Les lecteurs de Rousseau vont-ils au cirque ?

A la suite d’une recherche sur le site Gallica, avec les termes suivants « Jongleurs du Japon », j’ai découvert ce texte un peu curieux:

ROUSSEAU:

(…)

Le pouvoir se délègue et jamais se partage ;
Direct ou réfléchi, ce rayon même encor
Reproduit sur notre œil son réfrangible essor.
Devons-nous en conclure et prôner la chimère
De voir en lui l’effet d’une triple lumière .
Eh! que dis-je, en dépit de ses pouvoirs rivaux,
Partout du peuple anglais le sang coule à grands flots;
Leur liberté cent ans en fut toute fumante ,
Cent ans sur l’échafaud je la vois expirante ;

Je la vois tour à tour au hasard déployant
De Lancastre ou d’York l’étendard effrayant,
Limiter, en dépit de sa triste balance ,
A changer de tyran sa fière indépendance.
Plus tard du peuple anglais l’impur réformateur
Sur elle épuisera son infâme fureur,
Et sur elle au défaut des bûchers de Marie,
Fondra d’Elisabeth l’atroce hypocrisie.
Enfin, objet d’horreur , de mépris et d’effroi,
Le front marqué du sceau du meurtre de son roi,
Elle accourt, avilie, éplorée et sanglante
Tendre aux fers de Cromwell une main suppliante.
Tout pouvoir est restreint, nul n’est illimité,
Mais il s’anéantit s’il rompt son unité.
Des jongleurs du Japon rivalisant la gloire,

N’allez plus …..

MONTESQUIEU.
Je connais le reste de l’histoire ;
Je sais qu’escaladant leurs classiques tréteaux,
Et d’un enfant en l’air jetant les trois lambeaux,
Je fais tomber aux yeux de la foule ébahie
Ces lambeaux rajustés et l’enfant plein de vie.
C’est ainsi que j’importe , apprenti charlatan ,
Mes tours de gobelet des bouts de l’Orient (1 ) ;
Espérons , croyez-moi, grâce à vos soins prospères ,
Qu’on n’en cherchera plus aux terres étrangères.

(1) Contrat social, liv. ii, chap. ii

Ce dialogue en vers entre Rousseau et Montesquieu fait partie d’un recueil de poésies dont Gallica nous offre ainsi les références (le dialogue occupe les p. 15-47) [1]:

Titre :  Rousseau de Genève et Montesquieu / par Claude-Simplicien Constituantiski
Auteur :  Constituantisky, Claude-Simplicien. Auteur du texte
Éditeur :  impr. de J. Renous et Cie (Montauban)
Date d’édition :  1844
Type :  monographie imprimée
Langue :  français
Langue :  français
Format :  1 vol. (74 p.) ; in-8

É. Forestié, La Société littéraire et l’ancienne Académie de Montauban : histoire de ces sociétés et biographie de tous les académiciens, 1730-1791 (2e édition) (1888), p. 280, nous apprend qui se cache derrière le pseudonyme de l’auteur:

Jacques-Antoine de Molières avait eu deux fils, qui furent militaires comme lui et cultivèrent la poésie avec succès.
L’aîné, Jacques, ancien mousquetaire rouge, né le 4 août 1774, et décédé le 5 mars 1862 à son château d’Espanel fit imprimer à Montauban plusieurs brochures sous le nom de Claude-Simplicien Tyrannicidisky, Constitutioneliski, Constituantiski, et exigea que le tirage ne dépassât pas une dizaine d’exemplaires.
Voici le titre de ces rarissimes brochures:
– Considérations plus ou moins poétiques sur la cause et l’effet de nos plaisirs. — 1828. in-8° de 35 pages.
– Chateaubriand et Béranger. — 1831, in-8° de 39 pages.
– Rousseau de Genève et Montesquieu. — 1844, in-8°, de 74 pages.
– Klerdelune et Klassilanlain, 110 et 2e parties. — 1850-53, in-8° de 133 et 36 pages.
– Domitien, Tacite et Mirabeau, 1″ et 2e parties. — 1851-52, in-8° de 57 et 38 pages.

On peut consulter l’arbre généalogique de Jacques de Molières ici (dressé par Georges PETIT-JEAN). Un autre blog généalogique nous apprend, citant une autre étude de Mr Forestié (1918):

En 1784, Jacques-Antoine de Molières fut capitaine au 20° léger et fit, en cette qualité, la campagne de 1813; à la fin de sa vie il occupa les fonctions de bibliothécaire de la ville de Montauban et mourut célibataire et très âgé; le château et la terre d’Espanel échut à son frère unique qui y passa toute son existence et y mourut aussi célibataire vers 1872.

Heureusement pour nous, Jacques de Molières a orné sa poésie didactique de notes de bas de page, qui permettent de retrouver les passages de Rousseau et de Montesquieu qu’il adapte pour son dialogue. Dans l’extrait qui nous intéresse, il s’agit du 2e chapitre du Livre II du Contrat social, qui est intitulé: « Que la souveraineté est indivisible »:

(…) Mais nos Politiques ne pouvant diviser la souveraineté dans son principe, la divisent dans son objet ; ils la divisent en force & en volonté, en puissance législative & en puissance exécutive, en droits d’impôts, de justice, & de guerre, en administration intérieure & en pouvoir de traiter avec l’étranger : tantôt ils confondent toutes ces parties & tantôt ils les séparent ; ils font du Souverain un être fantastique & formé de pieces rapportées ; c’est comme s’ils composoient l’homme de plusieurs corps dont l’un auroit des yeux, l’autre des bras, l’autre des pieds, & rien de plus. Les charlatans du Japon dépecent, diton, un enfant aux yeux des spectateurs, puis jettant en l’air tous ses membres l’un après l’autre, ils font retomber l’enfant vivant & tout rassemblé. Tels sont à peu près les tours de gobelets de nos politiques ; après avoir démembré le corps social par un prestige digne de la foire, ils rassemblent les pieces on ne sait comment. Cette erreur vient de ne s’être pas fait des notions exactes de l’autorité souveraine, & d’avoir pris pour des parties de cette autorité ce qui n’en étoit que des émanations. (…) [2]

D’après une recherche sur Gallica, Rousseau est le premier à utiliser l’expression « charlatans du Japon » (en 1762). L’image est efficace; Rousseau s’attaque à une cible de choix: Montesquieu et son principe de séparation des pouvoirs; sa raillerie aura du succès (« un fragment de polémique fort spirituel« ). Elle est reprise dès 1766 dans la Lettre d’un anonime à M. J.-J. Rousseau ; en 1792, la comparaison est appliquée à Condorcet, semble-t-il, dans Ma Soirée d’hier, ou Réflexions sur l’opinion de Condorcet . Je ne reprends pas ici toutes les discussions ou analyses de Rousseau qui la reprennent; évidemment, elle réapparait à chaque nouvelle impression du Contrat social.

Parfois, elle sort des discussions académiques ou philosophiques, par exemple en 1824 (discussion d’actualité politique) ou en 1924, avec une citation dans une tribune en premier page du Rappel.

Le 25 mars 1867, un correspondant de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux : Notes and queries français ; questions et réponses, communications diverses à l’usage de tous, littérateurs et gens du monde, artistes, bibliophiles, archéologues, généalogistes, etc. (c. 164-165) , d’Erlar de Groningue, demande quelle est la source de Rousseau pour « ce tour merveilleux de charlatanerie orientale ». Malheureusement, la réponse qu’il reçoit a dû, tout comme nous, le laisser sur sa fin puisqu’on y cite la Devineresse de Corneille et de Visé. Dans cette pièce, il est effectivement fait mention d’un tour de magie, « Le corps en morceaux », mais celui-ci n’a aucun lien avec le Japon.

La date de cette question est intéressante puisque les premiers acrobates et jongleurs japonais se sont produits aux États-Unis en 1866 (ils arriveront en France plus tard en 1867). Il semble donc qu’un lecteur de Rousseau ait été surpris par le fait que ce tour de « dépècement d’enfant » n’était pas au programme des troupes japonaises tel qu’il pouvait le lire dans les gazettes, et il a posé une question de critique historique, de recherche de sources pour Rousseau. On a donc ici une question originale sur la réception des artistes de cirque japonais en France: dans quelle mesure certains spectateurs ont-ils été influencés par leurs lectures et l’image littéraire du Japon avant de voir de leurs yeux les tours des artistes de cirque japonais ?

A ma connaissance, la  quête[3] de la source de Rousseau pour ce passage n’a pour l’instant mené nulle part[4]. La raison en est peut-être tout simplement que Rousseau attribue une provenance japonaise à un tour de magie que la tradition fait plutôt venir d’inde ou de Chine, le tour dit de la corde indienne[5]. Un magicien fait se dresser une corde en l’air; il y grimpe ou y fait grimper un jeune garçon. Pour une raison ou l’autre, il découpe ce garçon en morceaux, qui tombent au sol. Le magicien place ces morceaux de corps humain dans un panier, le ferme et l’enfant en ressort vivant et entier. Différentes versions existent de cette histoire, la plus proche de celle de Rousseau semble être celle de l’auteur chinois Pu Songling (dans un conte du recueil Chroniques de l’étrange paru en 1740), mais je ne pense pas qu’il en existait une traduction en langue occidentale disponible pour Rousseau.

En revanche, en 1681, Edward Melton avait publié à Amsterdam, avec une illustration, le compte-rendu d’un spectacle de jongleurs chinois qu’il avait vu à Jakarta et qui comporte une série d’éléments communs au récit de Rousseau.

Meltons, Eduward, Zeldzaame en Gedenkwaardige Zee- en Land- Reizen, Jan ten Hoorn, Amsterdam, 1681, entre les p. 468 et 469; https://digitalcollections.nypl.org/items/151f8db0-07c7-0133-e5cb-58d385a7b928, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=57318852

Il est possible que Rousseau se soit, consciemment ou non, souvenu du passage de l’Esprit des lois de Montesquieu sur l’atrocité et « l’impuissance des lois japonaises » et qu’il ait mêlé cette lecture à la réputation d’autres magiciens orientaux pour façonner l’expression « charlatans du Japon » [6].

[1] A toutes fins utiles, voici la table des matières du volume: p. 1: La poésie; p. 7: La vertu; p. 15: Rousseau et Montesquieu; p. 49: Le peuple souverain; p. 55: La vertu; p. 63: La fille du Marborée.

[2] Merci Wikisource (je conserve l’orthographe originale).

[3] Restauration de la science politique, ou Théorie de l’état social naturel opposée à la fiction d’un état civil factice. 1re partie. Des Principautés ou monarchies. Livre I. Des Seigneurs territoriaux indépendans ou princes patrimoniaux / par Charles-Louis de Haller (= Haller, Karl Ludwig von) (1825), p. 211: « au dire des voyageurs »

[4] Michel Delon, Despotisme, luxure et cruauté, Die französische Literatur des 19. Jahrhunderts und der Orientalismus, éd. par Michael Bernsen et Martin H. Neumann (2006), p. 7-17, p. 16

[5] Wikipedia contributors. Indian rope trick. Wikipedia, The Free Encyclopedia. June 24, 2017, 08:21 UTC. Available at: https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Indian_rope_trick&oldid=787244238.

[6] Pour comprendre le contexte culturel général de ce passage de Rousseau, je recommande vivement l’article de Michel Delon cité ci-dessus.


Pour une petite suite à la discussion, voir une autre entrée de ce carnet: Une plaque de Delft, beaucoup de confusion (et retour à Rousseau ?)

Ressource du jour: East Asia Image Collection (Lafayette College)

Je recopie une information parue sur la liste électronique H-Japan:

Russo-Japanese War Postcards: Satire, Propaganda, and Graphic Arts at the East Asia Image Collection

Richard Mammana Japanese Empire Postcard Collection

We have just posted 147 Japanese and European postcards about the Russo-Japanese War. The Japanese cards exhibit bold design elements and extol military heroism. The European cards illustrate popular opinion about international relations. Fears of the « Yellow Peril, » and varied appraisals of Japan as the newest member of the imperialist club, are also prominent. Open-access resource for scholars and teachers.

http://digital.lafayette.edu/collections/eastasia

Sincerely,

Paul D. Barclay

Associate Professor of History, Lafayette College

General Editor, East Asia Image Collection

Sauf erreur de ma part, on ne trouve pas d’acrobate ou de jongleur japonais dans cette collection électronique de documents liés à la guerre russo-japonaise, mais je suis de nouveau frappé comme celle-ci apparait dans les caricatures comme un spectacle observé par les nations européennes; les caricatures la présentent comme un combat de sumo, un combat de coqs, ou une rencontre de gladiateurs auxquels assistent de manière plus ou moins active les pays européens.

Le vœu de l'Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Le vœu de l’Europe (d’après Gérôme, Pollice verso)

Voici le célèbre tableau cité par la carte postale:

Gérôme, Pollice verso (1872), via Wikimedia Commons

On trouve aussi ans la collection de documents du Lafayette College deux cartes postales qui donnent à voir un point de vue japonais, d’une part sur des acrobates de rue chinois, d’autre part, sur une exposition coloniale tenue à Osaka en 1913, pendant laquelle, à la manière de ce que la recherche française récente a appelé « zoo humain », des indigènes taïwanais furent offerts à la curiosité publique.

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Saltimbanques [chinois]- 大道芸人 (carte postale japonaise, date indéterminée avant 1945)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji ( 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Grande exposition coloniale au Parc de Tennoji – 明治記念拓殖博覧会 (台湾土人ノ住宅及其風俗)

Les Wong étaient-ils japonais ?

Du 22 mai au 6 juin 1931, on peut lire la petite annonce suivante dans le Figaro :
Le Figaro (Paris. 1854)
Le Figaro (Paris. 1854)
Source: gallica.bnf.fr

Qui était cette troupe japonaise Wong ? Assurément, Wong n’est pas un nom japonais. Une recherche sur internet strictement réduite à ces mots « Troupe japonaise Wong » ne donne pas d’autres résultats que cette annonce, par l’intermédiaire de Gallica.

Toutefois, l’index du journal des Soeurs Vesque, cet instrument précieux, donne plusieurs noms similaires en 1935 et 1936,  4 et 5 années plus tard : tous ces différents Wong travaillent pour Médrano, comme ceux de 1931, et il ne semble pas déraisonnable de faire l’hypothèse qu’il s’agit des mêmes personnes, en tout ou en partie.

Incidemment, on admirera la précision de l’information des Vesque et leur soif d’exhaustivité. Elles vont jusqu’à noter que, en voyage, elles voient en 1938 à Beauvais une affiche vieille d’un an pour une tournée de Médrano, et elles en recueillent le programme.

Revenons à nos Wong. Je ne serais pas étonné si cette troupe des années 30 était la même qu’on peut voir documentée aux États-Unis après-guerre : par exemple, dans un programme de télévision de Disney en 1956. La photo ci-dessous offre une belle et amusante démonstration d’esprit de famille. Elle date, quant à elle, de « la fin des annees 50 ».

« Here’s the Jim Wong Troupe in the late ’50’s, doing the handstand on the arms is Jackie, Sung, the understander, and Lum, doing the handstand on the head are Jackie, & Carl’s Uncles( …).doing the plange is Joe »

Source de l’image: Yesterday’s Towns

Sans surprise, les documents américains confirment ce que leur nom annonçait : les Wong sont bien chinois.

Pourquoi, alors, sont-ils appelés « troupe japonaise » en 1931 ? Simple décision publicitaire ? Mais alors pourquoi ne pas avoir changé leur nom ? Modification de dernière minute ? Les Wong auraient remplacé une vraie troupe japonaise qui avait fait défaut et il ne fallait pas décevoir le public en altérant trop le programme ?

À cause de l’année 1931, je me suis demandé s’il pouvait y avoir un rapport avec l’actualité internationale, précisément l’annexion de la Mandchourie par le Japon. mais cela ne semble pas possible parce que l’incident de Mukden ne date que de septembre 1931, et la troupe officiait déjà à Paris en mai 1931.

C’est donc sur cette frustration que ma recherche électronique et cette entrée de blog doivent s’arrêter ; j’espère qu’un jour des recherches en archives mèneront un peu plus loin. Cette anecdote illustre en tout cas les choix et possibilités qu’avaient les directeurs de cirque et les artistes qu’ils employaient pour décider de leurs noms et de la façon dont ils se présentaient : c’était un jeu constant d’identités changeantes, objet de négociations et de redéfinitions contractuelles, loin d’être éternelles.

Information supplémentaire (11/6/2015)

Le populaire 23/12/1933
Le Populaire (Paris)
Le Populaire (Paris)
Source: gallica.bnf.fr

Information supplémentaire (21/6/2015)

Voir la version anglaise de cette entrée de carnet