Marius et jeu des couteaux

Une petite note pour vous demander de pardonner mon silence de vacances.

Je profite de l’annonce de la naissance de Marius (pour MARseille Images Universelles et Singulières), site de la ville de Marseille dédié à ses archives numérisés, pour présenter un spectacle de music hall qu’on n’associe sans doute plus au Japon, le lancer de couteaux.

Le jeu des Couteaux (Japon)

Le jeu des Couteaux (Japon); Image publicitaire : Chocolats Cie Méridionale Phocéen Parfait, Marseille \ recto (20eme siecle ?); MHM81_5_128; Marseille, Musée d’histoire; © Musées de Marseille

Merci J. Chafii, Marius : le nouveau site dédié aux archives marseillaises, Archimag (22 aout 2017)

Adresse: http://marius.marseille.fr/marius/jsp/site/Portal.jsp

 

Liens de la semaine (11 août 2016)

Globalisation
Ressources
  • Archives du Tohoku Culture Research Center: 30,000 cartes postales et 2,000 photographies (en 2011; je ne sais pas ce qu’il en est actuellement, mais les liens vers le Center lui-même sont morts); recherche uniquement par mots japonais alors que les descriptifs des documents sont en grande partie bilingue; malheureusement, une conception du copyright d’apparence très restrictive; les documents semblent rarement datés.

Cirque Shibata (Copyright © Tohoku Culture Research Center)

  • Japan Magic Museum: un blog dynamique, uniquement en japonais, présentant des documents uniques sur les magiciens et l’art de la prestidigitation au Japon, interdit la reproduction des images qu’il présente, mais je ne vois pas très bien selon quelle loi.
Exposition virtuelle
Articulets Wikipédia créés par l’auteur de ce carnet

Ressource du jour: East Asia Image Collection (Lafayette College)

Je recopie une information parue sur la liste électronique H-Japan:

Russo-Japanese War Postcards: Satire, Propaganda, and Graphic Arts at the East Asia Image Collection

Richard Mammana Japanese Empire Postcard Collection

We have just posted 147 Japanese and European postcards about the Russo-Japanese War. The Japanese cards exhibit bold design elements and extol military heroism. The European cards illustrate popular opinion about international relations. Fears of the « Yellow Peril, » and varied appraisals of Japan as the newest member of the imperialist club, are also prominent. Open-access resource for scholars and teachers.

http://digital.lafayette.edu/collections/eastasia

Sincerely,

Paul D. Barclay

Associate Professor of History, Lafayette College

General Editor, East Asia Image Collection

Sauf erreur de ma part, on ne trouve pas d’acrobate ou de jongleur japonais dans cette collection électronique de documents liés à la guerre russo-japonaise, mais je suis de nouveau frappé comme celle-ci apparait dans les caricatures comme un spectacle observé par les nations européennes; les caricatures la présentent comme un combat de sumo, un combat de coqs, ou une rencontre de gladiateurs auxquels assistent de manière plus ou moins active les pays européens.

Le vœu de l'Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Le vœu de l’Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Voici le célèbre tableau cité par la carte postale:

Gérôme, Pollice verso (1872), via Wikimedia Commons

On trouve aussi ans la collection de documents du Lafayette College deux cartes postales qui donnent à voir un point de vue japonais, d’une part sur des acrobates de rue chinois, d’autre part, sur une exposition coloniale tenue à Osaka en 1913, pendant laquelle, à la manière de ce que la recherche française récente a appelé « zoo humain », des indigènes taïwanais furent offerts à la curiosité publique.

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji ( 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji – 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Deux (trois) liens intéressants: excuses américaines et une carte chinoise bilingue japonais-anglais

Faute de temps pour écrire une note complète, je recommande la lecture des deux blogs suivants:

(…) La Cour suprême de Californie a rendu le 16 mars 2015 une décision vouée à rester dans les annales. La Cour décida d’admettre à titre posthume au Barreau de Californie Hong Yen Chang, (…)

[Elle] accède donc à la demande d’admission posthume formée par les descendants de Chang et par une association d’étudiants en droit d’origine asiatique. La décision de 1890, juge nouvellement la Cour suprême, a privé Chang du droit constitutionnel à l’« égale protection de la loi » (Equal Protection of the Laws). De nombreux autres impétrants d’origine asiatique au Barreau de Californie, concéda la Cour, furent empêchés comme Chang d’exercer pour des motifs tenant à la race et/ou à la nationalité. « Un chapitre sordide » de l’histoire et de l’Amérique, selon les mots de la Cour.

Je recommande aussi ce blog pour sa discussion de ce que les Américains d’origine asiatique doivent au mouvement des droits civiques.

Carte postale de Tianjin, années 1940

La carte postale a une légende bilingue, anglais et japonais:

  • (lu de droite à gauche) 村から町へ旅芸人 (mura kara machi he tabigeinin), « baladins itinérants venus de la campagne à la ville ». En fait, mon traitement de texte refuse de m’écrire le 2e kanji de « tabigeinin » sur la carte postale, qu’on n’utilise plus, et me donne son équivalent contemporain. (Merci N.K. pour son aide à lire ce mot)
  • Travelling performer

Il me semble intéressant que les éditeurs de cette carte aient pensé qu’elle pouvait trouver tout aussi bien des acheteurs japonais que des amateurs occidentaux, que le jongleur chinois et sa musicienne accompagnatrice soient exotiques selon plusieurs points de vue.

Ressource du jour: le Fonds Gustave Soury

La ressource que je signale aujourd’hui est de taille impressionnante et très bien indexée, ce qui la rend d’autant plus précieuse. Je suis sans doute fainéant, mais je ne vois pas comment je pourrais mieux résumer et présenter ce fonds: je recopie donc la notice du site internet Patrimoine numérique:

Fonds Gustave Soury, 1880-1914

Gustave Soury (1880-1966), peintre animalier et affichiste passionné par le mode forain et le cirque, a rassemblé une documentation considérable qui a été léguée à sa mort au Mucem (anciennement Musée National des Arts et Traditions Populaires (MNATP)). Cette collection est composée de 4617 photographies, 2331 cartes postales ainsi que plus de 600 affichettes-programmes des spectacles de la Foire entre 1880 et 1914. Les photographies et cartes postales ont été classées par lui en 31 albums thématiques très bien documentés : chaque image est dotée d’une légende, d’une date et d’une localisation.

État du projet
Fonds numérisé
Année de dépôt du projet
2008
Année de fin du projet
2008
Financement
Plan de numérisation du ministère de la culture (en : 2008)

Informations techniques

  • Nombre d’images : 10 000
  • Modalité de la numérisation : Directe
  • Types de documents numériques : Image fixe (TIFF)
  • Prestataire de numérisation : externe

Standards utilisés :

  • Méthode d’inventaire informatique de la DMF

  • Thésaurus François Garnier

  • XML

A titre d’exemple, voici une photo de Melle Rosina et sa notice:

photographie
Nom de la collection Album n°14 du fonds Soury
Légende Mlle Rosina, indou japonaise juggler à cheval et sur la boule
Auteur Anonyme
N° de la collection Sou.14
N° de la photo Sou.14.1.2
Technique Tirage 14 x 9,2 monochrome
Original ou contretype Original
Mots-clés Ecuyère, jongleur
Mode d’acquisition Legs de Gustave Soury
Date d’acquisition 1966
Informations historiques Historique du fonds
Commentaires Légende manuscrite à l’encre au recto de la photographie
Marques Au verso : legs G.Soury et ATP
Crédit photo © Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée
Droits de diffusion Reproduction et représentation soumises à autorisation
Référence 00188344
Lieu de conservation Paris ; Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, (MuCEM)

« Péril jaune » et saltimbanques japonais

Je viens de finir le livre de Christopher Frayling, The Yellow Peril. Dr Fu Manchu & The Rise of Chinaphobia (2014), qui est un peu trop long à mon goût mais intéressant. Il n’y parle pas beaucoup du Japon, ni comme le dit Clements des États-Unis ou de la Chine, mais son étude de l’auteur des romans Fu Manchu, Sax Rohmer, est fascinante.

On y apprend entre autres qu’avant de devenir romancier Rohmer a exercé différents métiers au sein du music-hall. Or celui-ci, en Angleterre, à cette époque, a vu fleurir plusieurs magiciens pseudo-chinois, le plus connu étant Chung Ling Soo ou William Robertson, dont j’ai déjà parlé brièvement en mentionnant le film de Woody Allen, Magic in the Moonlight. Frayling montre bien que Fu Manchu, dans son apparence et son caractère, est directement façonné sur un magicien pseudo-oriental.

La guerre russo-japonaise est un moment important de l’histoire du concept de Péril jaune. Il me semble intéressant de constater que, dans l’imagerie occidentale, on retrouve souvent des images liées au cirque ou au music-hall pour décrire ce conflit et son issue.

