Loi du jour: la loi du 30 mai 1892

Grâce aux nouvelles de la semaine, nous en apprenons un peu plus sur les lois régissant les spectacles de music-hall et leur application.

Un spectacle de l’hypnotiseur Messmer a été annulé cette semaine en Belgique suite à l’intervention (« une injonction ») du procureur du Roi de Mons, Christian Henry, faisant référence à une loi de 1892 .

Voici le texte de loi en entier:

30 MAI 1892. – Loi sur l’hypnotisme.
(NOTE : Consultation des versions antérieures à partir du 01-01-1990 et mise à jour au 13-03-2003).

Article 1. Quiconque aura donné en spectacle une personne hypnotisée par lui-même ou par autrui, sera puni d’un emprisonnement de quinze jours à six mois et d’une amende de vingt-six francs à mille francs.

Art. 2. Sera puni d’un emprisonnement de quinze jours à un an et d’une amende de vingt-six francs à mille francs, quiconque aura hypnotisé une personne n’ayant pas atteint l’âge de vingt et un ans accomplis ou n’étant pas saine d’esprit, s’il n’est docteur en médecine ou muni d’une autorisation du gouvernement.
L’autorisation ne sera valable que pour une année; elle sera révocable et pourra, toujours, être suspendue.
En cas de concours avec les infractions punies par les dispositions légales concernant l’art de guérir, la peine prononcée par le présent article sera seule appliquée.

Art. 3. Sera puni de la (réclusion de cinq ans à dix ans) quiconque aura, avec une intention frauduleuse ou à dessein de nuire, fait écrire ou signer par une personne hypnotisée un acte ou une pièce énonçant une convention, des dispositions, un engagement, une décharge ou une déclaration. La même peine sera appliquée à celui qui aura fait usage de l’acte ou de la pièce. <L 2003-01-23/42, art. 104, 002; En vigueur : 13-03-2003>

Art. 4. Les dispositions du chapitre VII du livre Ier, et l’article 85 du Code pénal sont applicables aux infractions prévues par la présente loi.

Voici la transcription d’une interview de 50 secondes donnée par M. Henry à la RTBF:

H.: Alors, en 1892, j’étais pas législateur, je le suis toujours pas. Donc, moi, je lis le texte de la loi (lecture de l’article 1, ci-dessus, en remplaçant francs par euros) Le texte ne mérite pas d’interprétation; il est clair.

Journaliste: C’est un texte qui date de 1892. Monsieur Messmer produit des spectacles et se produit en spectacle depuis des années. Il était d’ailleurs à Colfontaine il y a un an. Comment ça se fait qu’il y a pas eu de réaction à ce moment-là ?

H.: Vous savez, je ne peux pas surveiller l’ensemble des programmes de tous les centres culturels qui sont installés sur le parquet de Mons-Tournai, et donc je ne sais pas faire ce contrôle.

Une notice dans Le Rappel (5/12/1891) apprend que cette loi aurait été pensée suite à « un vœu de l’Académie royale de médecine de Belgique. »

On peut trouver une discussion critique des vues des médecins partisans de l’interdiction dans l’ouvrage suivant:

L’hypnotisme scientifique : rapport à M. le ministre de l’Intérieur et de l’Instruction publique (1896)
Voici une affiche pour un spectacle du plus célèbre des hypnotiseurs de l’époque, Donato, qui donne un bon aperçu de ce type de représentations:

Le magnétiseur Donato, 1890 (Domaine public, merci Gallica: http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb398389152)

L’affiche suivante, pour un spectacle de Donato au Théâtre de La Louvière en 1895, est intéressante parce qu’elle montre que l’application de la loi de 1892, rapidement, ne semble pas avoir été particulièrement rigoureuse, mais aussi parce que les noms de médecins qu’elle aligne se retrouvent presque tous dans le rapport de 1896 cité ci-dessus.

Affiche pour un spectacle de Donato, « le plus célèbre magnétiseur du siècle », au Théâtre de La Louvière (27 avril 1895)

Petite revue de presse

« J’ai d’abord reçu une information du chef de la zone de police qui m’a informé que, si le spectacle avait lieu, la salle serait évacuée », a indiqué Luciano D’Antonio [=  bourgmestre de Colfontaine et président de l’Espace Magnum]. « J’ai ensuite reçu une injonction du procureur du Roi me demandant de prendre les dispositions nécessaires afin que l’infraction à la loi ne soit pas commise. Je n’ai pas voulu prendre de risque et, en accord avec le conseil d’administration de l’Espace Magnum, j’ai décidé d’annuler le spectacle.

(…)

J’ai appris de son producteur que Messmer avait déjà connu un problème en Suisse, il y a trois ans. »

L’Espace Magnum (= nom de la salle de spectacle) laisse cependant la possibilité à la société de production de Messmer de lui fournir des documents qui prouveraient que le spectacle n’est pas illégal aux yeux de la loi belge.

