De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin

Grâce au bel article de Julien Béal, Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924), annoncé sur le carnet Gradiva (12 mai 2017), je me suis rappelé d’un document qui m’avait intrigué lors de mes dépouillements:

L’Exposition en famille. Revue illustrée de l’Exposition universelle de 1900 (Paris, 5 juin 1900), p. 13

C’est au pied de la Tour Eiffel que s’élève le palais du
Tour du Monde, monument imposant d’aspect indo-chi-

nois, construit par M. Alexandre Marcel, architecte mé-
daillé du Gouvernement, — et dont les tours colossales de
styles différents attirent de loin le regard par l’étrangeté de
leurs formes et la splendeur de leur ornementation.

Si nous pénétrons dans l’intérieur du monument nous
nous trouvons sous une coupole couvrant une superficie
de 2.400 mètres et abritant plus de 2.000 mètres de toile
peinte, œuvre de l’artiste Louis Dumoulin, peintre du
ministère de la Marine.

Dans sa composition générale : le tour du monde, l’ar-
tiste fait défiler devant nos regards émerveillés, les pays
les plus curieux desservis par les paquebots des Messa-
geries Maritimes : la Grèce, la Turquie, l’Egypte, les Indes,
la Chine, le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud, le Por-
tugal et l’Espagne.

Les vues reliées entre elles forment un colossal Pano-
rama dont les premiers plans seront occupés par des indi-

gènes des différents pays : (…)

Le panorama était remarquable notamment parce que des acteurs, musiciens ou artistes de rue venus de différents pays se produisaient devant la toile:

(p. 14) Des acrobates chinois, des escamoteurs indiens, des
charmeurs de serpents, des lutteurs japonais ne cesseront
d’animer les premiers plans sans cependant quitter le
rayon attribué à leurs pays.

Comme il n’est pas fait mention dans ces lignes de jongleurs ou d’acrobates japonais actifs devant le panorama et comme l’illustration des « Acrobates japonais »  ci-dessus est une copie d’une célèbre photographie de von Stillfried, je m’étais demandé pourquoi cette image apparaissait dans cette brochure ici.

Baron Raimund von Stillfried, Jeunes acrobates, Japon, 1870 (ca)

La réponse à cette question a été apportée par Julien Béal: lors de son voyage au Japon en 1888, Dumoulin a acheté plusieurs centaines de photographies à différents studios de Yokohama, photographies qu’il a ensuite exploitées et intégrées dans ses tableaux et, apparemment, dans le panorama de l’exposition universelle de 1900 (Dumoulin est retourné au Japon en 1897; d’après Béal, il a pris lui-même la plupart des photographies qu’il a rapportées de ce second voyage, même s’il en a alors aussi acheté d’autres).

Ainsi, comme le dit Béal, on retrouve un autre enfant acrobate dans le coin inférieur droit de ce tableau du Musée Guimet:

Louis Dumoulin (1860 – 1924), Le quartier des théâtres à Yokohama (vers 1888); (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservés

(Lisez ci-dessous l’utile commentaire de Julien Béal, que je remercie vivement, pour mieux apprécier l’œuvre de Dumoulin et comprendre la fonction graphique de ces enfants acrobates dans ses tableaux)

Ajouts du 22 octobre 2017

Je recopie pour une meilleure appréciation du contexte du panorama de Dumoulin deux illustrations que j’ai trouvées sur le blog Les Musées d’Extrême-Orient (Bruxelles), Orion en aéroplane (10 mars 2012):

Le Tour du Monde, exposition de 1900

Affiche pour le Tour du Monde

En outre, voici la couverture du guide officiel du Panorama:

Exposition universelle de 1900, Guide officiel et souvenir du Panorama

On trouvera beaucoup d’autres documents et informations sur ce site:  Philippe Bournazel, http://exposition-universelle-paris-1900.com/index.php?title=PANORAMA_DU_TOUR_DU_MONDE&oldid=23050

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (8)

蜘蛛舞 (東湖八坂神社) (秋田県潟上市-男鹿市):Kumomai (entre les villes de Katagami et Oga, Préfecture d’Akita) (le 7 juillet, au sanctuaire Toukoyasaka)

Kumomai = La danse de l’araignée

Un homme costumé en rouge se livre à quelques contorsions sur des petits câbles tendus entre des arbres dressés sur un petit bateau.

A mon avis, on ne peut pas vraiment parler d’acrobaties; je ne mentionne ceci que par souci d’exhaustivité comme ce festival est repris dans le catalogue de l’exposition Misemono d’Osaka.

D’après le site internet officiel de la Préfecture, le festival aurait plus de mille ans.

Bibliographie non vue:

稲雄次. « 宮座の乏少地域の東北地方の一事例: 東湖八坂神社祭統人行事の場合. » (= One Case Example in Tohoku Area with less Miya-za : The Tonin Festival of Tokoyasaka Shrine )  国立歴史民俗博物館研究報告= Bulletin of the National Museum of Japanese History 161 (2011): 77-87.

Voir aussi le Site de la Préfecture d’Akita: 東湖八坂神社例大祭

 

Dai-kagura d’Ise (ou De l’humour des jongleurs japonais)

Hier, j’ai eu la chance de pouvoir assister au spectacle de Dai-kagura d’Ise qui s’est tenu au Musée d’ethnologie d’Osaka, dans le cadre de l’exposition sur les misemono.

Le spectacle mêlait danses du lion et différents types de jonglerie. L’humour accompagnait toutes les parties de jonglerie, parfois un humour verbal, de jeux de mots, d’allusions politiques ou sociales, de dialogues de non-sens, comme on peut en entendre dans le manzai, parfois un humour non-verbal avec une sorte de bouffon imitant et caricaturant les attitudes et gestes du jongleur alors que celui-ci officiait ou commentant ses réalisations par des grimaces. Parfois improvisé, cet humour permet de donner du rythme et apporte un sentiment de variété au spectacle, il dédramatise les moments où le jongleur rate son tour ou doit se concentrer pour reprendre ses jeux, et il établit une connexion avec le public.

En blanc, l'assistant passe les bols; en beige orange, le "bouffon" exprime son admiration; en rouge, le jongleur empile des bols en équilibre sur son menton (Cliché ADH; Minpaku; 22 octobre 2016)

En blanc, l’assistant passe les bols; en beige orange, le « bouffon » exprime son admiration; en rouge, le jongleur empile des bols en équilibre sur son menton (Cliché ADH; Minpaku; 22 octobre 2016)

Surtout, cet humour a une fonction religieuse dans le cadre de ce qui était,  à l’origine semble-t-il, un rituel apotropaïque, destiné à éloigner le malheur, la maladie ou les accidents: un dieu qui avait assisté au spectacle, qui s’était détendu et qui avait ri était un dieu apaisé, qui laisserait les humains tranquilles.

A la fin du spectacle, le public vient mettre sa tête dans la gueule du shishimai. Cela porte chance. (Cliché ADH; Minpaku, 22 octobre 2016)

A la fin du spectacle, le public vient mettre sa tête dans la gueule du shishimai. Cela porte chance. (Cliché ADH; Minpaku, 22 octobre 2016)

Je me pose alors une question: pourquoi cet humour est-il totalement absent des sources occidentales qui décrivent les premières troupes d’acrobates et jongleurs japonais aux USA ou en Europe dans les années 1860-1870 ? On imagine mal que les journalistes n’aient pas remarqué d’actions comiques dans ces spectacles si elles étaient présentes ou que les troupes « profanes » expatriées n’aient pas repris à leurs consœurs plus religieuses un élément important de leur succès.

Certes, les journalistes, au début, se plaignaient des longs discours et des « bavardages » des acrobates japonais, et on comprend bien que l’humour verbal ne pouvait fonctionner, mais, comme je l’ai dit plus haut, le comique non-verbal, le comique de situation était important lors du spectacle que j’ai vu.

Faut-il alors imaginer que les managers occidentaux des troupes ou les régisseurs des salles de spectacles qui les accueillaient aient demandé aux Japonais de retirer l’humour de leurs spectacles ? Ou alors n’étaient-ils pas sensibles à cet humour ? Cette dernière hypothèse parait peu probable puisque les clowns, je pense, pratiquaient le même type d’humour de parodie avec les cavaliers et les écuyères (je dois vérifier dans les histoires de cirque si cela tient du point de vue chronologique).

Je me demande enfin, et ce n’est qu’un début d’hypothèse de travail, si on n’aurait pas ici une conséquence de pensée racialiste: avoir de l’humour serait considéré comme une prérogative de l’Occident, une preuve de sa supériorité, et le milieu européen du cirque n’aurait même pas conçu l’idée que des acrobates japonais aient pu volontairement faire rire une audience occidentale, maîtriser le sens de l’humour et contrôler leur public. Est-il possible, cela a-t-il du sens de dresser une histoire de la reconnaissance du sens de l’humour dans les autres cultures ?

Site officiel de la troupe

http://www.kandayuyamamoto.jp/: uniquement en japonais; très belles photographies

Vidéos

Le 東北文化財映像研究所ライブラリー映像館 a découpé en 9 vidéos, disponibles sur YouTube, un spectacle complet de dai-kagura (malheureusement, leur caméra semble fixe et ne capture pas bien certaines jongleries comme celle qui consiste à faire tourner une grande assiette sur un panneau de bois posé au niveau du sol). Voici la première d’entre elles:

Bibliographie

Bibliographie non vue:
  • Gerald Groemer, Street Performers and Society in Urban Japan, 1600-1900: The Beggar’s Gift (Londres, 2016) (Plus de 20.000 yens pour ce livre ! Ils sont fous chez Routledge ?)
  • Kárpáti, János. « Music of the Lion Dance in Japanese Tradition. » Studia Musicologica Academiae Scientiarum Hungaricae 41, no. 1-3 (2000): 107-117 (JSTOR)
  • 北川央. « 伊勢大神楽の展開–檀那場の形成をめぐって. » (The development of Ise Dai Kagura: around the formation of Dannaba  [in Japanese]), 宗教民俗研究 9 (1999): 96-116.
  • Lancashire, Terence, «  » Kagura »-A » Shinto » Dance? Or Perhaps Not. » Asian music 33, 1 (2001), p. 25-59 (JSTOR)
  • 森田玲. « 伊勢大神楽の神楽囃子研究–音曲構成の特徴と他分野諸芸能との関連性. » (Basic research on the musical structure of Ise Dai-Kagura and its relationship with other types of traditional performances  [in Japanese]), 民俗音楽研究 36 (2011): 37-46.
  • David Petersen, An Invitation to Kagura: Hidden Gem of the Traditional Japanese Performing Arts (2007)
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Dai-kagura d’Ise (ou De l’humour des jongleurs japonais) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 23/10/2016. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/713.

Colloque et exposition à Kyoto: les relations italo-japonaises (c. 1850-1940)

Exposition à Kyoto: La Missione Iwakura alla scoperta dell'Italia

Exposition à Kyoto: La Missione Iwakura alla scoperta dell’Italia

Je recopie l’information suivante depuis le site internet H-Japan:

Dear Colleagues,

A symposium and exhibition on Japanese–Italian relations from the mid 19th century to the beginning of WWII will soon be held at the Kyoto University of Foreign Studies. The symposium will be in Japanese, with one paper in English.

Please refer to the following links in Japanese. I am pasting a blurb in Italian and Japanese below. If you need further information, please contact the Italian School of East Asian Studies (ISEAS) at iseas@iseas-kyoto.org or 075-751-8132.

Best,

Roberta Strippoli

(Binghamton University SUNY)

 

Symposium (October 1, 11–17:30) and Exhibition (October 1–30) on the 1873 Iwakura Mission to Italy

http://www.kufs.ac.jp/news/detail.html?id=TK6bBsvY

http://www.kufs.ac.jp/cms_image/file/editor-umc/file_1474514192.pdf

http://www.kufs.ac.jp/news/detail.html?id=OvsyT6vd

Kyoto University of Foreign Studies
Italian School of East Asian Studies, ISEAS

1/10/2016
11:00-17:30
Kyoto University of Foreign Studies
Bldg. 1, stanza 171

Con la collaborazione di
Tokyo Club
Istituto Italiano di Cultura, Osaka

Patrocinio
Ambasciata d’Italia in Giappone
Istituto Italiano di Cultura

Programma

Conferenza inaugurale
HIRAKAWA Sukehiro (Professore emerito, The University of Tokyo): “Il fascino dell’Italia: cento anni di percezioni e immagini”

SUZUKI Eiju (Kyoto Pharmaceutical University): “Il turismo italiano dei politici giapponesi alla fine degli anni ’80 dell’800”

HIRAISHI Noriko (University of Tsukuba): “La letteratura italiana nel Giappone Meiji: i modi di diffusione e i suoi lettori”

SUENAGA Kō (Critico d’arte): “I viaggi in Italia degli intellettuali giapponesi nella prima metà del 900”

WADA Hirofumi (Toyo University): “La poetessa giapponese Fukao Sumako (1888-1974): uno sguardo sull’Italia alla vigilia della seconda guerra mondiale”

Reto HOFMANN (Monash University, Australia) : “Shimoi Harukichi and the Cultural Politics of Fascism”

Tavola rotonda

Partecipazione libera fino a esaurimento posti
Lingue: giapponese (e inglese limitatamente a una comunicazione)

Per maggiori dettagli: http://www.kufs.ac.jp/news/detail.html?id=OvsyT6vd
Mappa: http://www.kufs.ac.jp/access/index.html

Exposition à Osaka: 見世物大博覧会

 

Exposition au Musée d’Ethnologie d’Osaka sur les spectacles de rue: 「見世物大博覧会」

Le Musée National d’ethnologie d’Osaka (Suita) tient du 8 septembre au 29 novembre une exposition sur les misemono (見世物), les spectacles dans la catégorie desquels les jongleries et les acrobaties étaient traditionnellement rangées au Japon (le titre anglais de l’exposition est « Amazing show tents in Japan »).

Je reviens très vite avec plus de détails.

Site internet de l’exposition: http://www.minpaku.ac.jp/museum/exhibition/special/20160908misemono/index

Ajout du 3 octobre 2016

Visite de Suitan, la mascotte officielle de la ville de Suita
(Image reprise depuis son twitter: https://twitter.com/suitan1015/status/783172572523266048)

Les acrobates et la mort de l’empereur

Photographie publiée sur la page facebook du Musée National des Beaux-Arts d'Osaka

Photographie publiée sur la page facebook du Musée National des Beaux-Arts d’Osaka

Alors que je visitais la belle exposition sur l’armée de terre-cuite de l’empereur Qin (qui date de 210 av. J.-C.) au Musée des Beaux-Arts d’Osaka, mon attention a été attirée par une statue différente des autres: à moitié nue, ventripotente, solidement campée sur ses jambes, les bras musculeux.

Statue en terre-cuite d'un hercule de foire (Photo reprise d'un dossier pédagogique du British Museum)

Statue en terre-cuite d’un hercule de foire (Photo reprise d’un dossier pédagogique du British Museum)

La notice de l’objet expliquait qu’il s’agissait d’un acrobate ou jongleur. On ne le voit pas sur la photo ci-dessus, et je n’ai pas trouvé en ligne de meilleure image, mais on voyait clairement que le bras gauche avait été modelé afin qu’on puisse insérer entre le tronc et le bras ce qui ressemble à un étai en bois. Malgré la présence d’un dessin explicatif, je n’ai malheureusement pas compris la nature exacte de cet objet. Pour des raisons de conservation, l’éclairage était minimal lors de l’exposition, et je ne me souviens pas que la polychromie de la statue était aussi visible que sur la photo.

Une petite recherche m’apprend qu’un petit groupe de statues d’amuseurs a été trouvé non pas avec la majorité des figurines du mausolée, mais dans un autre fossé, fouillé quelques années après les premières découvertes, en compagnie notamment de statues de musiciens et de statues d’animaux en bronze, animaux que l’on interprète comme des animaux savants utilisés eux aussi pour des spectacles.

Acrobate ou jongleur; statue en terre-cuite (Photo : Owen Jarus)

D’après l’explication traditionnelle, ces figurines servent à symboliser les plaisirs que l’empereur pourra avoir dans l’après-vie, identiques à ceux qu’il connaissait de son vivant; les amusements fournis par ces acrobates et jongleurs faisaient partie de la riche vie de cour, dont l’empereur continuerait à jouir après sa mort.

Je me demande toutefois s’il n’est pas possible d’imaginer une autre interprétation. Au Japon, les acrobates et jongleurs faisaient partie anciennement des hinin非人)ou des kawaramono (河原者), une catégorie de parias. Cela était dû à leur mode de vie voyageur et non conventionnel, mais aussi, en partie, aux origines légendaires de leur art, à savoir des jeux funéraires et la participation à des cérémonies funèbres pour des personnages importants. Par leur histoire, au Japon, la jonglerie et l’acrobatie étaient liées à la mort de chefs ou de rois. Cela expliquerait-il aussi la présence des statues d’acrobates et de jongleurs dans le mausolée de Qin ?

Bibliographie
Bibliographie non vue
Mise à jour du 13 octobre 2016

Maev Kennedy, Ancient Greeks ‘may have inspired China’s Terracotta Army’, The Guardian 12 octobre 2016

Archaeologists and historians working on the warriors say they now believe that the figures’ startlingly lifelike appearance could have been influenced by the arrival in China of ancient Greek sculptures, and even that Greek sculptors made their way there to teach their designs.

« Des archéologues et historiens qui étudient les statues de guerriers disent qu’Ils en sont venus à penser que l’apparence réaliste et vivante des statues pourrait être en partie due à l’arrivée en Chine de statues grecques ou même que des sculpteurs grecs seraient arrivées ici pour enseigner la technique de leur création »

L’article reprend des propos de Li Xiuzhen, un des archéologues responsables du site du tombeau:

“We now think the Terracotta Army, the acrobats and the bronze sculptures found on site, have been inspired by ancient Greek sculptures and art.”

« Nous pensons maintenant que l’armée en terre cuite, les acrobates et les sculptures en bronze trouvées in situ ont été inspirées par l’art grec et sa sculpture. »

Aucun argument sérieux n’est présenté dans l’article du Guardian, qui est, en fait, une annonce pour un documentaire de la BBC, The Greatest Tomb on Earth, qui sera projeté le  16 octobre.

Mise à jour du 19 novembre 2016

Pour quelques réactions, voir maintenant l’article de J. Hanink et F. Rojas Silva, Why there’s so much backlash to the theory that Greek art inspired China’s Terracotta Army, The Conversation 17 novembre 2016.

Mise à jour du 28 août 2017

P.S. Quinn et al. Building the Terracotta Army: ceramic craft technology and organization of production at Qin Shihuang’s mausoleum complex. Antiquity. Vol. 91, août 2017, p. 966. doi: 10.15184/aqy.2017.126: analyse de l’argile de plusieurs statues, dont des acrobates

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les acrobates et la mort de l’empereur ». Publié sur Acrobates japonais en France le 23/08/2016. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/640.

Deux expositions sur l’émigration japonaise

On peut voir en ce moment au Kansai deux expositions en rapport avec l’émigration japonaise:

  1. Au Musée Municipal des Beaux-Arts d’Itami: Haruo Ohara

Exposition Haruo Ohara, Musée Municipal des Beaux-Arts d’Itami, 18 juin- 18 juillet 2016

Haru Ohara était un fermier photographe amateur. Né en 1909 dans la Préfecture de Kochi, il a émigré, avec sa famille, en 1927 au Brésil, ou il a travaillé dans des fermes, en particulier des fermes de café, tout en ayant une grande famille. Il est devenu propriétaire de terres dans les années 30. Autodidacte, il mêle dans ses photographies clichés de la vie quotidienne et expériences artistiques (recherches abstraites, jeux de lumière, …). Certaines images sont très belles; la visite de l’exposition est très plaisante. Je ne sais si c’est un effet de la sélection des organisateurs de l’exposition ou de la personnalité et des intérêts d’Ohara, mais, à la vue des photos de famille ou des travaux agricoles, on ne peut vraiment comprendre quelle fut l’expérience migratoire d’Ohara (le lecteur pourra en juger par lui-même en cliquant ci-dessous pour se rendre sur le beau site de l’IMS; j’ai l’impression que les « obras » présentées sont les mêmes que celles visibles à l’exposition) Ses clichés semblent détachés de toute contingence historique ou sociale: on n’y voit pas de confrontation, de tension raciale ou de difficultés économiques. Les petits bonheurs familiaux et des vues élégiaques de la nature sont les thèmes de prédilection du photographe. Ohara est mort en 1999; la photographie la plus récente de l’exposition date de 1974. En 2008, sa famille a fait don de ses négatifs et de ses archives (plus de 20.000 objets) à l’Instituto Moreia Salles.

Haruo Ohara, Nuages du matin (1952) (Instituto Moreira Salles Collection )

Liens et bibliographie

2. La vie de Yasukichi Murakami

Exposition Yasukichi Murakami; Université de Wakayama, 10 juin – 29 juillet 2016

Je n’ai pas encore vu l’exposition. Son sous-titre est : « La vie de Yasukichi Murakami (1880-1944), un Japonais de Wakayama qui a émigré en Australie, vue à travers les photographies qu’il a envoyées à sa mère ». Je dois avouer que, dans le cadre de ce carnet, la photo du coin inférieur gauche de l’affiche m’intrigue beaucoup.

Liens

Yasuo Kuniyoshi au cirque à Paris

Avec ce billet, on s’éloigne du sujet de ce carnet de recherche, mais Yasuo Kuniyoshi fait l’objet d’une exposition importante au Smithsonian American Art Museum qui se termine à la fin de ce mois, et il me semble que cela vaut la peine de la signaler ici.

Exposition au Smithsonian American Art Museum, 3/4-30/8/2015

Kuniyoshi (1889-1953) (国吉 康雄) est un peintre né au Japon et venu s’installer très jeune aux États-Unis. À ce titre, il a souffert doublement du racisme ou de discrimination, en Amérique et dans son pays natal.

En 1925 et 1928, il a séjourné et étudié à Paris. et il semble que ces quelques mois en France ont fortement modifié son style et le sujet de ses peintures. Il se fait qu’il s’est alors intensément et durablement intéressé au cirque, puisqu’il continuera à y puiser son inspiration bien après être retourné en Amérique (voir, par exemple, Somebody tore my poster [1943], Disturbing Dream [1948], Fish Kite [ou Koinobori, 1950, partiellement reproduit ci-dessus]).

Yasuo Kuniyoshi (国吉 康雄) ([Public domain or Public domain], via Wikimedia Commons), Strong Woman and Child (1925)

Ci-dessus, un de ses tableaux les plus connus. On remarquera les drapeaux français.

Fête costumée à Woodstock (vers 1925)

Pour la petite histoire, je note qu’un autre de ses tableaux peint dans les mêmes circonstances a connu une certaine notoriété après avoir rencontré l’opprobe du président américain Harry Truman, qui aurait déclaré après l’avoir vu (Voir Barnhisel pour le contexte):

« If this is art, I’m a Hottentot »

Circus Girl Resting (1925) © Estate of Yasuo Kuniyoshi/Licensed by VAGA, New York, NY

Seul son titre permet de rattacher cette peinture au monde du cirque.

Il semble que Kuniyoshi ne se soit pas intéressé aux artistes de cirque japonais, mais, à cause du style de sa peinture, je ne peux en être sûr. Je me demande aussi s’il a rencontré Foujita lors de ses séjours en France. À cause de la volupté plantureuse de ces sujets, je me permets enfin d’attirer l’attention sur la vague ressemblance avec les peintures de Fernando Botero.

Lien et bibliographie complémentaire

  • PS:

On ne trouve pas grand chose sur Kuniyoshi dans le site internet Gallica, mais voici une image en plus pour ce blog:
Formes (Paris. 1929)
Formes (Paris. 1929)
Source: gallica.bnf.fr

Kimono Wednesdays

Comme cela touche à un des thèmes de recherche de ce carnet, je signale les débats qui ont mené au Musée de Boston à l’annulation d’un événement, à modifier un programme d’activités: les « Kimono Wednesdays ». Les visiteurs y étaient encouragés à endosser une copie du kimono de Camille Monet devant son portrait même.

(Image postée par le Musée de Boston sur sa page Facebook, reprise depuis le site internet de la BBC)

Des critiques ont trouvé que cela était raciste, encourageait la dissémination de préjugés orientalistes et relevait de l’ « appropriation culturelle ».

Une des personnes qui a manifesté au musée aurait déclaré: « cela nous ramène aux expositions universelles en Europe, où les visiteurs venaient voir des Africains dans des cages » (the exhibit « goes back to the world exhibition in Europe where visitors would come see people in cages brought from Africa »).

On notera que la copie du kimono de Camille est une commande de la chaine de télévision publique japonaise NHK, passée lors du passage de tableaux de la collection de Boston au Japon l’année dernière. Les autorités et le public japonais n’y ont rien trouvé à redire, et on ne peut comprendre les critiques que dans leur environnement américain.

Si je suis sensible aux accusations d’orientalisme, je me permets toutefois de renvoyer à ce que j’avais écrit sur ce carnet après avoir vu le tableau à Kyôto: on ne peut le réduire à une expression de supériorité raciale.

De plus, je dois avouer que l’attitude de manifestants m’inquiète pour ma recherche: à suivre leur logique, j’ai bien peur qu’on devrait fermer ce carnet de recherche

Liens

Stand Against Yellow Face: le site tumblr officiel des opposants à l’activité Kimono Wednesdays

Communiqué du Musée de Boston (juillet 2015)

Elena Boffetta, Boston kimono exhibit in race row, BBC Trending 8 juillet 2015

Stephanie McFeeters, Tensions, questions at MFA’s reconfigured ‘Kimono Wednesdays’, The Boston Globe 9 juillet 2015

 Mise à jour du 14 juillet 2015

L’article d’Ines Mcgriff, Boston : une exposition jugée raciste envers les asiatiques, Le Figaro 10 juillet 2015 ajoute à la confusion: elle y lie, sans réelle justification, ce débat américain aux agressions dont la communauté asiatique est victime en France, comme une pétition adressée à Manuel Valls l’avait mis en lumière en juin 2015.

 Mise à jour du 19 juillet 2015

Seph Rodney, The Confused Thinking Behind the Kimono Protests at the Boston Museum of Fine Arts, Hyperallergic 17 juillet 2015, offre un bon résumé du débat et de ses apories.

Je recommande particulièrement l’article de Sophie Knight, Underneath the ‘Orientalist’ kimono, The Japan Times 18 juillet 2015. Elle y présente bien et succinctement les efforts de vendeurs et tailleurs japonais, passés et présents, pour exporter le kimono et le vendre comme vêtement national japonais, à la fois traditionnel et moderne.

Comme il est en accès payant, je n’ai pas lu l’article d’Alain Korkos, Boston : le lobby du obi, arretsurimage.net 18 juillet 2015, mais j’en salue le titre.

Mise à jour du 5 août 2015

Shaun O’dwyer, Of kimono and cultural appropriation, The Japan Times 4/8/2015 offre un article un peu trop bavard à mon gout, mais donne la parole à des marchands et producteurs de kimonos d’aujourd’hui. Il se finit par une citation de Kaori Nakano, professeure d’histoire de la mode à l’Université Meiji:

“Cultural appropriation is the beginning of new creativity. Even if it includes some misunderstanding, it creates something new.”

Pour la comparaison: Mata Hari

J’emprunte la vidéo suivante au site internet de l’exposition Du Nô à Mata Hari. 2000 ans de théâtre en Asie au Musée national des arts asiatiques – Guimet (du 15 avril au 31 août 2015).

Mata Hari est un extraordinaire exemple d’imitation/adaptation européenne d’une pratique artistique asiatique, au succès et à la réputation bien connus.

Il est aussi remarquable qu’elle ait réussi à mêler (pseudo)érudition et sens du spectacle.
Son cas amène à réfléchir sur le rôle de l’érotisme dans le succès des acrobates japonais ainsi qu’à s’interroger sur son absence dans notre documentation (sous bénéfice d’inventaire) concernant les femmes membres des troupes japonaises de jongleurs et acrobates venues en Occident.

 

Expositions, kimonos et cartes postales

Il y a quelques semaines, je suis allé voir à Kyoto deux expositions liées au japonisme: 「ボストン美術館 華麗なるジャポニスム展」 (Le japonisme dans les collections du Musée de Boston) ( au Musée Municipal des Beaux Arts de Kyoto, ouverte jusqu’au 30 novembre) et l’exposition James Whistler au Musée d’Art Moderne de Kyoto, en face, qui ferme ce dimanche.

Les oeuvres exposées sont très belles et la cohérence des deux ensembles vaut le deplacement. Même si, comme souvent dans les musées au Japon, la scénographie des deux expositions, la mise en valeur des oeuvres manquent totalement d’originalité, les tableaux et objets sont parfaitement mis en valeur, et il n’y avait pas trop de monde quand j’y suis allé (et un tout grand merci aux gardiennes des deux musées qui m’ont très aimablement prêté un crayon pour remplacer le stylo-bille avec lequel je prenais des notes).

Bien sûr, j’ai cherché des représentations d’acrobates ou de jongleurs, mais je n’en ai pas trouvé.

Par contre, j’ai été frappé par le nombre d’oeuvres relevant d’un des thèmes de ma recherche, celui des Occidentaux qui s’habillent de vêtements japonais, thème magnifiquement mis en valeur par le tableau de Monet du Musée de Boston qui sert d’affiche à l’exposition de Kyoto : La Japonaise (1876).

La Japonaise (Claude Monet [Public domain], via Wikimedia Commons: https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AClaude_Monet-Madame_Monet_en_costume_japonais.jpg)

Le peintre y a représenté sa femme, Camille, souriante, coiffée d’une perruque blonde et vêtue d’un somptueux kimono. Ce kimono, empressons-nous d’ajouter, n’est pas un kimono féminin, mais un costume d’acteur.

Alors que la pose de Camille est ici dynamique et joyeuse, ce portrait s’inscrit dans une série de représentations de femmes occidentales habillées de vêtements japonais qui sont en général assises et pensives.

Ainsi, à l’exposition, on peut voir Méditation d’ Alfred Stevens (1872), Decorative head de Frank W. Benson (1894), Der Polster de Max Kurzweil (1903).

Alfred Stevens, Méditation

Frank W. Benson, Decorative head (1894)

Max Kurzweil, Der Polster (1903).

Il me semble interessant de noter que le thème d’une jeune femme habillée en kimono ou autre vêtement nippon a aussi connu un certain succès hors de l’art prestigieux de la peinture de portrait et du japonisme bourgeois. On le retrouve sur des photographies de cartes postales, particulièrement pour la période 1900-1910. Par exemple, une recherche sur le site de ventes http://www.delcampe.net avec les mots clefs « carte fantaisie japonaise » en donnera plusieurs échantillons. Il est remarquable de constater que, à la difference des portraits peints, la plupart des modèles sourient et prennent une pose coquette. C’est, me semble-t-il, un bel exemple de variation entre le japonisme bourgeois et le japonisme populaire, qui, ici, lui est postérieur.

 

Ecrivez-moi plus souvent

(Source de l’image: Japanese dress-up: Two sets of postcards made in France)

On remarquera que, contrairement aux artistes de cirque que j’étudie, on ne retrouve que des femmes déguisées ou habillées en Japonaises. Il n’y avait pas de portrait d’homme habillé en Japonais dans les deux expositions que j’ai visitées, et je n’en ai pas trouvé dans les sites de vente de cartes postales (S’il vous plait, n’hésitez pas à me démentir et me fournir des informations sur ce sujet si vous en connaissez).

Une des rares exceptions que je connaisse est le portrait photographique de Toulouse-Lautrec.

Toulouse-Lautrec

Je me demande donc si on n’a pas ici une autre différence entre japonismes bourgeois et populaire : le rôle des genres.

Ajout du 8 janvier 2016

Kitano Tsunetomi 北野恒富 (1880-1947); poster pour la société de sake Kiku Masamune 菊正宗; 1913 (Source de l’information: http://taishou-kun.tumblr.com/post/136761203832/kitano-tsunetomi-%E5%8C%97%E9%87%8E%E6%81%92%E5%AF%8C-1880-1947-girl-wearing-a)

Exposition: The Royal Zanettos

Il ne reste plus que quelques jours pour voir l’exposition organisée au Littlehampton Museum :

The Royal Zanettos Exhibition

Wednesday 23 July – Friday 19 September

Little Hampton Museum, The Royal Zanettos

Littlehampton Museum, The Royal Zanettos

(Provenance de l’image: Page Facebook du Littlehampton Museum)

(Provenance de l’image : http://www.visitlittlehampton.co.uk/whats-on/the-royal-zanettos-p1098501)

Le site internet, http://www.theroyalzanettos.com/, créé par Jane Koszuta, descendante de l’un de ces artistes de music hall et organisatrice de l’exposition, est extrêmement riche.

A la page « The Zanettos on stage », on peut voir plusieurs photos des Zanettos en costumes orientaux, notammment en costumes « japonais ». L’un d’entre eux s’habillait souvent, sur scène, en femme.

On peut aussi voir des coupures de journaux  américains de 1908 et 1912 ici, avec d’autres photos.

Les Zanettos sont aussi apparus sur scène en France ; j’y reviendrai plus tard.

Ils offrent un bel exemple d’imitation européenne des artistes de cirque japonais ainsi que du transvestisme parfois pratiqué au cirque et au music-hall.

C’est ici l’occasion de souligner la valeur et l’intérêt de recherches généalogiques quand elles sont exposées et mises à la disposition de tout un chacun sur internet.