Liens de la semaine (11 août 2016)

Globalisation
Ressources
  • Archives du Tohoku Culture Research Center: 30,000 cartes postales et 2,000 photographies (en 2011; je ne sais pas ce qu’il en est actuellement, mais les liens vers le Center lui-même sont morts); recherche uniquement par mots japonais alors que les descriptifs des documents sont en grande partie bilingue; malheureusement, une conception du copyright d’apparence très restrictive; les documents semblent rarement datés.

Cirque Shibata (Copyright © Tohoku Culture Research Center)

  • Japan Magic Museum: un blog dynamique, uniquement en japonais, présentant des documents uniques sur les magiciens et l’art de la prestidigitation au Japon, interdit la reproduction des images qu’il présente, mais je ne vois pas très bien selon quelle loi.
Exposition virtuelle
Articulets Wikipédia créés par l’auteur de ce carnet

(Appel à contributions) Amerasia Journal Special Issue: Exhibiting Race and Culture

Je recopie une annonce parue sur la liste électronique H-Japan:

EXHIBITING RACE AND CULTURE

Guest Editors:

Professor Constance Chen (Loyola Marymount University)

Professor Melody Rod-ari (Loyola Marymount University)

Publication Date: Issue planned for Summer/Fall 2017 publication

Due Date: Paper submission (5,000-6,000 words excluding endnotes) due November 15, 2016

In 1886, Queen Victoria opened the Colonial and Indian Exhibition in London seated on the golden throne of the deposed Maharaja Ranjit Singh as a potent symbol of the “bonds of union” within the British Empire.  While Indian colonial subjects were made visible through the creation and dissemination of certain visual imageries, they were rendered powerless and voiceless in the process.  In recent decades, scholars from a multitude of disciplines have problematized Western perceptions of “the East” by interrogating and dismantling existing paradigms and frameworks.  Moreover, the display and repatriation of Asian and Pacific Islander cultural artifacts as well as the (in)visibility of Asian Pacific Americans in popular media have led to discussions regarding how various peoples have sought to conceptualize themselves locally and internationally, thereby further complicating racial discourses and transnational exchanges.

In this special issue of Amerasia Journal, we seek to examine the ways in which visual representations have shaped political, socioeconomic, cultural, and ideological milieus on both sides of the Pacific across historical time and geographical space.  How have Asians, Asian Americans, and Pacific Islanders been portrayed and—in turn—portrayed themselves in museums, world’s fairs, international biennales, visual and performing arts, the media, literature, film and television, politics, and beyond?  How do imperialist sentiments still manifest themselves through the visual?  How are race and culture imagined and redefined from differing localities and time periods?  How can marginalized groups utilize the depiction of the non-West to refashion individual and national identities?  We invite submissions that delve into topics such as, but not limited to, the display of indigenous cultures in museums, the role of heritage sites and tourism in the fabrication of nationalism, the construction of race in electoral politics, the intersection of racial and gender discourses in film and television, the engendering of Otherness by peoples of color, the impact of political cartoons on nineteenth-century immigration legislations as well as comparative analyses across racial-ethnic groups.  We are particularly interested in essays that use interdisciplinary approaches and cross-cultural perspectives.

Submission Guidelines and Review Process:

The guest editors, in consultation with the Amerasia Journal editors and peer reviewers, make the decisions on which submissions will be included in the special issue.  The process is as follows:

  • Initial review of submitted papers by guest editors and Amerasia Journal editorial staff
  • Papers approved by editors will undergo blind peer review
  • Revision of accepted peer-reviewed papers and final submission

All correspondences should refer to “Amerasia Journal Exhibiting Race and Culture Issue” in the subject line.  Please send inquiries and manuscripts to Professor Constance Chen (cchen@lmu.edu), Professor Melody Rod-ari (mrodari@lmu.edu), and Dr. Arnold Pan, Associate Editor (arnoldpan@ucla.edu).

Identité ? Hybridité du japonisme (2 modestes réflexions à partir d’une interview de Gérard Noiriel)

Gérard Noiriel a donné une longue et intéressante interview au journal Le Monde : « Réhabiliter Chocolat, figure noire populaire » (20 janvier 2016) (Son interlocutrice était Esther Attias)

En voici deux extraits que je trouve particulièrement pertinents pour mes recherches sur les acrobates japonais en France:

(…)

Néanmoins, comme le rappelle Ta-Nehisi Coates dans « Une colère noire  » (…), la France s’est bâtie grâce à ses esclaves noirs…

Certes, mais ce fait historique ne suffit pas à créer une identité noire. Au XIXe siècle, en France métropolitaine, il y a une forte conscience de classe, mais il n’y a pas de communauté noire à proprement parler. Par exemple, on ne retrouve pas de solidarité ni de processus d’identification entre Chocolat, un prolétaire immigré, et les intellectuels noirs à Paris  : l’intellectuel haïtien Bénito Sylvain écrit dans La Fraternité, l’hebdomadaire qu’il a fondé, sans jamais citer Chocolat. Pour ces hommes de lettres, le cirque est soit trop aristocratique, soit trop populaire, et Sylvain n’apprécie pas que Chocolat puisse gagner sa vie en faisant rire les Blancs. Mais contrairement à ce qu’on voudrait croire, Chocolat n’est pas aliéné pour autant. A sa manière, il dessert l’étau des stéréotypes.

Mon commentaire: on observe le même phénomène avec les artistes de cirque japonais. Pour autant que je sache, leurs compatriotes en voyage ou en séjour d’études en France cherchaient avant tout à les éviter et à ne pas leur être associés. Dans le cas des Japonais de la fin du XIXe siècle, il faut aussi prendre en compte que les artistes de cirque jusque dans les années 1860 appartenaient aux « hinin », avaient un statut de parias, qu’ils n’ont officiellement perdu qu’à l’ère Meiji, sans que les stéréotypes ne s’arrêtent avec les changements légaux.

Pourquoi établir un lien entre les « minstrels  » américains et Chocolat  ?

Personne n’en parle dans l’historiographie française, mais je prétends qu’une partie de la culture populaire, notamment la musique et les chansons de ­cabarets, vient des minstrels. A l’époque, le mot « minstrel  » faisait partie des cinquante mots anglais les plus connus des Français. L’occultation dont Chocolat a fait les frais s’étend plus largement à l’apport de la culture afro-américaine. (…)

Mon commentaire: j’ai l’impression que les paroles de Gérard Noiriel pourraient s’appliquer au japonisme et son étude. On a tendance à le voir comme une relation binaire entre des Français, intellectuels ou artistes, et le Japon, alors que, bien souvent, il faudrait le considérer comme un phénomène triangulaire puisque les États-Unis et leurs marchands, artistes ou intellectuels servaient souvent de filtres ou d’interlocuteurs au japonisme français. Dans le cas des acrobates et artistes de cirque japonais de 1867, outre le fait qu’ils sont arrivés en France après avoir rencontré le public des Etats-Unis et s’y être adaptés, Schodt a bien montré dans son livre le rôle qu’avait joué l’impresario américain Risley dans la constitution de leur répertoire de tournée. Ce n’est pas un spectacle purement japonais que les Parisiens ont découvert aux marges de l’exposition universelle de 1867, même s’ils étaient convaincus d’assister à quelque chose d’inédit et de jamais vu.
(F.L. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe: How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (2012))

Symposium international : Genèse des études japonaises en Europe – autour du fonds Léon de Rosny –

Vu sur les Carnets du Centre Japon:

colloque

Symposium international organisé par le CECILLE (Centre d’Etudes en Civilisations, Langues et Lettres Etrangères) qui se tiendra les 23 et 24 novembre 2015 à l’Université Lille, Sciences Humaines et Sociales, Maison de la recherche.

Léon de Rosny (1837-1914), premier titulaire d’une chaire en langue et civilisation japonaises en France, est  au cœur du processus de la modernité intellectuelle du XIXème siècle, comme l’un des grands fondateurs des études japonaises en Europe.  Ce grand spécialiste des civilisations orientales et pré-colombiennes, a légué toute sa collection d’ouvrages en japonais et en chinois à la ville de Lille, sa ville natale. Or, d’après son testament, ces ouvrages ne peuvent être ni prêtés, ni sortis de la bibliothèque. Il incombe donc à la section des études japonaises de l’université de Lille de promouvoir cette précieuse collection d’ouvrages, pour certains très rares au Japon comme en France. Ce symposium marquera la première étape d’une recherche que nous espérons pérenne. Il sera l’occasion de présenter les résultats des travaux effectués dans le cadre des Partenariats Hubert Curien, le programme franco-belge Tournesol, qui a débuté en 2014.

Programme

Franco-Asian Connections and Intersections through Popular Culture

A toutes fins utiles, je recopie un extrait de la lettre électronique H-Japan:

Type:
Call for Papers
Date:
September 30, 2015
Location:
United States
Subject Fields:
Cultural History / Studies, Asian History / Studies

Asian pop music, comics, drama, film, graphic novels; these cultural products are increasingly present transnationally signaling new currents of popular culture and underscoring the interconnected nature of our globalizing world. Within the pan-Asian context, the concepts of “familiar difference” and of a collective Asian identity have catalyzed the fame of East/Southeast Asian singers and TV series (Iwabuchi, Recentering 15). In Western societies, the “culturally odorless” quality of mass-produced Japanese comics and animation film has facilitated their dissemination and reception (Iwabuchi, Recentering 27). Transnational media has therefore notably impacted both Asian and Western consumers. Yet modern technologies have siphoned Asian popular culture off to publics beyond the original targeted populations. Social and digital media in particular have facilitated access to these cultural products by minimizing potential economic and geographic divides. At the postcolonial Franco-Asian crossroads, where “Franco” encompasses the Hexagon yet also communities that self-identify as French-speaking, fans from non-Asian non-Western societies have been posting about and liking K-pop and Korean drama celebrities.

A(n) (re)examination of the origins and impact of popular culture will therefore unveil the unprecedented implications of soft (cultural) power. What forms of cross-cultural exoticism or familiarity have been attracting new viewership? How might these findings pertaining to media globalization push us to reassess the notion of cultural imperialism? And how could this new knowledge encourage (de)constructive dialogue and a self-(re)examination that calls for an inclusive de-centralized outlook on the implicated societies? This panel seeks to explore these significant yet minimally addressed questions in order to better understand the impetus behind and influence of the changing tides of cultural flows that are pervading the Franco-Asian world.

This panel welcomes papers that examine Franco-Asian connections and intersections through popular culture (e.g, pop music, TV series, film, comics, graphic novels). “Franco” can encompass the Hexagon and also comprise communities that self-identify as French-speaking. Possible themes can include but are not limited to: media globalization, cultural flows/imperialism, and soft (cultural) power.

Please submit abstracts via the NeMLA website: https://www.cfplist.com/nemla/Home/S/15639

Contact Info:

Assistant Professor of French

Saint Anselm College

Contact Email:

Kimono Wednesdays

Comme cela touche à un des thèmes de recherche de ce carnet, je signale les débats qui ont mené au Musée de Boston à l’annulation d’un événement, à modifier un programme d’activités: les « Kimono Wednesdays ». Les visiteurs y étaient encouragés à endosser une copie du kimono de Camille Monet devant son portrait même.

(Image postée par le Musée de Boston sur sa page Facebook, reprise depuis le site internet de la BBC)

Des critiques ont trouvé que cela était raciste, encourageait la dissémination de préjugés orientalistes et relevait de l’ « appropriation culturelle ».

Une des personnes qui a manifesté au musée aurait déclaré: « cela nous ramène aux expositions universelles en Europe, où les visiteurs venaient voir des Africains dans des cages » (the exhibit « goes back to the world exhibition in Europe where visitors would come see people in cages brought from Africa »).

On notera que la copie du kimono de Camille est une commande de la chaine de télévision publique japonaise NHK, passée lors du passage de tableaux de la collection de Boston au Japon l’année dernière. Les autorités et le public japonais n’y ont rien trouvé à redire, et on ne peut comprendre les critiques que dans leur environnement américain.

Si je suis sensible aux accusations d’orientalisme, je me permets toutefois de renvoyer à ce que j’avais écrit sur ce carnet après avoir vu le tableau à Kyôto: on ne peut le réduire à une expression de supériorité raciale.

De plus, je dois avouer que l’attitude de manifestants m’inquiète pour ma recherche: à suivre leur logique, j’ai bien peur qu’on devrait fermer ce carnet de recherche

Liens

Stand Against Yellow Face: le site tumblr officiel des opposants à l’activité Kimono Wednesdays

Communiqué du Musée de Boston (juillet 2015)

Elena Boffetta, Boston kimono exhibit in race row, BBC Trending 8 juillet 2015

Stephanie McFeeters, Tensions, questions at MFA’s reconfigured ‘Kimono Wednesdays’, The Boston Globe 9 juillet 2015

 Mise à jour du 14 juillet 2015

L’article d’Ines Mcgriff, Boston : une exposition jugée raciste envers les asiatiques, Le Figaro 10 juillet 2015 ajoute à la confusion: elle y lie, sans réelle justification, ce débat américain aux agressions dont la communauté asiatique est victime en France, comme une pétition adressée à Manuel Valls l’avait mis en lumière en juin 2015.

 Mise à jour du 19 juillet 2015

Seph Rodney, The Confused Thinking Behind the Kimono Protests at the Boston Museum of Fine Arts, Hyperallergic 17 juillet 2015, offre un bon résumé du débat et de ses apories.

Je recommande particulièrement l’article de Sophie Knight, Underneath the ‘Orientalist’ kimono, The Japan Times 18 juillet 2015. Elle y présente bien et succinctement les efforts de vendeurs et tailleurs japonais, passés et présents, pour exporter le kimono et le vendre comme vêtement national japonais, à la fois traditionnel et moderne.

Comme il est en accès payant, je n’ai pas lu l’article d’Alain Korkos, Boston : le lobby du obi, arretsurimage.net 18 juillet 2015, mais j’en salue le titre.

Mise à jour du 5 août 2015

Shaun O’dwyer, Of kimono and cultural appropriation, The Japan Times 4/8/2015 offre un article un peu trop bavard à mon gout, mais donne la parole à des marchands et producteurs de kimonos d’aujourd’hui. Il se finit par une citation de Kaori Nakano, professeure d’histoire de la mode à l’Université Meiji:

“Cultural appropriation is the beginning of new creativity. Even if it includes some misunderstanding, it creates something new.”

Les voies de l’orientalisme sont parfois savonneuses et sinueuses

On peut lire en ligne depuis peu un intéressant compte-rendu par Béatrice Gaillard du livre suivant:

Maury, Gilles: Le château Vaissier. Palais orientaliste d’un savonnier de Roubaix (1892-1929). 17 x 24 cm, 264 pages, 151 illustrations en noir, 23 en couleurs, ISBN : 978-2-7084-0947-7, 39 €
(Editions Picard, Paris 2013)

Publié en ligne le 2015-04-10
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2085

Palais Vaissier (Source de l’image: Charles-Olivier Bourgeot, Roubaix : « L’aventure des Savons du Congo » à La Piscine ou la fortune d’un industriel roubaisien, La Voix du Nord 28 avril 2015)

Le château Vaissier, ou Palais du Congo, a éte construit, entre Roubaix et Tourcoing, en 1892, pour l’industriel Victor Vaissier (1851-1923) par l’architecte roubaisien Édouard Dupire Rozan (1842-1901). Vaissier fit fortune avec le « savon du roi du Congo »; il voulait donc au début faire construire un edifice en rapport avec l’Afrique, mais il ne fut pas satisfait par les reconstitutions de village africain vues lors de sa visite à l’exposition universelle de 1889, et, à cause du thème de l’éléphant, animal commun à l’Afrique et l’Asie, il choisit donc de se faire construire un bâtiment « indien ». Il semble que son architecte travailla avec sérieux, chercha à bien se documenter et fournit un ouvrage remarquable.

Cet exemple montre bien que les voies de l’orientalisme sont parfois surprenantes et complexes.

Je suis aussi frappé par le fait que ce château fut si rapidement détruit, six ans seulement après la mort de son initiateur, sans que sa veuve ne semble avoir fait beaucoup d’efforts pour le préserver. Je me demande si des questions de goût et de mode ont joué en plus des raisons financières: serait-ce un acte anti-orientaliste ?

On voudrait aussi savoir si, malgré tout, ce bâtiment a eu une influence sur d’autres édifices dans la région.

Pour finir, je ne résiste pas au plaisir de citer le dernier « dessin du lundi » de la Revue XXI (27 avril 2015), Sacré(e) tour:

La tour japonaise de Bruxelles est un bel exemple du surréalisme à la belge. Commandée par le roi Léopold II à Alexandre Marcel, un architecte français, elle fut construite au début du XXème siècle avec l’argent du Congo.(…)

Ici aussi, l’orientalisme passerait par le Congo.

 

Quelques liens: