Kiba Oguri, “La Japonaise sans bras”

Grâce à un message sur la page Facebook Arlequin – BnF Arts du spectacle, je remarque dans les collections de Gallica une carte postale que je ne connaissais pas.

Carte postale en langue allemande, timbrée en Belgique en 1901. Bibliothèque nationale de France, département Arts du spectacle, 4-ICO CIR-47

On y voit entre autres membres de la troupe Barnum and Bailey deux femmes japonaises:

Les deux femmes sont explicitement désignées comme Japonaises ; leur nationalité ou ethnicité fait partie de leurs attributs de personnalité du cirque, outre leur appartenance à la catégorie de “freaks”. L’affirmation de leur origine géographique est renforcée par leur vêtement, un kimono. Je reviendrai plus tard sur la magicienne, et présente ici brièvement la “femme sans bras”, plus exactement Mme Kiba Oguri. Son nom nous est donné par d’autres documents émis par la compagnie de cirque, comme ce grand poster de Barnum & Bailey réalisé lors de leur tournée en France en 1901.

The Barnum and Bailey greatest show on earth. Une grandiose exhibition de phénomènes humains et de bizarreries de la nature, ca. 1901. Paris: Imp. Paul Dupont. Photograph. https://www.loc.gov/item/2019634245/; 101 x 151 cm.

 

Détail du poster ci-dessus1

Tous les documents que j’ai trouvés reprennent en fait une et une seule photographie2, dont voici une reproduction:

Extrait d’une brochure en allemand: “Offizieller Führer – Das Buch der Wunder in Barnum & Bailey’s Grösster Schaustellung der Erde – mit vollen Beschreibungen der Menschlichen Kuriositäten und seltenen Thiere”. Merci https://humanzoos.net/?page_id=4286.

Un article paru dans le Dresdner Nachrichten du 17 juin 1900 nous apprend que Kiba Oguri a perdu ses deux bras après un malheureux accident quand elle avait trois ans. D’après le matériel publicitaire de Barnum & Bailey, avec ses doigts de pied, elle est capable de coudre, d’utiliser un marteau, une scie ou un rabot. Elle peut faire des maquettes de bateau, des baquets étanches et des frequins, couper des dentelles de papier, réaliser des fleurs artificielles et tirer à l’arc3. Rien ne semble vraiment japonais parmi ces objets, sauf peut-être les “baquets étanches”, dont on voit un exemplaire sur la photo, qui ressemble à un objet familier du Japon. On notera aussi qu’aucun rapprochement n’est fait avec les pieds des acrobates japonais qui avaient tant intrigué les journalistes et certains savant français les décennies précédentes.

Oguri est une des artistes de cirque qui a pris part à la “revolt of the freaks”, une grève organisée en 1898 à Londres par différents membres de Barnum & Bailey, qui demandaient et ont obtenu l’abandon du mot “freak”, dorénavant remplacé par “prodigy” dans le matériel promotionnel de la troupe4.

On la retrouve ainsi dans un autre poster de Barnum and Bailey:

The Barnum & Bailey Greatest Show on Earth … The Peerless Prodigies of Physical Phenomena & Marvelous Living Human Curiosities (poster) : 213 x 576 cm. Library of Congress — Library of CongressCatalog: https://lccn.loc.gov/2002719123Image download: https://cdn.loc.gov/service/pnp/cph/3b50000/3b52000/3b52500/3b52554r.jpgOriginal url: https://www.loc.gov/pictures/item/2002719123/, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=673005415

Outre les deux Japonaises déjà mentionnées, ce poster met en avant les ethnicités ou origines géographiques suivantes: “East Indian Dwarf”, “The Egyptian Geant”

On retrouve Oguri dans cette photo de groupe6:

Barnum and Bailey show. Department of prodigies at Olympia, London; Connecticut Digital Archive: http://hdl.handle.net/11134/110002:608.

Au-delà de sa participation à la grande tournée européenne de Barnum & Bailey, on ne sait rien de Kiba Oguri, par exemple où elle est née, au Japon ou aux États-Unis, et ce qu’elle a fait après son retour aux USA.

Les quelques exemples ci-dessus montrent que la publicité de Barnum & Bailey pouvait être répétitive et envahissante. Voici la réaction d’un Toulousain par rapport à ce matraquage, réaction dans laquelle Oguri se trouve embarquée7 :

Barnum et Bailey !!!

Ce n’est que le 15 mai que débarquera à Toulouse la monstrueuse exhibition de Barnum et Bailey, et déjà depuis plus d’une semaine, ces Rois de l’Affiche et de la Réclame, encombrent nos rues, forcent la vitrine de nos magasins, déparent les façades de nos monuments et essayent même d’accaparer l’air et la verdure de nos jardins publics.
On ne peut pas faire un pas dans la rue sans que les deux grosses têtes de ces excentriques industriels, ne nous poursuivent de leurs regards obsédants.
Il n’y a même plus moyen de flâner tranquillement devant la devanture des boutiques, sans être hanté par le cauchemar de la Femme à barbe, de la Jeune fille à la chevelure de Mousse, de la Japonaise sans bras, de l’Homme mastodonte, du Gommeux- squelette, et de l’Homme-caoutchouc, s’essuyant les lèvres avec la peau de ses joues.
Ici c’est une course de chars romains qui menace d’écrasement les gâteaux montés d’un pâtissier, là c’est l’équilibriste Japonais, qui arrive au bas de son fil de fer, entre les piles de pâté du charcutier à la mode, tandis que l’horrible hippopotame baille gracieusement à la porte des restaurants ou des cabinets de dentiste.
Ici ce sont deux girafes qui s’embrassent tristement et sans conviction au milieu d’une fraîche exhibition de chapeaux d’été chez une modiste en renom. Là encore, une escouade de clowns prend ses débats chorégraphiques et musicaux dans une vitrine de porcelaines artistiques, cependant que, non loin, une vingtaine d’éléphants jouent à saute-mouton parmi les bocaux colorés d’un pharmacien.
Il n’y a pas jusqu’au pauvre square Lafayette, petite oasis de verdure qu’affectionnent les braves retraités en ces premiers jours de printemps, que Barnum n’ait pollué en essayant de le transformer en un jardin zoologique nouveau jeu.
Tout autour de la grille, en effet, courent des Rhinocéros, des Yacks blancs, des Gnous bleus à queue blanche, des Tapirs, des Porcs-épics, des Oryx, des Casoars, des Lamas, des Iguanes, des Emous, des Pélicans, etc. ! Plusieurs poissons rouges sont morts, dit-on, de saisissement, à la vue de l’escadron des crocodiles.
Quant à la momie du musée, elle a brusquement fermé le couvercle de son cercueil en apercevant les excentriques contorsions auxquelles se livrent, le long de la façade de notre musée les rois du tapis; et les hiératiques statues de la majestueuse salle des antiques ont fait, dans leur colère, un demi-tour sur leur socle, pour ne point voir les évolutions contre nature de tous ces transatlantiques.
Un Promeneur.

 

 

 

 



Citer ce billet
Alexis D'Hautcourt (2022, 24 avril). Kiba Oguri, “La Japonaise sans bras” Acrobates japonais en France. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/akyb

  1. La même image est utilisée en monochrome dans un programme de 1902 à Valence. []
  2. Je suppose que c’est le document conservé aux National Archives. []
  3. Traduction du texte anglais cité par Joyce L. Huff, Martha Stoddard Holmes, A Cultural History of Disability in the Long Nineteenth Century (2022), p. 26. []
  4. M.M. Chemers, “freak show”. Encyclopedia Britannica, https://www.britannica.com/art/freak-show. []
  5. La suite du poster se trouve ici: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:The_Barnum_%26_Bailey_Greatest_Show_on_Earth_…_The_Peerless_Prodigies_of_Physical_Phenomena_%26_Marvelous_Living_Human_Curiosities_LCCN2002719124.jpg. []
  6. Oguri est au premier rang, la deuxième personne à droite du chien central. []
  7. L’art méridional (1er mai 1902), p. 70. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.