Ressource du jour: East Asia Image Collection (Lafayette College)

Je recopie une information parue sur la liste électronique H-Japan:

Russo-Japanese War Postcards: Satire, Propaganda, and Graphic Arts at the East Asia Image Collection

Richard Mammana Japanese Empire Postcard Collection

We have just posted 147 Japanese and European postcards about the Russo-Japanese War. The Japanese cards exhibit bold design elements and extol military heroism. The European cards illustrate popular opinion about international relations. Fears of the « Yellow Peril, » and varied appraisals of Japan as the newest member of the imperialist club, are also prominent. Open-access resource for scholars and teachers.

http://digital.lafayette.edu/collections/eastasia

Sincerely,

Paul D. Barclay

Associate Professor of History, Lafayette College

General Editor, East Asia Image Collection

Sauf erreur de ma part, on ne trouve pas d’acrobate ou de jongleur japonais dans cette collection électronique de documents liés à la guerre russo-japonaise, mais je suis de nouveau frappé comme celle-ci apparait dans les caricatures comme un spectacle observé par les nations européennes; les caricatures la présentent comme un combat de sumo, un combat de coqs, ou une rencontre de gladiateurs auxquels assistent de manière plus ou moins active les pays européens.

Le vœu de l'Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Le vœu de l’Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Voici le célèbre tableau cité par la carte postale:

Gérôme, Pollice verso (1872), via Wikimedia Commons

On trouve aussi ans la collection de documents du Lafayette College deux cartes postales qui donnent à voir un point de vue japonais, d’une part sur des acrobates de rue chinois, d’autre part, sur une exposition coloniale tenue à Osaka en 1913, pendant laquelle, à la manière de ce que la recherche française récente a appelé « zoo humain », des indigènes taïwanais furent offerts à la curiosité publique.

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji ( 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji – 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Note de lecture: caricature, acrobates japonais et singes

I.J. Miller, The Nature of the Beasts. Empire and Exhibition at the Tokyo Imperial Zoo (2013), p. 53-56, présente une analyse subtile d’une caricature de Bigot:

Georges Bigot, Monsieur et Madame vont dans le monde, illustration pour le magazine Tobae, 1887. (Source de la reproduction: http://www.artsetsocietes.org/f/f-index59.html)

La caricature, publiée au Japon, en partie pour un lectorat capable de lire les kanjis, est ambiguë puisqu’elle mêle racisme, darwinisme et critique sociale des efforts maladroits de certaines élites japonaises pour adopter des coutumes occidentales. Comme le montre Miller, cette critique n’est pas seulement le fait d’étrangers exprimant un sentiment raciste de supériorité, mais fait partie du débat national japonais.

Les acrobates japonais sont souvent comparés à des singes. Voici, par exemple, un extrait du journal La Nature 13 (1885) p. 248-250, donc non pas, insistons, une critique d’un spectacle mais un article se prétendant de vulgarisation scientifique:

Certains gymnastes présentent cette particularité de se servir de leurs pieds comme moyen de préhension dans les exercices qu ils exécutent. A ce point de vue ils se rapprochent des singes et arrivent à rivaliser avec ceux-ci comme agilité ou bien à les imiter d une façon saisissante. Les gymnastes japonais excellent surtout sous ce rapport et l’on se rappelle que l’un d’eux s’est exhibé à Paris il y a quelques années sous le nom d’ homme singe. Revêtu d’un costume approprié à son rôle il grimpait le long d’une perche, s’accrochait par les pieds à une corde, se balançait ainsi, sautait, gambadait, faisait des culbutes et exécutait en un mot une multitude d’exercices aussi bien si ce n’est mieux que n’eût pu faire un singe réel. Une troupe de Japonais qui s’est montrée en 1884 dans divers théâtres et cirques de Paris exécutait également des tours extraordinaires et les gymnastes qui la composaient se servaient aussi avec une grande habileté et une grande énergie de leurs pieds nus. Parmi les exercices exécutés par cette troupe, les plus remarquables étaient les suivants (fig 3):

Je pensais que cette comparaison n’était que physique et visuelle, mais je me demande maintenant si elle ne s’appuyait pas aussi, consciemment ou non, sur le thème général du Japon imitateur de l’Occident.

On n’en oubliera pas pour autant que les acrobates japonais seront eux-mêmes rapidement imités par des artistes de cirque occidentaux, en un retournement ironique des caricatures.

Quelques liens:

« Péril jaune » et saltimbanques japonais

Je viens de finir le livre de Christopher Frayling, The Yellow Peril. Dr Fu Manchu & The Rise of Chinaphobia (2014), qui est un peu trop long à mon goût mais intéressant. Il n’y parle pas beaucoup du Japon, ni comme le dit Clements des États-Unis ou de la Chine, mais son étude de l’auteur des romans Fu Manchu, Sax Rohmer, est fascinante.

On y apprend entre autres qu’avant de devenir romancier Rohmer a exercé différents métiers au sein du music-hall. Or celui-ci, en Angleterre, à cette époque, a vu fleurir plusieurs magiciens pseudo-chinois, le plus connu étant Chung Ling Soo ou William Robertson, dont j’ai déjà parlé brièvement en mentionnant le film de Woody Allen, Magic in the Moonlight. Frayling montre bien que Fu Manchu, dans son apparence et son caractère, est directement façonné sur un magicien pseudo-oriental.

La guerre russo-japonaise est un moment important de l’histoire du concept de Péril jaune. Il me semble intéressant de constater que, dans l’imagerie occidentale, on retrouve souvent des images liées au cirque ou au music-hall pour décrire ce conflit et son issue.

Le merveilleux site du MIT, Yellow Promise/Yellow Peril. Foreign Postcards of the Russo-japanese War (1904-1905), sous le contrôle scientifique de J. Dower, en donne quelques exemples .
Voici d’abord une carte allemande, qui exploite l’image de l’ours russe et du dompteur, un artiste de cirque, mais qui d’habitude n’est pas particulièrement connoté japonais:

Dompteur japonais et ours russe

Voici une autre carte qui sera déjà plus familière pour qui connaît les cours de récréation des écoles maternelles japonaises :

Les échasses

La caricature suivante, française, montre un tour bien connu des artistes de cirque japonais : la toupie

Lanceur de toupies japonais et toupie russe

Si ces images ne font pas un lien direct entre l’armée japonaise et des artistes de cirque, la caricature suivante est beaucoup plus explicite, car elle nomme en toutes lettres la compagnie Barnum and Bailey:

Barnum & Bailey – Alliance anglo-japonaise

Remarquons que l’image ne correspond pas tout à fait a sa légende: loin de montrer une alliance, on y voit le soldat japonais en position de soumission et d’allégeance; on pourrait dire qu’il est recruté par la compagnie de cirque.

Images

Massachusetts Institute of Technology © 2014 Visualizing Cultures   

Bibliographie

Christopher Frayling, The Yellow Peril. Dr Fu Manchu & The Rise of Chinaphobia (Londres, 2014) (ISBN 978-0-500-25207-9)

J. Lovell, critique du livre de Frayling, The Guardian 30/10/2014

P. French, critique du livre de Frayling, The Observer 20/10/2014

J. Clements, critique du livre de Frayling, Manga 3/10/2014