur Google avec la restriction site:http://www.ndl.go.jp/france ne donne que les résultats en anglais ; si l’on veut explorer cette page par cette méthode, il faut donc penser à ses termes de recherche en anglais, non en français.
  • Je n’ai rien trouvé sur ce site qui concerne les acrobates ou autres artistes de cirque japonais, ou leurs imitateurs. Cela montre bien la nécessité de ma recherche, la nécessité d’étudier les marges des relations entre le Japon et la France afin de mieux connaitre, par exemple, les aspects populaires du japonisme et de dépasser les préjugés culturels ou académiques qui concernent le cirque.

Le Farfale

Je ne suis pas très actif sur ce blog et je prie les lecteurs de m’en excuser.

Pour leur demander de me pardonner, je leur propose un beau film muet, qui illustre bien le genre de documents que ma recherche va examiner.

 

Le Farfale est une petite merveille, et on doit être reconnaissant à Arte de l’avoir mis en ligne, ainsi évidemment qu’à ses restaurateurs.

Pour reprendre les informations disponibles sur le site d’ARTE, le film date de 1907 ; il a été produit par la société italienne Cinès.

J’ignore s’il a été projeté et vu en France.

Il se déroule en trois actes :

  1. Une scène de jongleuses et prestidigitateur japonais. On admire la richesse des costumes, le soin dans les décors et la précision du détail (la décoration des ombrelles et le shamisen)
  2. Une fantaisie à la Méliès, qui tourne au tragique
  3. Une danse de Loïe Fuller ; des papillons viennent hanter le jongleur japonais qui avait coupé les ailes et fait mourir un de leurs congénères

 

Toutefois, le point de départ est celui du thème des papillons, et il rappelle un des actes de jongleurs japonais et de leurs imitateurs, celui de faire voler des papiers pliés en forme de papillons.
Les hommes-phénomènes : force, agilité, adresse : hercules, coureurs, sauteurs, nageurs, plongeurs, gymnastes, équilibristes, disloqués, jongleurs, avaleurs de sabres, tireurs / par Guyot-Daubès
Les hommes-phénomènes : force, agilité, adresse : hercules, coureurs, sauteurs, nageurs, plongeurs, gymnastes, équilibristes, disloqués, jongleurs, avaleurs de sabres, tireurs / par Guyot-Daubès
Source: gallica.bnf.fr