Artistes de rue et de music-hall à l’ombre du Shadow Hero

Gene Luen Yang est un auteur de bandes dessinées américain d’origine chinoise dont le travail m’intéresse beaucoup, car il explore avec talent et humour des thèmes liés à l’identité et l’histoire des immigrés chinois aux États-Unis et de leurs descendants.

Avec Sonny Liew au dessin, dans la série The Shadow Hero, il a redonné vie à The Green Turtle un super-héros imaginé en 1944, qui aide les Chinois à combattre contre l’envahisseur japonais. Ce super-héros a été créé par un des premiers artistes sino-américains de comics, Hing Chu. Comme ses aventures se sont vite arrêtées, leur auteur n’a pas eu le temps de vraiment développer le caractère du personnage. Cela permet à Yang et Liew de placer sa naissance et la fabrique de son identité dans le milieu des immigrants chinois de la Chinatown de San Francisco pendant l’entre-deux-guerres.

J’ai donc eu le plaisir de découvrir qu’ apparaissent dans cette histoire des personnages familiers aux lectrices de ce carnet:

  1. le méchant de l’histoire, nommé Ten Grand, arrive en Amérique avec sa famille, attirée par la promesse de faire fortune rapidement. Son père est assassiné par un Américain caucasien peu de temps après leur arrivée, et lui-même ne survit qu’en dormant dans les rues et volant sa nourriture. Il se joint à une bande d’orphelins chinois: le jour, ils gagnent leur vie par des spectacles d’acrobatie et de jonglerie en rue (p. 124, case 2); la nuit, ils volent les « gwailo » (« les Blancs »).
  2. Le quartier général de Ten Grand se trouve dans un casino clandestin caché à l’intérieur d’un rocher dans la baie de San Incendio (=San Francisco): le « Palace of forbidden fortunes », de style pseudo-chinois.

Casino clandestin dans The Shadow Hero, fond d’écran disponible sur le site internet de l’éditeur français du livre, Urban China.

The Green Turtle y découvre le maire et le commissaire en chef de la ville attablés dans la salle principale. Ils sont accueillis par « l’empereur »:

p. 102 (on peut en voir un aperçu ici: https://itunes.apple.com/us/book/the-shadow-hero-5)

Case 1: All hail Emperor Ten Grand (Gong)

Case  2: What is this ?! What are you foreign devils doing in the Palace of forbidden Fortunes ?! How dare you defile my sacred home ?!

Case 3: Maire de la ville: « Foreign devils! » Ha ha ! I love that !

Case 4: For this violation of my imperial edicts, I sentence you to … a night enjoying my many games of chance !!! Should you lose, you shall bring shame upon your ancestors ! But should you win —

Case 5 — you shall leave here with my treasure filling your pockets !

Case 6: And rest assured the depth of my treasure are inscrutable !!! May the gods of luck smile upon you tonight !

Case 7: The Green Turtle: You’ve got to be kidding me

Par sa position sur une scène, ses vêtements, son langage ampoulé, ses acolytes et le décor de gong et de colonnes décorées de dragons, l’ « empereur » ressemble à un artiste de music-hall. Cette impression se confirmera quelques pages plus tard quand The Green Turtle qui l’a enlevé l’apporte au bureau du policier intègre de la ville (« Detective Lawful ») (p. 117). Celui-ci lui arrache sa moustache et l’identifie comme « Moe Bender », « voleur par nécessité, acteur par vocation ».

p. 117

case 4- Lawful : (…) Whatcha doin’, Moe ? The Chinese can’t find a Chinese to play Fu Manchu ?

Bender: Fu Man — ? I beg your pardon !

case 5: I am the personal stand-in of the notorious Ten Grand, mastermind of the San Incendio underworld ! The audience has doubled — nay, tripled ! — since I accepted the role ! Such is the enormity of my talent — I’ve out-chinked the Chinks !

Moe Bender se vante d’être plus chinois que les Chinois, et s’il n’est pas magicien, cela rappelle la rivalité entre Chung Ling Soo (nom de scène de William Ellsworth Robinson) et Ching Ling Foo (nom de scène de Zhu Liankui). L’ironie ici repose dans le fait que le personnage chinois, The Green Turtle, n’identifie pas l’imposture alors que le détective caucasien reconnaît immédiatement qu’il n’a pas affaire à un Chinois; inversement, Chung Ling Soo se faisait passer avec succès pour un authentique Chinois auprès du public des music-halls d’Europe et d’Amérique.

Pour conclure rapidement, les acrobates et l’artiste de music-hall pseudo-chinois sont des personnages tout à fait secondaires de la bande dessinée The Shadow Hero, mais ils servent utilement, efficacement et avec humour, d’accessoires de contexte historique.

Liens et bibliographie