Les lecteurs de Rousseau vont-ils au cirque ?

A la suite d’une recherche sur le site Gallica, avec les termes suivants « Jongleurs du Japon », j’ai découvert ce texte un peu curieux:

ROUSSEAU:

(…)

Le pouvoir se délègue et jamais se partage ;
Direct ou réfléchi, ce rayon même encor
Reproduit sur notre œil son réfrangible essor.
Devons-nous en conclure et prôner la chimère
De voir en lui l’effet d’une triple lumière .
Eh! que dis-je, en dépit de ses pouvoirs rivaux,
Partout du peuple anglais le sang coule à grands flots;
Leur liberté cent ans en fut toute fumante ,
Cent ans sur l’échafaud je la vois expirante ;

Je la vois tour à tour au hasard déployant
De Lancastre ou d’York l’étendard effrayant,
Limiter, en dépit de sa triste balance ,
A changer de tyran sa fière indépendance.
Plus tard du peuple anglais l’impur réformateur
Sur elle épuisera son infâme fureur,
Et sur elle au défaut des bûchers de Marie,
Fondra d’Elisabeth l’atroce hypocrisie.
Enfin, objet d’horreur , de mépris et d’effroi,
Le front marqué du sceau du meurtre de son roi,
Elle accourt, avilie, éplorée et sanglante
Tendre aux fers de Cromwell une main suppliante.
Tout pouvoir est restreint, nul n’est illimité,
Mais il s’anéantit s’il rompt son unité.
Des jongleurs du Japon rivalisant la gloire,

N’allez plus …..

MONTESQUIEU.
Je connais le reste de l’histoire ;
Je sais qu’escaladant leurs classiques tréteaux,
Et d’un enfant en l’air jetant les trois lambeaux,
Je fais tomber aux yeux de la foule ébahie
Ces lambeaux rajustés et l’enfant plein de vie.
C’est ainsi que j’importe , apprenti charlatan ,
Mes tours de gobelet des bouts de l’Orient (1 ) ;
Espérons , croyez-moi, grâce à vos soins prospères ,
Qu’on n’en cherchera plus aux terres étrangères.

(1) Contrat social, liv. ii, chap. ii

Ce dialogue en vers entre Rousseau et Montesquieu fait partie d’un recueil de poésies dont Gallica nous offre ainsi les références (le dialogue occupe les p. 15-47) [1]:

Titre :  Rousseau de Genève et Montesquieu / par Claude-Simplicien Constituantiski
Auteur :  Constituantisky, Claude-Simplicien. Auteur du texte
Éditeur :  impr. de J. Renous et Cie (Montauban)
Date d’édition :  1844
Type :  monographie imprimée
Langue :  français
Langue :  français
Format :  1 vol. (74 p.) ; in-8

É. Forestié, La Société littéraire et l’ancienne Académie de Montauban : histoire de ces sociétés et biographie de tous les académiciens, 1730-1791 (2e édition) (1888), p. 280, nous apprend qui se cache derrière le pseudonyme de l’auteur:

Jacques-Antoine de Molières avait eu deux fils, qui furent militaires comme lui et cultivèrent la poésie avec succès.
L’aîné, Jacques, ancien mousquetaire rouge, né le 4 août 1774, et décédé le 5 mars 1862 à son château d’Espanel fit imprimer à Montauban plusieurs brochures sous le nom de Claude-Simplicien Tyrannicidisky, Constitutioneliski, Constituantiski, et exigea que le tirage ne dépassât pas une dizaine d’exemplaires.
Voici le titre de ces rarissimes brochures:
– Considérations plus ou moins poétiques sur la cause et l’effet de nos plaisirs. — 1828. in-8° de 35 pages.
– Chateaubriand et Béranger. — 1831, in-8° de 39 pages.
– Rousseau de Genève et Montesquieu. — 1844, in-8°, de 74 pages.
– Klerdelune et Klassilanlain, 110 et 2e parties. — 1850-53, in-8° de 133 et 36 pages.
– Domitien, Tacite et Mirabeau, 1″ et 2e parties. — 1851-52, in-8° de 57 et 38 pages.

On peut consulter l’arbre généalogique de Jacques de Molières ici (dressé par Georges PETIT-JEAN). Un autre blog généalogique nous apprend, citant une autre étude de Mr Forestié (1918):

En 1784, Jacques-Antoine de Molières fut capitaine au 20° léger et fit, en cette qualité, la campagne de 1813; à la fin de sa vie il occupa les fonctions de bibliothécaire de la ville de Montauban et mourut célibataire et très âgé; le château et la terre d’Espanel échut à son frère unique qui y passa toute son existence et y mourut aussi célibataire vers 1872.

Heureusement pour nous, Jacques de Molières a orné sa poésie didactique de notes de bas de page, qui permettent de retrouver les passages de Rousseau et de Montesquieu qu’il adapte pour son dialogue. Dans l’extrait qui nous intéresse, il s’agit du 2e chapitre du Livre II du Contrat social, qui est intitulé: « Que la souveraineté est indivisible »:

(…) Mais nos Politiques ne pouvant diviser la souveraineté dans son principe, la divisent dans son objet ; ils la divisent en force & en volonté, en puissance législative & en puissance exécutive, en droits d’impôts, de justice, & de guerre, en administration intérieure & en pouvoir de traiter avec l’étranger : tantôt ils confondent toutes ces parties & tantôt ils les séparent ; ils font du Souverain un être fantastique & formé de pieces rapportées ; c’est comme s’ils composoient l’homme de plusieurs corps dont l’un auroit des yeux, l’autre des bras, l’autre des pieds, & rien de plus. Les charlatans du Japon dépecent, diton, un enfant aux yeux des spectateurs, puis jettant en l’air tous ses membres l’un après l’autre, ils font retomber l’enfant vivant & tout rassemblé. Tels sont à peu près les tours de gobelets de nos politiques ; après avoir démembré le corps social par un prestige digne de la foire, ils rassemblent les pieces on ne sait comment. Cette erreur vient de ne s’être pas fait des notions exactes de l’autorité souveraine, & d’avoir pris pour des parties de cette autorité ce qui n’en étoit que des émanations. (…) [2]

D’après une recherche sur Gallica, Rousseau est le premier à utiliser l’expression « charlatans du Japon » (en 1762). L’image est efficace; Rousseau s’attaque à une cible de choix: Montesquieu et son principe de séparation des pouvoirs; sa raillerie aura du succès (« un fragment de polémique fort spirituel« ). Elle est reprise dès 1766 dans la Lettre d’un anonime à M. J.-J. Rousseau ; en 1792, la comparaison est appliquée à Condorcet, semble-t-il, dans Ma Soirée d’hier, ou Réflexions sur l’opinion de Condorcet . Je ne reprends pas ici toutes les discussions ou analyses de Rousseau qui la reprennent; évidemment, elle réapparait à chaque nouvelle impression du Contrat social.

Parfois, elle sort des discussions académiques ou philosophiques, par exemple en 1824 (discussion d’actualité politique) ou en 1924, avec une citation dans une tribune en premier page du Rappel.

Le 25 mars 1867, un correspondant de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux : Notes and queries français ; questions et réponses, communications diverses à l’usage de tous, littérateurs et gens du monde, artistes, bibliophiles, archéologues, généalogistes, etc. (c. 164-165) , d’Erlar de Groningue, demande quelle est la source de Rousseau pour « ce tour merveilleux de charlatanerie orientale ». Malheureusement, la réponse qu’il reçoit a dû, tout comme nous, le laisser sur sa fin puisqu’on y cite la Devineresse de Corneille et de Visé. Dans cette pièce, il est effectivement fait mention d’un tour de magie, « Le corps en morceaux », mais celui-ci n’a aucun lien avec le Japon.

La date de cette question est intéressante puisque les premiers acrobates et jongleurs japonais se sont produits aux États-Unis en 1866 (ils arriveront en France plus tard en 1867). Il semble donc qu’un lecteur de Rousseau ait été surpris par le fait que ce tour de « dépècement d’enfant » n’était pas au programme des troupes japonaises tel qu’il pouvait le lire dans les gazettes, et il a posé une question de critique historique, de recherche de sources pour Rousseau. On a donc ici une question originale sur la réception des artistes de cirque japonais en France: dans quelle mesure certains spectateurs ont-ils été influencés par leurs lectures et l’image littéraire du Japon avant de voir de leurs yeux les tours des artistes de cirque japonais ?

A ma connaissance, la  quête[3] de la source de Rousseau pour ce passage n’a pour l’instant mené nulle part[4]. La raison en est peut-être tout simplement que Rousseau attribue une provenance japonaise à un tour de magie que la tradition fait plutôt venir d’inde ou de Chine, le tour dit de la corde indienne[5]. Un magicien fait se dresser une corde en l’air; il y grimpe ou y fait grimper un jeune garçon. Pour une raison ou l’autre, il découpe ce garçon en morceaux, qui tombent au sol. Le magicien place ces morceaux de corps humain dans un panier, le ferme et l’enfant en ressort vivant et entier. Différentes versions existent de cette histoire, la plus proche de celle de Rousseau semble être celle de l’auteur chinois Pu Songling (dans un conte du recueil Chroniques de l’étrange paru en 1740), mais je ne pense pas qu’il en existait une traduction en langue occidentale disponible pour Rousseau.

En revanche, en 1681, Edward Melton avait publié à Amsterdam, avec une illustration, le compte-rendu d’un spectacle de jongleurs chinois qu’il avait vu à Jakarta et qui comporte une série d’éléments communs au récit de Rousseau.

Meltons, Eduward, Zeldzaame en Gedenkwaardige Zee- en Land- Reizen, Jan ten Hoorn, Amsterdam, 1681, entre les p. 468 et 469; https://digitalcollections.nypl.org/items/151f8db0-07c7-0133-e5cb-58d385a7b928, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=57318852

Il est possible que Rousseau se soit, consciemment ou non, souvenu du passage de l’Esprit des lois de Montesquieu sur l’atrocité et « l’impuissance des lois japonaises » et qu’il ait mêlé cette lecture à la réputation d’autres magiciens orientaux pour façonner l’expression « charlatans du Japon » [6].

[1] A toutes fins utiles, voici la table des matières du volume: p. 1: La poésie; p. 7: La vertu; p. 15: Rousseau et Montesquieu; p. 49: Le peuple souverain; p. 55: La vertu; p. 63: La fille du Marborée.

[2] Merci Wikisource (je conserve l’orthographe originale).

[3] Restauration de la science politique, ou Théorie de l’état social naturel opposée à la fiction d’un état civil factice. 1re partie. Des Principautés ou monarchies. Livre I. Des Seigneurs territoriaux indépendans ou princes patrimoniaux / par Charles-Louis de Haller (= Haller, Karl Ludwig von) (1825), p. 211: « au dire des voyageurs »

[4] Michel Delon, Despotisme, luxure et cruauté, Die französische Literatur des 19. Jahrhunderts und der Orientalismus, éd. par Michael Bernsen et Martin H. Neumann (2006), p. 7-17, p. 16

[5] Wikipedia contributors. Indian rope trick. Wikipedia, The Free Encyclopedia. June 24, 2017, 08:21 UTC. Available at: https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Indian_rope_trick&oldid=787244238.

[6] Pour comprendre le contexte culturel général de ce passage de Rousseau, je recommande vivement l’article de Michel Delon cité ci-dessus.

« ce peuple unique pour les jongleries »: sur un passage de Pierre Loti

J’ai repris mes cours et n’ai pas beaucoup de temps en ce moment pour écrire sur ce carnet, mais mes navettes me donnent l’occasion de lire l’excellent livre de Pierre-François Souiyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui (Paris, 2016). Dans son chapitre « La tentation de l’occident », il aborde les débats sur la profondeur ou la superficialité de l’occidentalisation du Japon et traite du Rokumeikan, un lieu de socialisation construit à Tokyo en 1883, dans lequel se déroulaient entre autres des bals. Le bâtiment et ses fêtes devaient servir à montrer aux étrangers que le Japon avait acquis des manières occidentales.

https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Rokumeikan#/media/File:Rokumeikan.jpg

Rokumeikan (scanné depuis Dallas Finn: Meiji Revisited. The Sites of Victorian Japan – National Diet Library, Japon, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=55774846)

Ce lieu était critiqué par certains Japonais. Kikue Yamakawa place ainsi ces mots dans la bouche de sa mère:

« Les négociations pour la révision des traités piétinaient et pour cette raison, on faisait la promotion officielle d’une occidentalisation frelatée à la mode du Rokumeikan et de manière irréfléchie, on encourageait les vêtements à l’occidentale, la nourriture à l’occidentale, les danses et les langues étrangères … » (Traduction Souiry p. 92)

Le lieu et ses danses étaient aussi moqués par certains étrangers. Ils ont fait l’objet de pages brillantes mais cruelles, voire racistes, de Pierre Loti, dans le chapitre « Un bal à Yeddo » du livre Japonaiseries d’automne (aux p. 77-106), paru en 1889, trois ans après sa visite.

Pierre Loti, Japoneries d’automne (1889)

Le chapitre s’ouvre sur la reproduction d’un carton d’invitation officiel:

 

Le ministre des affaires étrangères et
la comtesse Sodeska ont l’honneur de
vous prier de venir passer la soirée au
Rokou-Meikan, à l’occasion de la nais-
sance de S.M. l’Empereur.
On dansera.

Suit la description du voyage de Loti de Yokohama au Rokumeikan, qui lui permet de jouer sur les contrastes entre le Japon traditionnel des ruelles sombres, des lanternes et des pousse-pousses et le Japon moderne des gares et de l’éclairage au gaz.

Enfin, enfin, nous arrivons. A la file, nos chars passent sous un portique ancien dont la toiture se retrousse par les pointes, à la chinoise ; nous voici en pleine lumière, au milieu d’une sorte de fête vénitienne, au milieu d’un jardin prétentieux où d’innombrables bougies brûlent dans des ballons de papier sur des girandoles et, devant nous, se dresse le Rokou-Meïkan, très illuminé, ayant des cordons de gaz à chaque corniche, jetant des feux par chacune de ses fenêtres, éclairant comme une maison transparente.

Eh bien, il n’est pas beau, le Rokou-Meïkan. Bâti à l’européenne, tout frais, tout blanc, tout neuf, il ressemble, mon Dieu, au casino[1] d’une de nos villes de bains quelconque, et vraiment on pourrait se croire n’importe où, à Yeddo excepté…

Loti est séduit par les femmes, épouses de dignitaires, qui l’accueillent, élégantes, bien coiffées et bien habillées à l’occidentale, mais il ne peut s’empêcher de finir sa description sur ces mots:

Oh ! très bien, mesdames ; mes compliments sincères à toutes les trois ! très amusantes les attitudes, et très réussis les déguisements.

Il n’aime vraiment pas la décoration du lieu:

ces tentures contrastent avec la banalité des lanternes vénitiennes, de toutes les fanfreluches pendues au plafond, donnent le sentiment d’une Chine ou d’un Japon qui seraient en goguette, en fête de barrière.

Il n’a pas de mots trop durs pour les femmes habillées à l’occidentale; il reconnait leurs efforts méritoires, mais simplement parce qu’elles sont asiatiques, ces vêtements ne leur vont pas . Au contraire, Loti vante les mérites des ambassadeurs chinois:

Et puis ils font preuve de bon goût, ceux-ci, et de dignité, en conservant leur costume national, leur longue robe magnifiquement brochée et brodée, leur rude moustache retombante et leur queue.[2]

Loti critique aussi la manière de danser, trop automatique et pensée, des Japonaises.

Il conclut pourtant, de façon assez hypocrite et en prétendant, non sans culot, vouloir se rendre utile et plaisant aux Japonais:

En somme, une fête très gaie et très jolie, que ces Japonais nous ont offerte là avec beaucoup de bonne grâce. Si j’y ai souri de temps en temps, c’était sans malice. Quand je songe même que ces costumes, ces manières, ce cérémonial, ces danses, étaient des choses apprises, apprises très vite, apprises par ordre impérial et peut-être à contre-coeur, je me dis que ces gens sont de bien merveilleux imitateurs et une telle soirée me semble un des plus intéressants tours de force de ce peuple, unique pour les jongleries.

Cela m’a amusé de noter, sans intention bien méchante, tous ces détails, que je garantis du reste fidèles comme ceux d’une photographie avant les retouches. Dans ce pays qui se transforme si prodigieusement vite, cela amusera peut-être aussi des Japonais eux-mêmes, quand quelques années auront passé, de retrouver écrite ici cette étape de leur évolution ; de lire ce que fut un bal décoré de chrysanthèmes et donné au Rokou-Meïkan pour l’anniversaire de la naissance de S.M. l’empereur Muts-Hito, en l’an de grâce 1886.

C’est évidemment le mot « jongleries » qui a attiré mon attention. Bien sûr, mes recherches orientent la façon dont je lis ce texte, mais je ne peux m’empêcher de noter comme Loti place sa description du bâtiment et de la fête de Tokyo dans un cadre de sociabilité et de fêtes françaises: casino, fêtes vénitiennes, goguette, fête de barrière, déguisements, casino de province et, finalement, jongleries. C’est a dire qu’il cite toute une série de lieux et de circonstances où les acrobates jongleurs japonais et leurs imitateurs occidentaux se produisaient en France. La prégnance du premier contact de Loti avec la culture japonaise, ces spectacles de music hall et de cirque que donnaient des saltimbanques japonais, me semble très forte. Elle en modifie sa perception du Japon réel lorsqu’il visite le pays et la présentation qu’il en fait à ses lecteurs.

[1] Plus loin, p. 87, Loti reprendra cette comparaison:  « une décoration de casino de second ordre »

[2] Loti mentionne aussi un groupe de Japonaises habillées très traditionnellement et qui ne dansent pas, un « groupe un peu hiératique », les « princesses du sang et [l]es dames de la cour ». Loti est fasciné et décrit longuement leurs costumes et coiffures; il ne peut s’empêcher d’aller inviter l’une d’entre elles à danser, mais il se fait gentiment éconduire.

Image du jour: le manuscrit du « Tour du monde en 80 jours »

'Around the World in Eighty Days' by Neuville and Benett 37
Par Alphonse de Neuville (1835-1885) et/ou Léon Benett (1838-1917) [Domaine public], via Wikimedia Commons

Passepartout, n’étant point homme à laisser languir une idée, se dirigea vers le port de Yokohama. Mais à mesure qu’il s’approchait des docks, son projet, qui lui avait paru si simple au moment où il en avait eu l’idée, lui semblait de plus en plus inexécutable. Pourquoi aurait-on besoin d’un cuisinier ou d’un domestique à bord d’un paquebot américain, et quelle confiance inspirerait-il, affublé de la sorte ? Quelles recommandations faire valoir ? Quelles références indiquer ?

Comme il réfléchissait ainsi, ses regards tombèrent sur une immense affiche qu’une sorte de clown promenait dans les rues de Yokohama. Cette affiche était ainsi libellée en anglais :

TROUPE JAPONAISE ACROBATIQUE

DE

L’HONORABLE WILLIAM BATULCAR


DERNIÈRES REPRÉSENTATIONS

Avant leur départ pour les États-Unis d’Amérique

DES

LONGS-NEZ-LONGS-NEZ

Sous l’invocation directe du dieu Tingou

GRANDE ATTRACTION !

« Les États-Unis d’Amérique ! s’écria Passepartout, voilà justement mon affaire !… »

Il suivit l’homme-affiche, et, à sa suite, il rentra bientôt dans la ville japonaise. Un quart d’heure plus tard, il s’arrêtait devant une vaste case, que couronnaient plusieurs faisceaux de banderoles, et dont les parois extérieures représentaient, sans perspective, mais en couleurs violentes, toute une bande de jongleurs.

C’était l’établissement de l’honorable Batulcar, sorte de Barnum américain, directeur d’une troupe de saltimbanques, jongleurs, clowns, acrobates, équilibristes, gymnastes, qui, suivant l’affiche, donnait ses dernières représentations avant de quitter l’empire du Soleil pour les États de l’Union.

Passepartout entra sous un péristyle qui précédait la case, et demanda Mr. Batulcar. Mr. Batulcar apparut en personne.

« Que voulez-vous ? dit-il à Passepartout, qu’il prit d’abord pour un indigène.

— Avez-vous besoin d’un domestique ? demanda Passepartout.

— Un domestique, s’écria le Barnum en caressant l’épaisse barbiche grise qui foisonnait sous son menton, j’en ai deux, obéissants, fidèles, qui ne m’ont jamais quitté, et qui me servent pour rien, à condition que je les nourrisse… Et les voilà, ajouta-t-il en montrant ses deux bras robustes, sillonnés de veines grosses comme des cordes de contrebasse.

— Ainsi, je ne puis vous être bon à rien ?

— À rien.

— Diable ! ça m’aurait pourtant fort convenu de partir avec vous.

— Ah çà, dit l’honorable Batulcar, vous êtes Japonais comme je suis un singe ! Pourquoi donc êtes-vous habillé de la sorte ?

— On s’habille comme on peut !

— Vrai, cela. Vous êtes un Français, vous ?

— Oui, un Parisien de Paris.

— Alors, vous devez savoir faire des grimaces ?

— Ma foi, répondit Passepartout, vexé de voir sa nationalité provoquer cette demande, nous autres Français, nous savons faire des grimaces, c’est vrai, mais pas mieux que les Américains !

— Juste. Eh bien, si je ne vous prends pas comme domestique, je peux vous prendre comme clown. Vous comprenez, mon brave. En France, on exhibe des farceurs étrangers, et à l’étranger, des farceurs français !

— Ah !

— Vous êtes vigoureux, d’ailleurs ?

— Surtout quand je sors de table.

— Et vous savez chanter ?

— Oui, répondit Passepartout, qui avait autrefois fait sa partie dans quelques concerts de rue.

— Mais savez-vous chanter la tête en bas, avec une toupie tournante sur la plante du pied gauche, et un sabre en équilibre sur la plante du pied droit ?

— Parbleu ! répondit Passepartout, qui se rappelait les premiers exercices de son jeune âge.

— C’est que, voyez-vous, tout est là ! » répondit l’honorable Batulcar.

L’engagement fut conclu hic et nunc.

Enfin, Passepartout avait trouvé une position. Il était engagé pour tout faire dans la célèbre troupe japonaise. C’était peu flatteur, mais avant huit jours il serait en route pour San-Francisco.

La représentation, annoncée à grand fracas par l’honorable Batulcar, devait commencer à trois heures, et bientôt les formidables instruments d’un orchestre japonais, tambours et tam-tams, tonnaient à la porte. On comprend bien que Passepartout n’avait pu étudier un rôle, mais il devait prêter l’appui de ses solides épaules dans le grand exercice de la « grappe humaine » exécuté par les Longs-Nez du dieu Tingou. Ce « great attraction » de la représentation devait clore la série des exercices.

Avant trois heures, les spectateurs avaient envahi la vaste case. Européens et indigènes, Chinois et Japonais, hommes, femmes et enfants, se précipitaient sur les étroites banquettes et dans les loges qui faisaient face à la scène. Les musiciens étaient rentrés à l’intérieur, et l’orchestre au complet, gongs, tam-tams, cliquettes, flûtes, tambourins et grosses caisses, opéraient avec fureur.

Cette représentation fut ce que sont toutes ces exhibitions d’acrobates. Mais il faut bien avouer que les Japonais sont les premiers équilibristes du monde. L’un, armé de son éventail et de petits morceaux de papier, exécutait l’exercice si gracieux des papillons et des fleurs. Un autre, avec la fumée odorante de sa pipe, traçait rapidement dans l’air une série de mots bleuâtres, qui formaient un compliment à l’adresse de l’assemblée. Celui-ci jonglait avec des bougies allumées, qu’il éteignit successivement quand elles passèrent devant ses lèvres, et qu’il ralluma l’une à l’autre sans interrompre un seul instant sa prestigieuse jonglerie. Celui-là reproduisit, au moyen de toupies tournantes, les plus invraisemblables combinaisons ; sous sa main, ces ronflantes machines semblaient s’animer d’une vie propre dans leur interminable giration ; elles couraient sur des tuyaux de pipe, sur des tranchants de sabre, sur des fils de fer, véritables cheveux tendus d’un côté de la scène à l’autre ; elles faisaient le tour de grands vases de cristal, elles gravissaient des échelles de bambou, elles se dispersaient dans tous les coins, produisant des effets harmoniques d’un étrange caractère en combinant leurs tonalités diverses. Les jongleurs jonglaient avec elles, et elles tournaient dans l’air ; ils les lançaient comme des volants, avec des raquettes de bois, et elles tournaient toujours ; ils les fourraient dans leur poche, et quand ils les retiraient, elles tournaient encore, — jusqu’au moment où un ressort détendu les faisait s’épanouir en gerbes d’artifice !

Inutile de décrire ici les prodigieux exercices des acrobates et gymnastes de la troupe. Les tours de l’échelle, de la perche, de la boule, des tonneaux, etc., furent exécutés avec une précision remarquable. Mais le principal attrait de la représentation était l’exhibition de ces « Longs-Nez », étonnants équilibristes que l’Europe ne connaît pas encore.

Ces Longs-Nez forment une corporation particulière placée sous l’invocation directe du dieu Tingou. Vêtus comme des hérauts du Moyen Age, ils portaient une splendide paire d’ailes à leurs épaules. Mais ce qui les distinguait plus spécialement, c’était ce long nez dont leur face était agrémentée, et surtout l’usage qu’ils en faisaient. Ces nez n’étaient rien moins que des bambous, longs de cinq, de six, de dix pieds, les uns droits, les autres courbés, ceux-ci lisses, ceux-là verruqueux. Or, c’était sur ces appendices, fixés d’une façon solide, que s’opéraient tous leurs exercices d’équilibre. Une douzaine de ces sectateurs du dieu Tingou se couchèrent sur le dos, et leurs camarades vinrent s’ébattre sur leurs nez, dressés comme des paratonnerres, sautant, voltigeant de celui-ci à celui-là, et exécutant les tours les plus invraisemblables.

Pour terminer, on avait spécialement annoncé au public la pyramide humaine, dans laquelle une cinquantaine de Longs-Nez devaient figurer le « Char de Jaggernaut ». Mais au lieu de former cette pyramide en prenant leurs épaules pour point d’appui, les artistes de l’honorable Batulcar ne devaient s’emmancher que par leur nez. Or, l’un de ceux qui formaient la base du char avait quitté la troupe, et comme il suffisait d’être vigoureux et adroit, Passepartout avait été choisi pour le remplacer.

Certes, le digne garçon se sentit tout piteux, quand — triste souvenir de sa jeunesse — il eut endossé son costume du moyen âge, orné d’ailes multicolores, et qu’un nez de six pieds lui eut été appliqué sur la face ! Mais enfin, ce nez, c’était son gagne-pain, et il en prit son parti.

Passepartout entra en scène, et vint se ranger avec ceux de ses collègues qui devaient figurer la base du Char de Jaggernaut. Tous s’étendirent à terre, le nez dressé vers le ciel. Une seconde section d’équilibristes vint se poser sur ces longs appendices, une troisième s’étagea au-dessus, puis une quatrième, et sur ces nez qui ne se touchaient que par leur pointe, un monument humain s’éleva bientôt jusqu’aux frises du théâtre.

Le monument s’écroula comme un château de cartes.

Or, les applaudissements redoublaient, et les instruments de l’orchestre éclataient comme autant de tonnerres, quand la pyramide s’ébranla, l’équilibre se rompit, un des nez de la base vint à manquer, et le monument s’écroula comme un château de cartes…

C’était la faute à Passepartout qui, abandonnant son poste, franchissant la rampe sans le secours de ses ailes, et grimpant à la galerie de droite, tombait aux pieds d’un spectateur en s’écriant :

« Ah ! mon maître ! mon maître !

— Vous ?

— Moi !

— Eh bien ! en ce cas, au paquebot, mon garçon !… »

(Merci Le Tour du monde en quatre-vingts jours/Chapitre 23, //fr.wikisource.org/w/index.php?title=Le_Tour_du_monde_en_quatre-vingts_jours/Chapitre_23&oldid=3375403)

(Appel à contributions) Amerasia Journal Special Issue: Exhibiting Race and Culture

Je recopie une annonce parue sur la liste électronique H-Japan:

EXHIBITING RACE AND CULTURE

Guest Editors:

Professor Constance Chen (Loyola Marymount University)

Professor Melody Rod-ari (Loyola Marymount University)

Publication Date: Issue planned for Summer/Fall 2017 publication

Due Date: Paper submission (5,000-6,000 words excluding endnotes) due November 15, 2016

In 1886, Queen Victoria opened the Colonial and Indian Exhibition in London seated on the golden throne of the deposed Maharaja Ranjit Singh as a potent symbol of the “bonds of union” within the British Empire.  While Indian colonial subjects were made visible through the creation and dissemination of certain visual imageries, they were rendered powerless and voiceless in the process.  In recent decades, scholars from a multitude of disciplines have problematized Western perceptions of “the East” by interrogating and dismantling existing paradigms and frameworks.  Moreover, the display and repatriation of Asian and Pacific Islander cultural artifacts as well as the (in)visibility of Asian Pacific Americans in popular media have led to discussions regarding how various peoples have sought to conceptualize themselves locally and internationally, thereby further complicating racial discourses and transnational exchanges.

In this special issue of Amerasia Journal, we seek to examine the ways in which visual representations have shaped political, socioeconomic, cultural, and ideological milieus on both sides of the Pacific across historical time and geographical space.  How have Asians, Asian Americans, and Pacific Islanders been portrayed and—in turn—portrayed themselves in museums, world’s fairs, international biennales, visual and performing arts, the media, literature, film and television, politics, and beyond?  How do imperialist sentiments still manifest themselves through the visual?  How are race and culture imagined and redefined from differing localities and time periods?  How can marginalized groups utilize the depiction of the non-West to refashion individual and national identities?  We invite submissions that delve into topics such as, but not limited to, the display of indigenous cultures in museums, the role of heritage sites and tourism in the fabrication of nationalism, the construction of race in electoral politics, the intersection of racial and gender discourses in film and television, the engendering of Otherness by peoples of color, the impact of political cartoons on nineteenth-century immigration legislations as well as comparative analyses across racial-ethnic groups.  We are particularly interested in essays that use interdisciplinary approaches and cross-cultural perspectives.

Submission Guidelines and Review Process:

The guest editors, in consultation with the Amerasia Journal editors and peer reviewers, make the decisions on which submissions will be included in the special issue.  The process is as follows:

  • Initial review of submitted papers by guest editors and Amerasia Journal editorial staff
  • Papers approved by editors will undergo blind peer review
  • Revision of accepted peer-reviewed papers and final submission

All correspondences should refer to “Amerasia Journal Exhibiting Race and Culture Issue” in the subject line.  Please send inquiries and manuscripts to Professor Constance Chen (cchen@lmu.edu), Professor Melody Rod-ari (mrodari@lmu.edu), and Dr. Arnold Pan, Associate Editor (arnoldpan@ucla.edu).

ebay et « un poème inédit » de Catulle Mendès

Depuis quelques jours, on trouve proposé à la vente sur ebay un exemplaire de La demoiselle en or. La vie et la mort d’un clown de Catulle Mendès (Paris, 1879), dans lequel se trouverait un « poème autographe inédit de Catulle Mendès signé et dédicacé » à Nina de Villard.

Je recopie ici le texte, que le vendeur de l’objet (« david1893 ») a obligeamment transcrit (une photo permet de vérifier sa lecture):

« À Madame Nina de Villard
autour du « Clown »

Comme un japonais d’Ieddo
Votre Clown a des Grâces molles ;
Il tord sa bouche en forme d’O
Comme un japonais d’Ieddo.
Les Hanlon dans Do Mi Sol Do
N’ont pas d’aussi souples guibolles,
Comme un japonais d’Ieddo,
Votre clown a des grâces molles.

Le Mien n’est qu’un facheux cadeau !
C’est un cousin des Rocamboles,
Buvant le sang en guise d’eau,
Le Mien n’est qu’un facheux cadeau.
Il troublera votre Dodo
Par ses sinistres hyperboles.
Le mien n’est qu’un facheux cadeau.
C’est un cousin des Rocamboles.

Catulle Mendès »

NB: je ne suis pas spécialiste de littérature française ni expert bibliophile et n’ai pas les compétences nécessaires pour juger de l’authenticité de cet objet. Cette entrée de carnet n’est qu’informative, et ne vaut pas approbation des informations données sur ebay.

Nina de Villard est notamment connue pour son portrait par Manet, au milieu d’éventails japonais.

NinaCallias Édouard Manet [Public domain], via Wikimedia Commons

Il me semble que Catulle Mendès fait ici allusion au petit texte de Nina de Villard, Le Clown (1878 ?):

A propos de ce texte, A. de Bersaucourt, Au temps des Parnassiens : Nina de Villard et ses amis (1921) commente:

Le Clown est l’ironique histoire d’un
homme de lettres qui n’a pas réussi.
Poète, il a rêvé la gloire, célébré la mer,
le ciel et l’amour, composé plusieurs
livres dont les éditions dédaignées du
public dorment, poussiéreuses, dans les
boîtes des bouquinistes. Las d’offrir en
vain ses manuscrits et d’attendre dans les
antichambres, fatigué de voir naître et
mourir des jeunes revues, écœuré de se
sentir un martyr ridicule, il a résolu, nous
dit-il, de « marcher sur les mains » à la
postérité et de devenir clown. Le portrait
que Nina trace du clown a de la fantaisie
et de la couleur. Il rappelle la verve de
Charles Cros haranguant la « jeune fille
du caboulot » qui montre sa gorge nue au
public imbécile, et les Goncourt, en
mémoire des Frères Zemgano, eussent
aimé ces vers :

Je porte une perruque écarlate, un maillot
Tout zébré de dessins fantasques, dernier mot
Des gommeux du tremplin ; un sourcil circonflexe
Abrite mon regard qui trouble l’autre sexe.
Je suis le roi des désossés ; comble de l’art,
Je rase une table en faisant le grand écart,
Comme un rameur véloce en une périssoire.
J’improvise des pas sur une balançoire ;
Les applaudissements gantés me sont acquis
Quand je jongle avec des couteaux, d’un air exquis.
Brillant d’une gaieté féroce et japonaise,
Tantôt guépard, tantôt boa, tantôt punaise,
Je sais bondir, ramper, m ‘aplatir, chaque soir…

Voir aussi:

Vous voyez le « sourcil circonflexe » ?
Coquelin cadet Potache Feydeau By caricature anonyme [Public domain], via Wikimedia Commons

Romans de cirque (édités, présentés et annotés par Sophie Basch)

Parution : 2 Mai 2002; Format : 132 x 198 mm; Nombre de pages : 928; ISBN : 2-221-09390-9

Comme je trouve que ce livre paru dans la collection Bouquins de Robert Laffont devrait être plus connu, j’en présente brièvement la table des matières (entre parenthèses, le résultat d’une petite recherche avec internet sur Gallica ou d’autres sites pour voir si des artistes de cirque japonais apparaissent dans ces romans; vu la méthode hâtive, ces données sont à considérer avec précaution)

    • Sophie Basch, Introduction générale, p. IX-XLIV
    • Jules Claretie, Le train 17 (1877), p. 13-264 (3 occurences du mot « japonais », sans rapport avec des acrobates)

Le train 17 / Jules Claretie
Le train 17 / Jules Claretie
Source: gallica.bnf.fr

    • Jules Claretie, Boum-Boum (1898), p. 266-270
    • Edmond de Goncourt, Les Frères Zemganno (1879), p. 295-408 (2 occurences du mot « japonais », sans rapport avec des acrobates)

 

« Les Frères Zemganno » par Edmond de Goncourt. Sous licence Domaine public via Wikisource – https://fr.wikisource.org/wiki/Fichier:Les_Fr%C3%A8res_Zemganno.jpg#/media/File:Les_Fr%C3%A8res_Zemganno.jpg

  • Rodolphe Darzens, Ukko’Till (1891), p. 421-482 (0 occurence du mot « japonais »)

Ukko
Ukko’Till : roman de moeurs… / Rodolphe Darzens ; front. de Jules Chéret
Source: gallica.bnf.fr

  • Gustave Kahn, Le cirque solaire (1899), p. 495-583 (2 occurences du mot « japonais », selon Google Livres; je dois en vérifier le contexte)
  • Félicien Champsaur, Lulu (1901), p. 601-773 (p. 630: Lulu imite « sur la corde raide » une « Japonaise en renom, Yama Vacco ») (je ne serais pas surpris si c’était ici une allusion à la danseuse Sada Yacco)

Lulu, roman clownesque, par Félicien Champsaur
Lulu, roman clownesque, par Félicien Champsaur
Source: gallica.bnf.fr

  • Gustave Coquiot, Histoire de deux clowns et d’une petite écuyère (1910), p. 787-834 (0 occurence du mot « japonais »)

  • Sophie Basch, Introduction aux romans, Notes, bibliographie (p. 835-846), chronologie (p. XLV-LVIII), index (p. 847-854)

Dans l’index, en rapport avec le Japon, apparaissent Bigot (dans Lulu), Hokusai et Utamaro, dans une note au livre de Goncourt qui mentionne les « gymnastes japonais » et renvoie au livre de Guyot-Daubès, Les Hommes-Phénomènes, 1885, p. 183)