Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (6)

中尾獅子浮立 (長崎県長崎市): nakaoshishifuritsu (Nagasaki)

Le 17 octobre (et le 15 septembre ?) au 矢上神社

Deux enfants se livrent à des galipettes pendant la danse des lions.

Les shishimai commencent leur danse vers la 7e minute.

Brève présentation sur le site internet de la ville de Nagasaki: http://www.city.nagasaki.lg.jp/shimin/190001/192001/p000769.html (en japonais)

Takengei, Wikipédia, sérendipidité et Blogs BD

Quand je mentionne mon sujet de recherches, souvent les gens sont surpris parce que, contrairement à la Chine, il semble qu’il n’existe plus de tradition vivante de l’acrobatie japonaise. Toutefois, après quelques moments de réflexion, mes interlocuteurs japonais ne manquent pas de mentionner les acrobaties que font les pompiers de Tokyo lors des fêtes de nouvel an. Elles font partie des photos annuelles qu’on est sûr de voir dans la presse au début du mois de janvier. J’y consacrerai un jour une autre entrée de ce blog. Aujourd’hui, je voudrais brièvement présenter une autre survivance annuelle de l’acrobatie japonaise: le festival de Takengei.

Voici ce qu’on peut lire sur Wikipédia  (‘Takengei’, Wikipédia, l’encyclopédie libre, 16 novembre 2014, 15:01 UTC, <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Takengei&oldid=109173362> [Page consultée le 6 janvier 2015]):

Takengei (竹ン芸?) est un festival (matsuri) d’automne traditionnel au sanctuaire Wakamiya-Inari-Jinja (若宮稲荷神社) de la ville de Nagasaki (Préfecture de Nagasaki). Depuis 2003, il fait officiellement partie du Patrimoine national culturel immatériel1 et est représentatif du folklore de Nagasaki2.

Il se tient annuellement pendant deux jours, les 14 et 15 octobre. Deux perches de bambou de 10 m de haut environ sont dressées ces jours-là dans le sanctuaire. L’une est appelée le « bambou mâle » (男竹), l’autre le « bambou femelle » (女竹)1. Sous un accompagnement musical traditionnel de flûte, de tambour et de shamisen, deux personnes vêtues de blanc et portant un masque de renard montent au sommet des perches, y gesticulent et se déclarent mutuellement leur flamme. Ils réalisent également une petite performance acrobatique similaire à celle des pompiers au nouvel an lors de la fête Dezomeshiki. A la fin de la performance, du haut du bambou mâle, le renard lance aux alentours des petits mochis et il sort d’une poche de son vêtement un poulet qu’il lâche et fait voltiger jusqu’au sol. Finalement, les deux renards se laissent glisser le long de leurs bambous jusqu’au au sol de façon spectaculaire1.

D’après une théorie[Laquelle ?], ce serait une imitation d’une histoire liée à Rakan, le disciple de Bouddha. Lors d’un festival, un renard mâle s’amusait dans une forêt de bambous.

Le festival a lieu au sanctuaire Wakamiya-Inari-Jinja depuis 1896, mais auparavant il se tenait dans un autre sanctuaire de la ville1.

Notes et références

  1. (ja) The Agency for Cultural Affairs, Cultural Heritage Online: 竹ン芸 たけんげい (sans date).
  2. (ja) Site officiel de la Préfecture de Nagasaki, 竹ン芸 (sans date).

Voici une petite vidéo de 8 minutes, qui montre bien de quoi il s’agit :

Pour voir tout le festival, en journée et en soirée, deux vidéos plus longues :

 

Les vidéos permettent de bien comprendre certaines descriptions et images du 19e siècle, notamment à propos de la spectaculaire glissade finale. On imagine sans mal qu’elle pouvait émouvoir les spectateurs et mener à des accidents.

Si le festival religieux a fidèlement conservé les techniques acrobatiques du bambou, j’insiste qu’il ne s’agit que d’une hypothèse, il est possible que l’on ait ici  une image fidèle d’un tour de cirque du milieu du 19e siècle tel que les premières troupes japonaises l’ont présenté au public occidental, avant qu’il ne soit adapté aux goûts et us de nouveaux spectateurs.

On ne manquera pas non plus de noter que Nagasaki, de par son histoire de seul port ouvert aux étrangers pendant le shogunat, a été le point de sortie du Japon de la première troupe arrivée à Paris en 1867, avant celle de Risley, troupe dont les membres étaient partis du Japon sans respecter la loi et sans demander de passeports.

Sur le plan de la mise en scène, je suis frappé par les images du festival nocturne et les effets spectaculaires que permettaient de rendre les vêtements blancs des acrobates. Je me demande si cela a ete exploité au cirque. Cependant, la simplicité de ce costume serait allée à l’encontre de l’exotisme qu’on attendait des acrobates japonais, notamment dans leurs tenues, souvent mentionnées dans les comptes-rendus de la presse française.

Pour finir cette entrée de blog, je voudrais revenir sur ma citation de l’article Wikipédia. Je suis professeur de français au Japon, et j’ai construit pour mes étudiants des exercices de FLE basés sur cette encyclopédie électronique gratuite, qui, a mes yeux, est un extraordinaire outil pédagogique, encore mal et insuffisamment exploité. Dans cet esprit, j’ai traduit et essayé d’améliorer l’article Wikipedia japonais, en lui ajoutant des informations trouvées sur le site du ministère japonais responsable du patrimoine culturel (mais je dois avouer que je ne maitrise pas toute la subtilité administrative des catégories de ce patrimoine). J’espère que d’autres contributeurs tenteront aussi de rendre cet article plus intéressant.

Parlant de Wikipédia, j’en profite pour mentionner l’article suivant:

SANDRI, Eva, « La sérendipité sur internet : égarement documentaire ou recherche créatrice? », Cygne noir, no 1, 2013. En ligne : <http://www.revuecygnenoir.org/numero/article/la-serendipite-sur-internet> (consulté le 06/01/2015).

et remercier Violaine Briat, la talentueuse auteure du blog BD Vee’s Dumping Ground, grâce à qui j’ai découvert le festival de Takengei. Cette découverte est aussi liée à mon activité de professeur de français; je pense que les blogs BD français offrent eux aussi beaucoup de possibilités pédagogiques, et j’en lis quotidiennement pour mon plaisir, pour mon métier et pour mon éducation.

(Pour mes articles sur Wikipédia ou les blogs BD et le FLE, je me permets de vous suggérer de cliquer sur le lien à droite vers ma page academia.edu)

Mise à jour du 3 avril 2015:

Pour mieux comprendre le système de classement du patrimoine culturel immatériel japonais, je recommande l’article suivant:

B. E. Thornbury, The Cultural Properties Protection Law and Japan’s Folk Performing Arts, Asian Folklore Studies 53, 1994, p. 211-225

Mise à jour du 29 avril 2016

Quelques réflexions intéressantes sur la sérendipité et les historiens dans l’entrée de carnet de C. Muller, Raconter l’histoire à l’ère du numérique (1ère version), acquis-de-conscience (27/04/2016)