Artistes japonais dans le journal des Sœurs Vesque

Voici, sélectionnée et recopiée depuis l’index des noms d’artiste, la liste des noms japonais qui apparaissent dans le journal de Marthe et Juliette Vesque. Cette liste est provisoire et doit être considérée avec précaution. L’index de l’édition internet du Journal est très utile, mais il n’a pas été rigoureusement relu et édité. Par exemple, le nom Foujita est, en fait, celui du célèbre artiste venu rendre visite avec d’autres peintres au cirque Gleich. En outre, il semble rester certaines coquilles : Akebono et Akebons sont sans doute les mêmes personnes : il faudra relire tout cela.

Le cas de la troupe Wong nous a aussi montré qu’il faut être prudent avec l’onomastique des gens et troupes de cirque et ne pas être hâtif dans ses conclusions sur leur nationalité.

Quoi qu’il en soit, nous avons au moins 25 artistes ou troupes japonais mentionnés dans le journal de Marthe et Juliette Vesque, entre 1904 et 1947. Je vais aussi affiner cette fourchette chronologique. J’espère que la liste ci-dessous sera déjà utile en l’état.

1 A-YA-ME
1 AKEBENO
1 AKEBONS
1 AKIMOTOS
2 AMATO
1 ANDO
5 ANDOS

 

1 BOYAMA

C: /

D:/

E:/

1929: rencontre avec le peintre Foujita

(http://www.culture.gouv.fr/Wave/savimage/vesques/PG/vx-10-42.htm)

(La peinture qui suit est sans doute en lien avec cette visite au cirque Gleich)

‘La dompteuse et le lion’ (‘The Tamer and the Lion’) by Léonard Foujita,1930 © Photo / Courtesy of Pushkin Museum of Arts

1 FU-LIO-SAN
2 FUJI

 

1 GEN Giro Ando
3 GIRO

 

1 HAMAMURAS

I:/

J:/

 

1 KIKUTAS
2 KOSIKI

 

L:/

M:/

N:/

1 OHAYA
2
OHOE
1 ON-WAH
1 OSAKA
1 OTSU

 

P:/

Q:/

R:/

1 SATO

 

1 TAKAHASHI
1 TOKAWA
1 TOKIO

 

U:/

V:/

W:/

 

1 YAMA
1 YAMADA
1 YAMAGATAS
2 YAMAMOTO
6 YAMASHITA
1 YETTO

 

Annexe : Quelques liens et références intéressants sur Marthe et Juliette Vesque :
  • Paul Bouissac, Un cas d’ethnographie sauvage : l’œuvre des sœurs Vesque, Ethnologie française nouvelle serie, T. 7, No. 2 (1977) , pp. 111-120 (Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40988406)
  • Alexandre SUMPF, Les sœurs Vesque et le cirque, in Réunion des musées nationaux, 1643-1945. L’Histoire par l’image (avec bibliographie)
Mise à jour du 24 juillet 2015

Les soeurs Vesque étaient dessinatrices de profession, d’abord à la Manufacture de Sèvres, puis comme dessinatrices scientifiques au Musée d’Histoire naturelle. Elles ont laissé des milliers de dessins (Bouissac écrit « plus de 10.000 pièces ») en rapport avec le cirque, minutieux et parfois remaniés et corrigés après discussion avec les artistes de cirque représentés. En voici deux exemples liés à des artistes japonais mentionnés dans le Journal:

Numéro de cirque : les Hamamura à l’Olympia (1915) Photo (C) RMN-Grand Palais (MuCEM) / Franck Raux

Numéro de cirque : Les Andos au Cirque d’Hiver (25/12/1923) Photo (C) RMN-Grand Palais (MuCEM) / Franck Raux

Ressource du jour: le journal des soeurs Vesque

Marthe et Juliette Vesque étaient deux soeurs passionnées par le cirque; chaque soir, elles allaient assister à un spectacle. Souvent, elles dessinaient ce qu’elles voyaient et elles tenaient méticuleusement un journal de ce qu’elles avaient vu et entendu.
Leur journal a été numérisé et indexé; il est disponible en ligne sur le site internet du MuCEM. C’est une incroyable source de documentation.
Malheureusement, seuls quelques-uns de leurs dessins sont visibles sur le net; il faut espérer que des efforts seront vite entrepris pour rendre leur collection exploitable pour les chercheurs du monde entier.

Voici un exemple de leurs dessins:

Cirque d’Hiver, 15/12/1923

Source de l’image: Circopedia

Voici un extrait de leur journal (la photo est ici)

Tandis que l’on monte interminablement une cage nous reprenons notre conversation. « Vous connaissez la folle ? « » nous demande M. L. C. Vu notre réponse négative il nous narre une histoire invraisemblable qu’il a d’ailleurs publié sous forme de nouvelle et en changeant de noms, dans Candide, je crois. Il s’agit d’une femme qui fait une descente à la corde oblique. Elle ne paraît en piste que juste au moment d’exécuter son exercice et elle arrive entourée de ses collègues,des japonais. Dans les coulisses elle était toujours très surveillée et nul ne l’approchait. Un jour cependant elle se trouva seule un instant et on la vit ramasser du crottin avec ses mains. Elle était folle ! … Sans prendre le temps de réfléchir je prononce le nom d’Andos. « C’est cela même » répond M. Legrand Chabrier qui nous dit n’avoir pas osé poser la moindre question au sujet de la démente. A-t-elle perçu la raison à la suite d’un accident ? C’est ce qu’on ne saura jamais probablement. Et combien il y a de choses invraisemblables dans ce monde si peu connu, de choses qu’on ne peut pas dire. Le désir qu’ont les artistes de dérouter ceux qui les approchent les poussent aux situations les plus baroques.

Sitographie: