Une parution récente sur les catcheuses japonaises

Pour mémoire, je signale la parution du livre de Keiko Aiba, Transformed Bodies and Gender: Experiences of Women Pro Wrestlers in Japan (Osaka, 2017) (ISBN 978-4946428814).

A bon droit, me semble-t-il, Aiba définit le catch comme « un type de spectacle de scène basé sur des expressions empruntées au sport et à l’acrobatie avec des expressions empruntées  à la danse et au théâtre, qui adopte les valeurs du divertissement commercial » [[1]].

J’ai été un peu déçu que dans son chapitre « Histoire du catch féminin au Japon: d’un spectacle sexuel  à de « vrais combats » [[2]] (p. 42-52), Aiba ne fasse aucune mention des spectacles de sumo féminin, une partie des «misemono».

女相撲の力士 (1930) (Catalogue de l’exposition d’Osaka p. 40)

 

Poster pour le « Cirque de Sumo féminin » (女大相撲サーカス) (Date : ? Période Showa ?)

[[1]]  (p. 19) I define pro wrestling as a type of stage performance that is centered on expressions derives from sporting games and acrobatics in addition to expression derived from dancing and theatrical play, while having values of entertainment and commerciality.

[[2]] History of women’s pro wrestling in Japan from a sexual spectacle to a « real fight »

Akita Kanto Matsuri: jonglerie, tradition, invention de la tradition et misogynie

Le festival (matsuri) du Japon le plus important où la jonglerie joue un rôle  est le « Akita Kanto Matsuri » (je ne m’explique pas bien pourquoi le catalogue de l’exposition d’Osaka ne semble pas le mentionner).

秋田竿燈まつり: Akita Kanto Matsuri, début du mois d’août

1.300.000 personnes visiteraient la ville au moment du festival.

Un kanto est une perche de bambou qui soutient des lanternes; il peut y en avoir 46, pour un poids de 50 kilos et une hauteur de 12 mètres. Des perches plus petites existent aussi en différents formats. Les lanternes de papier ont la forme de ballots de riz. Chaque kanto est surmonté de bandelettes de papier sacrées pour le shinto (Gohei). 200 kantos sont portés au même moment lors du dernier jour du festival. 3.000 personnes, jongleurs, musiciens (flûtes de bambou) et assistants, participent à la parade.

Schéma explicatif d’un kanto et de son porteur (All Rights Reserved,Copyright 2001-2008 Akita Kanto Executive Committee)

Le festival remonterait au 18e siècle; il servait initialement de prière pour de bonnes récoltes de céréales et pour écarter les maladies. Le festival avait presque disparu au début du 20e siècle, mais l’intérêt que les empereurs Meiji et Taisho, ainsi que l’apparition de publicités sur les lanternes en 1908 l’ont relancé. Une société fut créée en 1931 pour organiser le festival et une compétition fut inventée la même année dans le but d’améliorer la qualité du spectacle du festival, mais l’esprit de compétition a causé des tensions avec le concept de patrimoine traditionnel, et les règles de la compétition ont été progressivement améliorées, par tâtonnements, pour essayer de concilier les deux approches. En 1980, le festival a été inscrit à la liste du patrimoine culturel immatériel du Japon, dans la catégorie folklore. Il a été réorganisé en 1992 par le rassemblement des événements Neburi-nagashi (festival de lanternes; initialement, une lanterne était utilisée lors de O-bon pour accueillir les esprits des ancêtres), Tanabata (une fête traditionnelle des étoiles), Honen-sai (un festival de moisson) et  O-bon (un festival de commémoration des défunts). Lors de la compétition le dernier jour, des jongleurs utilisent des perches de 18 m. de haut.

Akita Kanto Matsuri (Photo Ocavis Leechroot [CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)], via Wikimedia Commons)

Initialement, le festival était un événement nocturne (avec lanternes allumées), mais sa popularité et les foules de spectateurs ont mené à la création de spectacles de jour. Les dates du festival ont changé au moment de l’adoption par le Japon du calendrier solaire en remplacement du calendrier lunaire, mais aussi plusieurs fois après la seconde guerre mondiale. Un dernier changement a eu lieu en 2001 pour lequel on a pris en compte les desiderata d’agences de voyage qui voulaient créer un circuit de festivals entre Akita, Sendai (festival de Tanabata: 仙台七夕) et Aomori (Nebuta Matsuri; 青森ねぶた祭り).

