ebay et « un poème inédit » de Catulle Mendès

Depuis quelques jours, on trouve proposé à la vente sur ebay un exemplaire de La demoiselle en or. La vie et la mort d’un clown de Catulle Mendès (Paris, 1879), dans lequel se trouverait un « poème autographe inédit de Catulle Mendès signé et dédicacé » à Nina de Villard.

Je recopie ici le texte, que le vendeur de l’objet (« david1893 ») a obligeamment transcrit (une photo permet de vérifier sa lecture):

« À Madame Nina de Villard
autour du « Clown »

Comme un japonais d’Ieddo
Votre Clown a des Grâces molles ;
Il tord sa bouche en forme d’O
Comme un japonais d’Ieddo.
Les Hanlon dans Do Mi Sol Do
N’ont pas d’aussi souples guibolles,
Comme un japonais d’Ieddo,
Votre clown a des grâces molles.

Le Mien n’est qu’un facheux cadeau !
C’est un cousin des Rocamboles,
Buvant le sang en guise d’eau,
Le Mien n’est qu’un facheux cadeau.
Il troublera votre Dodo
Par ses sinistres hyperboles.
Le mien n’est qu’un facheux cadeau.
C’est un cousin des Rocamboles.

Catulle Mendès »

NB: je ne suis pas spécialiste de littérature française ni expert bibliophile et n’ai pas les compétences nécessaires pour juger de l’authenticité de cet objet. Cette entrée de carnet n’est qu’informative, et ne vaut pas approbation des informations données sur ebay.

Nina de Villard est notamment connue pour son portrait par Manet, au milieu d’éventails japonais.

NinaCallias Édouard Manet [Public domain], via Wikimedia Commons

Il me semble que Catulle Mendès fait ici allusion au petit texte de Nina de Villard, Le Clown (1878 ?):

A propos de ce texte, A. de Bersaucourt, Au temps des Parnassiens : Nina de Villard et ses amis (1921) commente:

Le Clown est l’ironique histoire d’un
homme de lettres qui n’a pas réussi.
Poète, il a rêvé la gloire, célébré la mer,
le ciel et l’amour, composé plusieurs
livres dont les éditions dédaignées du
public dorment, poussiéreuses, dans les
boîtes des bouquinistes. Las d’offrir en
vain ses manuscrits et d’attendre dans les
antichambres, fatigué de voir naître et
mourir des jeunes revues, écœuré de se
sentir un martyr ridicule, il a résolu, nous
dit-il, de « marcher sur les mains » à la
postérité et de devenir clown. Le portrait
que Nina trace du clown a de la fantaisie
et de la couleur. Il rappelle la verve de
Charles Cros haranguant la « jeune fille
du caboulot » qui montre sa gorge nue au
public imbécile, et les Goncourt, en
mémoire des Frères Zemgano, eussent
aimé ces vers :

Je porte une perruque écarlate, un maillot
Tout zébré de dessins fantasques, dernier mot
Des gommeux du tremplin ; un sourcil circonflexe
Abrite mon regard qui trouble l’autre sexe.
Je suis le roi des désossés ; comble de l’art,
Je rase une table en faisant le grand écart,
Comme un rameur véloce en une périssoire.
J’improvise des pas sur une balançoire ;
Les applaudissements gantés me sont acquis
Quand je jongle avec des couteaux, d’un air exquis.
Brillant d’une gaieté féroce et japonaise,
Tantôt guépard, tantôt boa, tantôt punaise,
Je sais bondir, ramper, m ‘aplatir, chaque soir…

Voir aussi:

Vous voyez le « sourcil circonflexe » ?
Coquelin cadet Potache Feydeau By caricature anonyme [Public domain], via Wikimedia Commons


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.