Le merveilleux site du MIT, Yellow Promise/Yellow Peril. Foreign Postcards of the Russo-japanese War (1904-1905), sous le contrôle scientifique de J. Dower, en donne quelques exemples .
Voici d’abord une carte allemande, qui exploite l’image de l’ours russe et du dompteur, un artiste de cirque, mais qui d’habitude n’est pas particulièrement connoté japonais:

Dompteur japonais et ours russe

Voici une autre carte qui sera déjà plus familière pour qui connaît les cours de récréation des écoles maternelles japonaises :

Les échasses

La caricature suivante, française, montre un tour bien connu des artistes de cirque japonais : la toupie

Lanceur de toupies japonais et toupie russe

Si ces images ne font pas un lien direct entre l’armée japonaise et des artistes de cirque, la caricature suivante est beaucoup plus explicite, car elle nomme en toutes lettres la compagnie Barnum and Bailey:

Barnum & Bailey – Alliance anglo-japonaise

Remarquons que l’image ne correspond pas tout à fait a sa légende: loin de montrer une alliance, on y voit le soldat japonais en position de soumission et d’allégeance; on pourrait dire qu’il est recruté par la compagnie de cirque.

Images

Massachusetts Institute of Technology © 2014 Visualizing Cultures   

Bibliographie

Christopher Frayling, The Yellow Peril. Dr Fu Manchu & The Rise of Chinaphobia (Londres, 2014) (ISBN 978-0-500-25207-9)

J. Lovell, critique du livre de Frayling, The Guardian 30/10/2014

P. French, critique du livre de Frayling, The Observer 20/10/2014

J. Clements, critique du livre de Frayling, Manga 3/10/2014

 

Lien du jour: Re-Envisioning Japan

Je recopie un extrait de la lettre électronique H-Japan:

Introducing « Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in Visual and Material Culture » (a Digital Humanities project)
by Joanne Bernardi

Dear Colleagues,

I’m writing to introduce Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in 20th Century Visual and Material Culture at http://humanities.lib.rochester.edu/rej/.

This open-access critical archive is a multimedia project using travel, education, and the production and exchange of images and objects as a lens to investigate changing representations of Japan and its place in the world in the first half of the 20th century. Re-Envisioning Japan makes available a wide range of ephemeral objects (e.g., films, postcards,
brochures, photographs, stereographs, and guide books); please see the menu tabs under ‘Research” for more detailed background and other information. The site is also a versatile pedagogical tool. As author and editor, I’ve been using it in the curriculum of “Tourist Japan,” a course in which tourism and tourist culture is used to illuminate the relationship between modernization processes and identity formation. Using Re-envisioning Japan, students build their own exhibits linking cultural objects generated by tourism and education with evolving concepts of nationalism and cultural identity.

Re-Envisioning Japan is inherently ongoing: I work continuously on adding metadata and contextualization. The addition of a 16mm Timeline (See “Moving Images”) is the most recent development. I am currently working on descriptions for each film and fair use excerpts of titles with complex copyright issues; some titles not yet uploaded await copyright permission. Similar Timelines for 8mm film formats are planned for the end of January. In 2015 we’ll be migrating the entire site to an Omeka platform in order to make it even more interactive. In the meantime, if you have any information about any of the objects that you would like to share with others, please contact me at joanne.bernardi@rochester.edu. Feedback and suggestions are also most welcome.

Best wishes for the new year.

Joanne
Joanne Bernardi

Associate Professor

Japanese Studies and Film and Media Studies

Department of Modern Languages and Cultures

University of Rochester

PO Box 270082

Rochester NY 14627

Tel. (585) 275-4251

Welcome

https://www.facebook.com/ReenvisioningJapan

https://twitter.com/ReEnvisionJapan

Pour les acrobates, on trouve le petit film les Kiriki, et ce chromos:

(Source pour toutes les images ci-dessous: Bernardi, Joanne. Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in Visual and Material Culture. Rochester, N.Y.: University of Rochester Digital Humanities Center, 2013. River Campus Libraries.  [21/12/2014].)

