De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin

Grâce au bel article de Julien Béal, Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924), annoncé sur le carnet Gradiva (12 mai 2017), je me suis rappelé d’un document qui m’avait intrigué lors de mes dépouillements:

L’Exposition en famille. Revue illustrée de l’Exposition universelle de 1900 (Paris, 5 juin 1900), p. 13

C’est au pied de la Tour Eiffel que s’élève le palais du
Tour du Monde, monument imposant d’aspect indo-chi-

nois, construit par M. Alexandre Marcel, architecte mé-
daillé du Gouvernement, — et dont les tours colossales de
styles différents attirent de loin le regard par l’étrangeté de
leurs formes et la splendeur de leur ornementation.

Si nous pénétrons dans l’intérieur du monument nous
nous trouvons sous une coupole couvrant une superficie
de 2.400 mètres et abritant plus de 2.000 mètres de toile
peinte, œuvre de l’artiste Louis Dumoulin, peintre du
ministère de la Marine.

Dans sa composition générale : le tour du monde, l’ar-
tiste fait défiler devant nos regards émerveillés, les pays
les plus curieux desservis par les paquebots des Messa-
geries Maritimes : la Grèce, la Turquie, l’Egypte, les Indes,
la Chine, le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud, le Por-
tugal et l’Espagne.

Les vues reliées entre elles forment un colossal Pano-
rama dont les premiers plans seront occupés par des indi-

gènes des différents pays : (…)

Le panorama était remarquable notamment parce que des acteurs, musiciens ou artistes de rue venus de différents pays se produisaient devant la toile:

(p. 14) Des acrobates chinois, des escamoteurs indiens, des
charmeurs de serpents, des lutteurs japonais ne cesseront
d’animer les premiers plans sans cependant quitter le
rayon attribué à leurs pays.

Comme il n’est pas fait mention dans ces lignes de jongleurs ou d’acrobates japonais actifs devant le panorama et comme l’illustration des « Acrobates japonais »  ci-dessus est une copie d’une célèbre photographie de von Stillfried, je m’étais demandé pourquoi cette image apparaissait dans cette brochure ici.

Baron Raimund von Stillfried, Jeunes acrobates, Japon, 1870 (ca)

La réponse à cette question a été apportée par Julien Béal: lors de son voyage au Japon en 1888, Dumoulin a acheté plusieurs centaines de photographies à différents studios de Yokohama, photographies qu’il a ensuite exploitées et intégrées dans ses tableaux et, apparemment, dans le panorama de l’exposition universelle de 1900 (Dumoulin est retourné au Japon en 1897; d’après Béal, il a pris lui-même la plupart des photographies qu’il a rapportées de ce second voyage, même s’il en a alors aussi acheté d’autres).

Ainsi, comme le dit Béal, on retrouve un autre enfant acrobate dans le coin inférieur droit de ce tableau du Musée Guimet:

Louis Dumoulin (1860 – 1924), Le quartier des théâtres à Yokohama (vers 1888); (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservés

(Lisez ci-dessous l’utile commentaire de Julien Béal, que je remercie vivement, pour mieux apprécier l’œuvre de Dumoulin et comprendre la fonction graphique de ces enfants acrobates dans ses tableaux)

Liens de la semaine (11 août 2016)

Globalisation
Ressources
  • Archives du Tohoku Culture Research Center: 30,000 cartes postales et 2,000 photographies (en 2011; je ne sais pas ce qu’il en est actuellement, mais les liens vers le Center lui-même sont morts); recherche uniquement par mots japonais alors que les descriptifs des documents sont en grande partie bilingue; malheureusement, une conception du copyright d’apparence très restrictive; les documents semblent rarement datés.

Cirque Shibata (Copyright © Tohoku Culture Research Center)

  • Japan Magic Museum: un blog dynamique, uniquement en japonais, présentant des documents uniques sur les magiciens et l’art de la prestidigitation au Japon, interdit la reproduction des images qu’il présente, mais je ne vois pas très bien selon quelle loi.
Exposition virtuelle
Articulets Wikipédia créés par l’auteur de ce carnet

Yasuo Kuniyoshi au cirque à Paris

Avec ce billet, on s’éloigne du sujet de ce carnet de recherche, mais Yasuo Kuniyoshi fait l’objet d’une exposition importante au Smithsonian American Art Museum qui se termine à la fin de ce mois, et il me semble que cela vaut la peine de la signaler ici.

Exposition au Smithsonian American Art Museum, 3/4-30/8/2015

Kuniyoshi (1889-1953) (国吉 康雄) est un peintre né au Japon et venu s’installer très jeune aux États-Unis. À ce titre, il a souffert doublement du racisme ou de discrimination, en Amérique et dans son pays natal.

En 1925 et 1928, il a séjourné et étudié à Paris. et il semble que ces quelques mois en France ont fortement modifié son style et le sujet de ses peintures. Il se fait qu’il s’est alors intensément et durablement intéressé au cirque, puisqu’il continuera à y puiser son inspiration bien après être retourné en Amérique (voir, par exemple, Somebody tore my poster [1943], Disturbing Dream [1948], Fish Kite [ou Koinobori, 1950, partiellement reproduit ci-dessus]).

Yasuo Kuniyoshi (国吉 康雄) ([Public domain or Public domain], via Wikimedia Commons), Strong Woman and Child (1925)

Ci-dessus, un de ses tableaux les plus connus. On remarquera les drapeaux français.

Fête costumée à Woodstock (vers 1925)

Pour la petite histoire, je note qu’un autre de ses tableaux peint dans les mêmes circonstances a connu une certaine notoriété après avoir rencontré l’opprobe du président américain Harry Truman, qui aurait déclaré après l’avoir vu (Voir Barnhisel pour le contexte):

« If this is art, I’m a Hottentot »

Circus Girl Resting (1925) © Estate of Yasuo Kuniyoshi/Licensed by VAGA, New York, NY

Seul son titre permet de rattacher cette peinture au monde du cirque.

Il semble que Kuniyoshi ne se soit pas intéressé aux artistes de cirque japonais, mais, à cause du style de sa peinture, je ne peux en être sûr. Je me demande aussi s’il a rencontré Foujita lors de ses séjours en France. À cause de la volupté plantureuse de ces sujets, je me permets enfin d’attirer l’attention sur la vague ressemblance avec les peintures de Fernando Botero.

Lien et bibliographie complémentaire

  • PS:

On ne trouve pas grand chose sur Kuniyoshi dans le site internet Gallica, mais voici une image en plus pour ce blog:
Formes (Paris. 1929)
Formes (Paris. 1929)
Source: gallica.bnf.fr