Où est le jongleur japonais de Lonza ?

Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure des artistes vivans...
Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure des artistes vivans…
Source: gallica.bnf.fr

On peut lire dans le catalogue du Salon de 1877 la notice suivante:

Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure des artistes vivans...

LONZA (Antonio): né à Trieste (Autriche), élève de l’Académie de Venise.
A Rome, Corso, 4, et passagiata de Ripetta, 16 et, à Paris,
chez M. F. Petit, rue Saint-Georges, 7.
1381 – Un jongleur japonais.

Sur le site internet http://www.maestrionline.it/artisti/724/AntonioLonza, on affirme que le tableau, « Il giocoliere giapponese« , est maintenant (ora) à Berlin. Je n’ai trouvé aucune autre trace de cette oeuvre sur internet.
Si vous en savez plus ou avez des pistes de recherche, je vous serais très reconnaissant de laisser un message ici.

Merci d’avance

Ajout du 14 juin 2016

Voir la notice d’œuvre dans la base de données « Salons 1673-1914 » du Musée d’Orsay

(Petit) compte rendu du jour dans le Japan Times

Grâce à un petit article de Mike Sonda,‘License to Play’ compiles research on all things ludic in Japanese culture, dans le Japan Times du 28 mars 2015, je découvre la parution du livre de Michal Daliot-Bul, License to Play: The Ludic in Japanese Culture (2014).

License to Play

D’après le site internet de son éditeur, Daliot-Bul étudie dans ce livre les concepts de sakariba (盛り場) (quartier d’amusement et de commerce) et de misemono (見世物) (choses extraordinaires que l’on montre en spectacle), monde dans lequel vivaient les acrobates de la fin de l’époque Edo. Il faudra donc que j’y jette un oeil.

Il semble aussi que ce livre soit une invitation supplémentaire à approfondir le concept de japonisme ludique.

Jouets américains

Je découvre avec joie le musée et le site internet The Strong®, un musée du jouet, situé à Rochester aux États-Unis. À l’heure où j’écris, 61774 objets sont présents en ligne et on peut réutiliser ces informations sous la licence Creative Commons CC BY-NC-ND 4.0 (Attribution – Pas d’Utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International)

Dans ses collections, le musée possède quelques jouets en rapport avec les acrobates japonais (Je ne suis pas certain de les avoir tous retrouvés parce que je ne suis pas sûr d’avoir parfaitement compris leur système d’index).

Figurines en papier découpé

http://www.museumofplay.org/online-collections/2/3/78.42

The Boston Sunday Globe (1896)

Acrobate americain, acrobate arabe, acrobate japonais

Remarquons que l’iconographie de l’acrobate japonais n’est pas exceptionnelle (un soleil sur sa poitrine); je n’aurais pu l’identifier sans la légende de l’image.

Le jouet suivant ressemble à un théâtre de papier.

http://www.museumofplay.org/online-collections/2/3/78.42

1896

Il s’agit aussi d’un supplément à un journal, sans doute The Boston Herald ( ??? je n’arrive pas à lire le deuxième mot).

Si le décor de clairière paraît quelque peu incongru, on peut admirer la variété des numéros représentés (exercices au bambou, à l’échelle, à la toupie, numéro antipodiste avec un enfant, …).
Je ne connais pas de jouet similaire en France, mais ma recherche ne fait que commencer. Il existe par contre d’autres jouets, comparables à celui que Gérard Noiriel a commenté dans son livre sur le clown Chocolat. Je les présenterai brièvement dans un prochain billet sur ce blog.

Article du jour: le Palácio da Bolsa et la fin des Tokugawa en Europe

On parle dans les journaux d’une découverte au Palais de la Bourse (Palácio da Bolsa) de Porto. On s’est rendu compte que le blason des Tokugawa (figurant des feuilles de rose trémière) avait été peint dans les annees 1860 au plafond du Palais, dans la « cour des Nations ». Cet emblème aurait été recouvert d’un autre blason national après que les nouvelles de la fin des Tokugawa ont atteint l’Europe.

 

Cette histoire rappelle le sort des premiers acrobates japonais partis du Japon sous le régime des Tokugawa et qui effectuaient une tournée en Europe au moment du changement de régime. Alors que les gazettes européennes parlaient abondamment des événements, les artistes de cirque japonais sont restés dans l’ignorance ce ce qui se passait pendant plusieurs mois. Je ne serais pas surpris que leurs managers se soient efforcés de leur cacher les nouvelles.

 Bibliographie

ポルトガルの壁画下に「葵紋」、修復中に発見, 読売新聞 27/02/2015

Tokugawa shogunate’s crest discovered in Portugal painted underneath mural, The Japan News 2 mars 2015 (article auquel j’emprunte l’illustration ci-dessus)

 

Porto-Palácio da Bolsa-Pátio das Nações-20142910

Daniel VILLAFRUELA [GFDL or CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Sur cette photo, on peut reconnaitre l’emblème qui a recouvert le blason des Tokugawa à droite de l’angle de la cour