Les femmes ont pu participer au festival pour la première fois en 1967 comme musiciennes accompagnatrices, mais elles ne sont pas autorisées à porter un kanto car celui-ci est un objet shinto sacré, de la même façon que les femmes ne peuvent pénétrer le cercle où se déroulent les combats de sumo traditionnel (les femmes sont considérées impures à cause de leurs menstruations ou des saignements qui accompagnent l’accouchement). Dans le journal local, on a parfois publié dans les années 1980 des opinions selon lesquelles la participation de femmes au festival est la cause des averses qui l’ont frappé certaines années.

Les participants opposent le maniement du kanto à la jonglerie en s’appuyant aussi du fait que le kanto est sacré et qu’il est primordial de ne pas le faire tomber ou pire de le casser; lors de la compétition, il est important de pouvoir s’arrêter avant la « profanation » du kanto, même si le porteur du kanto voudrait aller plus loin dans ses efforts pour gagner.

Les bandelettes de papier shinto (gohei) proviennent du sanctuaire Akita Hachiman 秋田八幡神社. Après le festival, on les jette dans la rivière Kyuuomonogawa (旧雄物川) du haut du pont Shinkawahashi (新川橋).

Bibliographie

Sitographie

Kimono Wednesdays

Comme cela touche à un des thèmes de recherche de ce carnet, je signale les débats qui ont mené au Musée de Boston à l’annulation d’un événement, à modifier un programme d’activités: les « Kimono Wednesdays ». Les visiteurs y étaient encouragés à endosser une copie du kimono de Camille Monet devant son portrait même.

(Image postée par le Musée de Boston sur sa page Facebook, reprise depuis le site internet de la BBC)

Des critiques ont trouvé que cela était raciste, encourageait la dissémination de préjugés orientalistes et relevait de l’ « appropriation culturelle ».

Une des personnes qui a manifesté au musée aurait déclaré: « cela nous ramène aux expositions universelles en Europe, où les visiteurs venaient voir des Africains dans des cages » (the exhibit « goes back to the world exhibition in Europe where visitors would come see people in cages brought from Africa »).

On notera que la copie du kimono de Camille est une commande de la chaine de télévision publique japonaise NHK, passée lors du passage de tableaux de la collection de Boston au Japon l’année dernière. Les autorités et le public japonais n’y ont rien trouvé à redire, et on ne peut comprendre les critiques que dans leur environnement américain.

Si je suis sensible aux accusations d’orientalisme, je me permets toutefois de renvoyer à ce que j’avais écrit sur ce carnet après avoir vu le tableau à Kyôto: on ne peut le réduire à une expression de supériorité raciale.

De plus, je dois avouer que l’attitude de manifestants m’inquiète pour ma recherche: à suivre leur logique, j’ai bien peur qu’on devrait fermer ce carnet de recherche

Liens

Stand Against Yellow Face: le site tumblr officiel des opposants à l’activité Kimono Wednesdays

Communiqué du Musée de Boston (juillet 2015)

Elena Boffetta, Boston kimono exhibit in race row, BBC Trending 8 juillet 2015

Stephanie McFeeters, Tensions, questions at MFA’s reconfigured ‘Kimono Wednesdays’, The Boston Globe 9 juillet 2015

 Mise à jour du 14 juillet 2015

L’article d’Ines Mcgriff, Boston : une exposition jugée raciste envers les asiatiques, Le Figaro 10 juillet 2015 ajoute à la confusion: elle y lie, sans réelle justification, ce débat américain aux agressions dont la communauté asiatique est victime en France, comme une pétition adressée à Manuel Valls l’avait mis en lumière en juin 2015.

 Mise à jour du 19 juillet 2015

Seph Rodney, The Confused Thinking Behind the Kimono Protests at the Boston Museum of Fine Arts, Hyperallergic 17 juillet 2015, offre un bon résumé du débat et de ses apories.

Je recommande particulièrement l’article de Sophie Knight, Underneath the ‘Orientalist’ kimono, The Japan Times 18 juillet 2015. Elle y présente bien et succinctement les efforts de vendeurs et tailleurs japonais, passés et présents, pour exporter le kimono et le vendre comme vêtement national japonais, à la fois traditionnel et moderne.

Comme il est en accès payant, je n’ai pas lu l’article d’Alain Korkos, Boston : le lobby du obi, arretsurimage.net 18 juillet 2015, mais j’en salue le titre.

Mise à jour du 5 août 2015

Shaun O’dwyer, Of kimono and cultural appropriation, The Japan Times 4/8/2015 offre un article un peu trop bavard à mon gout, mais donne la parole à des marchands et producteurs de kimonos d’aujourd’hui. Il se finit par une citation de Kaori Nakano, professeure d’histoire de la mode à l’Université Meiji:

“Cultural appropriation is the beginning of new creativity. Even if it includes some misunderstanding, it creates something new.”

Pour la comparaison: Mata Hari

J’emprunte la vidéo suivante au site internet de l’exposition Du Nô à Mata Hari. 2000 ans de théâtre en Asie au Musée national des arts asiatiques – Guimet (du 15 avril au 31 août 2015).

Mata Hari est un extraordinaire exemple d’imitation/adaptation européenne d’une pratique artistique asiatique, au succès et à la réputation bien connus.

Il est aussi remarquable qu’elle ait réussi à mêler (pseudo)érudition et sens du spectacle.
Son cas amène à réfléchir sur le rôle de l’érotisme dans le succès des acrobates japonais ainsi qu’à s’interroger sur son absence dans notre documentation (sous bénéfice d’inventaire) concernant les femmes membres des troupes japonaises de jongleurs et acrobates venues en Occident.

 

Ressource du jour : « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges »

On peut depuis quelques mois découvrir un site internet publié par la Bibliothèque nationale de la Diète du Japon : « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». Ce site est trilingue japonais, français, anglais. Il ne concerne pas directement le sujet de ce blog, mais je pense qu’il va devenir essentiel pour ma recherche.
Voici un extrait du « message du directeur (Noritada OTAKI) » (décembre 2014), qui présente le but de ces pages web:

« En mars 2013, la Bibliothèque nationale de la Diète a conclu un accord de partenariat avec la Bibliothèque nationale de France en vue d’établir un cadre de coopération globale s’étendant à divers domaines d’activités en bibliothèque. Dans le cadre de cet accord, une exposition virtuelle commune est proposée ; de précieux documents appartenant aux collections respectives des deux établissements sont rassemblés, illustrant la longue histoire depuis le milieu du 19e siècle des relations entre la France et le Japon.

La moitié de l’exposition organisée par la Bibliothèque nationale de la Diète est intitulée « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». Elle présente la relation franco-japonaise, depuis 1858 avec le Traité d’amitié et de commerce entre la France et le Japon, à travers divers domaines tels que la politique, l’économie, les lettres, les beaux-arts, les styles de vie et les sous-cultures. »

Voici la table des matières du site, qui est de consultation aisée :

Plan du site

Message du directeur

Prélude: Le début des échanges entre la France et le Japon

  1. La rencontre du shogunat Tokugawa et de la France
  2. Les conseillers militaires français et l’armée moderne
  3. Les relations du gouvernement de Meiji avec la France

Partie 1: La modernisation du Japon et la France

Partie 2: Les échanges culturels avec la France

Supplément

Référence

Chronologie

Index des personnes

Conditions d’utilisation

Plan du site

Comme on le voit, c’est une bel ensemble documentaire et une source d’informations très utile que la bibliothèque de la Diète offre aux chercheurs du monde entier. Je voudrais offrir ici quelques commentaires, en soulignant que mes critiques sont vraiment minimes par rapport aux énormes qualités de ce site (sauf la partie Chronologie):

