Réponse à la réponse de M. Goto-Jones

[An English version of this text is available on this blog]

Il y a quelques temps j’ai écrit un compte-rendu sévère et franc du livre de Chris Goto-Jones, Conjuring Asia. Magic, Orientalism, and the Making of the Modern World (Cambridge University Press, 2016), sur le site internet newbooks.asia: https://newbooks.asia/review/conjuring-asia.

J’ai découvert il y a deux jours que le site a aussi publié une réponse de M. Goto-Jones à ma recension. Comme l’éditeur du site ne m’a pas averti de cela, que le texte de Goto-Jones est long de presque 3.000 mots alors que les consignes éditoriales que j’avais reçues de newbooks.asia imposaient une limite de 1400 mots aux compte-rendus, je me sens plus à l’aise de publier ma réponse aux critiques de Goto-Jones ici, sur ce carnet.

Comme je voudrais essayer de ne pas lasser le lecteur, je vais résumer les critiques les plus importantes que j’adresse au livre. Je le trouve mauvais parce que, à mon sens, Goto-Jones a étudié un groupe de magiciens, leurs pratiques et leur inscription dans le phénomène de l’orientalisme sans exploiter toutes les sources qui sont à la disposition des chercheurs, sans chercher réellement à étudier quelle était la réception publique de ces spectacles, c’est-à-dire sans multiplier les points de vue, et enfin sans analyser les conditions matérielles et sociales de leur organisation. Il me semble que ces carences rendent ses résultats peu intéressants et ne peuvent mener à une bonne étude historique.

Ma critique de la partialité de ses recherches de sources se veut d’autant plus forte  que je regrette que Goto-Jones n’ait absolument pas exploité les ressources électroniques des bibliothèques et centres d’archives du monde entier, alors que leurs efforts de digitalisation ont dramatiquement changé notre accès aux sources. Dans son livre, Goto-Jones a complètement raté cette révolution de la recherche historique.

J’en profite ici pour signaler un autre type de documents ignorés par Goto-Jones. Alors que son livre est illustré de 14 images, il n’offre aucune analyse de ces documents: ils ne sont là que pour leur effet décoratif.

Ces remarques concernent la 2e partie du livre de Goto-Jones, qui, il a raison dans sa réponse sur ce point, m’intéressait plus que la première, et donc m’a plus déçu. Quant à la première partie de son livre, ma seule critique était qu’elle aurait pu être plus courte avant d’arriver à sa conclusion de 3 mots et deux signes « magic = illusion + glamour ».

Comme Goto-Jones me reproche d’avoir été distrait et de ne pas avoir vu que cette citation n’était pas de lui, je reproduis ici en son entièreté le paragraphe qui conclut la première partie du livre (p. 98):

In sum, as its base, good modern magic is the artistic and nonharmful performance of apparent counter-physical supernatural causation, resting on the honesty of its pretence amidst a shared complicity in the denial of that pretence. This is not a million miles from Sam Sharpe’s concise definition: magic = illusion + glamour.

Je trouve que Goto-Jones ne manque pas d’audace quand il me reproche d’avoir répété sa propre figure de rhétorique. Il fait bien sienne la formule de Sharpe: sans guillemets, elle ferme son chapitre. J’avais écrit dans mon compte-rendu « it [is] not rewarding to read more than 90 strenuous pages to reach the conclusion that ‘modern magic = illusion + glamour’ ». Il semble que j’aurais dû préciser que cette conclusion avait été atteinte en 1975, ce qui rend la longueur de ce chapitre encore plus pesante.

Remarques de moindre importance
  1. Je trouve que Goto-Jones a déformé plusieurs de mes propos dans sa réponse. Je laisse les lecteurs intéressés se forger leur propre opinion en lisant le tableau comparatif suivant:
Ce que j’ai écrit Ce que Goto-Jones a lu
The first part of the work consists of a long and repetitive attempt at offering a ‘theory of modern magic’, and this reviewer hopes that he will be forgiven for thinking it not rewarding to read more than 90 strenuous pages to reach the conclusion that ‘modern magic = illusion + glamour’. 20 pages should have been more than enough. Instead, he glosses these chapters with the suggestion that my conclusion is that modern ‘magic = illusion + glamour’ (p. 98), noting that he finds this conclusion uninteresting.
It is possible that the review in Le Figaro was a paid advertisement in the guise of a critic but this French article, easily available on the French National Library’s website, Gallica,[i] proves beyond doubt that Soo presented himself successfully from the start as an authentic Chinese person, contrary to what Goto-Jones thinks. Quite correctly, D’Hautcourt then casts doubt on the reliability of the review that he found (noting that performers often placed their own paid reviews in newspapers to boster ticket sales), but then claims that this doubtful review ‘proves beyond doubt’ that Robinson’s performance was a success.
He writes that ‘Aside from the formal delegations, state-sanctioned troupes of performers left Japan in the 1860s’ (Goto-Jones misrepresents the results Frederik Schodt presented in his beautiful book Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe, Berkeley: Stone Bridge Press, 2012). Nothing can be further from the truth: before the Meiji reform, the magician/ jugglers were hinin, members of a pariah class, and, for years, Japanese officials did their utmost to distance themselves and the official image of Japan from these migrant artists. Concretely, he asserts that ‘nothing can be further from the truth’ than my contention that Japanese magicians travelled to Europe and North America and performed there on formal occasions in the 1860s, hence representing ‘Japanese magic’ to Western audiences.

A propos de ce dernier paragraphe sur les magiciens japonais, Goto-Jones m’a vraiment mal lu, et toutes ses considérations dans sa réponse sont nulles et non avenues.

2. Comme Goto-Jones ne comprend pas pourquoi je trouve qu’il a mal cité le livre de Schodt, je reproduis ici un extrait des p. 271 et 272 de son livre:

As it happens, Japan was fully aware that its image in the west was somewhat confused, after centuries of relative isolation. Hence, during the second half of the nineteenth century it engaged in a concerted effort to (re)build its national identity through cultural exchange. Aside from the formal delegations, state-sanctioned troups of performers left Japan in the 1860s. Perhaps the most famous of these were the Imperial Japanese Troupe, which set off east to the United States, and the japanese Troupe, which travelled west to Europe in 1867, followed [/272] by the Royal Tycoon Troupe, which headed into Asian and Oceania. [[18]]

[[footnote 18]] The story of the Imperial Japanese Troupe is recounted in great detail by Frederik Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe. Berkeley: Stone Bridge Press, 2012

Le problème ici, comme je le dis dans mon compte-rendu, est que ces troupes de jongleurs/acrobates/musiciens n’avaient aucun rapport avec les autorités publiques du Japon (c’est une erreur de les qualifier de « state-sanctioned ») malgré leurs noms de « Royal » ou « Imperial ». En outre, Schodt étudie longuement et précisément dans son livre les difficultés que les membres de la « Imperial Japanese Troupe » ont rencontrées pour obtenir un passeport, car les fonctionnaires japonais ne voulaient pas que l’image du Japon soit, à leurs yeux, affectée par ces bateleurs (j’ajoute, issus d’une classe de pariah, les hinin).

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Réponse à la réponse de M. Goto-Jones ». Publié sur Acrobates japonais en France le 07/11/2017. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/1247.

Compte-rendu de « Conjuring Asia »

Le compte-rendu critique que j’ai écrit au sujet du livre de Chris Goto-Jones, Conjuring Asia: Magic, Orientalism and the Making of the Modern World (Cambridge: Cambridge University Press; 2016) (ISBN 9781107433823) est paru hier sur le site internet newbooks.asia: https://newbooks.asia/review/conjuring-asia.

Je vais essayer de vite en donner ici une version française.

Artistes de rue et de music-hall à l’ombre du Shadow Hero

Gene Luen Yang est un auteur de bandes dessinées américain d’origine chinoise dont le travail m’intéresse beaucoup, car il explore avec talent et humour des thèmes liés à l’identité et l’histoire des immigrés chinois aux États-Unis et de leurs descendants.

Avec Sonny Liew au dessin, dans la série The Shadow Hero, il a redonné vie à The Green Turtle un super-héros imaginé en 1944, qui aide les Chinois à combattre contre l’envahisseur japonais. Ce super-héros a été créé par un des premiers artistes sino-américains de comics, Hing Chu. Comme ses aventures se sont vite arrêtées, leur auteur n’a pas eu le temps de vraiment développer le caractère du personnage. Cela permet à Yang et Liew de placer sa naissance et la fabrique de son identité dans le milieu des immigrants chinois de la Chinatown de San Francisco pendant l’entre-deux-guerres.

J’ai donc eu le plaisir de découvrir qu’ apparaissent dans cette histoire des personnages familiers aux lectrices de ce carnet:

  1. le méchant de l’histoire, nommé Ten Grand, arrive en Amérique avec sa famille, attirée par la promesse de faire fortune rapidement. Son père est assassiné par un Américain caucasien peu de temps après leur arrivée, et lui-même ne survit qu’en dormant dans les rues et volant sa nourriture. Il se joint à une bande d’orphelins chinois: le jour, ils gagnent leur vie par des spectacles d’acrobatie et de jonglerie en rue (p. 124, case 2); la nuit, ils volent les « gwailo » (« les Blancs »).
  2. Le quartier général de Ten Grand se trouve dans un casino clandestin caché à l’intérieur d’un rocher dans la baie de San Incendio (=San Francisco): le « Palace of forbidden fortunes », de style pseudo-chinois.

Casino clandestin dans The Shadow Hero, fond d’écran disponible sur le site internet de l’éditeur français du livre, Urban China.

The Green Turtle y découvre le maire et le commissaire en chef de la ville attablés dans la salle principale. Ils sont accueillis par « l’empereur »:

p. 102 (on peut en voir un aperçu ici: https://itunes.apple.com/us/book/the-shadow-hero-5)

Case 1: All hail Emperor Ten Grand (Gong)

Case  2: What is this ?! What are you foreign devils doing in the Palace of forbidden Fortunes ?! How dare you defile my sacred home ?!

Case 3: Maire de la ville: « Foreign devils! » Ha ha ! I love that !

Case 4: For this violation of my imperial edicts, I sentence you to … a night enjoying my many games of chance !!! Should you lose, you shall bring shame upon your ancestors ! But should you win —

Case 5 — you shall leave here with my treasure filling your pockets !

Case 6: And rest assured the depth of my treasure are inscrutable !!! May the gods of luck smile upon you tonight !

Case 7: The Green Turtle: You’ve got to be kidding me

Par sa position sur une scène, ses vêtements, son langage ampoulé, ses acolytes et le décor de gong et de colonnes décorées de dragons, l’ « empereur » ressemble à un artiste de music-hall. Cette impression se confirmera quelques pages plus tard quand The Green Turtle qui l’a enlevé l’apporte au bureau du policier intègre de la ville (« Detective Lawful ») (p. 117). Celui-ci lui arrache sa moustache et l’identifie comme « Moe Bender », « voleur par nécessité, acteur par vocation ».

p. 117

case 4- Lawful : (…) Whatcha doin’, Moe ? The Chinese can’t find a Chinese to play Fu Manchu ?

Bender: Fu Man — ? I beg your pardon !

case 5: I am the personal stand-in of the notorious Ten Grand, mastermind of the San Incendio underworld ! The audience has doubled — nay, tripled ! — since I accepted the role ! Such is the enormity of my talent — I’ve out-chinked the Chinks !

Moe Bender se vante d’être plus chinois que les Chinois, et s’il n’est pas magicien, cela rappelle la rivalité entre Chung Ling Soo (nom de scène de William Ellsworth Robinson) et Ching Ling Foo (nom de scène de Zhu Liankui). L’ironie ici repose dans le fait que le personnage chinois, The Green Turtle, n’identifie pas l’imposture alors que le détective caucasien reconnaît immédiatement qu’il n’a pas affaire à un Chinois; inversement, Chung Ling Soo se faisait passer avec succès pour un authentique Chinois auprès du public des music-halls d’Europe et d’Amérique.

Pour conclure rapidement, les acrobates et l’artiste de music-hall pseudo-chinois sont des personnages tout à fait secondaires de la bande dessinée The Shadow Hero, mais ils servent utilement, efficacement et avec humour, d’accessoires de contexte historique.

Liens et bibliographie

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Artistes de rue et de music-hall à l’ombre du Shadow Hero ». Publié sur Acrobates japonais en France le 03/08/2017. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/1067.

Quinze ans de ma vie (III): Imitatrices

Je continue la présentation d’extraits de l’autobiographie de Loïe Fuller (Voir I: Bibliographie, II: Contrats) dans un but de comparaison avec la situation des acrobates et autres artistes de cirque japonais. Il peut paraître remarquable que ceux-ci furent très vite imités par des banquistes locaux, mais, en fait, c’était tout à fait normal dans le cadre du cirque d’alors et du non-respect généralisé du principe de propriété intellectuelle ou artistique. Cependant, on sait mal, voire pas du tout, ce qu’en pensaient les premiers intéressés, si ce n’est, parfois, l’affirmation d’un spectacle de « vrais japonais », dont on ignore si elle venait des artistes eux-mêmes ou de leurs impresarios. C’est dans ce cadre que le témoignage de Loïe Fuller, toujours à prendre avec une pincée de sel, est intéressant, avec son mélange de fierté artistique, d’informations publicitaires et de sens des affaires. Il pose aussi la question de la pertinence de la question raciale. Les artistes japonais furent imités par des acrobates européens lorsque régnait le principe pseudo-scientifique de la hiérarchie des races, dominée par l’Europe. Cela posait-il problème alors ? A qui ? aux artistes ou aux spectateurs ? ou est-ce une question anachronique qui n’a pas lieu d’être vu le contexte de copie et d’imitation dans les milieux du music-hall et du cirque ? J’espère que mon enquête va me permettre de résoudre cette question.

Je vis revenir Marlon Stein l’oreille basse. Il avait été reçu par M. Pedro Gailhard, mais celui-ci, de la voix profonde qu’il s’est habilement fabriquée et qui, pendant vingt et un ans de suite, a heurté les échos du cabinet directorial de l’Opéra, ne lui avait pas caché qu’il n’éprouvait que peu d’envie de m’engager.
– Qu’elle m’exhibe ses danses si elle veut, avait-il dit, mais tout ce que je pourrai faire, au cas où ces danses me plairaient, ce serait, à la condition qu’elle ne se montre pas ailleurs, de lui garantir, au maximum, quatre cachets par mois.
– Quatre cachets ? Ce n’est guère, avait risqué mon agent.
– C’est déjà trop pour une danseuse qui, avant de venir à Paris, y a déjà des imitatrices.
(…)

J’embarquai, après le dîner, mon agent et ma mère dans une voiture et je donnai l’adresse des Folies-Bergère, car je savais que mon agent, de son côté, avait écrit au directeur de ce grand music-hall. En route, j’expliquai à Marten Stein que je me rangeais à l’avis qu’il m’avait précédemment exposé et que j’allais demander au directeur des Folies-Bergère de m’engager.

Qu’on imagine ma stupeur quand on saura que, en descendant de fiacre, devant les Folies, je me trouvai face face avec une danseuse serpentine, reproduite en tons violents sur des affiches colossales, et que cette danseuse n’était point Loïe Fuller.

Folies-Bergère, L'originale danse serpentine par Mabel Stuart ; affiche d'Alfred Choubrac, 1890

Folies-Bergère, L’originale danse serpentine par Mabel Stuart ; affiche d’Alfred Choubrac, 1890 (Merci http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9015652x)

C’était le cataclysme, l’effondrement définitif.
Je n’entrai pas moins dans le théâtre. Je dis l’objet de ma visite. Je demandai à voir le directeur. On me répondit que je pourrais être reçue seulement à l’issue de la représentation et on nous installa, ma mère, Marten Stein et moi, dans un coin du balcon d’où nous pûmes suivre le spectacle.
Le spectacle !…
Je m’en moquais un peu du spectacle. Et j’eusse été fort en peine de dire ce que je vis ce soir-là. J’attendais la Serpentine, ma rivale, ma voleuse – car c’était une voleuse, n’est-ce pas ?- et qui me volait, en outre de ma danse, tous les beaux rêves que j’avais faits.
Enfin, elle parut. Je tremblais de tout mon corps. Une sueur froide perlait à mes tempes. Je fermai les yeux. Quand je les rouvris, j’aperçus, en scène, une de mes compatriotes qui jadis, m’ayant emprunté de l’argent, en Amérique, avait négligé de me le rendre. Elle continuait ses emprunts, voilà tout. Mais, cette fois, j’étais bien décidée à lui faire rendre ce qu’elle me prenait.
Bientôt, je cessai de lui en vouloir. Au lieu de me bouleverser davantage sa vue m’apaisait. A mesure qu’elle dansait le calme renaissait en moi. Et, quand elle eut achevé son « numéro », je me mis à l’applaudir sincèrement et avec une grande joie.
Ce n’était point l’admiration qui provoquait mes bravos, mais bien un sentiment tout opposé : mon imitatrice était si médiocre que, sûre de vaincre à présent, je ne la redoutais plus.
Vrai, je l’aurais volontiers embrassée pour le plaisir que me procurait la constatation de son insuffisance.
Après la représentation, lorsque nous fûmes en présence du directeur c’était alors M. Marchand je ne lui cachai rien de mon sentiment, par l’intermédiaire de Marten Stein qui servait d’interprète.

La salle s’était vidée. Nous n’étions plus que six sur la scène : M. Marchand, sa femme, le second chef d’orchestre, M. Henri Hambourg, Marten Stein, ma mère et moi.
– Demandez à M. Marchand, dis-je à Marten Stein, pourquoi il a engagé une femme qui fait une imitation de mes danses alors que vous lui avez écrit, de Berlin, pour lui proposer de me voir ?
Au lieu de transmettre ma question, l' »interprète » répliqua :
– Êtes-vous donc vous-même si fort en règle ? Avez-vous oublié que vous vous proposiez de danser à l’Opéra ? Peut-être le sait-il ?
– Peu importe, répondis-je, posez toujours la question. Et puis cet homme ne sait rien.
Je n’appris que plus tard que M. Marchand parlait l’anglais et le comprenait aussi nettement que Marten Stein et moi-même !…
Il a dû réprimer, ce soir-là, une terrible envie de rire. De fait, il la réprima le mieux du monde, car nous ne pûmes rien en apercevoir et nous ne découvrîmes point qu’il entendait la langue de Shakespeare.
Marten Stein, à présent, transmettait ma demande.
– J’ai engagé cette danseuse, répondit M. Marchand en français, parce que le Casino de Paris annonçait une danse serpentine, et que je ne pouvais pas me laisser devancer par lui.

– Mais, demandai-je, y a-t-il encore d’autres danseuses de ce genre dans les théâtres de Paris?
– Non. Celle du Casino a manqué de parole. Moi, j’avais déjà engagé votre imitatrice. Et comme vous voyez qu’elle n’a pas grand succès, je pense
que vous n’en aurez pas beaucoup plus. Pourtant si vous voulez tout de même me donner une répétition, je suis à votre disposition.
– Merci ! vous donner une répétition pour qu’une doublure puisse plagier plus encore mes danses.
Mais mon impresario m’engagea tellement à montrer au directeur ce que mes danses étaient, comparées surtout à, celles de l’autre, que je me décidai.
Je revêtis mes robes l’une après l’autre, et, avec la mine la plus déconfite qui soit, je me mis à danser. L’orchestre se composait d’un seul violon, et pour éclairage je n’avais que la rampe.
Lorsque j’eus fini, le directeur me fit venir dans son cabinet et me proposa de m’engager séance tenante. Je devais débuter dès que l’autre danseuse aurait terminé son engagement.
– Non, déclarai-je, si j’entre chez vous, il faut que cette femme s’en aille.
– Mais, dit-il, je l’ai engagée, elle ne peut pas partir avant la fin de son engagement.
– Vous n’avez qu’à lui payer ses cachets pour qu’elle parte.
Il objecta encore que les affiches, les réclames, tout était fait pour elle, et que si elle ne dansait plus, le public pourrait protester.
– Eh bien, dans ce cas, je danserai à sa place, sous son nom, avec sa musique, jusqu’à ce que vous ayez tout arrangé pour mon début.
Le lendemain il paya mon imitatrice, et elle quitta le théâtre.
Le même soir, je pris sa place et il me fallut répéter sa danse quatre ou cinq fois.
Puis nous nous mîmes sérieusement aux répétitions, pour mon début annoncé, et qui devait avoir lieu huit jours plus tard.
Après que j’eus dansé deux fois sous le nom de ma doublure le directeur des Folies-Bergère m’emmena au Figaro.
Je pensais certes qu’au point de vue de la réclame c’était une excellente idée, mais je ne sus que longtemps après, que mon engagement définitif avait dépendu de la séance que je donnai là. Et je n’ai pas oublié que je dois toute ma carrière, au succès, mémorable pour moi, que j’eus en cette occasion.

Note de lecture: caricature, acrobates japonais et singes

I.J. Miller, The Nature of the Beasts. Empire and Exhibition at the Tokyo Imperial Zoo (2013), p. 53-56, présente une analyse subtile d’une caricature de Bigot:

Georges Bigot, Monsieur et Madame vont dans le monde, illustration pour le magazine Tobae, 1887. (Source de la reproduction: http://www.artsetsocietes.org/f/f-index59.html)

La caricature, publiée au Japon, en partie pour un lectorat capable de lire les kanjis, est ambiguë puisqu’elle mêle racisme, darwinisme et critique sociale des efforts maladroits de certaines élites japonaises pour adopter des coutumes occidentales. Comme le montre Miller, cette critique n’est pas seulement le fait d’étrangers exprimant un sentiment raciste de supériorité, mais fait partie du débat national japonais.

Les acrobates japonais sont souvent comparés à des singes. Voici, par exemple, un extrait du journal La Nature 13 (1885) p. 248-250, donc non pas, insistons, une critique d’un spectacle mais un article se prétendant de vulgarisation scientifique:

Certains gymnastes présentent cette particularité de se servir de leurs pieds comme moyen de préhension dans les exercices qu ils exécutent. A ce point de vue ils se rapprochent des singes et arrivent à rivaliser avec ceux-ci comme agilité ou bien à les imiter d une façon saisissante. Les gymnastes japonais excellent surtout sous ce rapport et l’on se rappelle que l’un d’eux s’est exhibé à Paris il y a quelques années sous le nom d’ homme singe. Revêtu d’un costume approprié à son rôle il grimpait le long d’une perche, s’accrochait par les pieds à une corde, se balançait ainsi, sautait, gambadait, faisait des culbutes et exécutait en un mot une multitude d’exercices aussi bien si ce n’est mieux que n’eût pu faire un singe réel. Une troupe de Japonais qui s’est montrée en 1884 dans divers théâtres et cirques de Paris exécutait également des tours extraordinaires et les gymnastes qui la composaient se servaient aussi avec une grande habileté et une grande énergie de leurs pieds nus. Parmi les exercices exécutés par cette troupe, les plus remarquables étaient les suivants (fig 3):

Je pensais que cette comparaison n’était que physique et visuelle, mais je me demande maintenant si elle ne s’appuyait pas aussi, consciemment ou non, sur le thème général du Japon imitateur de l’Occident.

On n’en oubliera pas pour autant que les acrobates japonais seront eux-mêmes rapidement imités par des artistes de cirque occidentaux, en un retournement ironique des caricatures.

Quelques liens:

Site (et carnet) du jour: le Kiosque lorrain

Pour la recherche que je mène, depuis le Japon, sur les acrobates et autres artistes de cirque et de music-hall japonais en France, mes sources proviennent à 95 % de sites internet et donc de la numérisation de collections et d’archives. Pour avoir une bonne idée, concrète, du processus de numérisation, je recommande la notice d’E. Nunes, « Numériser la presse : les coulisses », sur le carnet Épitomé (14 octobre 2015) (http://epitome.hypotheses.org/1000).

Cette entrée de carnet m’a fait découvrir le site du Kiosque lorrain : « Il présente la numérisation en texte intégral de la presse quotidienne régionale de Meurthe-et-Moselle ainsi qu’un ensemble de revues d’actualité, littéraires ou culturelles publiées à Nancy au tournant du vingtième siècle.”

Dans l’Est républicain, j’ai déjà trouvé plusieurs mentions d’artistes japonais, certains que je connaissais par leur activité à Paris, grâce à Gallica, d’autres qui m’étaient inconnus, par exemple les « Laporte, jongleurs japonais » (en 1899).

Grâce à de telles ressources, il y a bon espoir de pouvoir étudier la diffusion provinciale de la partie du japonisme objet de ce blog.

 

 

 

« Péril jaune » et saltimbanques japonais

Je viens de finir le livre de Christopher Frayling, The Yellow Peril. Dr Fu Manchu & The Rise of Chinaphobia (2014), qui est un peu trop long à mon goût mais intéressant. Il n’y parle pas beaucoup du Japon, ni comme le dit Clements des États-Unis ou de la Chine, mais son étude de l’auteur des romans Fu Manchu, Sax Rohmer, est fascinante.

On y apprend entre autres qu’avant de devenir romancier Rohmer a exercé différents métiers au sein du music-hall. Or celui-ci, en Angleterre, à cette époque, a vu fleurir plusieurs magiciens pseudo-chinois, le plus connu étant Chung Ling Soo ou William Robertson, dont j’ai déjà parlé brièvement en mentionnant le film de Woody Allen, Magic in the Moonlight. Frayling montre bien que Fu Manchu, dans son apparence et son caractère, est directement façonné sur un magicien pseudo-oriental.

La guerre russo-japonaise est un moment important de l’histoire du concept de Péril jaune. Il me semble intéressant de constater que, dans l’imagerie occidentale, on retrouve souvent des images liées au cirque ou au music-hall pour décrire ce conflit et son issue.

Le merveilleux site du MIT, Yellow Promise/Yellow Peril. Foreign Postcards of the Russo-japanese War (1904-1905), sous le contrôle scientifique de J. Dower, en donne quelques exemples .
Voici d’abord une carte allemande, qui exploite l’image de l’ours russe et du dompteur, un artiste de cirque, mais qui d’habitude n’est pas particulièrement connoté japonais:

Dompteur japonais et ours russe

Voici une autre carte qui sera déjà plus familière pour qui connaît les cours de récréation des écoles maternelles japonaises :

Les échasses

La caricature suivante, française, montre un tour bien connu des artistes de cirque japonais : la toupie

Lanceur de toupies japonais et toupie russe

Si ces images ne font pas un lien direct entre l’armée japonaise et des artistes de cirque, la caricature suivante est beaucoup plus explicite, car elle nomme en toutes lettres la compagnie Barnum and Bailey:

Barnum & Bailey – Alliance anglo-japonaise

Remarquons que l’image ne correspond pas tout à fait a sa légende: loin de montrer une alliance, on y voit le soldat japonais en position de soumission et d’allégeance; on pourrait dire qu’il est recruté par la compagnie de cirque.

Images

Massachusetts Institute of Technology © 2014 Visualizing Cultures   

Bibliographie

Christopher Frayling, The Yellow Peril. Dr Fu Manchu & The Rise of Chinaphobia (Londres, 2014) (ISBN 978-0-500-25207-9)

J. Lovell, critique du livre de Frayling, The Guardian 30/10/2014

P. French, critique du livre de Frayling, The Observer 20/10/2014

J. Clements, critique du livre de Frayling, Manga 3/10/2014

 

Les voies de l’orientalisme sont parfois savonneuses et sinueuses

On peut lire en ligne depuis peu un intéressant compte-rendu par Béatrice Gaillard du livre suivant:

Maury, Gilles: Le château Vaissier. Palais orientaliste d’un savonnier de Roubaix (1892-1929). 17 x 24 cm, 264 pages, 151 illustrations en noir, 23 en couleurs, ISBN : 978-2-7084-0947-7, 39 €
(Editions Picard, Paris 2013)

Publié en ligne le 2015-04-10
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2085

Palais Vaissier (Source de l’image: Charles-Olivier Bourgeot, Roubaix : « L’aventure des Savons du Congo » à La Piscine ou la fortune d’un industriel roubaisien, La Voix du Nord 28 avril 2015)

Le château Vaissier, ou Palais du Congo, a éte construit, entre Roubaix et Tourcoing, en 1892, pour l’industriel Victor Vaissier (1851-1923) par l’architecte roubaisien Édouard Dupire Rozan (1842-1901). Vaissier fit fortune avec le « savon du roi du Congo »; il voulait donc au début faire construire un edifice en rapport avec l’Afrique, mais il ne fut pas satisfait par les reconstitutions de village africain vues lors de sa visite à l’exposition universelle de 1889, et, à cause du thème de l’éléphant, animal commun à l’Afrique et l’Asie, il choisit donc de se faire construire un bâtiment « indien ». Il semble que son architecte travailla avec sérieux, chercha à bien se documenter et fournit un ouvrage remarquable.

Cet exemple montre bien que les voies de l’orientalisme sont parfois surprenantes et complexes.

Je suis aussi frappé par le fait que ce château fut si rapidement détruit, six ans seulement après la mort de son initiateur, sans que sa veuve ne semble avoir fait beaucoup d’efforts pour le préserver. Je me demande si des questions de goût et de mode ont joué en plus des raisons financières: serait-ce un acte anti-orientaliste ?

On voudrait aussi savoir si, malgré tout, ce bâtiment a eu une influence sur d’autres édifices dans la région.

Pour finir, je ne résiste pas au plaisir de citer le dernier « dessin du lundi » de la Revue XXI (27 avril 2015), Sacré(e) tour:

La tour japonaise de Bruxelles est un bel exemple du surréalisme à la belge. Commandée par le roi Léopold II à Alexandre Marcel, un architecte français, elle fut construite au début du XXème siècle avec l’argent du Congo.(…)

Ici aussi, l’orientalisme passerait par le Congo.

 

Quelques liens:

 

Pour la comparaison: Mata Hari

J’emprunte la vidéo suivante au site internet de l’exposition Du Nô à Mata Hari. 2000 ans de théâtre en Asie au Musée national des arts asiatiques – Guimet (du 15 avril au 31 août 2015).

Mata Hari est un extraordinaire exemple d’imitation/adaptation européenne d’une pratique artistique asiatique, au succès et à la réputation bien connus.

Il est aussi remarquable qu’elle ait réussi à mêler (pseudo)érudition et sens du spectacle.
Son cas amène à réfléchir sur le rôle de l’érotisme dans le succès des acrobates japonais ainsi qu’à s’interroger sur son absence dans notre documentation (sous bénéfice d’inventaire) concernant les femmes membres des troupes japonaises de jongleurs et acrobates venues en Occident.

 

Magic in the Moonlight

Je profite de la sortie japonaise du film de Woody Allen, Magic in the Moonlight, pour en dire un petit mot ici.

L’action se passe en 1928. Le personnage principal est un Anglais (Stanley Crawford ) qui fait une carrière de magicien chinois sous le nom de Wei Ling Soo. Woody Allen s’est documenté et aurait construit son héros en se basant sur le magicien Chung Ling Soo (de son vrai nom William Ellsworth Robinson), ainsi que sur Houdini.

Chung Ling Soo

A côté des « magiciens chinois », il existait aussi des « magiciens japonais », et la question à laquelle je voudrais répondre dans mes recherches est évidemment celle de la sélection de la pseudo-origine de ces magiciens occidentaux: pourquoi se donnaient-ils une apparence chinoise, plutôt que japonaise ou indienne ? Comment se spécialisaient-ils au sein de l’orientalisme du music-hall et du cirque ?

Pour le plaisir, voici trois bandes-annonces du film, l’originale, la française et la japonaise:

Bibliographie

Wikipedia contributors, « Chung Ling Soo. » Wikipedia, The Free Encyclopedia. Wikipedia, The Free Encyclopedia, 20 Mar. 2015. Web. 9 Apr. 2015.

D. Walker, The Real (and More Interesting) World Behind Magic in the Moonlight, Religion Dispatches 16/9/2014

Ressource du jour: le journal des soeurs Vesque

Marthe et Juliette Vesque étaient deux soeurs passionnées par le cirque; chaque soir, elles allaient assister à un spectacle. Souvent, elles dessinaient ce qu’elles voyaient et elles tenaient méticuleusement un journal de ce qu’elles avaient vu et entendu.
Leur journal a été numérisé et indexé; il est disponible en ligne sur le site internet du MuCEM. C’est une incroyable source de documentation.
Malheureusement, seuls quelques-uns de leurs dessins sont visibles sur le net; il faut espérer que des efforts seront vite entrepris pour rendre leur collection exploitable pour les chercheurs du monde entier.

Voici un exemple de leurs dessins:

Cirque d’Hiver, 15/12/1923

Source de l’image: Circopedia

Voici un extrait de leur journal (la photo est ici)

Tandis que l’on monte interminablement une cage nous reprenons notre conversation. « Vous connaissez la folle ? « » nous demande M. L. C. Vu notre réponse négative il nous narre une histoire invraisemblable qu’il a d’ailleurs publié sous forme de nouvelle et en changeant de noms, dans Candide, je crois. Il s’agit d’une femme qui fait une descente à la corde oblique. Elle ne paraît en piste que juste au moment d’exécuter son exercice et elle arrive entourée de ses collègues,des japonais. Dans les coulisses elle était toujours très surveillée et nul ne l’approchait. Un jour cependant elle se trouva seule un instant et on la vit ramasser du crottin avec ses mains. Elle était folle ! … Sans prendre le temps de réfléchir je prononce le nom d’Andos. « C’est cela même » répond M. Legrand Chabrier qui nous dit n’avoir pas osé poser la moindre question au sujet de la démente. A-t-elle perçu la raison à la suite d’un accident ? C’est ce qu’on ne saura jamais probablement. Et combien il y a de choses invraisemblables dans ce monde si peu connu, de choses qu’on ne peut pas dire. Le désir qu’ont les artistes de dérouter ceux qui les approchent les poussent aux situations les plus baroques.

Sitographie:

Expositions, kimonos et cartes postales

Il y a quelques semaines, je suis allé voir à Kyoto deux expositions liées au japonisme: 「ボストン美術館 華麗なるジャポニスム展」 (Le japonisme dans les collections du Musée de Boston) ( au Musée Municipal des Beaux Arts de Kyoto, ouverte jusqu’au 30 novembre) et l’exposition James Whistler au Musée d’Art Moderne de Kyoto, en face, qui ferme ce dimanche.

Les oeuvres exposées sont très belles et la cohérence des deux ensembles vaut le deplacement. Même si, comme souvent dans les musées au Japon, la scénographie des deux expositions, la mise en valeur des oeuvres manquent totalement d’originalité, les tableaux et objets sont parfaitement mis en valeur, et il n’y avait pas trop de monde quand j’y suis allé (et un tout grand merci aux gardiennes des deux musées qui m’ont très aimablement prêté un crayon pour remplacer le stylo-bille avec lequel je prenais des notes).

Bien sûr, j’ai cherché des représentations d’acrobates ou de jongleurs, mais je n’en ai pas trouvé.

Par contre, j’ai été frappé par le nombre d’oeuvres relevant d’un des thèmes de ma recherche, celui des Occidentaux qui s’habillent de vêtements japonais, thème magnifiquement mis en valeur par le tableau de Monet du Musée de Boston qui sert d’affiche à l’exposition de Kyoto : La Japonaise (1876).

La Japonaise (Claude Monet [Public domain], via Wikimedia Commons: https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AClaude_Monet-Madame_Monet_en_costume_japonais.jpg)

Le peintre y a représenté sa femme, Camille, souriante, coiffée d’une perruque blonde et vêtue d’un somptueux kimono. Ce kimono, empressons-nous d’ajouter, n’est pas un kimono féminin, mais un costume d’acteur.

Alors que la pose de Camille est ici dynamique et joyeuse, ce portrait s’inscrit dans une série de représentations de femmes occidentales habillées de vêtements japonais qui sont en général assises et pensives.

Ainsi, à l’exposition, on peut voir Méditation d’ Alfred Stevens (1872), Decorative head de Frank W. Benson (1894), Der Polster de Max Kurzweil (1903).

Alfred Stevens, Méditation

Frank W. Benson, Decorative head (1894)

Max Kurzweil, Der Polster (1903).

Il me semble interessant de noter que le thème d’une jeune femme habillée en kimono ou autre vêtement nippon a aussi connu un certain succès hors de l’art prestigieux de la peinture de portrait et du japonisme bourgeois. On le retrouve sur des photographies de cartes postales, particulièrement pour la période 1900-1910. Par exemple, une recherche sur le site de ventes http://www.delcampe.net avec les mots clefs « carte fantaisie japonaise » en donnera plusieurs échantillons. Il est remarquable de constater que, à la difference des portraits peints, la plupart des modèles sourient et prennent une pose coquette. C’est, me semble-t-il, un bel exemple de variation entre le japonisme bourgeois et le japonisme populaire, qui, ici, lui est postérieur.

 

Ecrivez-moi plus souvent

(Source de l’image: Japanese dress-up: Two sets of postcards made in France)

On remarquera que, contrairement aux artistes de cirque que j’étudie, on ne retrouve que des femmes déguisées ou habillées en Japonaises. Il n’y avait pas de portrait d’homme habillé en Japonais dans les deux expositions que j’ai visitées, et je n’en ai pas trouvé dans les sites de vente de cartes postales (S’il vous plait, n’hésitez pas à me démentir et me fournir des informations sur ce sujet si vous en connaissez).

Une des rares exceptions que je connaisse est le portrait photographique de Toulouse-Lautrec.

Toulouse-Lautrec

Je me demande donc si on n’a pas ici une autre différence entre japonismes bourgeois et populaire : le rôle des genres.

Ajout du 8 janvier 2016

Kitano Tsunetomi 北野恒富 (1880-1947); poster pour la société de sake Kiku Masamune 菊正宗; 1913 (Source de l’information: http://taishou-kun.tumblr.com/post/136761203832/kitano-tsunetomi-%E5%8C%97%E9%87%8E%E6%81%92%E5%AF%8C-1880-1947-girl-wearing-a)

Le Farfale

Je ne suis pas très actif sur ce blog et je prie les lecteurs de m’en excuser.

Pour leur demander de me pardonner, je leur propose un beau film muet, qui illustre bien le genre de documents que ma recherche va examiner.

 

Le Farfale est une petite merveille, et on doit être reconnaissant à Arte de l’avoir mis en ligne, ainsi évidemment qu’à ses restaurateurs.

Pour reprendre les informations disponibles sur le site d’ARTE, le film date de 1907 ; il a été produit par la société italienne Cinès.

J’ignore s’il a été projeté et vu en France.

Il se déroule en trois actes :

  1. Une scène de jongleuses et prestidigitateur japonais. On admire la richesse des costumes, le soin dans les décors et la précision du détail (la décoration des ombrelles et le shamisen)
  2. Une fantaisie à la Méliès, qui tourne au tragique
  3. Une danse de Loïe Fuller ; des papillons viennent hanter le jongleur japonais qui avait coupé les ailes et fait mourir un de leurs congénères

 

Toutefois, le point de départ est celui du thème des papillons, et il rappelle un des actes de jongleurs japonais et de leurs imitateurs, celui de faire voler des papiers pliés en forme de papillons.
Les hommes-phénomènes : force, agilité, adresse : hercules, coureurs, sauteurs, nageurs, plongeurs, gymnastes, équilibristes, disloqués, jongleurs, avaleurs de sabres, tireurs / par Guyot-Daubès
Les hommes-phénomènes : force, agilité, adresse : hercules, coureurs, sauteurs, nageurs, plongeurs, gymnastes, équilibristes, disloqués, jongleurs, avaleurs de sabres, tireurs / par Guyot-Daubès
Source: gallica.bnf.fr

Exposition: The Royal Zanettos

Il ne reste plus que quelques jours pour voir l’exposition organisée au Littlehampton Museum :

The Royal Zanettos Exhibition

Wednesday 23 July – Friday 19 September

Little Hampton Museum, The Royal Zanettos

Littlehampton Museum, The Royal Zanettos

(Provenance de l’image: Page Facebook du Littlehampton Museum)

(Provenance de l’image : http://www.visitlittlehampton.co.uk/whats-on/the-royal-zanettos-p1098501)

Le site internet, http://www.theroyalzanettos.com/, créé par Jane Koszuta, descendante de l’un de ces artistes de music hall et organisatrice de l’exposition, est extrêmement riche.

A la page « The Zanettos on stage », on peut voir plusieurs photos des Zanettos en costumes orientaux, notammment en costumes « japonais ». L’un d’entre eux s’habillait souvent, sur scène, en femme.

On peut aussi voir des coupures de journaux  américains de 1908 et 1912 ici, avec d’autres photos.

Les Zanettos sont aussi apparus sur scène en France ; j’y reviendrai plus tard.

Ils offrent un bel exemple d’imitation européenne des artistes de cirque japonais ainsi que du transvestisme parfois pratiqué au cirque et au music-hall.

C’est ici l’occasion de souligner la valeur et l’intérêt de recherches généalogiques quand elles sont exposées et mises à la disposition de tout un chacun sur internet.