Yasuo Kuniyoshi au cirque à Paris

Avec ce billet, on s’éloigne du sujet de ce carnet de recherche, mais Yasuo Kuniyoshi fait l’objet d’une exposition importante au Smithsonian American Art Museum qui se termine à la fin de ce mois, et il me semble que cela vaut la peine de la signaler ici.

Exposition au Smithsonian American Art Museum, 3/4-30/8/2015

Kuniyoshi (1889-1953) (国吉 康雄) est un peintre né au Japon et venu s’installer très jeune aux États-Unis. À ce titre, il a souffert doublement du racisme ou de discrimination, en Amérique et dans son pays natal.

En 1925 et 1928, il a séjourné et étudié à Paris. et il semble que ces quelques mois en France ont fortement modifié son style et le sujet de ses peintures. Il se fait qu’il s’est alors intensément et durablement intéressé au cirque, puisqu’il continuera à y puiser son inspiration bien après être retourné en Amérique (voir, par exemple, Somebody tore my poster [1943], Disturbing Dream [1948], Fish Kite [ou Koinobori, 1950, partiellement reproduit ci-dessus]).

Yasuo Kuniyoshi (国吉 康雄) ([Public domain or Public domain], via Wikimedia Commons), Strong Woman and Child (1925)

Ci-dessus, un de ses tableaux les plus connus. On remarquera les drapeaux français.

Fête costumée à Woodstock (vers 1925)

Pour la petite histoire, je note qu’un autre de ses tableaux peint dans les mêmes circonstances a connu une certaine notoriété après avoir rencontré l’opprobe du président américain Harry Truman, qui aurait déclaré après l’avoir vu (Voir Barnhisel pour le contexte):

« If this is art, I’m a Hottentot »

Circus Girl Resting (1925) © Estate of Yasuo Kuniyoshi/Licensed by VAGA, New York, NY

Seul son titre permet de rattacher cette peinture au monde du cirque.

Il semble que Kuniyoshi ne se soit pas intéressé aux artistes de cirque japonais, mais, à cause du style de sa peinture, je ne peux en être sûr. Je me demande aussi s’il a rencontré Foujita lors de ses séjours en France. À cause de la volupté plantureuse de ces sujets, je me permets enfin d’attirer l’attention sur la vague ressemblance avec les peintures de Fernando Botero.

Lien et bibliographie complémentaire

  • PS:

On ne trouve pas grand chose sur Kuniyoshi dans le site internet Gallica, mais voici une image en plus pour ce blog:
Formes (Paris. 1929)
Formes (Paris. 1929)
Source: gallica.bnf.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.