Quinze ans de ma vie (II): Contrats et embrouilles

Les acrobates et artistes de music-hall japonais n’ont pas laissé beaucoup de souvenirs personnels, et il faut user de la comparaison pour mieux connaître leurs conditions de travail. Voici ce que Loïe Fuller raconte à propos du début de sa carrière en Europe (en 1894 ?), de ses contrats et de ses rapports avec divers impresarios. Tout n’est sans doute pas vrai, mais cela donne une certaine idée de son environnement de travail, qui correspond à celui des artistes de cirque japonais, et qui ressemble aussi à ce que l’on sait des acrobates marocains.

Je n’en décidai pas moins de signer avec le directeur du théâtre allemand de New-York un contrat qui m’assurait soixante-quinze dollars au lieu de cinq cents. Mais le but, après une tournée en Europe, était Paris.

(…)

Nous abordâmes en Allemagne. Mon directeur vint à notre rencontre et nous emmena à Berlin. Mais, à mon grand ennui, je ne devais pas débuter avant un mois et n’arrivais même pas à savoir par quelle ville je commencerais.
Un mois d’oisiveté !
Enfin, j’appris que j’allais débuter, non à l’Opéra, comme mon impresario me l’avait promis au départ, mais dans un music-hall!… L’Opéra était fermé et le music-hall était le seul endroit où je pouvais danser.

(…)

A Berlin, mon impresario de New-York me tenait en son pouvoir et je devais paraître où bon lui semblait.

Si, avant de signer le contrat, il m’avait dit où je devais danser, j’aurais refusé. Mais lorsque l’époque de mes débuts arriva j’étais sans ressources et absolument à sa merci.

(…)

Après un mois, mon directeur allemand m’informa qu’il ne désirait pas continuer mon contrat. Il allait retourner en Amérique avec une troupe
qu’il était venu tout exprès pour engager en Allemagne. Il me paraissait clair que sa seule raison de m’amener en Europe avait été de se procurer les moyens d’engager et de ramener cette nouvelle troupe.

(…)

Le directeur quitta Berlin avec sa troupe, après avoir ramassé tout l’argent qu’il pouvait tirer de moi, et ne me laissant que juste de quoi payer l’hôtel lorsque j’aurais fini le contrat qui me liait
au music-hall de Berlin. Je n’avais plus alors aucun engagement en vue. J’appris qu’il touchait pour moi dix mille marks, soit douze mille cinq cents francs par mois. Et il ne m’avait donné que 1,600 francs !… Que devais-je faire ? Mes débuts à Berlin avaient été déplorables et devaient avoir une influence des plus nuisibles sur ma carrière en Europe. Ma poche était vide, ma mère malade. Pas le moindre espoir d’engagement, personne pour nous aider.

Un agent théâtral, alors inconnu, et qui est devenu directeur de théâtre depuis, M. Marten Stein, vint me voir et j’essayai de rester au music-hall où j’étais. J’avais juste à  faire des concessions si on voulait me garder une semaine ou deux de plus, juste le temps de gagner de quoi partir et d’attendre un nouvel engagement qui viendrait
peut-être. Je pensais à Paris plus que jamais. Ah ! si je pouvais y aller.

Sur ces entrefaites, M. Marten Stein me procura une dizaine de représentations dans un des jardins d’Altona, le faubourg joyeux de Hambourg. J’amassai là quelques centaines de marks qui nous permirent d’aller à Cologne où je dus danser dans un cirque entre un âne qui reconnaissait la personne la plus bavarde de la société et un éléphant qui jouait de l’orgue de barbarie. Mon humiliation était complète.

Depuis, les occasions ne m’ont point manqué de reconnaître que le voisinage des chevaux extra- lucides et des éléphant mélomanes est moins humiliant que le voisinage de certaines hommes.
Enfin, je partis pour Paris !…

Pour économiser le plus possible, il nous fallut voyager en troisième, chose inconnue en Amérique.

Note de lecture: Acrobates de Tanger

Mohammed Telhine, Acrobates de Tanger. Les artistes de La Troupe (2013)

La lecture d’ Acrobates de Tanger a été extrêmement intéressante pour moi parce que le type de matériau, de sources, que son auteur a utilisé est complètement différent de celui auquel j’ai eu à faire jusqu’à présent dans mes propres recherches sur les acrobates japonais. Il s’agit d’un choix délibéré de son auteur, Mohammed Telhine, puisque les sources écrites journalistiques et les affiches de cirque, par exemple, existent aussi pour les acrobates nord-africains. Telhine, lui, a choisi de rassembler une collection de témoignages oraux, et on peut lui en être reconnaissant parce qu’il y avait urgence, vu l’âge avancé de ses interlocuteurs. Comme il se base sur des témoignages oraux, son enquête remonte rarement au-delà de la Deuxième guerre mondiale, et cela me pousse à remettre en question le terme final que j’avais choisi, 1945, pour ma propre enquête. Il serait certainement judicieux de voir à rassembler les témoignages oraux d’acrobates japonais, s’il y en a, après 1945 pour compléter mes recherches.

De ces témoignages marocains, je retiens les traits suivant:

  • les très mauvaises conditions de travail, de sécurité physique ou contractuelle. Le « muqaddem », l’organisateur de la troupe d’acrobates, confisque les passeports de ses artistes, souvent ne paie pas les membres de sa troupe, ne veille pas à leur santé, ne les forme pas. Il n’est pas rare que le contrat soit signé entre le manager et les parents de l’acrobate, qui restent au Maroc pendant que celui-ci voyage et travaille. Il n’est pas payé directement, mais l’argent est versé à ses parents. Il est facile d’imaginer les irrégularités qui s’ensuivent.
  • Peu d’acrobates marocains ont travaillé en dehors de l’Europe et des États-Unis. Seuls un d’entre eux s’est produit en Afrique du Sud, et deux autres sont allés en Asie (Vietnam, Indonésie et Japon).
  • Beaucoup d’acrobates deviennent polyglottes, ce qui leur permet de se recycler en guides ou accompagnateurs de voyages au Maroc après la fin de leur carrière d’acrobates.
  • Le nombre d’unions mixtes est très élevé: mariages avec des femmes de pays européens ou américaines. Un témoin, cependant, est extrêmement pessimiste vis-à-vis de ces unions, affirmant qu’elles finissent toutes en divorces. Souvent, les acrobates marocains se marient deux fois sans qu’ils divorcent officiellement dans le pays de leur première union.
  • Plusieurs acrobates ont des carrières mixtes; ils alternent passages dans des cirques et travaux en usine, hors de leur pays d’origine. Parfois, ils étudient pour acquérir d’autres savoirs et obtenir différents diplômes ou certificats d’aptitude professionnelle.
  • Beaucoup d’acrobates regrettent le peu de prestige dont bénéficie leur métier au Maroc et comparent amèrement le mépris dans lesquels on les y tiendrait et leur vie de stars du cirque, en contact avec des stars de la télévision ou du cinéma.
  • Quelques superstitions et interdits religieux: pas d’entrainement le vendredi et ne pas prononcer certains mots (je me demande quels pouvaient être les usages pour les acrobates japonais).
  • le travail de chorégraphes modernes, en collaboration avec d’anciens acrobates professionnels, pour essayer de garder la mémoire de l’acrobatie au Maroc et la développer dans de nouvelles directions.

(Voici deux exemples)

  • À propos du racisme, les acrobates marocains ne semblent pas être très critiques vis-à-vis de l’Europe (à l’exception des garçons de café français). Au contraire, plusieurs témoins soulignent la curiosité bienveillante dont ils étaient l’objet et les rencontres amoureuses que cela leur a offertes. Par contre, à plusieurs reprises, ils mentionnent le racisme dont ils ont été victimes, eux ou leurs comparses, aux USA, non en fonction de leur origine, mais directement en fonction de la couleur de peau de certains d’entre eux. Ces différences de racisme ont bien évidemment apporté des chocs et causé des expériences très déplaisantes.