Note de lecture: Acrobates de Tanger

Mohammed Telhine, Acrobates de Tanger. Les artistes de La Troupe (2013)

La lecture d’ Acrobates de Tanger a été extrêmement intéressante pour moi parce que le type de matériau, de sources, que son auteur a utilisé est complètement différent de celui auquel j’ai eu à faire jusqu’à présent dans mes propres recherches sur les acrobates japonais. Il s’agit d’un choix délibéré de son auteur, Mohammed Telhine, puisque les sources écrites journalistiques et les affiches de cirque, par exemple, existent aussi pour les acrobates nord-africains. Telhine, lui, a choisi de rassembler une collection de témoignages oraux, et on peut lui en être reconnaissant parce qu’il y avait urgence, vu l’âge avancé de ses interlocuteurs. Comme il se base sur des témoignages oraux, son enquête remonte rarement au-delà de la Deuxième guerre mondiale, et cela me pousse à remettre en question le terme final que j’avais choisi, 1945, pour ma propre enquête. Il serait certainement judicieux de voir à rassembler les témoignages oraux d’acrobates japonais, s’il y en a, après 1945 pour compléter mes recherches.

De ces témoignages marocains, je retiens les traits suivant:

  • les très mauvaises conditions de travail, de sécurité physique ou contractuelle. Le « muqaddem », l’organisateur de la troupe d’acrobates, confisque les passeports de ses artistes, souvent ne paie pas les membres de sa troupe, ne veille pas à leur santé, ne les forme pas. Il n’est pas rare que le contrat soit signé entre le manager et les parents de l’acrobate, qui restent au Maroc pendant que celui-ci voyage et travaille. Il n’est pas payé directement, mais l’argent est versé à ses parents. Il est facile d’imaginer les irrégularités qui s’ensuivent.
  • Peu d’acrobates marocains ont travaillé en dehors de l’Europe et des États-Unis. Seuls un d’entre eux s’est produit en Afrique du Sud, et deux autres sont allés en Asie (Vietnam, Indonésie et Japon).
  • Beaucoup d’acrobates deviennent polyglottes, ce qui leur permet de se recycler en guides ou accompagnateurs de voyages au Maroc après la fin de leur carrière d’acrobates.
  • Le nombre d’unions mixtes est très élevé: mariages avec des femmes de pays européens ou américaines. Un témoin, cependant, est extrêmement pessimiste vis-à-vis de ces unions, affirmant qu’elles finissent toutes en divorces. Souvent, les acrobates marocains se marient deux fois sans qu’ils divorcent officiellement dans le pays de leur première union.
  • Plusieurs acrobates ont des carrières mixtes; ils alternent passages dans des cirques et travaux en usine, hors de leur pays d’origine. Parfois, ils étudient pour acquérir d’autres savoirs et obtenir différents diplômes ou certificats d’aptitude professionnelle.
  • Beaucoup d’acrobates regrettent le peu de prestige dont bénéficie leur métier au Maroc et comparent amèrement le mépris dans lesquels on les y tiendrait et leur vie de stars du cirque, en contact avec des stars de la télévision ou du cinéma.
  • Quelques superstitions et interdits religieux: pas d’entrainement le vendredi et ne pas prononcer certains mots (je me demande quels pouvaient être les usages pour les acrobates japonais).
  • le travail de chorégraphes modernes, en collaboration avec d’anciens acrobates professionnels, pour essayer de garder la mémoire de l’acrobatie au Maroc et la développer dans de nouvelles directions.

(Voici deux exemples)

  • À propos du racisme, les acrobates marocains ne semblent pas être très critiques vis-à-vis de l’Europe (à l’exception des garçons de café français). Au contraire, plusieurs témoins soulignent la curiosité bienveillante dont ils étaient l’objet et les rencontres amoureuses que cela leur a offertes. Par contre, à plusieurs reprises, ils mentionnent le racisme dont ils ont été victimes, eux ou leurs comparses, aux USA, non en fonction de leur origine, mais directement en fonction de la couleur de peau de certains d’entre eux. Ces différences de racisme ont bien évidemment apporté des chocs et causé des expériences très déplaisantes.

Article du jour: cirque et discrimination

Au 19e siècle, le cirque est un des endroits où se déploie le spectacle des variétés humaines, où les hypothèses du discours racial se testent. Des hiérarchies humaines se font et de défont en fonction des talents des artistes et des préjugés des spectateurs et organisateurs. Le racisme s’y exerce et s’y montre, mais s’y voit aussi contredit par les qualités individuelles et la solidarité professionnelle. Des rencontres et des histoires d’amour entre gens de provenances variées se nouent aussi autour des pistes et dans les loges.
Malheureusement, au 21e siècle, le cirque est encore un lieu qui donne l’occasion au racisme et aux amateurs de discrimination de s’exprimer. C’est attristant.
Voir l’article de C. Bourgneuf, Vandalisme, actes racistes : les déboires parisiens du cirque Romanès, Libération 16 octobre 2015 pour plus d’informations.

