Chocolat – le film (et un kimono)

Sortie en France: le 3 février (mais il y a eu des projections en avant-première)

Comme les recherches du présent carnet, le film puise son inspiration dans l’excellent livre de Gérard Noiriel; je suis donc très curieux de le voir et j’espère qu’il aura du succès et arrivera jusqu’au Japon.

L’Association DAJA et l’Association Les Petits Ruisseaux ont ouvert un site internet, http://clown-chocolat.com/, qui offrira à partir du 15 janvier un forum pour discuter du film, du livre de Noiriel et du personnage historique Chocolat.

On notera que, dans la bande annonce, Foottit porte un kimono est est déguisé en Japonais ou Japonaise, ce qui nous ramène au thème du travestissement/ transvestisme déjà abordé dans ce carnet.

ChocolatFilm1

Captures d’écran de la bande-annonce du film Chocolat (réalisées avec le site internet http://www.yooouuutuuube.com/)

 

 

 

Kimono Wednesdays

Comme cela touche à un des thèmes de recherche de ce carnet, je signale les débats qui ont mené au Musée de Boston à l’annulation d’un événement, à modifier un programme d’activités: les « Kimono Wednesdays ». Les visiteurs y étaient encouragés à endosser une copie du kimono de Camille Monet devant son portrait même.

(Image postée par le Musée de Boston sur sa page Facebook, reprise depuis le site internet de la BBC)

Des critiques ont trouvé que cela était raciste, encourageait la dissémination de préjugés orientalistes et relevait de l’ « appropriation culturelle ».

Une des personnes qui a manifesté au musée aurait déclaré: « cela nous ramène aux expositions universelles en Europe, où les visiteurs venaient voir des Africains dans des cages » (the exhibit « goes back to the world exhibition in Europe where visitors would come see people in cages brought from Africa »).

On notera que la copie du kimono de Camille est une commande de la chaine de télévision publique japonaise NHK, passée lors du passage de tableaux de la collection de Boston au Japon l’année dernière. Les autorités et le public japonais n’y ont rien trouvé à redire, et on ne peut comprendre les critiques que dans leur environnement américain.

Si je suis sensible aux accusations d’orientalisme, je me permets toutefois de renvoyer à ce que j’avais écrit sur ce carnet après avoir vu le tableau à Kyôto: on ne peut le réduire à une expression de supériorité raciale.

De plus, je dois avouer que l’attitude de manifestants m’inquiète pour ma recherche: à suivre leur logique, j’ai bien peur qu’on devrait fermer ce carnet de recherche

Liens

Stand Against Yellow Face: le site tumblr officiel des opposants à l’activité Kimono Wednesdays

Communiqué du Musée de Boston (juillet 2015)

Elena Boffetta, Boston kimono exhibit in race row, BBC Trending 8 juillet 2015

Stephanie McFeeters, Tensions, questions at MFA’s reconfigured ‘Kimono Wednesdays’, The Boston Globe 9 juillet 2015

 Mise à jour du 14 juillet 2015

L’article d’Ines Mcgriff, Boston : une exposition jugée raciste envers les asiatiques, Le Figaro 10 juillet 2015 ajoute à la confusion: elle y lie, sans réelle justification, ce débat américain aux agressions dont la communauté asiatique est victime en France, comme une pétition adressée à Manuel Valls l’avait mis en lumière en juin 2015.

 Mise à jour du 19 juillet 2015

Seph Rodney, The Confused Thinking Behind the Kimono Protests at the Boston Museum of Fine Arts, Hyperallergic 17 juillet 2015, offre un bon résumé du débat et de ses apories.

Je recommande particulièrement l’article de Sophie Knight, Underneath the ‘Orientalist’ kimono, The Japan Times 18 juillet 2015. Elle y présente bien et succinctement les efforts de vendeurs et tailleurs japonais, passés et présents, pour exporter le kimono et le vendre comme vêtement national japonais, à la fois traditionnel et moderne.

