Une parution récente sur les catcheuses japonaises

Pour mémoire, je signale la parution du livre de Keiko Aiba, Transformed Bodies and Gender: Experiences of Women Pro Wrestlers in Japan (Osaka, 2017) (ISBN 978-4946428814).

A bon droit, me semble-t-il, Aiba définit le catch comme « un type de spectacle de scène basé sur des expressions empruntées au sport et à l’acrobatie avec des expressions empruntées  à la danse et au théâtre, qui adopte les valeurs du divertissement commercial » [[1]].

J’ai été un peu déçu que dans son chapitre « Histoire du catch féminin au Japon: d’un spectacle sexuel  à de « vrais combats » [[2]] (p. 42-52), Aiba ne fasse aucune mention des spectacles de sumo féminin, une partie des «misemono».

女相撲の力士 (1930) (Catalogue de l’exposition d’Osaka p. 40)

 

Poster pour le « Cirque de Sumo féminin » (女大相撲サーカス) (Date : ? Période Showa ?)

[[1]]  (p. 19) I define pro wrestling as a type of stage performance that is centered on expressions derives from sporting games and acrobatics in addition to expression derived from dancing and theatrical play, while having values of entertainment and commerciality.

[[2]] History of women’s pro wrestling in Japan from a sexual spectacle to a « real fight »