How many Japanese acrobats in France?

One of the nagging problems of my research is assessing the numerical importance of the phenomenon I study. I have the impression that there were many Japanese acrobats and other circus artists active in France, but I do not have any figure to confirm my impression. By chance, I just found some information that might be relevant for this topic. In 1914, Japan declared war against Germany, which was quite unexpected. As a consequence, the German government gathered all Japanese residents in Germany and sent them to different camps, anticipating American policy after Pearl Harbor’s attack. According to Naraoka, as quoted by Matsunuma, most Japanese had time to flee from Germany, and only 126 people were kept prisoners. One fifth of them were circus artists.

It is difficult to assess how this figure compares with the usual proportion before 1914. One can imagine that circus artists did not have the means to quickly escape Germany and go to Japan, nor did they have good information channels through official circles to anticipate the official internment decision. On the other hand, one may consider that the itinerant life of circus artists prepared them to emergency situations and made it easy for them to leave any place in haste without being encumbered by luggage or other features of a sedentary life (bank accounts for instance).

All in all, the figure of 20% of Japanese residents in Germany being circus artists seems to be an interesting start for further consideration. Even if, in absolute terms, 20 to 30 individuals for the whole of Germany is not much, the high proportion made by these acrobats and jugglers and their public visibility are important features of Japanese presence in this country. I will have to compare circus histories in Germany and France to see if this proportion in Germany might correctly apply to France.

Naraoka’s book seems also interesting for the individual stories it reveals. For instance, Matsunuma mentions in her review the story of a Japanese boy sold by his parents to circus people when he was 5 years old, going to Europe with a Trans-Siberian train, his hard life and multiple injuries and his illiteracy.

Reference

Miho Matsunuma, « Naraoka Shōchi 奈良岡聰智 « Hachigatsu no hōsei » o kiita Nihonjin. Daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo « Doitsu yūheiki » 「八月の砲声」を聞いた日本人 ― 第一次世界大戦と植村尚清 「ドイツ幽閉記」(Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo) », Ebisu 51, 2014. URL : http://ebisu.revues.org/1528

(French version for this entry: http://acrobates.hypotheses.org/278)

Des acrobates qui entendirent tonner « les canons d’août »

« Naraoka Shōchi 奈良岡聰智 « Hachigatsu no hōsei » o kiita Nihonjin. Daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo « Doitsu yūheiki » 「八月の砲声」を聞いた日本人 ― 第一次世界大戦と植村尚清 「ドイツ幽閉記」(Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo) »

Par hasard, j’ai lu l’intéressant compte-rendu par Miho Matsunuma du livre de Shōchi Naraoka consacré aux Japonais internés en Allemagne en 1914. J’y apprends une information très utile pour ma recherche: la majorité des ressortissants japonais avaient eu le temps de quitter l’Allemagne et seules 126 personnes ont été internées. Plus d’un cinquième d’entre eux sont classés comme « artiste de spectacle », « artiste de cirque » ou « acrobate ».

Je ne pense pas que cette proportion puisse être appliquée aux Japonais en Allemagne avant le début du conflit; j’imagine qu’elle est plutôt symptomatique de la pauvreté ou de la mauvaise capacité de s’informer de ces artistes.

L’un d’entre eux est présenté avec quelques détails:

« il s’agit d’un individu né au Japon et mis en nourrice, mais en réalité vendu, à l’âge de cinq ans, à un chef de troupe de cirque, qui a pris par la suite le Transsibérien pour faire des tournées en Europe. Au cours de ses années d’apprentissage, le garçon fut maltraité et blessé à de nombreuses reprises. En 1914 il croit avoir vingt et un ans. Il ne parle pas bien le japonais et est illettré. »

Voilà qui montre aussi, si vraiment il fallait le démontrer, l’intérêt des sources japonaises pour les artistes de cirque nippons en France en particulier, en Europe en général.

Référence:

Miho Matsunuma, « Naraoka Shōchi 奈良岡聰智 « Hachigatsu no hōsei » o kiita Nihonjin. Daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo « Doitsu yūheiki » 「八月の砲声」を聞いた日本人 第一次世界大戦と植村尚清 「ドイツ幽閉記」(Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo) », Ebisu [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 09 octobre 2015. URL : http://ebisu.revues.org/1528