Liens du mois (décembre 2017)

« Phaedra insista également sur les difficultés à effectuer des stages, liées aux préjugés raciaux : enseigner à de jeunes Anglaises alors que l’on est « visiblement » différente était un véritable défi, souvent voué à l’échec… »

Cirques et monuments publics (4): Louis Cyr

Monument à Louis Cyr (Montréal) (Photographie de Jeangagnon — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=53610580

« Le monument à Louis Cyr est une sculpture de Robert Pelletier (1914-1984)1 situé dans le quartier Saint-Henri à Montréal. Il fut inauguré en juin 1973 dans le square Élizabeth, renommé parc des Hommes-Forts en 1994. »2.

Devant cette œuvre, nul ne peut être insensible à l’expression de puissance, de dignité et de beauté qui s’en dégage. Au-delà d’un hommage à l’homme, ce magnifique monument évoque l’admiration que suscite la force physique dans la tradition populaire québécoise. En effet, le Québec a toujours été une terre fertile pour les hommes forts, dont les prouesses ont acquis valeur de symbole : celui du combat instinctif de l’homme contre la nature. Le monument Louis Cyr constitue également un symbole de fierté envers notre patrimoine historique et, à une plus grande échelle, une invitation à l’excellence et au dépassement de soi (Anne-Marie Sigouin).

(Photographie par Jeangagnon — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20421506)

Louis Cyr
Pour plus de renseignements sur cette carte, voir le site de l'UQAM ci-dessous

Troupe de Louis Cyr et son épouse; carte postale de 1908 (?)

Comme je n’ai pas beaucoup de temps, je me permets de renvoyer aux notices Wikipedia (en français et en anglais) sur Louis Cyr. Elles semblent très riches en informations.Louis Cyr était un hercule de cirque, mais aussi un propriétaire de cirque, un impresario et un manager, responsable de la programmation, et concepteur de décors et de costumes3.
.

Louis Cyr, photo non datée  (La Vie au grand air (23/2/1902), p. 124)

Inscriptions sur le monument
  • « Louis Cyr. 1863-1912 »
  • « Louis Cyr. L’homme le plus fort de tous les temps »
  • « Mon but n’est pas tant de relater des faits personnels, que de répandre le goût de la culture physique et servir la cause de l’athlétisme dans notre province. Louis Cyr »
  • Plaque explicative sur le monument Louis Cyr (Photographie par Jeangagnon — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=43575578)

    On notera l’absence d’allusion au cirque dans ces inscriptions. La statue est un monument de piété familiale, qui est devenu ensuite public.

Voir aussi

Ajout du 31 décembre

Des amis canadiens (Merci Robert et Keith) m’ont gentiment fait comprendre que j’avais sous-estimé la réputation de Louis Cyr au Canada, et particulièrement au Québec: il est vraiment une figure, une légende nationale. A ce titre, par exemple, il apparait encore souvent dans les manuels scolaires, notamment les manuels de français ou de français Langue Seconde.

Voir, par exemple:

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Cirques et monuments publics (4): Louis Cyr ». Publié sur Acrobates japonais en France le 29/12/2017. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/1185.
  1. Robert Pelletier était sculpteur, mais aussi professeur d’anatomie à la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal. []
  2. Contributeurs à Wikimedia Commons, ‘File:Monument Louis Cyr 22.JPG’, Wikimedia Commons, , 28 novembre 2016, 23:46 UTC, <https://commons.wikimedia.org/w/index.php?title=File:Monument_Louis_Cyr_22.JPG&oldid=223545192> []
  3. Serge Fisette, Robert Pelletier, sculpteur : Louis Cyr, vers la création d’un monument : Entretien avec Anne-Marie Sigouin, Espace Sculptures 72 (2005), p. 25-27, p. 26.URI http://id.erudit.org/iderudit/10271ac. []

The Greatest Showman

Je ne peux manquer de signaler la sortie imminente aux États-Unis d’une comédie musicale basée sur la vie de Barnum.

On trouvera le site officiel du film ici (mais il est assez pauvre en informations, je trouve).

La fiche IMdb est plus complète. J’y vois que Yusaku Komori joue le rôle de « Chang » et Danial Son celui de « Eng ». Il est donc probable que le film fasse une petite allusion aux artistes et troupes asiatiques qui faisaient partie de l’entreprise Barnum.

Le film sortira en France en janvier 2018 et au Japon en février.

Voici un exemple d’affiche avec un fildefériste japonais du cirque Barnum and Bailey:

Affiche de 1898; Tibbals Circus Collection ht2000209

Flaubert au cirque

Après ma petite recherche sur le Japon dans la nouvelle édition électronique de la correspondance de Flaubert, j’ai voulu voir ce qu’il avait écrit sur le cirque.

Cette recherche lexicographique n’apporte presque pas de résultat: pas d’occurrence pour « acrobate/s », une mention de « sorciers magiciens astrologues » et d’un saltimbanque au Caire en 1850, de « jongleurs nègres » en 1857 quand Flaubert fait allusion à ses voyages. Flaubert se compare plusieurs fois, lui-même ou l’artiste en général, à un saltimbanque.

Je publie néanmoins cette entrée de carnet, pour le plaisir de mettre en lumière le beau passage ci-dessous. On dirait du Céline.

  • (Pléiade II 620), 28 juillet 1856

À LOUIS BOUILHET

(…)

Quelle belle soirée j’ai passée vendredi dans les coulisses du Cirque, en Compagnie du coiffeur de ces dames ! Frédérick Lemaître1 l’avait saoulé, et Person l’avait achevé. – Il était plus rouge que les boîtes de fard étayées sur la table de toilette, il ruisselait de cold-cream, de sueur et de vin. Les deux quinquets casse-pétaient de chaleur. La fenêtre ouverte laissait voir un coin de ciel noir. Des costumes de théâtre jonchaient le parquet. Person gueulait dans les mains de l’artiste aviné qui lui tirait les cheveux. J’entendais les danses de la scène et l’orchestre. Je humais toutes sortes d’odeurs de femmes et de décors, le tout mêlé aux rots du perruquier. – Énorme, énorme ! Et mon inconvénient de culotte ajoutait à mon excitation.

 

  • (Pléiade III 139) à Caroline Commanville , Croisset, 25 janvier 1861

J’ai reçu tantôt la visite de Grimaux2 qui est venu m’inviter à déjeuner pr dimanche prochain afin d’aller ensuite voir des lutteurs au cirque St-Sever3 de sorte qu’après demain, ma journée sera entièrement perdue.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Flaubert au cirque ». Publié sur Acrobates japonais en France le 14/12/2017. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/1302.
  1. Je pense qu’il s’agit du fameux acteur Frédérick Lemaître. []
  2. J.-A. Grimaux, un habitant de Rouen. []
  3. Il s’agit sans doute du Cirque impérial à Rouen, mais je n’en suis pas complètement sûr. []

Tout ce cirque

Mise à jour (8 décembre): si vous vous intéressez à la partie « enfant de la balle » de la biographie de Johnny Hallyday, il faut lire l’article remarquable de Philippe Boggio, Comment Jean-Philippe Smet est devenu Johnny Hallyday, Slate.fr (6 décembre 2017).

A la lecture de ses nécrologies, je découvre que Johnny Hallyday était un « enfant de la balle ». Son père était un artiste de cabaret, mais il a vite disparu de la vie de son fils. Celui-ci a été élevé par sa tante paternelle, en compagnie de ses deux filles. Une de ses cousines épousa un danseur américain. Ils étaient tous les deux artistes de music-hall et le futur Johnny Hallyday les suivait dans leurs tournées. Il fait dans ce cadre ses premières expériences de spectacle public, tout en suivant des cours par correspondance à l’école des enfants du spectacle.

J’ai essayé en vain de trouver des traces, articles ou photos de la troupe The Hallidays sur Gallica.fr ou Europeana.eu. On peut voir ici une photo de la cousine de Johnny Halliday, Desta, et de son mari, Lee, en 1952 à Paris, dans leurs numéro  » A la Nouvelle Eve ».

Le chanteur a donné une version romancée de son enfance dans la chanson  » Je suis né dans la rue « .

Une de ses chansons, de 2009, s’intitule « Tout ce cirque«  (Les paroles et la musique sont créditées à Emmanuelle Cosso [l’écrivaine ?], Cécile Gibaud et Daran). Elle est un bon résumé de l’image littéraire du cirque, son mélange d’ombre et de lumière et ses éternels recommencements.

Sitographie
Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Tout ce cirque ». Publié sur Acrobates japonais en France le 07/12/2017. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/1317.

Flaubert : dans les marges du japonisme

Daniel Darc, La Princesse Méduse, illustré par les frères Régamey (1880).
« de la vraie démence ! » (voir ci-dessous)

 

Grâce au blog de Pierre Assouline, La république des livres, j’ai eu le plaisir de découvrir une nouvelle pépite d’internet; l’édition électronique par le Centre Flaubert (Université de Rouen) de la correspondance de Flaubert: http://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/index.php, et j’ai essayé de voir ce que cet auteur pouvait penser du Japon. Bien peu si l’on en juge par les résultats suivant:

  • Japon: 2 occurrences (Attention, l’index des lieux ne contient pas le mot « Japon ».)1
  • Japonais: 4 occurrences
  • Japonaise: 3 occurrences
  • Japonaises: 3 occurrences

Des recherches sur différents noms de lieu (Tokyo, Edo, Kyoto, Yokohama, Nagasaki, …)  ou sur des mots comme mousoumè, geisha, shogun, mikado n’ont rien donné.

Flaubert, par ses amitiés littéraires et sa vie sociale, connaissait probablement bien le japonisme, mais comme le montre sa critique des illustrations du roman de Daniel Darc (pseudonyme de Marie Régnier) par les frères Régamey, il ne semble pas personnellement y goûter2 .

On voit aussi dans les passages ci-dessous l’importance que jouent les expositions universelles pour propager l’image du Japon au-delà des cercles d’amateurs de ce pays et sa culture. Même une basse-cour japonaise  pouvait être un spectacle exotique.

Plusieurs points me restent mal compris: je me demande quelle est la cuisine japonaise que pouvait servir la princesse Mathilde et ce qu’est la « pancarte japonaise » de Marguerite Charpentier. On ne saura sans doute jamais ce que Flaubert voulait dire par « Tantôt j’ai été empêché par la pluie & par le Japon. » dans sa lettre à Léonie Brainne.

Date Destinataire

Texte

Volume de l’édition Pléiade
 15 septembre 1846 Emmanuel Vasse de Saint-Ouen

si tu peux me dénicher quelque recueil de poésies ou de vaudevilles quelquonques plus ou moins facétieux composés par des Arabes, des Indiens, des Perses, des Malais, des Japonais ou autres, tu peux me l’envoyer. si tu connais quelque bon travail (revue ou livres) sur les religions ou les philosophies de l’Orient, indique-le-moi.

 I 344
20 mai 1873 Caroline Commanville (nièce de Flaubert)

Quand tu viendras ici, n’oublie pas de m’apporter : 1° le gd cordon de sonnette qui a dû être remis lundi dernier, chez toi. 2° mes portraits de japonaises.

IV 663
11 décembre 1873 Caroline Commanville

en sortant du bureau télégraphique du gd hôtel, j’ai rencontré Cernuschi. – Demain je déjeune chez lui. après quoi il me montrera ses curiosités japonaises.

IV 752
7 mars 1874 Marguerite Charpentier

Je reçois votre pancarte japonaise au moment où je venais de vous prévenir que ma Ière n’a lieu que mercredi !

IV 777
27 mai 1878 Edma Roger des Genettes

Paris commence à m’écœurer fortement. Quand je l’habite depuis plusieurs mois, il me semble que tout mon être s’en va par mille pertuis & se répand au niveau du trottoir. ma personnalité s’envole, comme fêlée par le contact des autres. Je me sens devenir cruche. – et puis, l’idée seule de l’Exposition me fatigue. – j’y ai été deux fois – La vue générale du haut du Trocadéro est vraiment splendide. Cela fait rêver à des Babylones de l’avenir. Quant aux détails, ce qui m’a le plus amusé c’est une basse-cour japonaise. Il faudrait trois mois, à quatre heures par jour pr connaître tout ce qu’il y a dans ces « gdes assises de la civilisation ». Le temps me manque. Il faisons notre métier !

V 385
29 juillet 1878 Princesse Mathilde

J’étais invité auj hier à aller à Chenonceaux pr l’inauguration de la statue de P. L. Courier. ce l Cette « petite fête de famille » ne m’a pas séduit. vu le nombre de reporters qui ont dû l’émailler. J’aimerais mieux m’en aller chez vous, goûter à la cuisine japonaise – sûr d’avance que je la trouverais exquise.

V 410
11 juin 1879 Léonie Brainne

Tantôt j’ai été empêché par la pluie & par le Japon. – je vous expliquerai ça

 V 656
19 novembre 1879 Marie Régnier Commentaire sur son livre (paru sous le nom de plume Daniel Darc) La princesse Méduse (1880), en particulier sur ses illustrations (de Félix et Frédéric Régamey) , que Flaubert ne semble pas aimer

Mais je suis Hindigné contre vos illustrations. Quel dessin ! & quelles inventions ! Est-il possible d’exécuter plus lourdement la littérature ! Le frontispice, surtout, est de la vraie démence. Le portrait d’une cocotte pr figurer un être idéal ! Tout ce qu’il y a de plus connu & poncif, sous prétexte de nous faire rêver à l’insaisissable ! Grévin dans l’azur ! Non, ma parole d’honneur, j’en suffoque de colère ! Et les cassures japonaises en bas des draperies. Prquoi le Japon ? Mais le chic ! le chic ! Charpentier se pâme là devant, je suis sûr !

 V 745
2 février 1880 Léon Hennique Commentaires sur le livre de Hennique

[p. ]185. Le maître & le valet se labourant la peau, à coups de poignards ! Vous croyez peut-être que ça ferait rire ? Mais imaginez du sang qui coulerait, & on ne rirait plus. (Seulement la sa l’action ici est amenée trop vite). & puis il y a encore eu des gens comme ça – & il y en a encore ! Pendant l’Exposition de 1867, des Japonais à Paris & à Marseille se sont livrés à deux duels p de ce genre – & Comme pénitence, les Bouddhistes en font autant.  & en France, à l’heure qu’il est certains catholiques ! tels que Mr Dupont, de Tours – (voy. l’A  La Foire aux reliques & L’Arsenal de la dévotion de Paul Parfait).

 V 810
11 février 1880 Edmond de Goncourt

« L’ami Flaubert » s’est bassiné l’œil cet après-midi avec vos Albums japonais. – Mais je ne voudrais pas me livrer souvent à de pareils régals de m de couleurs – car je retombe plus gémissant sur mon roman philosophique !!! Prquoi la Fatalité veut-elle que je prenne toujours des sujets abominables !

(…)

C’est charmant, exquis (& instructif) ce que vous dites des Albums japonais – des lutteurs, des robes de femmes, du plaisir qu’ils se donnent avec l’eau, etc. – Oui, mon cher ami, sans blague aucune, c’est bien troussé ! – & si tout est comme ça, ce sera un livre chouette.

 V 824
Annexe:

Article Wikipédia créé lors de l’écriture de ce carnet: Marie Régnier

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Flaubert : dans les marges du japonisme ». Publié sur Acrobates japonais en France le 01/12/2017. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/1291.
  1. Ajout du 9 décembre: Grâce à la réactivité dynamique de Danielle Girard, le mot a maintenant été ajouté à l’index. Merci à elle pour son gentil message. []
  2. On peut sans doute comparer cela avec l’attitude de Flaubert vis-à-vis des illustrations choisies par Charpentier, leur éditeur commun, pour son texte Le Château des Cœurs (1880); voir Tomoko Hashimoto, « Gustave Flaubert, Kokoro no shiro (Le Château des Cœurs [en japonais]), traduit, présenté et annoté par Kayoko Kashiwagi », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 05 avril 2016. URL : http://flaubert.revues.org/2513 []