Exposition: The Royal Zanettos

Il ne reste plus que quelques jours pour voir l’exposition organisée au Littlehampton Museum :

The Royal Zanettos Exhibition

Wednesday 23 July – Friday 19 September

Little Hampton Museum, The Royal Zanettos

Littlehampton Museum, The Royal Zanettos

(Provenance de l’image: Page Facebook du Littlehampton Museum)

(Provenance de l’image : http://www.visitlittlehampton.co.uk/whats-on/the-royal-zanettos-p1098501)

Le site internet, http://www.theroyalzanettos.com/, créé par Jane Koszuta, descendante de l’un de ces artistes de music hall et organisatrice de l’exposition, est extrêmement riche.

A la page « The Zanettos on stage », on peut voir plusieurs photos des Zanettos en costumes orientaux, notammment en costumes « japonais ». L’un d’entre eux s’habillait souvent, sur scène, en femme.

On peut aussi voir des coupures de journaux  américains de 1908 et 1912 ici, avec d’autres photos.

Les Zanettos sont aussi apparus sur scène en France ; j’y reviendrai plus tard.

Ils offrent un bel exemple d’imitation européenne des artistes de cirque japonais ainsi que du transvestisme parfois pratiqué au cirque et au music-hall.

C’est ici l’occasion de souligner la valeur et l’intérêt de recherches généalogiques quand elles sont exposées et mises à la disposition de tout un chacun sur internet.

When Chocolat meets the Kiriki

Scholars and scientists are often asked how they started a project and what triggered their research. For the topic of this blog, I can bring a straightforward answer.

First I read a review of Noiriel’s book, Chocolat in the daily newspaper Le Monde. It rose my curiosity, and I bought the book. I enjoyed it so much that I could not stop reading before reaching its end.

I was fascinated by its use of electronic resources, particularly the digitalized collection of the national Library in France. And as a male Caucasian living in Japan, that is as a privileged immigrant encountering sometimes curious situations, I became interested in the distinction Noiriel offered to do between prejudices and systemic racism.

Then I remembered having read in newspapers about a short silent film, Kiriki, acrobates japonais.

Logically I submitted a query at the Gallica website with this phrase; its results were many and surprising, and I decided to explore further the situation of Japanese acrobats in France.

 

Links

Les Kiriki – Acrobates japonais

La fille de Chocolat et des Kiriki

On demande souvent aux chercheurs en sciences humaines et aux scientifiques comment l’idée de leur travail leur est venue. Dans le cas de la recherche qu’accompagne ce blog, la réponse est simple. Après la lecture du compte-rendu d’Antoine de Baecque dans le Monde, j’ai commandé le livre de Gérard Noiriel, Chocolat, et, une fois commencé, je n’ai pu lâcher le livre avant de l’avoir fini. Non seulement, l’histoire individuelle de ce clown est intéressante, mais j’ai trouvé stimulante la distinction que fait Noiriel entre préjugés et racisme, et les hypothèses d’évolution qu’il propose. Ici, je ne cacherai pas me sentir personnellement concerné par cette distinction et ses conséquences, comme je suis un homme d’origine européenne vivant au Japon rencontrant parfois des situations déplaisantes ou incompréhensibles au premier abord, qu’il s’agit d’analyser à leur juste valeur pour éviter les malentendus ou la naissance de sentiments pénibles.

Noiriel, Chocolat, clown nègre

Je fus aussi fasciné par l’emploi systématique que fait Noiriel des collections numérisées de Gallica et des recherches qu’elles permettent.

Je me souvins alors d’un petit court métrage muet dont on avait beaucoup parlé dans les journaux à l’époque de sa numérisation, « Les Kiriki – acrobates japonais« .

Les Kiriki – Acrobates japonais

Je fis donc tout simplement la recherche « acrobates japonais » sur le site de la BNF.Les résultats me surprirent, ouvrirent une série d’autres questions, et c’est ainsi que la présente recherche commença, mélange de hasards de lectures, de digitalisation et de vie quotidienne.

Annexe bibliographique: