Une petite surprise postale

Comme je prépare un petit article sur Kosiki, un opéra-comique de Charles Lecocq dans lequel intervient un jongleur japonais, et que je voulais en savoir plus sur ce compositeur, j’ai commandé par internet chez un libraire un exemplaire de sa biographie par Louis Schneider1.

Surprise ! Le livre que j’ai reçu est dédicacé par son auteur à Frédéric Rotiers.

A Frédéric Rotiers
Bien cordial souvenir
Louis Schneider

C’est ainsi que deux personnalités importantes du journalisme musical, l’une de Paris2 , l’autre de Bruxelles3, bien oubliées aujourd’hui, se retrouvent sur ces trois lignes, illustration par l’anecdote4 des liens artistiques et culturels entre les deux capitales francophones, liens qui jouèrent un rôle fondamental dans la carrière de Lecocq, une cinquantaine d’années avant cet envoi.

Annonce de la mort de Louis Schneider, Le Petit Parisien (22/8/1934). Merci Gallica.fr

Cette plaisante surprise compense heureusement la déception causée par la lecture de ce livre dans le cadre de ma recherche: Schneider n’a visiblement pas aimé Kosiki et en parle à peine.

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Une petite surprise postale ». Publié sur Acrobates japonais en France le 22/02/2018. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/1498.
  1. Louis Schneider, Hervé. Charles Lecocq (Paris, 1924) []
  2. Schneider n’avait pas que des amis à lire cette épitaphe cruelle. []
  3. Voir la nécrologie de Rotiers dans Le Figaro du 12 juillet 1924. []
  4. Google Books m’apprend l’existence de la brochure suivante: Vente publique des collections ayant appartenu à feu Frédéric Rotiers, directeur de l’Eventail. Tableaux modernes, meubles anciens, céramiques, tapis anciens et d’Orient …: Vente à Bruxelles, Galerie Georges Giroux, les 17-18 novembre 1924 (1924, 58 pages); mon livre serait-il passé par cette vente ? []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *