Quinze ans de ma vie (II): Contrats et embrouilles

Les acrobates et artistes de music-hall japonais n’ont pas laissé beaucoup de souvenirs personnels, et il faut user de la comparaison pour mieux connaître leurs conditions de travail. Voici ce que Loïe Fuller raconte à propos du début de sa carrière en Europe (en 1894 ?), de ses contrats et de ses rapports avec divers impresarios. Tout n’est sans doute pas vrai, mais cela donne une certaine idée de son environnement de travail, qui correspond à celui des artistes de cirque japonais, et qui ressemble aussi à ce que l’on sait des acrobates marocains.

Je n’en décidai pas moins de signer avec le directeur du théâtre allemand de New-York un contrat qui m’assurait soixante-quinze dollars au lieu de cinq cents. Mais le but, après une tournée en Europe, était Paris.

(…)

Nous abordâmes en Allemagne. Mon directeur vint à notre rencontre et nous emmena à Berlin. Mais, à mon grand ennui, je ne devais pas débuter avant un mois et n’arrivais même pas à savoir par quelle ville je commencerais.
Un mois d’oisiveté !
Enfin, j’appris que j’allais débuter, non à l’Opéra, comme mon impresario me l’avait promis au départ, mais dans un music-hall!… L’Opéra était fermé et le music-hall était le seul endroit où je pouvais danser.

(…)

A Berlin, mon impresario de New-York me tenait en son pouvoir et je devais paraître où bon lui semblait.

Si, avant de signer le contrat, il m’avait dit où je devais danser, j’aurais refusé. Mais lorsque l’époque de mes débuts arriva j’étais sans ressources et absolument à sa merci.

(…)

Après un mois, mon directeur allemand m’informa qu’il ne désirait pas continuer mon contrat. Il allait retourner en Amérique avec une troupe
qu’il était venu tout exprès pour engager en Allemagne. Il me paraissait clair que sa seule raison de m’amener en Europe avait été de se procurer les moyens d’engager et de ramener cette nouvelle troupe.

(…)

Le directeur quitta Berlin avec sa troupe, après avoir ramassé tout l’argent qu’il pouvait tirer de moi, et ne me laissant que juste de quoi payer l’hôtel lorsque j’aurais fini le contrat qui me liait
au music-hall de Berlin. Je n’avais plus alors aucun engagement en vue. J’appris qu’il touchait pour moi dix mille marks, soit douze mille cinq cents francs par mois. Et il ne m’avait donné que 1,600 francs !… Que devais-je faire ? Mes débuts à Berlin avaient été déplorables et devaient avoir une influence des plus nuisibles sur ma carrière en Europe. Ma poche était vide, ma mère malade. Pas le moindre espoir d’engagement, personne pour nous aider.

Un agent théâtral, alors inconnu, et qui est devenu directeur de théâtre depuis, M. Marten Stein, vint me voir et j’essayai de rester au music-hall où j’étais. J’avais juste à  faire des concessions si on voulait me garder une semaine ou deux de plus, juste le temps de gagner de quoi partir et d’attendre un nouvel engagement qui viendrait
peut-être. Je pensais à Paris plus que jamais. Ah ! si je pouvais y aller.

Sur ces entrefaites, M. Marten Stein me procura une dizaine de représentations dans un des jardins d’Altona, le faubourg joyeux de Hambourg. J’amassai là quelques centaines de marks qui nous permirent d’aller à Cologne où je dus danser dans un cirque entre un âne qui reconnaissait la personne la plus bavarde de la société et un éléphant qui jouait de l’orgue de barbarie. Mon humiliation était complète.

Depuis, les occasions ne m’ont point manqué de reconnaître que le voisinage des chevaux extra- lucides et des éléphant mélomanes est moins humiliant que le voisinage de certaines hommes.
Enfin, je partis pour Paris !…

Pour économiser le plus possible, il nous fallut voyager en troisième, chose inconnue en Amérique.

Des acrobates qui entendirent tonner « les canons d’août »

« Naraoka Shōchi 奈良岡聰智 « Hachigatsu no hōsei » o kiita Nihonjin. Daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo « Doitsu yūheiki » 「八月の砲声」を聞いた日本人 ― 第一次世界大戦と植村尚清 「ドイツ幽閉記」(Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo) »

Par hasard, j’ai lu l’intéressant compte-rendu par Miho Matsunuma du livre de Shōchi Naraoka consacré aux Japonais internés en Allemagne en 1914. J’y apprends une information très utile pour ma recherche: la majorité des ressortissants japonais avaient eu le temps de quitter l’Allemagne et seules 126 personnes ont été internées. Plus d’un cinquième d’entre eux sont classés comme « artiste de spectacle », « artiste de cirque » ou « acrobate ».

Je ne pense pas que cette proportion puisse être appliquée aux Japonais en Allemagne avant le début du conflit; j’imagine qu’elle est plutôt symptomatique de la pauvreté ou de la mauvaise capacité de s’informer de ces artistes.

L’un d’entre eux est présenté avec quelques détails:

« il s’agit d’un individu né au Japon et mis en nourrice, mais en réalité vendu, à l’âge de cinq ans, à un chef de troupe de cirque, qui a pris par la suite le Transsibérien pour faire des tournées en Europe. Au cours de ses années d’apprentissage, le garçon fut maltraité et blessé à de nombreuses reprises. En 1914 il croit avoir vingt et un ans. Il ne parle pas bien le japonais et est illettré. »

Voilà qui montre aussi, si vraiment il fallait le démontrer, l’intérêt des sources japonaises pour les artistes de cirque nippons en France en particulier, en Europe en général.

Référence:

Miho Matsunuma, « Naraoka Shōchi 奈良岡聰智 « Hachigatsu no hōsei » o kiita Nihonjin. Daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo « Doitsu yūheiki » 「八月の砲声」を聞いた日本人 第一次世界大戦と植村尚清 「ドイツ幽閉記」(Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo) », Ebisu [En ligne], 51 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 09 octobre 2015. URL : http://ebisu.revues.org/1528