Les lecteurs de Rousseau vont-ils au cirque ?

A la suite d’une recherche sur le site Gallica, avec les termes suivants « Jongleurs du Japon », j’ai découvert ce texte un peu curieux:

ROUSSEAU:

(…)

Le pouvoir se délègue et jamais se partage ;
Direct ou réfléchi, ce rayon même encor
Reproduit sur notre œil son réfrangible essor.
Devons-nous en conclure et prôner la chimère
De voir en lui l’effet d’une triple lumière .
Eh! que dis-je, en dépit de ses pouvoirs rivaux,
Partout du peuple anglais le sang coule à grands flots;
Leur liberté cent ans en fut toute fumante ,
Cent ans sur l’échafaud je la vois expirante ;

Je la vois tour à tour au hasard déployant
De Lancastre ou d’York l’étendard effrayant,
Limiter, en dépit de sa triste balance ,
A changer de tyran sa fière indépendance.
Plus tard du peuple anglais l’impur réformateur
Sur elle épuisera son infâme fureur,
Et sur elle au défaut des bûchers de Marie,
Fondra d’Elisabeth l’atroce hypocrisie.
Enfin, objet d’horreur , de mépris et d’effroi,
Le front marqué du sceau du meurtre de son roi,
Elle accourt, avilie, éplorée et sanglante
Tendre aux fers de Cromwell une main suppliante.
Tout pouvoir est restreint, nul n’est illimité,
Mais il s’anéantit s’il rompt son unité.
Des jongleurs du Japon rivalisant la gloire,

N’allez plus …..

MONTESQUIEU.
Je connais le reste de l’histoire ;
Je sais qu’escaladant leurs classiques tréteaux,
Et d’un enfant en l’air jetant les trois lambeaux,
Je fais tomber aux yeux de la foule ébahie
Ces lambeaux rajustés et l’enfant plein de vie.
C’est ainsi que j’importe , apprenti charlatan ,
Mes tours de gobelet des bouts de l’Orient (1 ) ;
Espérons , croyez-moi, grâce à vos soins prospères ,
Qu’on n’en cherchera plus aux terres étrangères.

(1) Contrat social, liv. ii, chap. ii

Ce dialogue en vers entre Rousseau et Montesquieu fait partie d’un recueil de poésies dont Gallica nous offre ainsi les références (le dialogue occupe les p. 15-47) [1]:

Titre :  Rousseau de Genève et Montesquieu / par Claude-Simplicien Constituantiski
Auteur :  Constituantisky, Claude-Simplicien. Auteur du texte
Éditeur :  impr. de J. Renous et Cie (Montauban)
Date d’édition :  1844
Type :  monographie imprimée
Langue :  français
Langue :  français
Format :  1 vol. (74 p.) ; in-8

É. Forestié, La Société littéraire et l’ancienne Académie de Montauban : histoire de ces sociétés et biographie de tous les académiciens, 1730-1791 (2e édition) (1888), p. 280, nous apprend qui se cache derrière le pseudonyme de l’auteur:

Jacques-Antoine de Molières avait eu deux fils, qui furent militaires comme lui et cultivèrent la poésie avec succès.
L’aîné, Jacques, ancien mousquetaire rouge, né le 4 août 1774, et décédé le 5 mars 1862 à son château d’Espanel fit imprimer à Montauban plusieurs brochures sous le nom de Claude-Simplicien Tyrannicidisky, Constitutioneliski, Constituantiski, et exigea que le tirage ne dépassât pas une dizaine d’exemplaires.
Voici le titre de ces rarissimes brochures:
– Considérations plus ou moins poétiques sur la cause et l’effet de nos plaisirs. — 1828. in-8° de 35 pages.
– Chateaubriand et Béranger. — 1831, in-8° de 39 pages.
– Rousseau de Genève et Montesquieu. — 1844, in-8°, de 74 pages.
– Klerdelune et Klassilanlain, 110 et 2e parties. — 1850-53, in-8° de 133 et 36 pages.
– Domitien, Tacite et Mirabeau, 1″ et 2e parties. — 1851-52, in-8° de 57 et 38 pages.

On peut consulter l’arbre généalogique de Jacques de Molières ici (dressé par Georges PETIT-JEAN). Un autre blog généalogique nous apprend, citant une autre étude de Mr Forestié (1918):

En 1784, Jacques-Antoine de Molières fut capitaine au 20° léger et fit, en cette qualité, la campagne de 1813; à la fin de sa vie il occupa les fonctions de bibliothécaire de la ville de Montauban et mourut célibataire et très âgé; le château et la terre d’Espanel échut à son frère unique qui y passa toute son existence et y mourut aussi célibataire vers 1872.

Heureusement pour nous, Jacques de Molières a orné sa poésie didactique de notes de bas de page, qui permettent de retrouver les passages de Rousseau et de Montesquieu qu’il adapte pour son dialogue. Dans l’extrait qui nous intéresse, il s’agit du 2e chapitre du Livre II du Contrat social, qui est intitulé: « Que la souveraineté est indivisible »:

(…) Mais nos Politiques ne pouvant diviser la souveraineté dans son principe, la divisent dans son objet ; ils la divisent en force & en volonté, en puissance législative & en puissance exécutive, en droits d’impôts, de justice, & de guerre, en administration intérieure & en pouvoir de traiter avec l’étranger : tantôt ils confondent toutes ces parties & tantôt ils les séparent ; ils font du Souverain un être fantastique & formé de pieces rapportées ; c’est comme s’ils composoient l’homme de plusieurs corps dont l’un auroit des yeux, l’autre des bras, l’autre des pieds, & rien de plus. Les charlatans du Japon dépecent, diton, un enfant aux yeux des spectateurs, puis jettant en l’air tous ses membres l’un après l’autre, ils font retomber l’enfant vivant & tout rassemblé. Tels sont à peu près les tours de gobelets de nos politiques ; après avoir démembré le corps social par un prestige digne de la foire, ils rassemblent les pieces on ne sait comment. Cette erreur vient de ne s’être pas fait des notions exactes de l’autorité souveraine, & d’avoir pris pour des parties de cette autorité ce qui n’en étoit que des émanations. (…) [2]

D’après une recherche sur Gallica, Rousseau est le premier à utiliser l’expression « charlatans du Japon » (en 1762). L’image est efficace; Rousseau s’attaque à une cible de choix: Montesquieu et son principe de séparation des pouvoirs; sa raillerie aura du succès (« un fragment de polémique fort spirituel« ). Elle est reprise dès 1766 dans la Lettre d’un anonime à M. J.-J. Rousseau ; en 1792, la comparaison est appliquée à Condorcet, semble-t-il, dans Ma Soirée d’hier, ou Réflexions sur l’opinion de Condorcet . Je ne reprends pas ici toutes les discussions ou analyses de Rousseau qui la reprennent; évidemment, elle réapparait à chaque nouvelle impression du Contrat social.

Parfois, elle sort des discussions académiques ou philosophiques, par exemple en 1824 (discussion d’actualité politique) ou en 1924, avec une citation dans une tribune en premier page du Rappel.

Le 25 mars 1867, un correspondant de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux : Notes and queries français ; questions et réponses, communications diverses à l’usage de tous, littérateurs et gens du monde, artistes, bibliophiles, archéologues, généalogistes, etc. (c. 164-165) , d’Erlar de Groningue, demande quelle est la source de Rousseau pour « ce tour merveilleux de charlatanerie orientale ». Malheureusement, la réponse qu’il reçoit a dû, tout comme nous, le laisser sur sa fin puisqu’on y cite la Devineresse de Corneille et de Visé. Dans cette pièce, il est effectivement fait mention d’un tour de magie, « Le corps en morceaux », mais celui-ci n’a aucun lien avec le Japon.

La date de cette question est intéressante puisque les premiers acrobates et jongleurs japonais se sont produits aux États-Unis en 1866 (ils arriveront en France plus tard en 1867). Il semble donc qu’un lecteur de Rousseau ait été surpris par le fait que ce tour de « dépècement d’enfant » n’était pas au programme des troupes japonaises tel qu’il pouvait le lire dans les gazettes, et il a posé une question de critique historique, de recherche de sources pour Rousseau. On a donc ici une question originale sur la réception des artistes de cirque japonais en France: dans quelle mesure certains spectateurs ont-ils été influencés par leurs lectures et l’image littéraire du Japon avant de voir de leurs yeux les tours des artistes de cirque japonais ?

A ma connaissance, la  quête[3] de la source de Rousseau pour ce passage n’a pour l’instant mené nulle part[4]. La raison en est peut-être tout simplement que Rousseau attribue une provenance japonaise à un tour de magie que la tradition fait plutôt venir d’inde ou de Chine, le tour dit de la corde indienne[5]. Un magicien fait se dresser une corde en l’air; il y grimpe ou y fait grimper un jeune garçon. Pour une raison ou l’autre, il découpe ce garçon en morceaux, qui tombent au sol. Le magicien place ces morceaux de corps humain dans un panier, le ferme et l’enfant en ressort vivant et entier. Différentes versions existent de cette histoire, la plus proche de celle de Rousseau semble être celle de l’auteur chinois Pu Songling (dans un conte du recueil Chroniques de l’étrange paru en 1740), mais je ne pense pas qu’il en existait une traduction en langue occidentale disponible pour Rousseau.

En revanche, en 1681, Edward Melton avait publié à Amsterdam, avec une illustration, le compte-rendu d’un spectacle de jongleurs chinois qu’il avait vu à Jakarta et qui comporte une série d’éléments communs au récit de Rousseau.

Meltons, Eduward, Zeldzaame en Gedenkwaardige Zee- en Land- Reizen, Jan ten Hoorn, Amsterdam, 1681, entre les p. 468 et 469; https://digitalcollections.nypl.org/items/151f8db0-07c7-0133-e5cb-58d385a7b928, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=57318852

Il est possible que Rousseau se soit, consciemment ou non, souvenu du passage de l’Esprit des lois de Montesquieu sur l’atrocité et « l’impuissance des lois japonaises » et qu’il ait mêlé cette lecture à la réputation d’autres magiciens orientaux pour façonner l’expression « charlatans du Japon » [6].

[1] A toutes fins utiles, voici la table des matières du volume: p. 1: La poésie; p. 7: La vertu; p. 15: Rousseau et Montesquieu; p. 49: Le peuple souverain; p. 55: La vertu; p. 63: La fille du Marborée.

[2] Merci Wikisource (je conserve l’orthographe originale).

[3] Restauration de la science politique, ou Théorie de l’état social naturel opposée à la fiction d’un état civil factice. 1re partie. Des Principautés ou monarchies. Livre I. Des Seigneurs territoriaux indépendans ou princes patrimoniaux / par Charles-Louis de Haller (= Haller, Karl Ludwig von) (1825), p. 211: « au dire des voyageurs »

[4] Michel Delon, Despotisme, luxure et cruauté, Die französische Literatur des 19. Jahrhunderts und der Orientalismus, éd. par Michael Bernsen et Martin H. Neumann (2006), p. 7-17, p. 16

[5] Wikipedia contributors. Indian rope trick. Wikipedia, The Free Encyclopedia. June 24, 2017, 08:21 UTC. Available at: https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Indian_rope_trick&oldid=787244238.

[6] Pour comprendre le contexte culturel général de ce passage de Rousseau, je recommande vivement l’article de Michel Delon cité ci-dessus.


Pour une petite suite à la discussion, voir une autre entrée de ce carnet: Une plaque de Delft, beaucoup de confusion (et retour à Rousseau ?)


4 réflexions au sujet de « Les lecteurs de Rousseau vont-ils au cirque ? »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

    • Merci beaucoup, et surtout merci pour tout votre travail de veille sur Hypotheses.org et d’aide technique sur votre liste électronique pour les auteurs de carnets. Avec mes meilleurs sentiments.

    • Merci pour votre commentaire.
      A ma connaissance, personne n’a jamais prétendu qu’il s’agissait d’un texte de Rousseau, mais la transcription en dialogue versifié entre Rousseau et Montesquieu citée ci-dessus semble respecter assez fidèlement les idées de Rousseau.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *