Notes sur Robert de Montesquiou, Ko-ta-ky

Lors du colloque du 30 janvier, Junko ŌTSU a fait une belle présentation d’un document assez unique, un poème de Robert de Montesquiou consacré à un acrobate japonais. J’espère que Mme Ōtsu va rapidement publier son texte et son analyse subtile des intrications entre japonisme et la biographie de cet acrobate.

Ici, je voudrais d’abord la remercier pour avoir déniché ce document. Alors qu’il est disponible sur Gallica, il m’avait complètement échappé. La raison en est simple; on n’y trouve pas textuellement un des termes de recherche que j’utilise pour mes dépouillements « Acrobate japonais », « Jongleur japonais », … Cela montre une fois de plus les limites de la recherche en ligne et la prudence avec laquelle on doit avancer et apprécier ses résultats.

Henri-Lucien Doucet, Portrait de Robert de Montesquiou (1879 ?); Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=38156536

Junko Ōtsu a brillamment démontré que le sujet du poème, Kotaki, était un des membres de la troupe de jongleurs acrobates venus à Paris en 1867, et elle a présenté le dossier de la suite de sa carrière en France. On sait qu’il animait une « loterie Kotaky » à la foire aux pains d’épices (future foire du Trône) en 18831 et à la Foire de Saint Cloud en 1884, et c’est le cadre du poème de Montesquiou. Il semble que Kotaky soit mort en 1888 à l’âge de 41 ans2. Sauf erreur de ma part, le poème est publié pour la première fois en 1896. Madame Otsu a apporté dans sa conférence des informations montrant que ce texte avait une importance particulière aux yeux de Montesquiou. Le destin de Kotaki me fait penser à la vie de l’acrobate japonais en Hongrie que j’avais évoquée il y a quelques temps.

Robert de Montesquiou s’intéressait au Japon, mais quel pouvait bien être son rapport avec le cirque ? Je voudrais présenter ici quelques éléments d’information.

D’abord, Montesquiou semble avoir été bon cavalier; il remporte même une médaille de bronze aux jeux Olympiques de 1900 dans l’épreuve « Mixte Chevaux de selle », qui n’a été organisée qu’en 1900, n’est pas reconnue par le Comité Olympique et semble plus ressembler à une exhibition de chevaux qu’à une compétition sportive, de même que l’épreuve d’Attelage à quatre chevaux à laquelle il a aussi participé3.

.

Concours de chevaux de selle; Jeux Olympiques de 1900. de Montesquiou apparaît peut-être sur la photo 1. (Le sport universel illustré n°203 – http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6578981c/, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=36113570)

Cet intérêt pour l’hippisme et les mondanités qui l’accompagnent rendent très probable que Montesquiou a fréquenté le Cirque Molier. Cela semble être confirmé par l’anecdote suivante.

Voici un extrait du journal d’Edmond de Goncourt écrit après une visite à l’appartement de Montesquiou le 7 juillet 18914:

Une pièce originale : le cabinet de toilette, au tub fait d’un immense plateau persan émaillé, ayant à côté de lui la plus gigantesque bouilloire en cuivre martelé et repoussé de l’Extrême-Orient, le tout enfermé dans des portières en bâtonnets de verres de couleur, une pièce où l’hortensia -sans doute un souvenir pieux de la famille pour la reine Hortense -l’hortensia est représenté en toutes les matières et sous tous les modes de la peinture et du dessin. Et au milieu de ce cabinet de toilette, une petite vitrine en glace, laissant apercevoir les nuances tendres d’une centaine de cravates, au-dessous d’une photographie un peu pédérastique de La Rochefoucauld, le gymnaste du cirque Mollier, représenté en un maillot faisant valoir ses jolies formes éphébiques. […]

Portrait d’Hubert de la Rochefoucauld, dans L’illustration (21 juin 1890)

On peut découvrir une autre visite de Montesquiou à un cirque grâce à une de ses lettres, adressées à Sarah Bernhardt le 11 décembre 1901 (?), passée dans une vente aux enchères en 2014:

Fin d’une lettre de Robert de Montesquiou à Sarah Bernhardt (Merci https://www.ader-paris.fr/en/lot/20570/4495017)

J’ai rencontré Maurice et Simone, dans le promenoir de Barnum et [illisible] moins émerveillés que moi de tant de géants télescopes, d’hommes pelotes-d’épingles, de femmes-à-peau-de-léopard, de gentlemen squelettes et autres merveilles Elagabaliennes.

 

Le texte du poème5

KO-TA-KY
A M. François COPPÉE.

XCIX

KO-TA-KY

Ko-Ta-Ky! — redis-toi les trois syllabes fées !
— Sens-tu du cœur des bois de Saint-Cloud, des bouffées
De friture, évoquer le petit Japonais
Qui, tant de fois, pour nous, tourna ses moulinets?
Le revois-tu, debout, sautelant sur ses pattes.
Ses palettes en main, comme Arlequin ses battes;
Comme lui, carrelé, pimpant, bariolé,
Dans ses robes, par où l’on est affriolé.
Et qui font qu’alentour, toute baraque chôme?
Le petit Japonais sous ses crêpes de chrome,
D’indigo, d’incarnat, de vert, de vermillon,
Palpitant sous l’auvent comme un émérillon
Par la légèreté des japonaiseries…
Je le verrai toujours au fond des songeries.
Magot évaporé de l’élégant décor
D’une potiche, en lui, moulant sa forme encor;
Oisillon échappé d’un fol plateau de laque
Dont l’or aventurine en sa jupe se plaque;
Fleur reprise au revers d’un fuyant éventail
Dont, sur lui, le printemps, entr’ouvre son vantail.
C’est tout et ce n’est rien ; une gentille chose

Vivante, rutilante, et sautillante, et rose;
Qui bougeait, qui marchait, qui courait, qui volait
Sur le décor élu de son joli volet.
On jouait, on gagnait sa babiole : un cadre,
Un brinborion, un rien, mais un rien jamais ladre,
Ruisselant de clartés pour ses quatre ou cinq sous,
Soleil devant, derrière, et dessus, et dessous!
— Et d’ailleurs, qu’importait?— Kotaky, dieu du jaune.
Du violet, du bleu, du rouge, dans sa zone
Arcencielée, allait et venait sous nos yeux
Comme un beau papillon pris entre terre et cieux.

Au-dessous, dans la nuit de l’ombre inférieure,
Une femme robuste aux rondeurs de prieure,
Ainsi qu’une chouette auprès d’un roitelet,
Sur notre clientèle, alerte, s’attelait.
Allemande… qui sait? — Sa femme?… bonne femme.
Madame Kotaky; rien en elle d’infâme ;
Du sérieux faisant effort pour rigoler.
Repoussoir qu’on s’étonne à voir, de près, frôler
L’insecte bigarré, vivant pantin bizarre
Grâce auquel une foule, et, là jamais bagarre,
Garantit la recette, assure le succès.
Et c’est ainsi sur le territoire français
Partout où se déroule une foire notable,
Non foire du commun, mais foire respectable :
A Saint-Cloud, à Versaille, où le bourgeois-Soleil
Visite assidûment l’éventaire vermeil.

Madame Kotaky reconnaît la pratique ;
On prise sa tenue, et sa bure authentique,
Près des atours versicolores du mari
Dont le satin jamais n’implique un ton marri;
Flambant porte-manteau, décrochez-moi-ça d’ailes,
Garde-robe d’amour où les iris fidèles,
Les tulipes de feu, les pivoines de sang
Déroulent à jamais leur cycle éblouissant;
Gnome-feu-d’artifice, homme-fioriture,
Vivante mosaïque et dansante peinture
De gerbes et de nids, de plantes, d’animaux,
Kaolin, par l’épaule ; et, par le ventre, émaux !

« Ne cherchez pas, Messieurs, c’est trouvé !» — l’étonnante
Intonation haute, et pimpante et tonnante
Dont nous réjouissait Madame Kotaky
Ne sonnait pas hier, au chant de foire qui
Me semblait obscurci, désemparé, farouche.
Mais l’éventaire éclot soudain, comme une bouche
Rieuse, plein de fruits peints sur des parasols,
Kakémonos d’un sou sur foukousas d’un sol.
Epanouissements comme de cent colombes
Dont le duvet rosé ne pleut pas sur des tombes.
— « Madame Kotaky ! » — mais j’admire son jais,
Son noir… son crêpe… hélas! — Ayez donc des sujets
Peints sur vos robes d’or, d’ambre, de cornaline!
Cela n’empêche pas une fièvre maligne
De tordre votre cou fleuronné de bouquets!
Cela ne fait qu’un mort plus gentiment coquet,

Comme un oiseau défunt, dont d’autres oiseaux suivent
Le convoi diapré sur des écrans qui vivent.
Eh! oui… c’était ainsi : veuve de ce moineau!
La grosse femme est là, convenable, l’anneau
A l’annulaire, l’ombre en toute sa toilette.
— Et je songe tout bas à ce menu squelette,
Enseveli sans doute en un fol falbala
Dans la boîte à joujoux de son ancien gala.
— « C’est dur… est-il possible… une fièvre maligne,
En trois jours… le pauvre homme…il faut qu’on se résigne…
Les affaires ?… » — « Hélas! ce n’est plus comme avant. »
(Ce papillon qui papillotait sous l’auvent
Alléchait les regards, les âmes et les bourses…)
— «Beaucoup moins de profits, et beaucoup plus de courses. »
Un silence, un malaise; un : « peut-être on pourrait,
Pour l’Exposition, trouver un homme prêt
— Bien que ce ne soit pas, certes ! la même chose !
A remplir, et ce rôle et cette robe rose,
Dont à nouveau l’allure achalande le seuil… »
« — Oui, monsieur… mais je suis encore trop en deuil! »

Il faudrait finir là. Se peut-il qu’on explique
Un pareil mot, désopilant, mélancolique,
Tel que fut celui-là posé sur le milieu
De ce volant feuillet d’Empire du Milieu,
Plein de magots lippus s’esclaffant sur la tasse
Du rire impérieux qui s’impose et s’entasse,
Sous le pétale en flamme et les jets de couleurs
Irrémissiblement hostiles aux douleurs ;

La patronne-matrone, exagérément noble
Allongeant le fermage, étirant le vignoble,
En ce noir marital, aux charbonneux agrès
Qui tracent sur son sein souvenirs et regrets ?
Non. — A bon entendeur, salut! — et cette note
Qui part après la glose, est-elle une linotte
Echappée au rebord d’un kirimon exquis
Pour chanter en pleurant le sort des Ko-Ta-Kys?

Perroquets en carton qui dans leurs anneaux pendent.
Fléchettes de bambou qui sur leurs arcs se bandent,
Prorogation vaine à ce décor rêvé…
Ne cherchez pas, Messieurs, Mesdames, c’est trouvé.

Bonus 1: Une réflexion intéressante sur le portrait le plus connu de Montesquiou

Bonus 2: un beau portrait journalistique récent de Montesquiou

M. Lindon, Montesquiou, dandy «tarabiscoté», Libération (21 juillet 2010)

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Notes sur Robert de Montesquiou, Ko-ta-ky ». Publié sur Acrobates japonais en France le 04/02/2021. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3284.
  1. Pour une caricature le représentant, voir https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4221670v/f3.item.r=Kotaky. []
  2. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4784686h/f4.item.r=Kotaky.zoom []
  3. Voir Contributeurs de Wikipédia, « Équitation aux Jeux olympiques de 1900, » Wikipédia, l’encyclopédie libre, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=%C3%89quitation_aux_Jeux_olympiques_de_1900&oldid=172961569 (Page consultée le juillet 16, 2020). []
  4. D’après P.-J. Dufief, Correspondance Goncourt – Montesquiou, Cahiers Edmond et Jules de Goncourt n°7, 1999. pp. 69-96, p. 74 (DOI : https://doi.org/10.3406/cejdg.1999.1334); le texte est également disponible sur Wikisource. Sur les rapports entre Proust, Montesquiou et La Rochefoucauld, voir N. Mauriac Dyer, “La Collection Oubliée De Georges Van Parys: Une Dédicace à Hubert De La Rochefoucauld, Deux Dédicaces à Charles Humphries Et Une Lettre à Jean Cocteau.” Bulletin D’informations Proustiennes, no. 47, 2017, pp. 47–63, aux p. 48-53. JSTOR, www.jstor.org/stable/44760612. []
  5. Je recopie le texte paru dans Robert de Montesquiou, Les hortensias bleus (Paris, 1906), p. 211-215. J’en reproduis les italiques. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.