Parallèles

PLUS D’HYPNOTISME
Une décision de l’autorité supérieure enjoint
aux commissaires de police de spécifier l’in-
terdiction de l’hypnotisme, magnétisme, etc.,
dans les autorisations qu’ils délivreront dé-
sormais aux prestidigitateurs de passage dans
les villes.

Nous espérons aussi, pour notre part, qu’on
ne mettra plus la salle du théâtre à la dispo-
sition de maigres jongleurs, dont le principal
talent est de soutirer des sous au public. La
dernière expérience du fameux Velle doit nous
suffire

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Loi du jour: la loi du 30 mai 1892 ». Publié sur Acrobates japonais en France le 17/11/2017. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/1273.

Quinze ans de ma vie (II): Contrats et embrouilles

Les acrobates et artistes de music-hall japonais n’ont pas laissé beaucoup de souvenirs personnels, et il faut user de la comparaison pour mieux connaître leurs conditions de travail. Voici ce que Loïe Fuller raconte à propos du début de sa carrière en Europe (en 1894 ?), de ses contrats et de ses rapports avec divers impresarios. Tout n’est sans doute pas vrai, mais cela donne une certaine idée de son environnement de travail, qui correspond à celui des artistes de cirque japonais, et qui ressemble aussi à ce que l’on sait des acrobates marocains.

Je n’en décidai pas moins de signer avec le directeur du théâtre allemand de New-York un contrat qui m’assurait soixante-quinze dollars au lieu de cinq cents. Mais le but, après une tournée en Europe, était Paris.

(…)

Nous abordâmes en Allemagne. Mon directeur vint à notre rencontre et nous emmena à Berlin. Mais, à mon grand ennui, je ne devais pas débuter avant un mois et n’arrivais même pas à savoir par quelle ville je commencerais.
Un mois d’oisiveté !
Enfin, j’appris que j’allais débuter, non à l’Opéra, comme mon impresario me l’avait promis au départ, mais dans un music-hall!… L’Opéra était fermé et le music-hall était le seul endroit où je pouvais danser.

(…)

A Berlin, mon impresario de New-York me tenait en son pouvoir et je devais paraître où bon lui semblait.

Si, avant de signer le contrat, il m’avait dit où je devais danser, j’aurais refusé. Mais lorsque l’époque de mes débuts arriva j’étais sans ressources et absolument à sa merci.

(…)

Après un mois, mon directeur allemand m’informa qu’il ne désirait pas continuer mon contrat. Il allait retourner en Amérique avec une troupe
qu’il était venu tout exprès pour engager en Allemagne. Il me paraissait clair que sa seule raison de m’amener en Europe avait été de se procurer les moyens d’engager et de ramener cette nouvelle troupe.

(…)

Le directeur quitta Berlin avec sa troupe, après avoir ramassé tout l’argent qu’il pouvait tirer de moi, et ne me laissant que juste de quoi payer l’hôtel lorsque j’aurais fini le contrat qui me liait
au music-hall de Berlin. Je n’avais plus alors aucun engagement en vue. J’appris qu’il touchait pour moi dix mille marks, soit douze mille cinq cents francs par mois. Et il ne m’avait donné que 1,600 francs !… Que devais-je faire ? Mes débuts à Berlin avaient été déplorables et devaient avoir une influence des plus nuisibles sur ma carrière en Europe. Ma poche était vide, ma mère malade. Pas le moindre espoir d’engagement, personne pour nous aider.

Un agent théâtral, alors inconnu, et qui est devenu directeur de théâtre depuis, M. Marten Stein, vint me voir et j’essayai de rester au music-hall où j’étais. J’avais juste à  faire des concessions si on voulait me garder une semaine ou deux de plus, juste le temps de gagner de quoi partir et d’attendre un nouvel engagement qui viendrait
peut-être. Je pensais à Paris plus que jamais. Ah ! si je pouvais y aller.

Sur ces entrefaites, M. Marten Stein me procura une dizaine de représentations dans un des jardins d’Altona, le faubourg joyeux de Hambourg. J’amassai là quelques centaines de marks qui nous permirent d’aller à Cologne où je dus danser dans un cirque entre un âne qui reconnaissait la personne la plus bavarde de la société et un éléphant qui jouait de l’orgue de barbarie. Mon humiliation était complète.

Depuis, les occasions ne m’ont point manqué de reconnaître que le voisinage des chevaux extra- lucides et des éléphant mélomanes est moins humiliant que le voisinage de certaines hommes.
Enfin, je partis pour Paris !…

Pour économiser le plus possible, il nous fallut voyager en troisième, chose inconnue en Amérique.

Carnet du jour: La Tribune et la Scène. Les débats parlementaires sur le théâtre en France au XIXe siècle (1789-1914)

Si vous ne l’avez pas encore lu, je recommande le résumé de la thèse de Sylvain Nicolle, La Tribune et la Scène. Les débats parlementaires sur le théâtre en France au XIXe siècle (1789-1914), Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Jean-Claude Yon, 2 vol, Université de Paris-Saclay, 2015, sur le Carnet « CL 19 » .