Ressource du jour: East Asia Image Collection (Lafayette College)

Je recopie une information parue sur la liste électronique H-Japan:

Russo-Japanese War Postcards: Satire, Propaganda, and Graphic Arts at the East Asia Image Collection

Richard Mammana Japanese Empire Postcard Collection

We have just posted 147 Japanese and European postcards about the Russo-Japanese War. The Japanese cards exhibit bold design elements and extol military heroism. The European cards illustrate popular opinion about international relations. Fears of the « Yellow Peril, » and varied appraisals of Japan as the newest member of the imperialist club, are also prominent. Open-access resource for scholars and teachers.

http://digital.lafayette.edu/collections/eastasia

Sincerely,

Paul D. Barclay

Associate Professor of History, Lafayette College

General Editor, East Asia Image Collection

Sauf erreur de ma part, on ne trouve pas d’acrobate ou de jongleur japonais dans cette collection électronique de documents liés à la guerre russo-japonaise, mais je suis de nouveau frappé comme celle-ci apparait dans les caricatures comme un spectacle observé par les nations européennes; les caricatures la présentent comme un combat de sumo, un combat de coqs, ou une rencontre de gladiateurs auxquels assistent de manière plus ou moins active les pays européens.

Le vœu de l'Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Le vœu de l’Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Voici le célèbre tableau cité par la carte postale:

Gérôme, Pollice verso (1872), via Wikimedia Commons

On trouve aussi ans la collection de documents du Lafayette College deux cartes postales qui donnent à voir un point de vue japonais, d’une part sur des acrobates de rue chinois, d’autre part, sur une exposition coloniale tenue à Osaka en 1913, pendant laquelle, à la manière de ce que la recherche française récente a appelé « zoo humain », des indigènes taïwanais furent offerts à la curiosité publique.

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji ( 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji – 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Les Wong étaient-ils japonais ?

Du 22 mai au 6 juin 1931, on peut lire la petite annonce suivante dans le Figaro :
Le Figaro (Paris. 1854)
Le Figaro (Paris. 1854)
Source: gallica.bnf.fr

Qui était cette troupe japonaise Wong ? Assurément, Wong n’est pas un nom japonais. Une recherche sur internet strictement réduite à ces mots « Troupe japonaise Wong » ne donne pas d’autres résultats que cette annonce, par l’intermédiaire de Gallica.

Toutefois, l’index du journal des Soeurs Vesque, cet instrument précieux, donne plusieurs noms similaires en 1935 et 1936,  4 et 5 années plus tard : tous ces différents Wong travaillent pour Médrano, comme ceux de 1931, et il ne semble pas déraisonnable de faire l’hypothèse qu’il s’agit des mêmes personnes, en tout ou en partie.

Incidemment, on admirera la précision de l’information des Vesque et leur soif d’exhaustivité. Elles vont jusqu’à noter que, en voyage, elles voient en 1938 à Beauvais une affiche vieille d’un an pour une tournée de Médrano, et elles en recueillent le programme.

Revenons à nos Wong. Je ne serais pas étonné si cette troupe des années 30 était la même qu’on peut voir documentée aux États-Unis après-guerre : par exemple, dans un programme de télévision de Disney en 1956. La photo ci-dessous offre une belle et amusante démonstration d’esprit de famille. Elle date, quant à elle, de « la fin des annees 50 ».

« Here’s the Jim Wong Troupe in the late ’50’s, doing the handstand on the arms is Jackie, Sung, the understander, and Lum, doing the handstand on the head are Jackie, & Carl’s Uncles( …).doing the plange is Joe »

Source de l’image: Yesterday’s Towns

Sans surprise, les documents américains confirment ce que leur nom annonçait : les Wong sont bien chinois.

Pourquoi, alors, sont-ils appelés « troupe japonaise » en 1931 ? Simple décision publicitaire ? Mais alors pourquoi ne pas avoir changé leur nom ? Modification de dernière minute ? Les Wong auraient remplacé une vraie troupe japonaise qui avait fait défaut et il ne fallait pas décevoir le public en altérant trop le programme ?

À cause de l’année 1931, je me suis demandé s’il pouvait y avoir un rapport avec l’actualité internationale, précisément l’annexion de la Mandchourie par le Japon. mais cela ne semble pas possible parce que l’incident de Mukden ne date que de septembre 1931, et la troupe officiait déjà à Paris en mai 1931.

C’est donc sur cette frustration que ma recherche électronique et cette entrée de blog doivent s’arrêter ; j’espère qu’un jour des recherches en archives mèneront un peu plus loin. Cette anecdote illustre en tout cas les choix et possibilités qu’avaient les directeurs de cirque et les artistes qu’ils employaient pour décider de leurs noms et de la façon dont ils se présentaient : c’était un jeu constant d’identités changeantes, objet de négociations et de redéfinitions contractuelles, loin d’être éternelles.

Information supplémentaire (11/6/2015)

Le populaire 23/12/1933
Le Populaire (Paris)
Le Populaire (Paris)
Source: gallica.bnf.fr

Information supplémentaire (21/6/2015)

Voir la version anglaise de cette entrée de carnet