Site du jour: ENCCRE (ou Acrobates, jongleurs et charlatans dans l’Encyclopédie)

ENCCRE (Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie) a été mise en ligne le 19 octobre 2017 par l’Académie des Sciences. Elle a été conçue et coordonnée par Alexandre Guilbaud, Marie Leca-Tsiomis, Irène Passeron et Alain Cernuschi (AMIA).

Le site est très beau et facile à utiliser; on peut aisément y faire des recherches dans tout le texte de l’Encyclopédie.

Une recherche « Acrobate » ne donne rien; une recherche « Acrobates » donne les deux résultats suivant:

D’abord, un article que je reproduis en entier:

ACROBATES, s. m. (Hist. anc.) espece de danseurs de corde. Il y en avoit de quatre sortes : les premiers se suspendant à une corde par le pié ou par le col voltigeoient autour, comme une roue tourne sur son essieu ; les autres voloient de haut en bas sur la corde, les bras & les jambes étendus, appuyés simplement sur l’estomac ; la troisieme espece étoient ceux qui couroient sur une corde tendue obliquement, ou du haut en bas ; & les derniers, ceux qui non-seulement marchoient sur la corde tendue horisontalement, mais encore faisoient quantité de sauts & de tours, comme auroit fait un danseur sur la terre. Nicéphore, Grégoras, Manilius, Nicétas, Vopiscus, Symposius, font mention de toutes ces différentes especes de danseurs de corde. (G [=Mallet])

Ensuite, une mention, en compagnie d’autres mots grecs, dans l’article « Danseur de corde, (Art.) », vol. IV (1754), p. 629b–630a ( « Article de M. le Chevalier de Jaucourt »).

Je ne résiste pas au plaisir de reproduire les réflexions de la moitié finale de l’article:

Bien des gens ont de la peine à comprendre quel plaisir peut donner un spectacle qui agite l’ame, qui l’importune avec inquiétude, qui l’effraye, & qui n’offre que des craintes & des allarmes ; cependant il est certain, comme le dit M. l’abbé du Bos, que plus les tours qu’un voltigeur téméraire fait sur la corde sont périlleux, plus le commun des spectateurs s’y rend attentif. Quand ce sauteur, ce voltigeur fait un saut entre deux épées prêtes à le percer si dans la chaleur du mouvement son corps s’écartoit d’un point de la ligne qu’il doit décrire, il devient un objet digne de toute notre curiosité. Qu’on mette deux bâtons à la place des épées, que le voltigeur fasse tendre sa corde à deux piés de hauteur sur une prairie, il fera vainement les mêmes sauts & les mêmes tours, on ne dédaignera plus le regarder, l’attention du spectateur cesse avec le danger.

D’où peut donc venir ce plaisir extrème qui accompagne seulement le danger où se trouvent nos semblables ? Est-ce une suite de notre inhumanité ? Je ne le pense pas, quoique l’inhumanité n’ait malheureusement que des branches trop étendues : mais je crois avec l’auteur des réflexions sur la Poésie & sur la Peinture, que le plaisir dont il s’agit ici est l’effet de l’attrait de l’émotion qui nous fait courir par instinct après les objets capables d’exciter nos passions, quoique ces objets fassent sur nous des impressions fâcheuses. Cette émotion qui s’excite machinalement quand nous voyons nos pareils dans le péril, est une passion dont les mouvemens remuent l’ame, la tiennent occupée, & cette passion a des charmes malgré les idées tristes & importunes qui l’environnent. Voilà la véritable explication de ce phénomene, & pour le dire en passant, de beaucoup d’autres qui ne semblent point y avoir de rapport ; comme par exemple de l’attrait des jeux de hasard, qui n’est un attrait que parce que ces sortes de jeux tiennent l’ame dans une émotion continuelle sans contention d’esprit ; en un mot, voilà pourquoi la plûpart des hommes sont assujettis aux goûts & aux inclinations qui sont pour eux des occasions fréquentes d’être occupés par des sensations vives & satisfaisantes. Vous trouverez ce sujet admirablement éclairci dans l’ouvrage que j’ai cité, & ce n’est pas ici le lieu d’en dire davantage.

« Jongleur » conduit à JONGLEURS  (Littérat.) et Jongleur (Divination).

Voici le début de cet article, relativement long:

Jongleur, (Divination) magiciens ou enchanteurs fort renommés parmi les nations sauvages d’Amérique, & qui font aussi parmi elles profession de la Médecine.

« Jongleurs » mène à plusieurs articles de littérature, mais aussi à SCHAMANS (Hist. mod.) (voir ci-dessous) et à TAY-BOU-TO-NI, (Hist. mod.), que je reproduis:

TAY-BOU-TO-NI, s. m. (Hist. mod.) c’est le nom que les habitans du Tonquin[[1]] donnent à des jongleurs, ou prétendus magiciens, qui, au moyen de quelques charmes, persuadent au peuple qu’ils peuvent guérir toutes sortes de maladies ; leur maniere de procéder à la guérison d’un malade, est de danser autour de lui, en faisant un bruit horrible, soit avec une trompette, soit avec une espece de tambour, soit avec une clochette, &c. & en proférant des paroles mystérieuses pour conjurer les démons, auprès desquels ils prétendent avoir beaucoup de crédit.

L’article « Schamans » m’a fait repenser à l’expression « charlatans du Japon » de Rousseau que j’avais étudiée dans des entrées de carnet précédentes.

SCHAMANS, s. m. pl. (Hist. mod.) c’est le nom que les habitans de Sibérie donnent à des imposteurs, qui chez eux font les fonctions de prètres, de jongleurs, de sorciers & de médecins. Ces schamans prétendent avoir du crédit sur le diable, qu’ils consultent pour savoir l’avenir, pour la guérison des maladies, & pour faire des tours qui paroissent surnaturels à un peuple ignorant & superstitieux : ils se servent pour cela de tambours qu’ils frappent avec force, en dansant & tournant avec une rapidité surprenante ; lorsqu’ils se sont aliénés à force de contorsions & de fatigue, ils prétendent que le diable se manifeste à eux quand il est de bonne humeur. Quelquefois la cérémonie finit par feindre de se percer d’un coup de couteau, ce qui redouble l’étonnement & le respect des spectateurs imbécilles. Ces contorsions sont ordinairement précédées du sacrifice d’un chien ou d’un cheval, que l’on mange en buvant force eau-de-vie, & la comédie finit par donner de l’argent au schaman, qui ne se piquent pas plus de désintéressement que les autres imposteurs de la même espece.

J’ai donc procédé à une nouvelle recherche sur le mot employé par Rousseau. « Charlatan » donne 51 résultats [dont CHARLATAN, (Medecine.)]; apparemment aucun ne concerne le Japon. J’ai ainsi découvert ce synonyme:

SALTIMBANQUE, s. m. (Maladies.) synonyme à charlatan, empirique. Voyez l’un & l’autre.

« Charlatans » donne 80 résultats. Parmi ceux-ci, PERLE (Hist. nat.) mentionne aussi le Japon, mais sans rapport avec les charlatans.

On peut aussi lire l’article général:

* CHARLATANNERIE, s. f. c’est le titre dont on a décoré ces gens qui élevent des treteaux sur les places publiques, & qui distribuent au petit peuple des remedes auxquels ils attribuent toutes sortes de propriétés. Voyez Charlatan. Ce titre s’est généralisé depuis, & l’on a remarqué que tout état avoit ses charlatans ; ensorte que dans cette acception générale, la charlatannerie est le vice de celui qui travaille à se faire valoir, ou lui-même, ou les choses qui lui appartiennent, par des qualités simulées. C’est proprement une hypocrisie de talens ou d’état. La différence qu’il y a entre le pédant & le charlatan, c’est que le charlatan connoît le peu de valeur de ce qu’il surfait, au lieu que le pédant surfait des bagatelles qu’il prend sincerement pour des choses admirables. D’où l’on voit que celui-ci est assez souvent un sot, & que l’autre est toûjours un fourbe. Le pédant est dupe des choses & de lui-même ; les autres sont au contraire les dupes du charlatan.

Cette petite recherche lexicologique n’a pas permis de mieux identifier la source de l’expression « charlatans du Japon » de Rousseau pour décrire le tour de magie de la corde, qu’on fait en général venir d’Inde ou de Chine, mais elle permet d’ajouter un sens médical au passage du philosophe et à sa description d’un spectacle de rue en Orient.

[[1]] Le Tonquin dans l’Encyclopédie est la région entre l’Inde et la Chine.

PS: Merci aux piliers du bistrot de Wikipédia grâce auxquels j’ai découvert si rapidement ce nouveau site. Il vaut la peine d’aller lire leur discussion.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Site du jour: ENCCRE (ou Acrobates, jongleurs et charlatans dans l’Encyclopédie) ». Publié sur Acrobates japonais en France le 20/10/2017. Lien : http://acrobates.hypotheses.org/1189.

Une plaque de Delft, beaucoup de confusion (et retour à Rousseau ?)

Alors que je feuilletais le beau catalogue de l’exposition Asia in Amsterdam : the culture of luxury in the Golden Age, éd. par Karina Corrigan, Jan van Campen, Femke Diercks (Amsterdam, 2015), mon attention a été attirée par l’objet suivant, parce qu’il me rappelle la gravure dont j’avais brièvement discuté lorsque j’avais présenté l’expression « charlatans du Japon » de Rousseau:

Plaque murale de Delft, décor oriental, vers 1680; h 63.5 cm × l 92.0 cm × p 1.5 cm; Public domain [Libre de droits], copiée depuis https://www.rijksmuseum.nl/

La notice du catalogue précise que le peintre de cette plaque s’est inspiré pour sa composition de plusieurs gravures hollandaises, dont, pour l’homme en équilibre sur une perche de bambou, les rats et le panier percé à coups d’épée, de la gravure suivante:

Celle-ci provient de l’ouvrage de Johannes Nieuhof, Het Gezandtschap der Neêrlandtsche Oost-Indische Compagnie, aan den grooten Tartarischen Cham, den tegenwoordigen Keizer van China: (etc) , paru en 1665 et rapidement traduit en français, anglais, allemand et latin (Je reproduis ici des pages de l’édition en français parue en 1665 à Leyde):

Il se fait que la Bibliothèque nationale de France possède un manuscrit illustré lié à cet ouvrage (les exégètes débattent du rapport exact entre le manuscrit et le récit de voyage publié). On y trouve le dessin suivant:

 » [Johan Nieuhof]. « Journaal van zommige voorvallen, inde voyagie vande E. Heeren Pieter de Goyer en Jacob Keyser, ambassadeurs, aande grootmachtige keizer van Chyna en Tartaryen, inde jaaren 1655, 56 & 1657″, 1659 (229 p. et 81 dessins à la plume rehaussés de couleurs). »

On y reconnait un des personnages torse nu qui brandit des deux mains une pierre au-dessus de sa tête. Celui-ci a aussi été reproduit sur la plaque de Delft, par l’intermédiaire de la version imprimée du voyage de Nieuhof:

.Pour illustrer le fait que les dessins manuscrits de Nieuhof ont été retravaillés, recomposés, modifiés et complétés de différentes façons lors de l’impression de son récit de voyage, j’ajoute une deuxième gravure issue du dessin ci-dessus (ou d’un autre dessin similaire):

On voit que ces deux illustrations servent à illustrer des considérations sur les mendiants en Chine, séparées du récit concernant les bateleurs. La différence de contexte a été effacée par le peintre de la plaque de Delft, qui a réuni tous ces personnages en une seule scène et y a ajouté d’autres comparses, dont deux personnes à la coiffure et au vêtement japonais.

L’exemplaire manuscrit de Paris, sauf erreur de ma part, ne contient pas de dessin avec une scène de bateleurs, mais, à cause de la complexité des relations entre le manuscrit et les éditions imprimées, on ne peut en déduire que Nieuhof n’a pas vu de ses propres yeux ces spectacles, contrairement à celui des mendiants.

A cet exemple de confusion orientaliste entre Chine et Japon, entre mendiants et bateleurs, je voudrais ajouter un autre document visible sur le beau site du Rijksmuseum:

Wachthuis in Japan; Goochelaars en acrobaten [Poste de garde au Japon, Jongleurs et acrobates], Romeyn de Hooghe, 1682 – 1733; copié depuis https://www.rijksmuseum.nl; Public domain [libre de droits]

D’après le site internet du musée, il s’agit ici d’une gravure reproduisant deux images publiées pour la première fois séparément dans le livre de Simon de Vries, Curieuse aenmerckingen der bysonderste Oost en West-Indische verwonderens-waerdige dingen, deel 4, p. 1052 et p. 894 (Utrecht: J. Ribbius, 1682).

La réunion des deux illustrations en une seule planche fait partie de l’album Les Indes Orientales et Occidentales, et autres lieux réalisé par le graveur Romeyn de Hooghe, publié par Pieter van der Aa au début du XVIIIe s. C’est à ce moment qu’ont été ajoutés au texte en néerlandais les textes français, que je retranscris:

Bateleurs et bouffons

  1. Bateleur qui fait passer une corde par l’œil et le nez

  2. Qui se laisse passer par une corbeille

  3. Chaines à travers du corps

  4. Qui se hurtent la tête

  5. Cheval dressé

  6. Danse de rats

  7. Qui se brule la cervelle

  8. Autres bateleurs

  9. Arabe sur une colonne

  10. Course de deux chevaux

  11. Toutes sortes de Danseurs de corde

On notera qu’aucune nationalité ou ethnicité n’est donnée pour l’ensemble de l’image1, mais plusieurs de ces personnages sont directement recopiés depuis les illustrations chinoises montrées ci-dessus (je ne m’explique pas d’où vient l' »Arabe sur une colonne »). Toutefois, je pense que l’absence de textes explicatifs précis et la juxtaposition avec l’illustration de gauche, intitulée en français « Corps-de-garde des Japonnois » entraine la confusion et pousse à localiser tous ces acrobates ou artistes de rue au Japon, ce qui nous rapproche de l’expression de Rousseau « Charlatans du Japon ». Les gravures hollandaises qui illustraient les récits de voyages en Extrême-Orient ont ainsi servi, par leur utilisation, réutilisation, transformations, à créer un imaginaire occidental des saltimbanques orientaux, qui mêlait et entremêlait joyeusement toutes les nations d’Asie.

 


1 Ce n’était pas nécessaire dans la publication originale de Simon de Vries puisqu’il précisait bien qu’il parlait des Chinois et citait explicitement Johannes Nieuhof.

Les lecteurs de Rousseau vont-ils au cirque ?

A la suite d’une recherche sur le site Gallica, avec les termes suivants « Jongleurs du Japon », j’ai découvert ce texte un peu curieux:

ROUSSEAU:

(…)

Le pouvoir se délègue et jamais se partage ;
Direct ou réfléchi, ce rayon même encor
Reproduit sur notre œil son réfrangible essor.
Devons-nous en conclure et prôner la chimère
De voir en lui l’effet d’une triple lumière .
Eh! que dis-je, en dépit de ses pouvoirs rivaux,
Partout du peuple anglais le sang coule à grands flots;
Leur liberté cent ans en fut toute fumante ,
Cent ans sur l’échafaud je la vois expirante ;

Je la vois tour à tour au hasard déployant
De Lancastre ou d’York l’étendard effrayant,
Limiter, en dépit de sa triste balance ,
A changer de tyran sa fière indépendance.
Plus tard du peuple anglais l’impur réformateur
Sur elle épuisera son infâme fureur,
Et sur elle au défaut des bûchers de Marie,
Fondra d’Elisabeth l’atroce hypocrisie.
Enfin, objet d’horreur , de mépris et d’effroi,
Le front marqué du sceau du meurtre de son roi,
Elle accourt, avilie, éplorée et sanglante
Tendre aux fers de Cromwell une main suppliante.
Tout pouvoir est restreint, nul n’est illimité,
Mais il s’anéantit s’il rompt son unité.
Des jongleurs du Japon rivalisant la gloire,

N’allez plus …..

MONTESQUIEU.
Je connais le reste de l’histoire ;
Je sais qu’escaladant leurs classiques tréteaux,
Et d’un enfant en l’air jetant les trois lambeaux,
Je fais tomber aux yeux de la foule ébahie
Ces lambeaux rajustés et l’enfant plein de vie.
C’est ainsi que j’importe , apprenti charlatan ,
Mes tours de gobelet des bouts de l’Orient (1 ) ;
Espérons , croyez-moi, grâce à vos soins prospères ,
Qu’on n’en cherchera plus aux terres étrangères.

(1) Contrat social, liv. ii, chap. ii

Ce dialogue en vers entre Rousseau et Montesquieu fait partie d’un recueil de poésies dont Gallica nous offre ainsi les références (le dialogue occupe les p. 15-47) [1]:

Titre :  Rousseau de Genève et Montesquieu / par Claude-Simplicien Constituantiski
Auteur :  Constituantisky, Claude-Simplicien. Auteur du texte
Éditeur :  impr. de J. Renous et Cie (Montauban)
Date d’édition :  1844
Type :  monographie imprimée
Langue :  français
Langue :  français
Format :  1 vol. (74 p.) ; in-8

É. Forestié, La Société littéraire et l’ancienne Académie de Montauban : histoire de ces sociétés et biographie de tous les académiciens, 1730-1791 (2e édition) (1888), p. 280, nous apprend qui se cache derrière le pseudonyme de l’auteur:

Jacques-Antoine de Molières avait eu deux fils, qui furent militaires comme lui et cultivèrent la poésie avec succès.
L’aîné, Jacques, ancien mousquetaire rouge, né le 4 août 1774, et décédé le 5 mars 1862 à son château d’Espanel fit imprimer à Montauban plusieurs brochures sous le nom de Claude-Simplicien Tyrannicidisky, Constitutioneliski, Constituantiski, et exigea que le tirage ne dépassât pas une dizaine d’exemplaires.
Voici le titre de ces rarissimes brochures:
– Considérations plus ou moins poétiques sur la cause et l’effet de nos plaisirs. — 1828. in-8° de 35 pages.
– Chateaubriand et Béranger. — 1831, in-8° de 39 pages.
– Rousseau de Genève et Montesquieu. — 1844, in-8°, de 74 pages.
– Klerdelune et Klassilanlain, 110 et 2e parties. — 1850-53, in-8° de 133 et 36 pages.
– Domitien, Tacite et Mirabeau, 1″ et 2e parties. — 1851-52, in-8° de 57 et 38 pages.

On peut consulter l’arbre généalogique de Jacques de Molières ici (dressé par Georges PETIT-JEAN). Un autre blog généalogique nous apprend, citant une autre étude de Mr Forestié (1918):

En 1784, Jacques-Antoine de Molières fut capitaine au 20° léger et fit, en cette qualité, la campagne de 1813; à la fin de sa vie il occupa les fonctions de bibliothécaire de la ville de Montauban et mourut célibataire et très âgé; le château et la terre d’Espanel échut à son frère unique qui y passa toute son existence et y mourut aussi célibataire vers 1872.

Heureusement pour nous, Jacques de Molières a orné sa poésie didactique de notes de bas de page, qui permettent de retrouver les passages de Rousseau et de Montesquieu qu’il adapte pour son dialogue. Dans l’extrait qui nous intéresse, il s’agit du 2e chapitre du Livre II du Contrat social, qui est intitulé: « Que la souveraineté est indivisible »:

(…) Mais nos Politiques ne pouvant diviser la souveraineté dans son principe, la divisent dans son objet ; ils la divisent en force & en volonté, en puissance législative & en puissance exécutive, en droits d’impôts, de justice, & de guerre, en administration intérieure & en pouvoir de traiter avec l’étranger : tantôt ils confondent toutes ces parties & tantôt ils les séparent ; ils font du Souverain un être fantastique & formé de pieces rapportées ; c’est comme s’ils composoient l’homme de plusieurs corps dont l’un auroit des yeux, l’autre des bras, l’autre des pieds, & rien de plus. Les charlatans du Japon dépecent, diton, un enfant aux yeux des spectateurs, puis jettant en l’air tous ses membres l’un après l’autre, ils font retomber l’enfant vivant & tout rassemblé. Tels sont à peu près les tours de gobelets de nos politiques ; après avoir démembré le corps social par un prestige digne de la foire, ils rassemblent les pieces on ne sait comment. Cette erreur vient de ne s’être pas fait des notions exactes de l’autorité souveraine, & d’avoir pris pour des parties de cette autorité ce qui n’en étoit que des émanations. (…) [2]

D’après une recherche sur Gallica, Rousseau est le premier à utiliser l’expression « charlatans du Japon » (en 1762). L’image est efficace; Rousseau s’attaque à une cible de choix: Montesquieu et son principe de séparation des pouvoirs; sa raillerie aura du succès (« un fragment de polémique fort spirituel« ). Elle est reprise dès 1766 dans la Lettre d’un anonime à M. J.-J. Rousseau ; en 1792, la comparaison est appliquée à Condorcet, semble-t-il, dans Ma Soirée d’hier, ou Réflexions sur l’opinion de Condorcet . Je ne reprends pas ici toutes les discussions ou analyses de Rousseau qui la reprennent; évidemment, elle réapparait à chaque nouvelle impression du Contrat social.

Parfois, elle sort des discussions académiques ou philosophiques, par exemple en 1824 (discussion d’actualité politique) ou en 1924, avec une citation dans une tribune en premier page du Rappel.

Le 25 mars 1867, un correspondant de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux : Notes and queries français ; questions et réponses, communications diverses à l’usage de tous, littérateurs et gens du monde, artistes, bibliophiles, archéologues, généalogistes, etc. (c. 164-165) , d’Erlar de Groningue, demande quelle est la source de Rousseau pour « ce tour merveilleux de charlatanerie orientale ». Malheureusement, la réponse qu’il reçoit a dû, tout comme nous, le laisser sur sa fin puisqu’on y cite la Devineresse de Corneille et de Visé. Dans cette pièce, il est effectivement fait mention d’un tour de magie, « Le corps en morceaux », mais celui-ci n’a aucun lien avec le Japon.

La date de cette question est intéressante puisque les premiers acrobates et jongleurs japonais se sont produits aux États-Unis en 1866 (ils arriveront en France plus tard en 1867). Il semble donc qu’un lecteur de Rousseau ait été surpris par le fait que ce tour de « dépècement d’enfant » n’était pas au programme des troupes japonaises tel qu’il pouvait le lire dans les gazettes, et il a posé une question de critique historique, de recherche de sources pour Rousseau. On a donc ici une question originale sur la réception des artistes de cirque japonais en France: dans quelle mesure certains spectateurs ont-ils été influencés par leurs lectures et l’image littéraire du Japon avant de voir de leurs yeux les tours des artistes de cirque japonais ?

A ma connaissance, la  quête[3] de la source de Rousseau pour ce passage n’a pour l’instant mené nulle part[4]. La raison en est peut-être tout simplement que Rousseau attribue une provenance japonaise à un tour de magie que la tradition fait plutôt venir d’inde ou de Chine, le tour dit de la corde indienne[5]. Un magicien fait se dresser une corde en l’air; il y grimpe ou y fait grimper un jeune garçon. Pour une raison ou l’autre, il découpe ce garçon en morceaux, qui tombent au sol. Le magicien place ces morceaux de corps humain dans un panier, le ferme et l’enfant en ressort vivant et entier. Différentes versions existent de cette histoire, la plus proche de celle de Rousseau semble être celle de l’auteur chinois Pu Songling (dans un conte du recueil Chroniques de l’étrange paru en 1740), mais je ne pense pas qu’il en existait une traduction en langue occidentale disponible pour Rousseau.

En revanche, en 1681, Edward Melton avait publié à Amsterdam, avec une illustration, le compte-rendu d’un spectacle de jongleurs chinois qu’il avait vu à Jakarta et qui comporte une série d’éléments communs au récit de Rousseau.

Meltons, Eduward, Zeldzaame en Gedenkwaardige Zee- en Land- Reizen, Jan ten Hoorn, Amsterdam, 1681, entre les p. 468 et 469; https://digitalcollections.nypl.org/items/151f8db0-07c7-0133-e5cb-58d385a7b928, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=57318852

Il est possible que Rousseau se soit, consciemment ou non, souvenu du passage de l’Esprit des lois de Montesquieu sur l’atrocité et « l’impuissance des lois japonaises » et qu’il ait mêlé cette lecture à la réputation d’autres magiciens orientaux pour façonner l’expression « charlatans du Japon » [6].

[1] A toutes fins utiles, voici la table des matières du volume: p. 1: La poésie; p. 7: La vertu; p. 15: Rousseau et Montesquieu; p. 49: Le peuple souverain; p. 55: La vertu; p. 63: La fille du Marborée.

[2] Merci Wikisource (je conserve l’orthographe originale).

[3] Restauration de la science politique, ou Théorie de l’état social naturel opposée à la fiction d’un état civil factice. 1re partie. Des Principautés ou monarchies. Livre I. Des Seigneurs territoriaux indépendans ou princes patrimoniaux / par Charles-Louis de Haller (= Haller, Karl Ludwig von) (1825), p. 211: « au dire des voyageurs »

[4] Michel Delon, Despotisme, luxure et cruauté, Die französische Literatur des 19. Jahrhunderts und der Orientalismus, éd. par Michael Bernsen et Martin H. Neumann (2006), p. 7-17, p. 16

[5] Wikipedia contributors. Indian rope trick. Wikipedia, The Free Encyclopedia. June 24, 2017, 08:21 UTC. Available at: https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Indian_rope_trick&oldid=787244238.

[6] Pour comprendre le contexte culturel général de ce passage de Rousseau, je recommande vivement l’article de Michel Delon cité ci-dessus.


Pour une petite suite à la discussion, voir une autre entrée de ce carnet: Une plaque de Delft, beaucoup de confusion (et retour à Rousseau ?)