Ressource du jour: les Prelinger Archives

Grâce au carnet Hypothèses Research in the Making, je découvre l’existence des Prelinger Archives, hébergées dans The Internet Archive. Plus de 18.000 courts métrages américains y sont disponibles.

Je n’y ai rien découvert qui concerne directement les jongleurs ou acrobates japonais, mais l’indexation est parfois minimale et je ne peux exclure qu’il s’y en trouve. Néanmoins, je voudrais montrer aux lectrices et lecteurs de ce blog deux films qui touchent de près ou de loin au sujet de ce carnet:

On voit ici des images des années 1930 (?) de la fête Dezomeshiki dont j’ai déjà parlé sur ce carnet, pendant laquelle des pompiers se livrent à des acrobaties.

Circus Days – A Romance of Youth

Le court métrage suivant, réalisé en 1920 par William L. Roubert sur un scénario de William Henry Warnert (deux illustres inconnus, au vu des informations disponibles sur la IMDb), est intéressant car il est un exemple de l’esprit racialiste des spectacles de cirque de l’époque.

Il se veut une histoire édifiante : un jeune garçon ne peut payer l’entrée au cirque car sa famille pauvre doit utiliser le peu d’argent dont elle dispose pour son père malade. Avec ses camarades de classe, il crée alors son propre spectacle de cirque. A la suite d’un quiproquo, cela a pour conséquence qu’un alcoolique arrête de boire.

Le jeu naturel des enfants est plaisant et rafraîchissant; je me demande ce que François Truffaut, par exemple, en aurait pensé.

Le spectacle conçu par les enfants reproduit les différentes parties d’un spectacle de cirque: jongleries, acrobaties, parade, exhibition d’animaux et d’autres créatures extraordinaires. Dans ce cadre, l’enfant organisateur des festivités demande à l’unique enfant afro-américain du groupe de jouer “the wild man of Borneo”.

Il s’amuse bien, et cela fait de lui en quelque sorte le deuxième héros du film, comme le montre bien l’affichette visible sur le site du IMDb. Toutefois, son anneau dans le nez, sa ceinture de banane et les chaînes aux chevilles montrent bien le caractère raciste de cette scène, révélatrice de la confusion et de l’esprit d’hiérarchie raciaux alors présentés par les cirques: au même titre que les animaux sauvages, les non-blancs sont souvent considérés et montrés comme des êtres inférieurs aux spectateurs caucasiens.



Citer ce billet
Alexis D'Hautcourt (2022, 30 janvier). Ressource du jour: les Prelinger Archives. Acrobates japonais en France. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aky5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.