Acrobaties et patrimoine immatériel du Japon (1) et (2)

L’exposition du Minpaku sur les misemono m’a beaucoup intéressé parce qu’elle donne des informations sur le contexte japonais des acrobates et jongleurs venus en France, notamment sur des actes acrobatiques réalisés lors de matsuri. Le catalogue de l’exposition offre une liste de 13 circonstances. Je vais essayer dans mes prochains postes de donner une ou deux vidéos pour chacune d’elle, comme je l’avais fait pour le Takengei de Nagasaki il y a presque deux ans.

継ぎ獅子 (愛媛県今治市波方町樋口の潮早神社): Tsugishishi (Imabari, Préfecture d’Ehime)

Formation de pyramides humaines (jusqu’à cinq niveaux)

梯子獅子 (兵庫県淡路市): Hashigoshishi (littéralement : « Lion de l’échelle »)(Awaji, Préfecture de Hyogo)

Un « lion dansant » (shishi-mai) monte une grande échelle et rampe sur une corde tendue à une dizaine de mètres au-dessus du sol.

 

Note de lecture: Acrobates de Tanger

Mohammed Telhine, Acrobates de Tanger. Les artistes de La Troupe (2013)

La lecture d’ Acrobates de Tanger a été extrêmement intéressante pour moi parce que le type de matériau, de sources, que son auteur a utilisé est complètement différent de celui auquel j’ai eu à faire jusqu’à présent dans mes propres recherches sur les acrobates japonais. Il s’agit d’un choix délibéré de son auteur, Mohammed Telhine, puisque les sources écrites journalistiques et les affiches de cirque, par exemple, existent aussi pour les acrobates nord-africains. Telhine, lui, a choisi de rassembler une collection de témoignages oraux, et on peut lui en être reconnaissant parce qu’il y avait urgence, vu l’âge avancé de ses interlocuteurs. Comme il se base sur des témoignages oraux, son enquête remonte rarement au-delà de la Deuxième guerre mondiale, et cela me pousse à remettre en question le terme final que j’avais choisi, 1945, pour ma propre enquête. Il serait certainement judicieux de voir à rassembler les témoignages oraux d’acrobates japonais, s’il y en a, après 1945 pour compléter mes recherches.

De ces témoignages marocains, je retiens les traits suivant:

  • les très mauvaises conditions de travail, de sécurité physique ou contractuelle. Le « muqaddem », l’organisateur de la troupe d’acrobates, confisque les passeports de ses artistes, souvent ne paie pas les membres de sa troupe, ne veille pas à leur santé, ne les forme pas. Il n’est pas rare que le contrat soit signé entre le manager et les parents de l’acrobate, qui restent au Maroc pendant que celui-ci voyage et travaille. Il n’est pas payé directement, mais l’argent est versé à ses parents. Il est facile d’imaginer les irrégularités qui s’ensuivent.
  • Peu d’acrobates marocains ont travaillé en dehors de l’Europe et des États-Unis. Seuls un d’entre eux s’est produit en Afrique du Sud, et deux autres sont allés en Asie (Vietnam, Indonésie et Japon).
  • Beaucoup d’acrobates deviennent polyglottes, ce qui leur permet de se recycler en guides ou accompagnateurs de voyages au Maroc après la fin de leur carrière d’acrobates.
  • Le nombre d’unions mixtes est très élevé: mariages avec des femmes de pays européens ou américaines. Un témoin, cependant, est extrêmement pessimiste vis-à-vis de ces unions, affirmant qu’elles finissent toutes en divorces. Souvent, les acrobates marocains se marient deux fois sans qu’ils divorcent officiellement dans le pays de leur première union.
  • Plusieurs acrobates ont des carrières mixtes; ils alternent passages dans des cirques et travaux en usine, hors de leur pays d’origine. Parfois, ils étudient pour acquérir d’autres savoirs et obtenir différents diplômes ou certificats d’aptitude professionnelle.
  • Beaucoup d’acrobates regrettent le peu de prestige dont bénéficie leur métier au Maroc et comparent amèrement le mépris dans lesquels on les y tiendrait et leur vie de stars du cirque, en contact avec des stars de la télévision ou du cinéma.
  • Quelques superstitions et interdits religieux: pas d’entrainement le vendredi et ne pas prononcer certains mots (je me demande quels pouvaient être les usages pour les acrobates japonais).
  • le travail de chorégraphes modernes, en collaboration avec d’anciens acrobates professionnels, pour essayer de garder la mémoire de l’acrobatie au Maroc et la développer dans de nouvelles directions.

(Voici deux exemples)

  • À propos du racisme, les acrobates marocains ne semblent pas être très critiques vis-à-vis de l’Europe (à l’exception des garçons de café français). Au contraire, plusieurs témoins soulignent la curiosité bienveillante dont ils étaient l’objet et les rencontres amoureuses que cela leur a offertes. Par contre, à plusieurs reprises, ils mentionnent le racisme dont ils ont été victimes, eux ou leurs comparses, aux USA, non en fonction de leur origine, mais directement en fonction de la couleur de peau de certains d’entre eux. Ces différences de racisme ont bien évidemment apporté des chocs et causé des expériences très déplaisantes.

Takengei, Wikipédia, sérendipidité et Blogs BD

Quand je mentionne mon sujet de recherches, souvent les gens sont surpris parce que, contrairement à la Chine, il semble qu’il n’existe plus de tradition vivante de l’acrobatie japonaise. Toutefois, après quelques moments de réflexion, mes interlocuteurs japonais ne manquent pas de mentionner les acrobaties que font les pompiers de Tokyo lors des fêtes de nouvel an. Elles font partie des photos annuelles qu’on est sûr de voir dans la presse au début du mois de janvier. J’y consacrerai un jour une autre entrée de ce blog. Aujourd’hui, je voudrais brièvement présenter une autre survivance annuelle de l’acrobatie japonaise: le festival de Takengei.

Voici ce qu’on peut lire sur Wikipédia  (‘Takengei’, Wikipédia, l’encyclopédie libre, 16 novembre 2014, 15:01 UTC, <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Takengei&oldid=109173362> [Page consultée le 6 janvier 2015]):

Takengei (竹ン芸?) est un festival (matsuri) d’automne traditionnel au sanctuaire Wakamiya-Inari-Jinja (若宮稲荷神社) de la ville de Nagasaki (Préfecture de Nagasaki). Depuis 2003, il fait officiellement partie du Patrimoine national culturel immatériel1 et est représentatif du folklore de Nagasaki2.

Il se tient annuellement pendant deux jours, les 14 et 15 octobre. Deux perches de bambou de 10 m de haut environ sont dressées ces jours-là dans le sanctuaire. L’une est appelée le « bambou mâle » (男竹), l’autre le « bambou femelle » (女竹)1. Sous un accompagnement musical traditionnel de flûte, de tambour et de shamisen, deux personnes vêtues de blanc et portant un masque de renard montent au sommet des perches, y gesticulent et se déclarent mutuellement leur flamme. Ils réalisent également une petite performance acrobatique similaire à celle des pompiers au nouvel an lors de la fête Dezomeshiki. A la fin de la performance, du haut du bambou mâle, le renard lance aux alentours des petits mochis et il sort d’une poche de son vêtement un poulet qu’il lâche et fait voltiger jusqu’au sol. Finalement, les deux renards se laissent glisser le long de leurs bambous jusqu’au au sol de façon spectaculaire1.

D’après une théorie[Laquelle ?], ce serait une imitation d’une histoire liée à Rakan, le disciple de Bouddha. Lors d’un festival, un renard mâle s’amusait dans une forêt de bambous.

Le festival a lieu au sanctuaire Wakamiya-Inari-Jinja depuis 1896, mais auparavant il se tenait dans un autre sanctuaire de la ville1.

Notes et références

  1. (ja) The Agency for Cultural Affairs, Cultural Heritage Online: 竹ン芸 たけんげい (sans date).
  2. (ja) Site officiel de la Préfecture de Nagasaki, 竹ン芸 (sans date).

Voici une petite vidéo de 8 minutes, qui montre bien de quoi il s’agit :

Pour voir tout le festival, en journée et en soirée, deux vidéos plus longues :

 

Les vidéos permettent de bien comprendre certaines descriptions et images du 19e siècle, notamment à propos de la spectaculaire glissade finale. On imagine sans mal qu’elle pouvait émouvoir les spectateurs et mener à des accidents.

Si le festival religieux a fidèlement conservé les techniques acrobatiques du bambou, j’insiste qu’il ne s’agit que d’une hypothèse, il est possible que l’on ait ici  une image fidèle d’un tour de cirque du milieu du 19e siècle tel que les premières troupes japonaises l’ont présenté au public occidental, avant qu’il ne soit adapté aux goûts et us de nouveaux spectateurs.

On ne manquera pas non plus de noter que Nagasaki, de par son histoire de seul port ouvert aux étrangers pendant le shogunat, a été le point de sortie du Japon de la première troupe arrivée à Paris en 1867, avant celle de Risley, troupe dont les membres étaient partis du Japon sans respecter la loi et sans demander de passeports.

Sur le plan de la mise en scène, je suis frappé par les images du festival nocturne et les effets spectaculaires que permettaient de rendre les vêtements blancs des acrobates. Je me demande si cela a ete exploité au cirque. Cependant, la simplicité de ce costume serait allée à l’encontre de l’exotisme qu’on attendait des acrobates japonais, notamment dans leurs tenues, souvent mentionnées dans les comptes-rendus de la presse française.

Pour finir cette entrée de blog, je voudrais revenir sur ma citation de l’article Wikipédia. Je suis professeur de français au Japon, et j’ai construit pour mes étudiants des exercices de FLE basés sur cette encyclopédie électronique gratuite, qui, a mes yeux, est un extraordinaire outil pédagogique, encore mal et insuffisamment exploité. Dans cet esprit, j’ai traduit et essayé d’améliorer l’article Wikipedia japonais, en lui ajoutant des informations trouvées sur le site du ministère japonais responsable du patrimoine culturel (mais je dois avouer que je ne maitrise pas toute la subtilité administrative des catégories de ce patrimoine). J’espère que d’autres contributeurs tenteront aussi de rendre cet article plus intéressant.

Parlant de Wikipédia, j’en profite pour mentionner l’article suivant:

SANDRI, Eva, « La sérendipité sur internet : égarement documentaire ou recherche créatrice? », Cygne noir, no 1, 2013. En ligne : <http://www.revuecygnenoir.org/numero/article/la-serendipite-sur-internet> (consulté le 06/01/2015).

et remercier Violaine Briat, la talentueuse auteure du blog BD Vee’s Dumping Ground, grâce à qui j’ai découvert le festival de Takengei. Cette découverte est aussi liée à mon activité de professeur de français; je pense que les blogs BD français offrent eux aussi beaucoup de possibilités pédagogiques, et j’en lis quotidiennement pour mon plaisir, pour mon métier et pour mon éducation.

(Pour mes articles sur Wikipédia ou les blogs BD et le FLE, je me permets de vous suggérer de cliquer sur le lien à droite vers ma page academia.edu)

Mise à jour du 3 avril 2015:

Pour mieux comprendre le système de classement du patrimoine culturel immatériel japonais, je recommande l’article suivant:

B. E. Thornbury, The Cultural Properties Protection Law and Japan’s Folk Performing Arts, Asian Folklore Studies 53, 1994, p. 211-225

Mise à jour du 29 avril 2016

Quelques réflexions intéressantes sur la sérendipité et les historiens dans l’entrée de carnet de C. Muller, Raconter l’histoire à l’ère du numérique (1ère version), acquis-de-conscience (27/04/2016)