Un article intéressant : Encoding the haunting of an object catalogue

Pour les recherches présentées sur ce carnet, j’ai jusqu’à présent principalement utilisé des collections digitales, et je réfléchis aussi aux principes de l’édition électronique pour une autre recherche, sur le peintre Georges Focus. J’ai donc lu avec le plus grand intérêt l’article suivant: Alexandra Ortolja-Baird, Julianne Nyhan, Encoding the haunting of an object catalogue: on the potential of digital technologies to perpetuate or subvert the silence and bias of the early-modern archive, Digital Scholarship in the Humanities, 2021;, fqab065, https://doi.org/10.1093/llc/fqab065. Je vous le recommande chaudement.

Voici, dans l’ordre de la lecture, quelques citations ou concepts que j’en tire. J’ai essayé d’exprimer en français ces réflexions initialement exprimées en anglais, mais ce n’est pas aisé.

  1. Dans le cadre des grands projets de digitalisation, les deux auteures de l’article font remarquer le problème de la “data absence”, que je traduirais par “les trous dans les données”, qui ne sont jamais signalés. Par exemple, j’utilise Gallica pour retrouver des données sur les acrobates et jongleurs japonais dans les journaux. Il est extrêmement difficile de savoir quelle proportion, chronologique ou géographique, des journaux sont offerts à la recherche. Les nouvelles technologies renforcent les biais et sélections des constitutions des collections papier des bibliothèques ou centres d’archives, mais en les rendant encore plus invisibles. Il faudrait que ces trous dans les données soient clairement présentés, notamment en s’aidant des techniques de la visualisation des données.
  2. Tout projet de digitalisation doit être mené en étant conscient que l’emploi de ses données échappe à ses concepteurs. Il est impossible de prévoir complètement ce qu’en feront les utilisateurs. Éthiquement, cela ne doit pas empêcher d’essayer de construire des garde-fous et de rédiger des avertissements sur la conception et la production de ces données.
  3. Les nouvelles technologies de l’information et la digitalisation de corpus existant ont renforcé la présence, le pouvoir et le prestige de canons et de valeurs définis en Occident au 19e et au début du 20e s.
  4. La promotion de la liberté de circulation de l’information, des lanceurs d’alerte et de la transparence peut avoir comme conséquence négative que des groupes marginalisés et discriminés, qui avaient parfois choisi de vivre dans la discrétion, deviennent plus visibles et plus exposés aux critiques et attaques.
  5. Conclusions de l’article de M. Onuoha, The Point of Collection. Data and
    Society, Points. https://points.datasociety.net/the-point-
    of-collection-8ee44ad7c2fa. a. Les ensembles de données sont constitués collectivement par toutes les personnes qui rassemblent les données. b. Les données sont collectées (et harmonisées ou émoussées) afin de satisfaire des organisations, types et modèles pré-existants de collections. c. Les données survivent à la disparition du motif de leur collecte; elles jouent des rôles différents dans des contextes différents. d. La combinaison de différents ensembles de données aura des résultats imprévus et parfois non-désirés. e. La collecte de données est le fruit d’une relation invisible entre les collecteurs et les producteurs de données collectées.
  6. La TEI rend difficile d’encoder les absences, les fantômes ou les hypothèses de présence.
  7. TEI ne doit pas être inaltérable, pour que chaque nouveau lecteur puisse ajouter quelque chose, une nouvelle façon de lire le texte.
 


Citer ce billet
Alexis D'Hautcourt (2022, 10 mars). Un article intéressant : Encoding the haunting of an object catalogue. Acrobates japonais en France. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aky8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.