Liens du mois (27 novembre 2016)

 

Grande Collecte 2016 – D’une rive à l’autre de la Méditerranée : l’Afrique et la France aux XIXe et XXe siècles

Par le blog Africa4, j’apprends l’heureuse initiative des Archives de France: la Grande Collecte:

Un grand appel est donc lancé au public afin de collecter et de numériser des documents traitant des relations entre l’Afrique et la France du XIXe au XXe siècle. La Grande Collecte 2016 embrassera tous les aspects de cette communauté de destin : échanges commerciaux, scientifiques ou culturels, collaboration économique, immigration, mais aussi événements politiques, militaires et diplomatiques. Les personnes ou les familles conservant des documents datant de cette époque, tels que des journaux intimes, des carnets, des correspondances, des photographies, des tracts ou des affiches, sont invitées à les faire connaître auprès des services partenaires afin de les sauver de l’oubli. L’opération permettra ainsi d’enrichir deux siècles d’histoire franco-africaine, en mettant en lumière l’action des populations civiles et la réalité des parcours individuels.

C’est l’occasion pour moi d’attirer l’attention sur les voyages des acrobates et jongleurs japonais ou de leurs imitateurs occidentaux en Afrique du Nord, dans le cadre de réseaux d’artistes de cirque et de cabaret. Par exemple, on peut lire ceci dans le guide d’Édouard Dallès, Alger, Bou-Farik’, Blidah et leurs environs : guide géographique, historique et pittoresque (2e édition) (Alger, 1888), p. 112:

Donc, n’hésitez pas à apporter vos documents, quels qu’ils soient, aux Archives.

Jonglerie aux Jeux Olympiques de 1896 ?

Lors de la préparation de mon cours Area Studies: Europe. Sports in Europe à l’université Kansai Gaidai, j’ai découvert sur YouTube la vidéo suivante:

Les premières secondes semblent montrer l’épreuve de lever à un bras, une categorie d’haltérophilie qui n’existe plus actuellement. Dans la deuxième partie de cette courte vidéo, on peut voir un athlète couché sur le dos faire tourner brièvement un haltère avec ses pieds, un acte typique des jongleurs icaristes. Il finit son acte par un petit saut élégant, presque un salut, qui donne l’impression qu’il est observé par des juges.

Dans le rapport officiel du CIO sur les jeux (p. 65-66; 93-94 du fichier PDF), il n’est fait aucune allusion  à la jonglerie ou l’utilisation des jambes pour soulever des poids ou jouer avec des haltères.

Il est toutefois fait mention du fait suivant, survenu hors compétition:

Pendant ce concours, se produit un incident assez curieux, qui peut faire juger de la force herculéenne du Prince Georges. Tandis qu’un serviteur traînait avec beaucoup de peine un haltère, le Prince le soulevant, le jette à distance avec la plus grande facilité. Les spectateurs applaudissent et acclament le Prince.

Évidemment, il est loin d’être assuré que ces images aient bien été filmées en 1896  à Athènes (voir ici, pour un exemple de confusion avec les jeux « intermédiaires » de 1906).

Comme on peut voir en arrière-fond ce qui ressemble à une compétition de lutte, la jonglerie n’a sans doute pas eu lieu pendant une cérémonie d’ouverture ou de clôture.

Un athlète qui s’échauffe ou s’amuse pendant son échauffement ? un contexte tout autre que celui annoncé sur YouTube ?

Si vous avez des suggestions ou la réponse  à ma question, n’hésitez pas  à laisser un commentaire.

Parution récente: Une histoire du cirque

Pour information, je recopie ceci depuis le site internet de la BNF:

Une histoire du cirque | Éditions de la Bibliothèque nationale de France

Sous la direction de Pascal Jacob

Conçu par le grand spécialiste du cirque Pascal Jacob, cet ouvrage très richement illustré propose une histoire du cirque, depuis ses origines jusqu’à ses formes les plus contemporaines.

C’est à partir de 1770 que le cirque se développe en Europe, en Angleterre d’abord, axé essentiellement sur le cheval. À la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 1930, c’est l’âge d’or du dressage aux États-Unis, dans un cirque en pleine expansion, notamment grâce au développement du chemin de fer. Puis viennent la révolution du cirque soviétique, les acrobaties chinoises et le renouveau du cirque avec les écoles françaises, belges ou canadiennes. Au fil des pages, affiches, dessins et estampes racontent chaque discipline du cirque et nous entraînent à travers le monde dans un voyage haut en couleur.

Informations pratiques

Description
Relié, 240 pages, 180 illustrations, 21 x 29,5 cm
Date de parution

6 octobre 2016
ISBN/EAN

978-2-7177-2722-7 /
9782021303612,
978-2-02-130361-2

Editeurs

  • BnF Éditions
  • Seuil

Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (8)

蜘蛛舞 (東湖八坂神社) (秋田県潟上市-男鹿市):Kumomai (entre les villes de Katagami et Oga, Préfecture d’Akita) (le 7 juillet, au sanctuaire Toukoyasaka)

Kumomai = La danse de l’araignée

Un homme costumé en rouge se livre à quelques contorsions sur des petits câbles tendus entre des arbres dressés sur un petit bateau.

A mon avis, on ne peut pas vraiment parler d’acrobaties; je ne mentionne ceci que par souci d’exhaustivité comme ce festival est repris dans le catalogue de l’exposition Misemono d’Osaka.

D’après le site internet officiel de la Préfecture, le festival aurait plus de mille ans.

Bibliographie non vue:

稲雄次. « 宮座の乏少地域の東北地方の一事例: 東湖八坂神社祭統人行事の場合. » (= One Case Example in Tohoku Area with less Miya-za : The Tonin Festival of Tokoyasaka Shrine )  国立歴史民俗博物館研究報告= Bulletin of the National Museum of Japanese History 161 (2011): 77-87.

Voir aussi le Site de la Préfecture d’Akita: 東湖八坂神社例大祭