« This is one of a series of Fifty (50) Cards giving a Pictorial History of the Sports and Pastimes of all Nations. » Published by Arbuckle Bros., New York, 1893. [1040]

La recherche « Juggler » donne ceci:

« One of 50 views from a trip around the world. » Pictures of A Japanese Beauty, Buddha, Hotel Gan Kiro, A Japanese Juggler. Copyrighted 1891. Lithographer: Joseph P. Knapp, 5×3″. [1035]

Enfin, la recherche « Magician » donne cette image:

The magician Shōkyokusai Tenkatsu (1886-1944)

Expositions, kimonos et cartes postales

Il y a quelques semaines, je suis allé voir à Kyoto deux expositions liées au japonisme: 「ボストン美術館 華麗なるジャポニスム展」 (Le japonisme dans les collections du Musée de Boston) ( au Musée Municipal des Beaux Arts de Kyoto, ouverte jusqu’au 30 novembre) et l’exposition James Whistler au Musée d’Art Moderne de Kyoto, en face, qui ferme ce dimanche.

Les oeuvres exposées sont très belles et la cohérence des deux ensembles vaut le deplacement. Même si, comme souvent dans les musées au Japon, la scénographie des deux expositions, la mise en valeur des oeuvres manquent totalement d’originalité, les tableaux et objets sont parfaitement mis en valeur, et il n’y avait pas trop de monde quand j’y suis allé (et un tout grand merci aux gardiennes des deux musées qui m’ont très aimablement prêté un crayon pour remplacer le stylo-bille avec lequel je prenais des notes).

Bien sûr, j’ai cherché des représentations d’acrobates ou de jongleurs, mais je n’en ai pas trouvé.

Par contre, j’ai été frappé par le nombre d’oeuvres relevant d’un des thèmes de ma recherche, celui des Occidentaux qui s’habillent de vêtements japonais, thème magnifiquement mis en valeur par le tableau de Monet du Musée de Boston qui sert d’affiche à l’exposition de Kyoto : La Japonaise (1876).

La Japonaise (Claude Monet [Public domain], via Wikimedia Commons: https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AClaude_Monet-Madame_Monet_en_costume_japonais.jpg)

Le peintre y a représenté sa femme, Camille, souriante, coiffée d’une perruque blonde et vêtue d’un somptueux kimono. Ce kimono, empressons-nous d’ajouter, n’est pas un kimono féminin, mais un costume d’acteur.

Alors que la pose de Camille est ici dynamique et joyeuse, ce portrait s’inscrit dans une série de représentations de femmes occidentales habillées de vêtements japonais qui sont en général assises et pensives.

Ainsi, à l’exposition, on peut voir Méditation d’ Alfred Stevens (1872), Decorative head de Frank W. Benson (1894), Der Polster de Max Kurzweil (1903).

Alfred Stevens, Méditation

Frank W. Benson, Decorative head (1894)

Max Kurzweil, Der Polster (1903).

Il me semble interessant de noter que le thème d’une jeune femme habillée en kimono ou autre vêtement nippon a aussi connu un certain succès hors de l’art prestigieux de la peinture de portrait et du japonisme bourgeois. On le retrouve sur des photographies de cartes postales, particulièrement pour la période 1900-1910. Par exemple, une recherche sur le site de ventes http://www.delcampe.net avec les mots clefs « carte fantaisie japonaise » en donnera plusieurs échantillons. Il est remarquable de constater que, à la difference des portraits peints, la plupart des modèles sourient et prennent une pose coquette. C’est, me semble-t-il, un bel exemple de variation entre le japonisme bourgeois et le japonisme populaire, qui, ici, lui est postérieur.

 

Ecrivez-moi plus souvent

(Source de l’image: Japanese dress-up: Two sets of postcards made in France)

On remarquera que, contrairement aux artistes de cirque que j’étudie, on ne retrouve que des femmes déguisées ou habillées en Japonaises. Il n’y avait pas de portrait d’homme habillé en Japonais dans les deux expositions que j’ai visitées, et je n’en ai pas trouvé dans les sites de vente de cartes postales (S’il vous plait, n’hésitez pas à me démentir et me fournir des informations sur ce sujet si vous en connaissez).

Une des rares exceptions que je connaisse est le portrait photographique de Toulouse-Lautrec.

Toulouse-Lautrec

Je me demande donc si on n’a pas ici une autre différence entre japonismes bourgeois et populaire : le rôle des genres.

Ajout du 8 janvier 2016

Kitano Tsunetomi 北野恒富 (1880-1947); poster pour la société de sake Kiku Masamune 菊正宗; 1913 (Source de l’information: http://taishou-kun.tumblr.com/post/136761203832/kitano-tsunetomi-%E5%8C%97%E9%87%8E%E6%81%92%E5%AF%8C-1880-1947-girl-wearing-a)