De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin

Grâce au bel article de Julien Béal, Le Japon de Meiji dans la collection photographique du peintre Louis Dumoulin (1860-1924), annoncé sur le carnet Gradiva (12 mai 2017), je me suis rappelé d’un document qui m’avait intrigué lors de mes dépouillements:

L’Exposition en famille. Revue illustrée de l’Exposition universelle de 1900 (Paris, 5 juin 1900), p. 13

C’est au pied de la Tour Eiffel que s’élève le palais du
Tour du Monde, monument imposant d’aspect indo-chi-

nois, construit par M. Alexandre Marcel, architecte mé-
daillé du Gouvernement, — et dont les tours colossales de
styles différents attirent de loin le regard par l’étrangeté de
leurs formes et la splendeur de leur ornementation.

Si nous pénétrons dans l’intérieur du monument nous
nous trouvons sous une coupole couvrant une superficie
de 2.400 mètres et abritant plus de 2.000 mètres de toile
peinte, œuvre de l’artiste Louis Dumoulin, peintre du
ministère de la Marine.

Dans sa composition générale : le tour du monde, l’ar-
tiste fait défiler devant nos regards émerveillés, les pays
les plus curieux desservis par les paquebots des Messa-
geries Maritimes : la Grèce, la Turquie, l’Egypte, les Indes,
la Chine, le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud, le Por-
tugal et l’Espagne.

Les vues reliées entre elles forment un colossal Pano-
rama dont les premiers plans seront occupés par des indi-

gènes des différents pays : (…)

Le panorama était remarquable notamment parce que des acteurs, musiciens ou artistes de rue venus de différents pays se produisaient devant la toile:

(p. 14) Des acrobates chinois, des escamoteurs indiens, des
charmeurs de serpents, des lutteurs japonais ne cesseront
d’animer les premiers plans sans cependant quitter le
rayon attribué à leurs pays.

Comme il n’est pas fait mention dans ces lignes de jongleurs ou d’acrobates japonais actifs devant le panorama et comme l’illustration des « Acrobates japonais »  ci-dessus est une copie d’une célèbre photographie de von Stillfried, je m’étais demandé pourquoi cette image apparaissait dans cette brochure ici.

Baron Raimund von Stillfried, Jeunes acrobates, Japon, 1870 (ca)

La réponse à cette question a été apportée par Julien Béal: lors de son voyage au Japon en 1888, Dumoulin a acheté plusieurs centaines de photographies à différents studios de Yokohama, photographies qu’il a ensuite exploitées et intégrées dans ses tableaux et, apparemment, dans le panorama de l’exposition universelle de 1900 (Dumoulin est retourné au Japon en 1897; d’après Béal, il a pris lui-même la plupart des photographies qu’il a rapportées de ce second voyage, même s’il en a alors aussi acheté d’autres).

Ainsi, comme le dit Béal, on retrouve un autre enfant acrobate dans le coin inférieur droit de ce tableau du Musée Guimet:

Louis Dumoulin (1860 – 1924), Le quartier des théâtres à Yokohama (vers 1888); (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Droits réservés

(Lisez ci-dessous l’utile commentaire de Julien Béal, que je remercie vivement, pour mieux apprécier l’œuvre de Dumoulin et comprendre la fonction graphique de ces enfants acrobates dans ses tableaux)

Ajouts du 22 octobre 2017

Je recopie pour une meilleure appréciation du contexte du panorama de Dumoulin deux illustrations que j’ai trouvées sur le blog Les Musées d’Extrême-Orient (Bruxelles), Orion en aéroplane (10 mars 2012):

Le Tour du Monde, exposition de 1900

Affiche pour le Tour du Monde

En outre, voici la couverture du guide officiel du Panorama:

Exposition universelle de 1900, Guide officiel et souvenir du Panorama

On trouvera beaucoup d’autres documents et informations sur ce site:  Philippe Bournazel, http://exposition-universelle-paris-1900.com/index.php?title=PANORAMA_DU_TOUR_DU_MONDE&oldid=23050


10 réflexions au sujet de « De la photo au tableau et au panorama: les acrobates japonais de Louis Dumoulin »

  1. Articles fort intéressants sur les photographies de Louis Dumoulin. Le nom de Louis Dumoulin est presque inconnu aujjourd’hui. Il fut pourtant à son époque un peintre de renom. Van Gogh qui avait vu au Champ-de-Mars ses tableaux « japonais » éprouvait beaucoup d’admiration à son égard et espérait le rencontrer à Auvers-sur-Oise. C’est du moins ce qu’il écrit à son frère Théo. Un tableau de Louis Dumoulin qui représente une tchaia sur l’Ile d’Enoshima est exposée en ce moment au Japon dans le cadre de l’exposition « Van Gogh et le Japon ».

    • J’ai publié un roman « Louis Dumoulin, peintre des colonies » aux éditions de l’Harmattan en 2010 où j’évoque la vie tumultueuse de ce peintre à travers ses multiples pérégrinations, pour la plupart financées par la compagnie des Messageries Maritimes. Bien que ce livre repose sur des recherches effectuées aux Archives nationales et dans divers musées, il s’agit d’une oeuvre romanesque et les actes de la vie privée de ce peintre doivent beaucoup à mon imagination. Ce qui est éminemment vrai, c’est le rôle que Louis Dumoulin put jouer avec d’autres peintres, dans l’essor du colonialisme. Les militaires et les politiques ne furent pas les seuls à favoriser son essor.Il ne faut pas oublier que le colonialisme fut pendant très longtemps considéré comme un modèle d’humanisme. Le discours de Jules Ferry prononcé le 28 juillet 1883 et la réponse de Clemenceau résument à eux seuls le débat entre les tenants du colonialisme, fort nombreux à cette époque et ceux, beaucoup plus rares, qui y étaient opposés. Je me réjouis que des universitaires étudient actuellement la vie de Louis Dumoulin grâce à l’exceptionnel fonds de photographies que l’université de Sophia-Antipolis possède. Le professeur de l’université d’Osaka, M.Kodera, à l’occasion de la préparation de l’exposition sur Van Gogh a effectué lui-aussi des recherches sur Louis Dumoulin.Il semblerait qu’une thèse sur Louis Dumoulin soit en préparation à l’université d’Aix-Marseille. Je suis avec beaucoup d’intérêt tout ce qui s’écrit sur ce peintre.
      Meilleurs voeux, à mon tour, pour l’année 2018.

  2. Merci à vous. J’ai trouvé le livre de Odo très centré sur la notion « d »objet patrimonial » et j’avoue ne pas avoir été convaincu par cette idée de sauver par la photographie un Japon ancien en train de disparaitre par le fait de l’occidentalisation. L’idée de sauvegarder un patrimoine ne me semble vraiment mûre pour donner lieu à des opérations de ce type qu’à partir de la seconde moitié du XXème siècle.
    Les estampes et les objets japonais ont souvent servis de modèles pour les impressionnistes et les artistes de l’art nouveau. Concernant la photo, il faut creuser mais je n’ai pas rencontré de peintre, avec un tel renom de son vivant, recourir autant que Dumoulin à la photographie pour créer des tableaux. A la décharge d’Odo, il faut bien reconnaitre que Dumoulin est aujourd’hui tombé dans l’oubli.

    • Il y a effectivement des clichés attribués à Stillfried dans la collection Dumoulin. Tout laisse à penser qu’ils auraient été achetés auprès de Farsari (ce dernier ayant racheté les négatifs de Stillfried & Andersen après leurs différents procès). Mais une hypothèse prend de plus en plus d’ampleur au Japon : certains négatifs de Stillfried & Andersen (et donc de Beato) auraient finalement « atteri » dans les mains de Enami (probablement via Ogawa Kazumasa). Le parcours de Dumoulin tend à valider cette hypothèse (il achète des clichés auprès de Farsari en 1888 ou 1889 deux ou trois ans après la destruction par les flammes du studio et des négatifs de ce dernier et les cliché attribués à Stillfried de sa collection ne peuvent donc provenir de chez Farsari).

  3. Juste une précision car mon commentaire prête à confusion : au sujet du nombre de clichés sur les acrobates dans la collection Dumoulin, il faut compter en plus la photographie n°164 de Farsari qui figure dans mon article.

  4. Merci de votre commentaire et de votre carnet qui me permet de faire des découvertes grâce notamment à votre remarquable travail de veille. Pour en revenir au Panorama de Dumoulin et à son théâtre animé, je pense comme vous qu’il n’y avait pas d’acrobates. Aucun journal de l’époque n’en mentionne et ce malgré un nombre important d’article. Il y a dans la collection photographique de Dumoulin (à ma connaissance) 3 clichés d’enfants acrobates dont un attribué au studio Kimbei. Le deux autres relèvent à mon avis du studio T. Enami mais cela reste à confirmer. Il y a aussi une photographie d’acrobates adultes effectuant une pyramide humaine (la B1036 légendée en anglais « wrestlers » visible ici : https://jp.pinterest.com/pin/170222060897324318/). Dumoulin était un paysagiste, il n’avait pas d’intérêt particulier à mon avis pour les acrobates. Les personnages (dont les modèles proviennent de photographies) dans ces tableaux viennent remplir l’espace, il font, pour ainsi dire, partie du décor, du panorama proposé par l’artiste.

Répondre à Julien Beal Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *