Des acrobates qui entendirent tonner « les canons d’août »

« Naraoka Shōchi 奈良岡聰智 « Hachigatsu no hōsei » o kiita Nihonjin. Daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo « Doitsu yūheiki » 「八月の砲声」を聞いた日本人 ― 第一次世界大戦と植村尚清 「ドイツ幽閉記」(Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo) »

Par hasard, j’ai lu l’intéressant compte-rendu par Miho Matsunuma du livre de Shōchi Naraoka consacré aux Japonais internés en Allemagne en 1914. J’y apprends une information très utile pour ma recherche: la majorité des ressortissants japonais avaient eu le temps de quitter l’Allemagne et seules 126 personnes ont été internées. Plus d’un cinquième d’entre eux sont classés comme « artiste de spectacle », « artiste de cirque » ou « acrobate ».

Je ne pense pas que cette proportion puisse être appliquée aux Japonais en Allemagne avant le début du conflit; j’imagine qu’elle est plutôt symptomatique de la pauvreté ou de la mauvaise capacité de s’informer de ces artistes.

L’un d’entre eux est présenté avec quelques détails:

« il s’agit d’un individu né au Japon et mis en nourrice, mais en réalité vendu, à l’âge de cinq ans, à un chef de troupe de cirque, qui a pris par la suite le Transsibérien pour faire des tournées en Europe. Au cours de ses années d’apprentissage, le garçon fut maltraité et blessé à de nombreuses reprises. En 1914 il croit avoir vingt et un ans. Il ne parle pas bien le japonais et est illettré. »

Voilà qui montre aussi, si vraiment il fallait le démontrer, l’intérêt des sources japonaises pour les artistes de cirque nippons en France en particulier, en Europe en général.

Référence:

Miho Matsunuma, « Naraoka Shōchi 奈良岡聰智 « Hachigatsu no hōsei » o kiita Nihonjin. Daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo « Doitsu yūheiki » 「八月の砲声」を聞いた日本人 第一次世界大戦と植村尚清 「ドイツ幽閉記」(Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo) », Ebisu [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 09 octobre 2015. URL : http://ebisu.revues.org/1528

Carte d’identité

Alors que je papillonne sur l’excellent site internet du Musée de l’Histoire de l’immigration, je decouvre avec plaisir le document suivant:

« Carte d’identité d’Ettore Rossi, acrobate italien. Emise par le service des étrangers en 1928, elle est valable un an © Coll. BHVP-Grob/Kharbine-Tapabor »

Je me demande si on a conservé de tels documents pour les acrobates et autres artistes de cirque et de music-hall japonais.