Compte-rendu du jour: Entertaining Elephants

Ce matin, le compte-rendu suivant est arrivé dans ma boîte aux lettres électronique:

Thomas S. Darragh, c.r. de S. Nance, Entertaining Elephants: Animal Agency and the Business of the American Circus. H-USA, H-Net Reviews, Janvier 2016.
URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=42426

(Source de l’image: amazon.com)

Le succès des éléphants de cirque en Amérique est en partie né de l’occasion qu’ils offraient, à la fin du 18e et au début du 19e siècles, d’avoir une expérience exotique en permettant aux spectateurs d’approcher une espace animale non native et mal connue dans le pays. En cela, ils sont étrangement similaires avec les acrobates japonais de 1867 qui donnèrent à voir leur pays nouvellement ouvert au monde (Voir Schodt avec D’Hautcourt).

Le livre semble aussi intéressant, à en croire ce c.r., parce que Nance y mène une analyse diachronique montrant bien les différences entre les éléphants de cirque d’hier et d’aujourd’hui, différences nées des changements de mentalité, en particulier les nouvelles idées attachées au concept de bien-être animal. De même, la façon dont nous regardons les acrobates a radicalement changé, par exemple suite aux nouvelles manières de voir et aux législations sur le racisme et sur le travail des enfants.

En ce qui concerne les spectacles avec des animaux, au Japon, ils faisaient partie des misemono, des exhibitions de choses, animaux ou êtres extraordinaires. Il existait des spécialistes de spectacles de singe ou d’ours. Les dresseurs de singes appartenaient souvent à la même catégorie et au même bas statut social des artistes de rue sans adresse fixe (hinin)  que les acrobates et étaient eux aussi victimes de discriminations (Ohnuki-Tierney). Je ne sais pas si beaucoup d’entre eux se sont produits à l’étranger (et le c.r. ne dit mot des dompteurs d’éléphants)

Références
  • A. D’Hautcourt, Le Professeur Risley et les premiers acrobates japonais en France, Journal of Inquiry and Research 98 (Septembre 2013), p. 89-95.
  • Emiko Ohnuki-Tierne, The monkey as mirror : symbolic transformations in Japanese history and ritual (Princeton, 1987)
  • F.L. Schodt, Professor Risley and the Imperial Japanese Troupe: How an American Acrobat Introduced Circus to Japan – and Japan to the West (2012)

Voir aussi

Ajout du 6 janvier:

Le jour même où j’écrivais cette petite entrée de carnet est paru sur le site internet du Monde l’article suivant:

Accusé de maltraitance sur son éléphante, un dompteur renvoyé du cirque Bouglione, Big Browser 5 janvier 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.