Comme il est en accès payant, je n’ai pas lu l’article d’Alain Korkos, Boston : le lobby du obi, arretsurimage.net 18 juillet 2015, mais j’en salue le titre.

Mise à jour du 5 août 2015

Shaun O’dwyer, Of kimono and cultural appropriation, The Japan Times 4/8/2015 offre un article un peu trop bavard à mon gout, mais donne la parole à des marchands et producteurs de kimonos d’aujourd’hui. Il se finit par une citation de Kaori Nakano, professeure d’histoire de la mode à l’Université Meiji:

“Cultural appropriation is the beginning of new creativity. Even if it includes some misunderstanding, it creates something new.”

« Péril jaune » et saltimbanques japonais

Je viens de finir le livre de Christopher Frayling, The Yellow Peril. Dr Fu Manchu & The Rise of Chinaphobia (2014), qui est un peu trop long à mon goût mais intéressant. Il n’y parle pas beaucoup du Japon, ni comme le dit Clements des États-Unis ou de la Chine, mais son étude de l’auteur des romans Fu Manchu, Sax Rohmer, est fascinante.

On y apprend entre autres qu’avant de devenir romancier Rohmer a exercé différents métiers au sein du music-hall. Or celui-ci, en Angleterre, à cette époque, a vu fleurir plusieurs magiciens pseudo-chinois, le plus connu étant Chung Ling Soo ou William Robertson, dont j’ai déjà parlé brièvement en mentionnant le film de Woody Allen, Magic in the Moonlight. Frayling montre bien que Fu Manchu, dans son apparence et son caractère, est directement façonné sur un magicien pseudo-oriental.

La guerre russo-japonaise est un moment important de l’histoire du concept de Péril jaune. Il me semble intéressant de constater que, dans l’imagerie occidentale, on retrouve souvent des images liées au cirque ou au music-hall pour décrire ce conflit et son issue.

Le merveilleux site du MIT, Yellow Promise/Yellow Peril. Foreign Postcards of the Russo-japanese War (1904-1905), sous le contrôle scientifique de J. Dower, en donne quelques exemples .
Voici d’abord une carte allemande, qui exploite l’image de l’ours russe et du dompteur, un artiste de cirque, mais qui d’habitude n’est pas particulièrement connoté japonais:

Dompteur japonais et ours russe

Voici une autre carte qui sera déjà plus familière pour qui connaît les cours de récréation des écoles maternelles japonaises :

Les échasses

La caricature suivante, française, montre un tour bien connu des artistes de cirque japonais : la toupie

Lanceur de toupies japonais et toupie russe

Si ces images ne font pas un lien direct entre l’armée japonaise et des artistes de cirque, la caricature suivante est beaucoup plus explicite, car elle nomme en toutes lettres la compagnie Barnum and Bailey:

Barnum & Bailey – Alliance anglo-japonaise

Remarquons que l’image ne correspond pas tout à fait a sa légende: loin de montrer une alliance, on y voit le soldat japonais en position de soumission et d’allégeance; on pourrait dire qu’il est recruté par la compagnie de cirque.

Images

Massachusetts Institute of Technology © 2014 Visualizing Cultures   

Bibliographie

Christopher Frayling, The Yellow Peril. Dr Fu Manchu & The Rise of Chinaphobia (Londres, 2014) (ISBN 978-0-500-25207-9)

J. Lovell, critique du livre de Frayling, The Guardian 30/10/2014

P. French, critique du livre de Frayling, The Observer 20/10/2014

J. Clements, critique du livre de Frayling, Manga 3/10/2014

 

Pour la comparaison: Mata Hari

J’emprunte la vidéo suivante au site internet de l’exposition Du Nô à Mata Hari. 2000 ans de théâtre en Asie au Musée national des arts asiatiques – Guimet (du 15 avril au 31 août 2015).

Mata Hari est un extraordinaire exemple d’imitation/adaptation européenne d’une pratique artistique asiatique, au succès et à la réputation bien connus.

Il est aussi remarquable qu’elle ait réussi à mêler (pseudo)érudition et sens du spectacle.
Son cas amène à réfléchir sur le rôle de l’érotisme dans le succès des acrobates japonais ainsi qu’à s’interroger sur son absence dans notre documentation (sous bénéfice d’inventaire) concernant les femmes membres des troupes japonaises de jongleurs et acrobates venues en Occident.

 

Magic in the Moonlight

Je profite de la sortie japonaise du film de Woody Allen, Magic in the Moonlight, pour en dire un petit mot ici.

L’action se passe en 1928. Le personnage principal est un Anglais (Stanley Crawford ) qui fait une carrière de magicien chinois sous le nom de Wei Ling Soo. Woody Allen s’est documenté et aurait construit son héros en se basant sur le magicien Chung Ling Soo (de son vrai nom William Ellsworth Robinson), ainsi que sur Houdini.

Chung Ling Soo

A côté des « magiciens chinois », il existait aussi des « magiciens japonais », et la question à laquelle je voudrais répondre dans mes recherches est évidemment celle de la sélection de la pseudo-origine de ces magiciens occidentaux: pourquoi se donnaient-ils une apparence chinoise, plutôt que japonaise ou indienne ? Comment se spécialisaient-ils au sein de l’orientalisme du music-hall et du cirque ?

Pour le plaisir, voici trois bandes-annonces du film, l’originale, la française et la japonaise:

Bibliographie

Wikipedia contributors, « Chung Ling Soo. » Wikipedia, The Free Encyclopedia. Wikipedia, The Free Encyclopedia, 20 Mar. 2015. Web. 9 Apr. 2015.

D. Walker, The Real (and More Interesting) World Behind Magic in the Moonlight, Religion Dispatches 16/9/2014

Expositions, kimonos et cartes postales

Il y a quelques semaines, je suis allé voir à Kyoto deux expositions liées au japonisme: 「ボストン美術館 華麗なるジャポニスム展」 (Le japonisme dans les collections du Musée de Boston) ( au Musée Municipal des Beaux Arts de Kyoto, ouverte jusqu’au 30 novembre) et l’exposition James Whistler au Musée d’Art Moderne de Kyoto, en face, qui ferme ce dimanche.

Les oeuvres exposées sont très belles et la cohérence des deux ensembles vaut le deplacement. Même si, comme souvent dans les musées au Japon, la scénographie des deux expositions, la mise en valeur des oeuvres manquent totalement d’originalité, les tableaux et objets sont parfaitement mis en valeur, et il n’y avait pas trop de monde quand j’y suis allé (et un tout grand merci aux gardiennes des deux musées qui m’ont très aimablement prêté un crayon pour remplacer le stylo-bille avec lequel je prenais des notes).

Bien sûr, j’ai cherché des représentations d’acrobates ou de jongleurs, mais je n’en ai pas trouvé.

Par contre, j’ai été frappé par le nombre d’oeuvres relevant d’un des thèmes de ma recherche, celui des Occidentaux qui s’habillent de vêtements japonais, thème magnifiquement mis en valeur par le tableau de Monet du Musée de Boston qui sert d’affiche à l’exposition de Kyoto : La Japonaise (1876).

La Japonaise (Claude Monet [Public domain], via Wikimedia Commons: https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AClaude_Monet-Madame_Monet_en_costume_japonais.jpg)

Le peintre y a représenté sa femme, Camille, souriante, coiffée d’une perruque blonde et vêtue d’un somptueux kimono. Ce kimono, empressons-nous d’ajouter, n’est pas un kimono féminin, mais un costume d’acteur.

Alors que la pose de Camille est ici dynamique et joyeuse, ce portrait s’inscrit dans une série de représentations de femmes occidentales habillées de vêtements japonais qui sont en général assises et pensives.

Ainsi, à l’exposition, on peut voir Méditation d’ Alfred Stevens (1872), Decorative head de Frank W. Benson (1894), Der Polster de Max Kurzweil (1903).

Alfred Stevens, Méditation

Frank W. Benson, Decorative head (1894)

Max Kurzweil, Der Polster (1903).

Il me semble interessant de noter que le thème d’une jeune femme habillée en kimono ou autre vêtement nippon a aussi connu un certain succès hors de l’art prestigieux de la peinture de portrait et du japonisme bourgeois. On le retrouve sur des photographies de cartes postales, particulièrement pour la période 1900-1910. Par exemple, une recherche sur le site de ventes http://www.delcampe.net avec les mots clefs « carte fantaisie japonaise » en donnera plusieurs échantillons. Il est remarquable de constater que, à la difference des portraits peints, la plupart des modèles sourient et prennent une pose coquette. C’est, me semble-t-il, un bel exemple de variation entre le japonisme bourgeois et le japonisme populaire, qui, ici, lui est postérieur.

 

Ecrivez-moi plus souvent

(Source de l’image: Japanese dress-up: Two sets of postcards made in France)

On remarquera que, contrairement aux artistes de cirque que j’étudie, on ne retrouve que des femmes déguisées ou habillées en Japonaises. Il n’y avait pas de portrait d’homme habillé en Japonais dans les deux expositions que j’ai visitées, et je n’en ai pas trouvé dans les sites de vente de cartes postales (S’il vous plait, n’hésitez pas à me démentir et me fournir des informations sur ce sujet si vous en connaissez).

Une des rares exceptions que je connaisse est le portrait photographique de Toulouse-Lautrec.

Toulouse-Lautrec

Je me demande donc si on n’a pas ici une autre différence entre japonismes bourgeois et populaire : le rôle des genres.

Ajout du 8 janvier 2016

Kitano Tsunetomi 北野恒富 (1880-1947); poster pour la société de sake Kiku Masamune 菊正宗; 1913 (Source de l’information: http://taishou-kun.tumblr.com/post/136761203832/kitano-tsunetomi-%E5%8C%97%E9%87%8E%E6%81%92%E5%AF%8C-1880-1947-girl-wearing-a)

Article du jour: Going “Native” in an American Borderland

Je recommande chaudement la lecture de l’article suivant:

ShiPu Wang, Going “Native” in an American Borderland: Frank S. Matsura’s Photographic Miscegenation,  »Trans Asia Photography Review » Volume 5, Issue 1: Photography and Diaspora, Guest Edited by Anthony W. Lee, Fall 2014 (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0005.103)

ShiPu Wang y présente bien les extraordinaires autoportraits photographiques réalisés par Frank Matsura, un Japonais qui a émigré aux Etats-Unis au début du vingtième siècle et tenu un studio de photographie à Okanagan, au Nord-Ouest des Etats-Unis (et en partie au Canada), de 1907 à 1913. Parmi ces autoportraits, il se met en scène notamment en compagnie d’Amérindiens et d’Amérindiennes, parfois en empruntant leurs costumes.

Ces photographies sont remarquables par la bonne humeur et l’humour qui semblent y régner, dans, apparemment, une atmosphère de respect et d’amitié.

Bien sûr, Matsura semble avoir été un immigrant exceptionnel ; issu d’une famille privilégiée de Kyushu, éduqué à Tokyo, parfait bilingue semble-t-il, il a réussi, par ses talents de photographe, à être accepté et reconnu par plusieurs strates sociales de sa ville d’immigration. Toutefois, ces photos doivent nous alerter qu’il existait des contacts de culture respectueux, conscients et plaisants même dans un contexte difficile comme celui des lois de contrôle de l’immigration japonaise et des lois opposées aux mariages interraciaux. Okanogan, WA - Frank Matsura photo 02A Par Joe Mabel [Public domain], via Wikimedia Commons

Lien

Washington State University, Frank S. Matsura Image Collection (base de données indexée)