Article du jour: Going “Native” in an American Borderland

Je recommande chaudement la lecture de l’article suivant:

ShiPu Wang, Going “Native” in an American Borderland: Frank S. Matsura’s Photographic Miscegenation,  »Trans Asia Photography Review » Volume 5, Issue 1: Photography and Diaspora, Guest Edited by Anthony W. Lee, Fall 2014 (http://hdl.handle.net/2027/spo.7977573.0005.103)

ShiPu Wang y présente bien les extraordinaires autoportraits photographiques réalisés par Frank Matsura, un Japonais qui a émigré aux Etats-Unis au début du vingtième siècle et tenu un studio de photographie à Okanagan, au Nord-Ouest des Etats-Unis (et en partie au Canada), de 1907 à 1913. Parmi ces autoportraits, il se met en scène notamment en compagnie d’Amérindiens et d’Amérindiennes, parfois en empruntant leurs costumes.

Ces photographies sont remarquables par la bonne humeur et l’humour qui semblent y régner, dans, apparemment, une atmosphère de respect et d’amitié.

Bien sûr, Matsura semble avoir été un immigrant exceptionnel ; issu d’une famille privilégiée de Kyushu, éduqué à Tokyo, parfait bilingue semble-t-il, il a réussi, par ses talents de photographe, à être accepté et reconnu par plusieurs strates sociales de sa ville d’immigration. Toutefois, ces photos doivent nous alerter qu’il existait des contacts de culture respectueux, conscients et plaisants même dans un contexte difficile comme celui des lois de contrôle de l’immigration japonaise et des lois opposées aux mariages interraciaux. Okanogan, WA - Frank Matsura photo 02A Par Joe Mabel [Public domain], via Wikimedia Commons

Lien

Washington State University, Frank S. Matsura Image Collection (base de données indexée)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.