  • ce site est très pratique parce qu’il offre de nombreux liens vers les collections et archives numérisées de la bibliothèque, qui ont été mises en ligne. Naturellement, l’interface de ces archives n’est plus que bilingue japonais-anglais, et il est plus difficile d’y circuler que dans le site « La France et le Japon moderne : aspirations, rencontres et échanges ». En outre, sauf erreur de ma part, ces documents n’ont été numérisés qu’au format Image, et donc leur texte n’est pas directement accessible par cette voie.
  • on ne trouve pas mention dans ce site d’Okinawa et de l’activité politique française autour de ces territoires (on peut aussi sans doute parler d’aventurisme dans ce cas)
  • en ce qui concerne l’histoire des femmes au Japon, le site n’est pas très riche si l’on fait exception de la partie sur la mode, mais on y trouve des informations sur Wada Ei (ou Eiko) et ses souvenirs de la filature de soie de Tomioka, deux ouvrages intitulés Tomioka Nikki (« Journal de Tomioka ») et Tomioka Kōki (« Journal d’après Tomioka »).
    Par contre le site offre beaucoup de documents pour ce qui concerne les voyages de Japonaises en France. On peut ainsi découvrir le récit de voyage de YOSANO Hiroshi et YOSANO Akiko, Pari Yori (Kaneobun’endō, 1914) (avec des dessins de TOKUNAGA Ryushu).

On notera aussi les aventures de Fumiko Takebayashi, qui accompagna son mari TAKEBAYASHI Musōan, auteur de Kikatsushin (Shinjidaisha, 1930) : « Ils retournèrent en France l’année suivante [1923 ?] mais se trouvèrent rapidement en difficulté financière, ce qui força Fumiko à travailler, comme gestionnaire d’un restaurant ou danseuse, pour soutenir la famille. D’un naturel peu enclin à se conformer aux normes, cette dernière continua d’ailleurs à soutenir son époux même après qu’elle emménageât avec un homme d’affaires japonais. ».
On peut aussi lire les livres d’Okamoto Kanoko, Sekai ni tsumu Hana (Jitsugyōnonihonsha, 1936), HAYASHI Fumiko, Watakushi no Kiko (Shinchōsha, 1939) et OKADA Yachiyo, Byakuran (Daigensha, 1943).
Dans un autre esprit, on peut lire KOIZUMI Sakutarō, Saionji kō: Hajō Ryugakuji no Kiko Jiken (1937) : « Le présent document est une enquête de KOIZUMI Sakutaro sur l’incident au cours duquel, selon une légende populaire, SAIONJI Kinmochi et KOMYOJI Saburô auraient commis des violences dans un café parisien au « pavillon au drapeau étoilé ». (…) La vérité semble être que, souhaitant protéger une prostituée qui avait brisé un miroir de l’établissement, KOMYOJI aurait, par esprit chevaleresque, frappé le miroir devant un employé afin de faire retomber sur lui le coût des réparations. » (Ce n’est pas clair, mais cet incident semble dater des années 1870).
Enfin, on peut aussi lire Judith Gautier (traduits du Japonais d’après la version littérale de M. Saionzi ; illustrés par Yamamoto), Poèmes de la libellule (Gillot, [1885]) (Judith était la fille de Théophile)
Je ne résiste pas au plaisir de citer en entier la rubrique suivante :

SAIONJI Kinmochi shokan [Papiers de INOUE Kaoru, #482-3]

Le présent document est une lettre personnelle datée du 21 février 1889 (an 22 de l’ère Meji), adressée au ministre de l’Agriculture et du Commerce INOUE Kaoru (1835-1915) par SAIONJI Kinmochi, alors ministre du Japon en Allemagne. Il y félicite INOUE pour la décision de son fils adoptif Katsunosuke (« Katsu-kun » dans la lettre, 1861-1929) de quitter son poste à la légation en Allemagne afin de partir étudier en Angleterre et fait également référence aux compétences en français de l’épouse de ce dernier, Sueko (« Osue-sama », 1864-1934). Sueko était connue pour ses talents linguistiques en allemand, anglais et français, et admirée pour sa beauté qui en faisait la fleur de la haute société. Dans son courrier, SAIONJI exprime sa crainte que la démission de Katsunosuke de son poste actuel signifie le retour au pays de son épouse et, étant donné qu’« il est indispensable de savoir parler français pour fréquenter la haute société européenne », il conseille à INOUE de lui faire « étudier un français de haut niveau à Paris ». Finalement, la démission de Katsunosuke fut refusée par le ministre des Affaires étrangères OKUMA Shigenobu (1838-1922) et son voyage annulé, mais Sueko se rendit à Paris pour y étudier la langue. Quant à SAIONJI, même en poste en Allemagne, il retourna souvent dans la capitale française pendant ses congés.

  • contrairement au cinéma, il n’est pas fait mention de l’art et l’industrie de la photographie
  • la partie Référence n’est constituée que d’une liste d’ouvrages et articles japonais, dont les titres sont translittérés en alphabet.
  • la partie Chronologie est triste à voir, avec son français de traducteur automatique. On espère qu’elle sera rapidement corrigée.
  • L’index des personnes est bien fait, semble exhaustif et offre l’heureuse surprise de présenter un portait photographique ou gravé pour presque toutes les personnes qu’il comprend, ce qui permet, par exemple, de voir le visage de Sueko Inoue, mentionnée ci-dessus.
  • on peut regretter l’absence d’un index géographique, même si Google ou tout autre moteur de recherches permet de pallier ce défaut.
  • je ne m’explique pas pourquoi une recherche sur Google avec la restriction site:http://www.ndl.go.jp/france ne donne que les résultats en anglais ; si l’on veut explorer cette page par cette méthode, il faut donc penser à ses termes de recherche en anglais, non en français.
  • Je n’ai rien trouvé sur ce site qui concerne les acrobates ou autres artistes de cirque japonais, ou leurs imitateurs. Cela montre bien la nécessité de ma recherche, la nécessité d’étudier les marges des relations entre le Japon et la France afin de mieux connaitre, par exemple, les aspects populaires du japonisme et de dépasser les préjugés culturels ou académiques qui concernent le cirque.

Lien du jour: Re-Envisioning Japan

Je recopie un extrait de la lettre électronique H-Japan:

Introducing « Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in Visual and Material Culture » (a Digital Humanities project)
by Joanne Bernardi

Dear Colleagues,

I’m writing to introduce Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in 20th Century Visual and Material Culture at http://humanities.lib.rochester.edu/rej/.

This open-access critical archive is a multimedia project using travel, education, and the production and exchange of images and objects as a lens to investigate changing representations of Japan and its place in the world in the first half of the 20th century. Re-Envisioning Japan makes available a wide range of ephemeral objects (e.g., films, postcards,
brochures, photographs, stereographs, and guide books); please see the menu tabs under ‘Research” for more detailed background and other information. The site is also a versatile pedagogical tool. As author and editor, I’ve been using it in the curriculum of “Tourist Japan,” a course in which tourism and tourist culture is used to illuminate the relationship between modernization processes and identity formation. Using Re-envisioning Japan, students build their own exhibits linking cultural objects generated by tourism and education with evolving concepts of nationalism and cultural identity.

Re-Envisioning Japan is inherently ongoing: I work continuously on adding metadata and contextualization. The addition of a 16mm Timeline (See “Moving Images”) is the most recent development. I am currently working on descriptions for each film and fair use excerpts of titles with complex copyright issues; some titles not yet uploaded await copyright permission. Similar Timelines for 8mm film formats are planned for the end of January. In 2015 we’ll be migrating the entire site to an Omeka platform in order to make it even more interactive. In the meantime, if you have any information about any of the objects that you would like to share with others, please contact me at joanne.bernardi@rochester.edu. Feedback and suggestions are also most welcome.

Best wishes for the new year.

Joanne
Joanne Bernardi

Associate Professor

Japanese Studies and Film and Media Studies

Department of Modern Languages and Cultures

University of Rochester

PO Box 270082

Rochester NY 14627

Tel. (585) 275-4251

Welcome

https://www.facebook.com/ReenvisioningJapan

https://twitter.com/ReEnvisionJapan

Pour les acrobates, on trouve le petit film les Kiriki, et ce chromos:

(Source pour toutes les images ci-dessous: Bernardi, Joanne. Re-Envisioning Japan: Japan as Destination in Visual and Material Culture. Rochester, N.Y.: University of Rochester Digital Humanities Center, 2013. River Campus Libraries.  [21/12/2014].)

« This is one of a series of Fifty (50) Cards giving a Pictorial History of the Sports and Pastimes of all Nations. » Published by Arbuckle Bros., New York, 1893. [1040]

La recherche « Juggler » donne ceci:

« One of 50 views from a trip around the world. » Pictures of A Japanese Beauty, Buddha, Hotel Gan Kiro, A Japanese Juggler. Copyrighted 1891. Lithographer: Joseph P. Knapp, 5×3″. [1035]

Enfin, la recherche « Magician » donne cette image:

The magician Shōkyokusai Tenkatsu (1886-1944)