Liens de la semaine (23 juillet 2016)

Histoire de l’anthropologie française
Cirques aujourd’hui
Émigration japonaise

Deux expositions sur l’émigration japonaise

On peut voir en ce moment au Kansai deux expositions en rapport avec l’émigration japonaise:

  1. Au Musée Municipal des Beaux-Arts d’Itami: Haruo Ohara

Exposition Haruo Ohara, Musée Municipal des Beaux-Arts d’Itami, 18 juin- 18 juillet 2016

Haru Ohara était un fermier photographe amateur. Né en 1909 dans la Préfecture de Kochi, il a émigré, avec sa famille, en 1927 au Brésil, ou il a travaillé dans des fermes, en particulier des fermes de café, tout en ayant une grande famille. Il est devenu propriétaire de terres dans les années 30. Autodidacte, il mêle dans ses photographies clichés de la vie quotidienne et expériences artistiques (recherches abstraites, jeux de lumière, …). Certaines images sont très belles; la visite de l’exposition est très plaisante. Je ne sais si c’est un effet de la sélection des organisateurs de l’exposition ou de la personnalité et des intérêts d’Ohara, mais, à la vue des photos de famille ou des travaux agricoles, on ne peut vraiment comprendre quelle fut l’expérience migratoire d’Ohara (le lecteur pourra en juger par lui-même en cliquant ci-dessous pour se rendre sur le beau site de l’IMS; j’ai l’impression que les « obras » présentées sont les mêmes que celles visibles à l’exposition) Ses clichés semblent détachés de toute contingence historique ou sociale: on n’y voit pas de confrontation, de tension raciale ou de difficultés économiques. Les petits bonheurs familiaux et des vues élégiaques de la nature sont les thèmes de prédilection du photographe. Ohara est mort en 1999; la photographie la plus récente de l’exposition date de 1974. En 2008, sa famille a fait don de ses négatifs et de ses archives (plus de 20.000 objets) à l’Instituto Moreia Salles.

Haruo Ohara, Nuages du matin (1952) (Instituto Moreira Salles Collection )

Liens et bibliographie

2. La vie de Yasukichi Murakami

Exposition Yasukichi Murakami; Université de Wakayama, 10 juin – 29 juillet 2016

Je n’ai pas encore vu l’exposition. Son sous-titre est : « La vie de Yasukichi Murakami (1880-1944), un Japonais de Wakayama qui a émigré en Australie, vue à travers les photographies qu’il a envoyées à sa mère ». Je dois avouer que, dans le cadre de ce carnet, la photo du coin inférieur gauche de l’affiche m’intrigue beaucoup.

Liens