Les acrobaties des spectacles de Sada Yacco

J’ai beaucoup apprécié les conférences suivantes du colloque du 30 janvier, mais, comme elles ne relèvent pas directement de mes recherches, je suis incapable de les commenter de façon pertinente: Gilles MASTALSKI, Sada Yacco en Bohême, Moravie et Galicie – Prague, Brno, Lemberg, Cracovie : des triomphes oubliés ?; YAGISHITA Emi, L’Occident à la rencontre de l’Orient. Isadora Duncan (1877-1927) et les danseurs japonais. La conférence de Gilles Matalski m’a fait réaliser l’importance et le nombre de traductions qui accompagnaient les spectacles de Sada Yako, en anglais, français, allemand, tchèque, polonais, … Je me demande s’il serait possible d’en faire une étude globale, des traductions elles-mêmes et des traducteurs.

Un autre point de sa présentation a attiré mon attention: si généralement les spectacles de Sada Yako en Bohême, Moravie et Galicie ont reçu un bon accueil, parfois ils ont été critiqués car ils ne semblaient pas assez sérieux, notamment à cause des acrobaties de la troupe.

C’est un aspect de la réception de ses spectacles que l’on trouve aussi en France. Ainsi, par exemple, on peut lire dans une critique de Pasquin, parue dans La Lanterne le 17 octobre 1901:

Mme Sada Yacco, avec son fin masque de mime, fait une impression curieuse dans les scènes naïves et brutales de ces drames où tous les effets physiques sont exagérés jusqu’à l’effroi. Elle est entourée de comédiens consommés dans l’acrobatie, traditions qui nous paraissent, à nous habitués des théâtres du boulevard, très lointaines, très lointaines, et cependant intéressantes.

Ici Pasquin semble faire montre d’une certaine ouverture d’esprit, mais souligner l’aspect acrobatique des spectacles est une façon aussi d’en relever l’aspect exotique et de les opposer à la culture occidentale.

Ainsi peut-on sans doute comparer le texte qui précède avec les extraits d’articles suivant, parus une vingtaine d’années plus tard au sujet de la Revue Nègre1.

« à partir de 1900, tous les visages sévères et grimaçants du monde entier se sont abattus sur notre ville ! Sada Yako, Loïe Fuller, Isadora Duncan, le corps de ballet cambodgien de Sisowath, puis les Viennois, les [Ballets ] Russes, les [Ballets] Suédois. Aujourd’hui, il y a les nègres »2

“Que dire de la Revue Nègre […]? Révélation? Oui, à plus d’un titre. Cette débauche, cette frénésie de couleurs ; l’épilepsie acrobatique de gestes, contournés en spirales hallucinantes, détendus en brusques jets désarticulés; cette fièvre trépidante, ce mouvement vertigineux scandé par un rythme obsédant, implacable, d’une sûreté prodigieuse, d’une régulation métronomique, n’avaient jamais été atteints avec une intensité égale.”3

Statuette en faïence: Sada Yacco; Collection du Petit Palais

Citer ce billet : Alexis D'Hautcourt, « Les acrobaties des spectacles de Sada Yacco ». Publié sur Acrobates japonais en France le 05/02/2021. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3334.
  1. Je recopie ces textes depuis l’article d’O. Roueff, (2006). Politiques d’une « culture nègre » : La Revue Nègre (1925) comme événement public, Anthropologie et Sociétés 30 (2), p. 65–85. https://doi.org/10.7202/014114ar. []
  2. BRACH P., 1925, « La nuit noire », Comoedia, 12 novembre : 4. []
  3. NOVY Y., 1925, « La Revue Nègre », Comoedia, 4 octobre : 2. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.