La fille de Chocolat et des Kiriki

On demande souvent aux chercheurs en sciences humaines et aux scientifiques comment l’idée de leur travail leur est venue. Dans le cas de la recherche qu’accompagne ce blog, la réponse est simple. Après la lecture du compte-rendu d’Antoine de Baecque dans le Monde, j’ai commandé le livre de Gérard Noiriel, Chocolat, et, une fois commencé, je n’ai pu lâcher le livre avant de l’avoir fini. Non seulement, l’histoire individuelle de ce clown est intéressante, mais j’ai trouvé stimulante la distinction que fait Noiriel entre préjugés et racisme, et les hypothèses d’évolution qu’il propose. Ici, je ne cacherai pas me sentir personnellement concerné par cette distinction et ses conséquences, comme je suis un homme d’origine européenne vivant au Japon rencontrant parfois des situations déplaisantes ou incompréhensibles au premier abord, qu’il s’agit d’analyser à leur juste valeur pour éviter les malentendus ou la naissance de sentiments pénibles.

Noiriel, Chocolat, clown nègre

Je fus aussi fasciné par l’emploi systématique que fait Noiriel des collections numérisées de Gallica et des recherches qu’elles permettent.

Je me souvins alors d’un petit court métrage muet dont on avait beaucoup parlé dans les journaux à l’époque de sa numérisation, « Les Kiriki – acrobates japonais« .

Les Kiriki – Acrobates japonais

Je fis donc tout simplement la recherche « acrobates japonais » sur le site de la BNF.Les résultats me surprirent, ouvrirent une série d’autres questions, et c’est ainsi que la présente recherche commença, mélange de hasards de lectures, de digitalisation et de vie quotidienne.

Annexe bibliographique:

Ajout du 22 mars 2019

On trouvera une petite analyse de Kiriki dans cet article:
Teresa Castro, « Les couleurs ornementales du cinéma des premiers temps », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 71 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 22 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/1895/4766 ; DOI : 10.4000/1895.4766


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.